Agartha. Un désert, où cohabitaient nomades et sédentaires. Cependant l'assèchement progressif des oasis développa la cupidité des sédentaires qui se mirent en guerre les uns contre les autres. Les cités tombèrent une à une devant ce fléau jusqu'à ce qu'il ne reste que 1400. Les nomades quant à eux préférèrent éviter ces conflits en priant leur Divinité de leur accorder un sommeil de deux millénaires. Mais quand ils se réveillèrent, ils furent non seulement confrontés à des citadins beaucoup plus avancés technologiquement mais aussi à une hostilité tangible. Hostilité contre ces nomades ressurgit du passé mais aussi hostilité au sein même de la ville de 1400. Puis une nouvelle guerre éclata : la Révolution. Est venu à nouveau le temps du choix : se battre ou partir ? Ainsi naquit l’Exode, un mouvement rassemblant nomades et citoyens souhaitant fuir la guerre en partant par-delà les montagnes vers un territoire glacé où vit un peuple étrange.

Lorsque le passé et le futur se rencontrent...


    /Terminé/ WELCOME TO THE MASCARADE {DAMON ZIGG}

    Partagez
    Maxine Frayer
    avatar

    Citadine
    Arme : Deux Katanas
    Messages : 167
    Date d'inscription : 30/06/2014


    Jour de congé, quoi de mieux pour prendre du bon temps se reposer, farniente sous le soleil de 1400 au balcon de ton appartement ? Mais tout ça n'est qu'un rêve absurde, tu te retrouves à devoir aider un groupe d'intervention de la police militaire, une autre branche de l'Armée. À reculons tu entames le chemin qui te guide au QG des policiers, en uniforme, tes cheveux rose bonbon bougeant au gré de tes pas légers et fluides. Tu foules les pavés de la ville comme un chat qui se promène entre les passants. Arrivant sur place tu retrouves des collègues à toi, salutations et bonne conduite de rigueur tu retrouves rapidement ton attitude timide et effacée face aux autres, presque retirée en arrière tu n'en perds pas moins la séance d'instruction sur les missions à faire. Il semblerait que des groupes de Pilleurs soit à l'initiative de cambriolage divers, et par la masse de travail de tout cela, des renforts ont été demandés. Sachant que la tempête de sable couvre le paysage, il n'y a aucune sortie pour ces petits criminels vagabonds. Écoutant attentivement, tu prends quelques notes pour avoir toujours sur toi les informations capitales avant de te faire couper dans ton élan par l'un de tes collègues. « Max tu peux nous faire du café s'il te plaît... ? On meurt de soif ma belle » plissant un œil tu les regardes perplexe et malgré ton petit démon intérieur qui hurle au boycott de ce service tu soupires discrètement et poses tes notes pour aller de ce pas faire ce fameux café.

    Une chose est sûre, tu t'es encore faite avoir, ta gentillesse te tuera, et pas qu'un peu. Tu es tout aussi douée et travailleuse que les autres, mais eux ont vite compris comment jouer de ta gentillesse. « Maxine fait ci, Maxine fait ça » Quand on te confond pour la secrétaire, ce n'est pas très faux d'un point de vue tu en fais tout autant parfois. La preuve en est, tu te retrouves préposée au café alors que l'on t'a demandé de venir en renfort. Ronchonnant dans ton coin, trop « aimable » pour le dire devant tout le monde tu t'affaires à ta tâche revenant avec un plateau une cafetière et des tasses, silencieuses tu n'en fusilles pas moins ton collègue qui se permet des petites remarques sexistes sur ta personne. Être une femme dans l'Armée n'est pas de tout repos, surtout avec le passé de ton patriarche et tes frères qui en font des caisses. Un frère poule qui t'affiche à chaque rencontre publique, un autre aussi rebelle que le cuir brut, tu ne trouves pas vraiment ta place au milieu tout ça. « Les groupes vont être énoncés ainsi que les secteurs attribués écoutez bien s'il vous plaît ! » Tu te redresses pour savoir avec qui tu vas te retrouver, deux actifs de la police et un de tes collègues, des groupes de quatre sur plusieurs secteurs. « Noa Gualbert, Maxine Frayer, Damon Zigg et Macus Parks . Secteur ouest, la zone industrielle » Les femmes se font rare dans l'Armée comme dans la police et tu te retrouves entourée d'hommes pour ne pas changer. Connaissant Noa le rapprochement se fait rapidement, mais faut-il encore trouver ces deux autres collègues.

    Le petit bout de femme que tu es se fraye un chemin vers la sortie et le véhicule qui vous est attribué pour retrouver les deux autres membres de votre groupe. Regardant chaque passant comme pour savoir si c'était eux, tu es curieuse comme nerveuse de connaître ces nouvelles personnes. C'est surtout le fait de te retrouver dans un groupe comme celui des demandeurs de café qui te révulse un peu, tu n'es pas là pour jouer les potiches ou les pompons girls. Mais bel et bien pour aider et participer, malgré ce que certains pensent de toi. « Elle s'est faite pistonner par le père... » Ou alors « Elle doit connaitre les dessous de bureau malgré sa manie de petite sainte nitouche » tu en as entendu des vertes et des pas mûres. Il faut dire aussi que ton physique et ton psychique sont assez atypiques pour une militaire. Tu aurais plus ta place dans un cabaret ou un cirque pour amuser les enfants que dans une bataille sanglante. Adossée contre le véhicule tu vois enfin deux silhouettes masculines approcher de l'engin et vous saluer. « Bonjour...Maxine » serrant la main des deux les présentations se font rapidement. Un brun et un blond te font face, au premier abord plutôt sympathique souriant et agréable, tu restes quand même réservée et monte à l'arrière laissant les hommes se diriger vers le lieux de ronde.

    © Great Thief sur Epicode


    Dernière édition par Maxine Frayer le Mar 23 Déc - 15:02, édité 1 fois
    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 570
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    Encore un matin difficile. Damon se réveilla le regard vitreux, il n'avait pas beaucoup dormi et mal, encore sa hanche douloureuse de son opération d'hier. Il grommela en se levant, et se traîna jusqu'à la cuisine en caleçon. Une fois assis sur son tabouret, une tasse de lait devant lui, il se sentit légèrement mieux. Il entama une simple biscotte, en pensant qu'il devait aller faire son footing matinal quand son biper sonna. Il se retourna trop rapidement et sentit de nouveau la douleur dans la hanche. Il rouspéta et se saisit de son biper, encore une grosse opération venait d'être programmée. La troisième en quatre jour. Il croqua une dernière fois dans son maigre repas, s'habilla et partit en trombe pour rejoindre le poste. Une fois là-bas il s'équipa en demandant à son gantelet un topo rapide de l'opération.

    "-Votre mission, si vous l'acceptez, est d'arrêter une série de cambriolages en profitant de la tempête de sable pour prendre les criminels au piège Monsieur.
    -Wilson, t'ai je déjà dit que tu m’exaspérais parfois?
    -Oui Monsieur."

    Sur ces derniers mots et mortellement équipé, il rejoignit la salle de réunion. Une mobilisation importante était en cours, Damon n'avait jamais pu voir autant de personnes présentes en même temps dans la salle. Il saisissait mieux pourquoi on avait appelé son unité une fois de plus.

    -Garde à vous !

    Le soldat Zigg s'exécuta, il n'avait pas vu d'où venait l'ordre.

    -Mal dormi 212 ? Tant mieux c'est comme ça qu'on voit les vrais hommes !

    Pour rajouter de l'ampleur à sa boutade le soldat mit un petit coup sur l'épaule du plus blond qui lui servait de coéquipier.

    -Maintenant circulez, les informations ne vont pas tarder à être divulguées. Nous attendons les retardataires.

    Damon s'adossa contre un mur, en se tenant toujours droit au fond de la salle. Cet endroit lui permettait d'avoir une vue sur l'ensemble de ce qui se passait, même si tout semblait n'être qu'un fourmillement général. Le seul détail qui capta son attention fut l'entrée d'une femme, chose peu courante dans l'Armée, il la regarda peu de temps avant de reprendre son observation. Après tout si elle était là, elle devait savoir se battre. Cependant ses collègues n'avaient pas l'air d'envisager les choses de la sorte quand il se rendit compte qu'elle venait d'apporter le café...  Son attention augmenta encore quand on énonça les groupes. Bien il ne connaissait personne venant d'être nommé. Sans plus attendre il dressa son bras droit pour signifier ses intention à son gantelet.

    "-Wilson affiche moi leur portrait je te prie."

    Sans répondre, W.I.L.S.O.N s’exécuta en s'illuminant. Tiens il était avec la fille qu'il venait d'apercevoir. Ce détail lui fit émettre un simple sourire, le hasard faisait bien les choses, mais il se retrouvait aussi avec un soldat classique, Macus Parks. Damon n'avait jamais entendu parler du troisième. Il vit en premier le solodat Parks, fidèle à sa photo. Cheveux court, brun et un ventre rondouillard, encore un qui a séché l'entraînement en restant derrière un bureau. Peut-être même était-ce sa première opération sur le terrain. Mais les groupes devant être respectés il se présenta simplement :

    "-Je suis Damon Zigg, matricule 212.
    -Bien, un membre des forces spéciales, ça fait toujours plaisir. Suivez-moi, rejoignons le véhicule."

    Le jeune blond s'exécuta. Il le suivit à la trace jusqu'à trouver les deux derniers membres de son équipe du jour. Il aurait aimé pouvoir compter sur un membre de son escouade étant donné sa blessure, mais ce ne sera pas le cas aujourd'hui. Le serrage de main dévoilant le gantelet unique se fit rapidement tout comme les présentations. Damon sourit simplement au cours de celle-ci, répétant son nom et son matricule.

    Il s'engagea dans le véhicule à la suite de la demoiselle. Durant le trajet personne n'osait vraiment prendre la parole, cependant le blond avait besoin de parler avant toute opération, c'était un rituel banal, mais la superstition permettait de lui faire croire qu'il s'en sortirait sans problèmes... Donc il lança en direction de la jeune femme :

    "-La prochaine fois, faites-moi plaisir, dites-leur de se le préparer tout seul leur café. Vous n'êtes pas là pour ça."

    Le regard noir que lui lança le soldat après coup l'amusa, mais il se garda bien de le montrer.
    Maxine Frayer
    avatar

    Citadine
    Arme : Deux Katanas
    Messages : 167
    Date d'inscription : 30/06/2014

    Montant en voiture tu te poses contre la portière, à côté d'un membre de la police. Un jeune homme qui ne semble pas plus vieux que toi, des cheveux or et des yeux vert bouteille magnifiques. Malgré ta timidité tu n'en restes pas moins grande observatrice de ce qui t'entoure. Il avait un certain charme, une façon d'être nonchalant qui attise ta curiosité. Au même moment ton petit Rancker vient se poser comme un petit chien sur tes genoux avec des petits bruits électronique cocasse. Le gardant enveloppé de tes bras, tu portes une certaine affection à cette chose de métal, bien qu'il soit dénué de sentiments, ce n'est pas pour autant que toi tu dois l'être. Le calme vous accompagne durant une partie du trajet jusqu'à ce qu'enfin le blondinet de la troupe décide de trancher ce silence "-La prochaine fois, faites-moi plaisir, dites-leur de se le préparer tout seul leur café. Vous n'êtes pas là pour ça." Figée tu ne comprends pas vraiment cette intervention, comme un cheveu sur la soupe et le regardes avec de grands yeux roses perdus sur le moment comme une gosse qui découvre la pluie pour la première fois. Déglutissant une fois tu percutes enfin que cette phrase t'es pleinement destinée et toussote détournant le regard passablement gênée. « Je...je le ferrais la prochaine fois Monsieur... » Le regard de ton collègue voulait tout dire, mais gardant ton mutisme tu n'oses pas approfondir encore plus ce sujet qui en aurait bien à redire.

    N'osant pas introduire un nouveau sujet de discussion tu restes passible et discrète laissant les hommes discuter entre eux jouant parfois avec ton petit robot. Arrivée sur place tu descends avec les autres et regardes Rancker. « Fait un état des lieux en survolant la zone s'il te plaît » tapotant sa petite tête blanche tu en es même polie avec ton compagnon de métal. S'exécutant directement, le robot utilise ses pattes comme hélices et commence à survoler les lieux revenant vers ton équipe. « Comment vous foncti... » Coupée comme une mauvaise herbe à la racine tu regardes Noa passer littéralement devant et commencer à donner des instructions sans prendre en compte les modes de fonctionnements de l'autre équipe. Soupirant revenant une seconde fois en arrière habituée tu laisses faire et écoutes attentivement. Passive mais sur le qui-vive pour ce qui est de l'action. Rancker revenant tu approches, le regardes et lis la transmission sur un écran holographique de ce qu'il a vu. Une zone semble plus active et gourmande en électricité, ce qui est étonnant en connaissant l'inactivité des hangars à cause de la Saison des Tempêtes. Regardant les autres tu essaies de donner un avis venant même à lever le doigt pour te faire voir. « Excusez-moi... Je pense qu'on devrait aller avoir ce coin-là » montrant sur la carte holographique l'emplacement tu attends de voir la réaction des autres. « Je pense que la suractivité énergétique montre qu'il y a un mouvement assez important, peut-être là où sont mis les ''butins'' des Pilleurs ainsi que leur lieu de retraite à l'abri des regards. La zone industrielle est suffisamment complexe pour passer inaperçu alors ils peuvent loger là-bas le temps des Tempêtes...»

    Un petit silence se fait briser par le rire exécrable de Noa qui approche pour te tapoter l'épaule « Tu as une grande imagination ma belle, tu crois que les Pilleurs sont aussi stupides pour se faire un petit pied-à-terre dans ce hangar ? » Passablement vexée tu détournes le regard, serrant le poing. « Ça ne coûte rien d'aller voir. ... C'est dans notre zone de toute façon. » Le regard blasé de ton collègue veut tout dire, essayant quand même d'imposer ton avis tu avances d'un pas comme pour marquer ta ténacité fébrile « Si tu ne veux pas y aller je propose de nous scinder en deux groupes. Tu iras voir ce que tu souhaites et si mon avis est bancal, je l'assumerais. » Te prenant de haut, il soupire grassement et pointe l'un des collègues policiers, Marcus, et lui ordonne presque de venir avec lui râtisser le nord de leur zone. Tu as droit comme d'habitude, à des petites piques sexistes sur l'orientation des femmes et de leur sixième sens inexistant. Approchant de celui qui doit te suivre, Damon, celui-là même qui avait lors du voyage pointé du doigt l'attitude de tes collègues. « Excusez l'attitude de mon ... collègue, il est un peu sur la défensive à cause de petits soucis, mais il n'est pas méchant. » Enfin tu le penses, et tu l'espères au point de porter des excuses à sa place, tant ton altruisme est grand et involontaire.
    © Great Thief sur Epicode





    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 570
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    La jolie jeune femme aux cheveux rose répondit timidement à la remarque du blond, ce qui lui déclencha un léger sourire. C'était à cause de ce manque de dureté, et de sûreté qu'elle en était venu à préparer les cafés en perdant toute crédibilité auprès de son unité.

    Ce qui le faisait plus sourire n'était pas la réaction en elle même, mais que le Lieutenant Reeds lui avait reproché la même chose il y a peu. Seulement dans ce cas, était-ce parce qu'elle était intimidée ou tout simplement dans son caractère ? Damon ne pouvait pas le savoir maintenant, il décida alors de ne pas prolonger ce sujet.

    Face au silence qui suivit, le jeune blond écouta simplement la conversation des deux dernières personnes présentes dans le véhicule, sans vraiment intervenir hormis lorsqu'on l'interrogeait. Ils parlaient de choses futiles et banales, mais l'attention de Damon était captivée par le robot désormais face à lui. Son père adoptif lui avait appris et montrer beaucoup de chose dans la mécanique et les intelligences artificielles, mais il n'avait encore jamais vu ce modèle.

    C'est à ce moment que Wilson le tira de sa curiosité en affichant un message, comme s'il avait lu dans les pensées du soldat :

    "Aucune donnée sur cet objet."

    Le soldat le lut rapidement et posa sa tête contre la paroi de métal, pas grave il allait sûrement avoir l'occasion de voir ce gadget à l’œuvre très prochainement. Comme pour lui répondre, leur transport freina et s'immobilisa. La troupe sortit, Damon avait déjà l'arme à la main, une habitude qu'il avait pris au sein de son unité.

    Pendant qu'il terminait de vérifier les ajustements de son matériel, le propriétaire de W.I.L.S.O.N suivit la conversation d'une oreille, il remarqua par ailleurs que la seule femme de l'équipe venait de se faire une fois de plus couper la parole, ce qui provoqua un autre petit sourire malin. Le soldat qui venait de prendre le dessus, Noa si les souvenirs de Damon étaient bon, émit ses instructions. Il n'était pas un bleu, elles étaient claires et précises.

    Suite à ce petit discours, Damon se pépara à lui emboîter le pas, après tout commander des hommes n'était pas sa tasse de thé, mais un nouveau détail vint perturber la hiérarchie naturelle. En effet Maxine leva le doigt avant de prendre la parole. Damon rit doucement en l'écoutant, cette situation l'amusait, mais elle ne pouvait pas rester aussi soumise que ça...

    Les informations sur la consommation en électricité qu'elle venait d'apporter étaient cependant importantes aux yeux du membre des forces spéciales, on put même lire la non-compréhension sur son visage lorsque Noa éclata de rire. N'avait-il jamais fait d'opérations sur le terrain auparavant ? Toutes les informations étaient bonnes à prendre, autant la connaissance de son adversaire que l'environnement, chaque détail permet de créer et d'améliorer une tactique et un plan d'action pour les rendre imparables, ne pas prendre en compte un détail peut parfois être crucial.

    De plus, une chose qui décrédita encore le soldat fut sa répartie. Si les Pilleurs réfléchissaient comme lui, s'ils auraient pu être aussi "stupides", sous-estimant tout simplement le matériel de recherches des forces armées à leur trousse.

    Pour ne pas prendre parti pendant la petite dispute qui suivit, Damon recula d'un pas. Maxine essayait enfin de s'imposer, allait elle réussir à surpasser son collègue trop sur de lui? Et bien oui. Tout se passa en quelques secondes à peine, et le groupe se sépara en deux. Maxine s'approcha de lui en fixant ses yeux verts elle énonça des excuses au nom de son collègue, ce à quoi il répondit plus sérieusement qu'il ne l'avait été jusque là :

    "Vous n'avez pas à vous excusez pour lui. Je suis content que vous avez essayé d'imposer votre avis cependant j'espère vraiment du fond du cœur que vous avez raison. Car se retrouver en si petit groupe peut s'avérer dangereux, non pas que je doute des capacités de votre collègue, à vrai dire c'est plutôt pour Marcus que j'ai peur..."

    Cependant, il désira montrer à Maxine qu'il lui faisait confiance pour la suite, ce qu'il démontra par l'armement de son arme. Il était prêt à agir.

    "Mais en attendant je vous suis."

    Les deux partirent en trottinant vers le hangar en question. Après une légère course de quelques minutes, la jeune femme indiqua que le hangar gourmand en énergie se trouvait à la prochaine intersection. Damon prit la tête et s'arrêta au bord du mur. Il glissa seulement ses yeux émeraudes en dehors de sa cachette de fortune pour observer la situation. D'un geste il arrêta Maxine qui aurait pu vouloir faire de même, plaquant son bras sur sa poitrine. Quand il sentit qu'il n'était pas avec ses coéquipiers masculins, il le baissa au niveau du ventre et ne dit rien pour faire comme si rien n'était arrivé.

    À la place il s'agenouilla, invitant sa co-équipière à en faire de même et tapa une phrase sur son gantelet qu'il montra tout aussi rapidement :

    "Tu avais raison. Trois sentinelles, 1 toit, 2 RDC. Armés."
    Maxine Frayer
    avatar

    Citadine
    Arme : Deux Katanas
    Messages : 167
    Date d'inscription : 30/06/2014

    Son air enjoué s'envole comme une plume sous une bourrasque, son petit sourire qui, tu le penses, le caractérise n'est plus d'actualité. Son changement de comportement face à ton excuse a le don de te mettre mal à l'aise. Hésitante, c'est comme si tu te fais subitement toute petite. "Vous n'avez pas à vous excusez pour lui. Je suis content que vous avez essayé d'imposer votre avis cependant j'espère vraiment du fond du cœur que vous avez raison. Car se retrouver en si petit groupe peut s'avérer dangereux, non pas que je doute des capacités de votre collègue, à vrai dire c'est plutôt pour Marcus que j'ai peur..." Marcus ? L'homme de la police qui vous a accompagné, perplexe tu te retournes un peu pour les regarder partir et reviens promptement vers lui comme si un coup de fouet te prends de cours « ne vous en faites pas, Noa a bien des défauts mais il n'en reste pas moins quelqu'un de confiance, il est assez bon combattant et se repliera avec votre collègue s'il le faut » comme si tu encourages une équipe de foot tu le regardes avec un grand sourire. Ne sachant pas trop si c'est de l'inquiétude ou de l'hypothèse qu'il vient d'émettre tu joues la sécurité.

    En attendant, vous commencez votre excursion vers cet entrepôt. Il a raison, si ce ne sont pas eux qui se font avoir ça peut être vous aussi, si tes dires s'avèrent vrais, personne ne sait combien ils seront une fois là-bas sur place. Tu n'es pas du genre à foncer dans le tas sans rien prévoir, espérons que ton compagnon saura te faire confiance. Chargée de montrer le chemin tu indiques le hangar que vous recherchiez depuis tout à l'heure. Imposant et éclairé, un sentiment désagréable te traverse l'échine, tu regardes Damon gardant tes appréhensions pour toi. Il prend rapidement les devants et s'arrête au coin d'un mur, le suivant tu penses sans vraiment réfléchir tu continues ta route mais te fais subitement stopper par ton collègue, mais ce n'est pas le fait de savoir pourquoi il fait ça qui te fige mais plus la façon dont il le fait. Aussi raide qu'un bâton tu rougis comme une pivoine en sentant son bras collé sur ta poitrine. Cachée sous ta frange tu regardes ce bras ne sachant pas trop s'il s'en est lui-même aperçus. Heureusement ou pas selon la façon de voir les choses, il descend rapidement son bras sur ton ventre, tu ne veux pas savoir s'il a fait ça par réflexe ou par ce que lui-même s'est aperçu qu'il est en présence d'une femme et non d'un collègue masculin.

    Inspirant discrètement comme soulagée il t'invite à s'agenouiller, depuis bien un petit moment tu te doutes qu'il y a quelque chose de louche pour qu'il réagisse de la sorte. Il se peut même que tes indications soient justes, posées à côté de lui assez abritée par le tournant du mur. Voulant voir toi aussi tu te rapproches, par nécessité de lui pour ne pas trop dépasser et regarde de tes grands yeux rosés ce qu'il se trame. Surprise un bras apparaît sous tes yeux et sur le gantelet de ton coéquipier tu poses ton regard sur une phrase "Tu avais raison. Trois sentinelles, 1 toit, 2 RDC. Armés." Clignant des yeux tu hoches la tête pour lui faire comprendre que tu as pris note. Balayant les lieux du regard tu réfléchis rapidement aux options qui s'offrent à vous, la sentinelle sur le toit a une vue et une présence défavorable à une arrivée de front. C'est donc lui qu'il faudra neutraliser en premier, car de toute façon arriver par l'entrée est une bien mauvaise idée, personne ne sait combien ils sont à l'intérieur ou ce qu'il s'y trouve. Une question te vient en tête, continuer seule jusqu'à l'obtention de plus d'information et ensuite appeler les autres, ou alors directement appeler les autres ? Instinctivement tu approches de son oreille et commences à chuchoter pour pouvoir communiquer avec lui.

    Légèrement plaqués contre son bras, tes cheveux rose magenta frôlent sa joue et son cou, tes yeux regardent sans aucune pause les mouvements qui peuvent vous mettre dans l'embarras ou dans le pétrin. « Que pensez-vous faire, rester ici et attendre une ouverture pour aller chercher plus d'informations, je pourrais toujours envoyer Rancker chercher les autres ou retourner chercher les deux nous-mêmes et mett.... » Un frisson glacial te traverse le corps en entendant une explosion suivie de tirs non loin. Les yeux écarquillés tu cherches par automatisme d'où viennent les coups de feu et reconnaître la voix roque de Noa hurler dans une rue adjacente. « Que.... » Tes réflexes de l'Armée reviennent à la charge et tu dégaines tes deux katanas de leur étui blanc ivoire. Plus à l'aise au corps-à-corps qu'au combat à distance tu essaies de voir ou cette chasse se dirige. Les hommes de l'entrepôt, les sentinelles ont vite été alertées, autant que nous ils ont entendu. Celui du toit vient se mettre en position, un sniper semble-t-il, les deux autres se mettent sous couverture de bennes à ordures lançant un appel eux-même à des renforts. Tout comme nous eux aussi doivent assurer leurs arrières. « Noa et Marcus.....ils ont dû croiser des Pilleurs.... » Tu regardes une dernière fois les sentinelles et recules « on doit y aller ! » Prenant Rancker tu commences à utiliser le GPS et la localisation pour envoyer les données au QG de la police afin de ne pas perdre cette source si bêtement. Ne pouvant pas être à deux endroits en même temps tu préfères soutenir tes collègues quoi qu'il arrive et les retrouver.
    © Great Thief sur Epicode





    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 570
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    Alors que Damon s'apprêtait simplement à répondre à Maxine qu'envoyer son robot pouvait potentiellement être une mauvaise idée parce qu'il pourrait attirer l'attention, une grosse explosion retentit à proximité. Dans le feu de l'action, l'instinct reprenant le dessus, le blond se releva d'un coup sec pointant son arme en direction du bruit, prêt à faire feu.

    Une mauvaise journée s'annonçait, on savait qu'ils étaient là. Le corps tendu, le soldat aperçut entre les coups de feu une voix quasi familière, celle de Noa. Ainsi donc ils étaient tombés dans une embuscade, il fallait les tirer de ce mauvais pas.

    En entendant la jeune femme qui voulait partir sur le champ, le jeune Damon lui fit comprendre qu'il la rejoignait dans une poignée de secondes. Les sentinelles avaient dû elles aussi entendre le boucan de la fusillade, c'était le moment où jamais de vérifier si les cours de tir de la police militaire portaient leur fruit.

    Damon s'agenouilla une nouvelle fois au coin, seule son arme et son œil dépassaient, il n'avait qu'une seule chance. Il aligna sa cible au sein du cadran et en quelques dixième de seconde, retenant sa respiration, il appuya sur la gâchette.

    La balle fusa, traversant l'air avec sa rapidité fulgurante, avant de se loger dans le corps du sniper qui tomba aussi sec de son abri perché. La réaction des deux autres sentinelles ne se fit pas attendre, une rafale partit dans sa direction. Le soldat eut simplement le temps de se remettre à couvert avant d'entendre les impacts. Il partit au pas de course en direction de Maxine, la guérilla urbaine... Si on ne changeait pas de position régulièrement on était perdus. Point positif, Damon le savait.

    Une fois à proximité de la rousse il expliqua son geste :
    "-Ils savaient qu'on était là, ce sniper aurait pu être une plaie pour nous, WILSON envoie une demande de renfort. Code rouge.

    -Bien monsieur.

    -Quand ce sera fait transforme toi en détecteur thermique. On va en avoir besoin.

    -Estimation de l'opération : 4 minutes."

    Damon soupira, 4 minutes dans une telle situation, c'était critique. Mais il n'avait pas le temps de réfléchir, ils devaient retrouver les deux autres militaires au plus vite. Le temps pressait. Le jeune blond suivit alors la jeune femme aux katanas, ça faisait quelque temps qu'il n'avait pas croisé un manieur de lame. Depuis le lieutenant Reeds en fait.

    Cette courte pensée s'arrêta brutalement quand on vint le plaquer au sol par le côté, sur sa hanche douloureuse. La douleur, puis le choc avec la terre lui coupèrent le souffle, le temps qu'il reprenne ses esprits, son assaillant se mit sur lui il lui décrocha une droite en pleine mâchoire. Le membre des forces spéciales réagit en lui saisissant le col, ainsi le Pilleur ne put éviter le coup de tête qui suivit.

    Le blond en profita pour le retourner et prendre le dessus. Une fois sur son agresseur il enchaîna trois directs de son bras fort qui semblèrent sonner ce soldat de fortune.
    Suite à ce court combat il grimaça de douleur en appuyant sur sa hanche. Bon sang... Il n'avait pas été au maximum de son attention et venait de payer le prix pour cette erreur de débutant.

    Relevant la tête il aperçut Maxine à côté de lui, elle avait réagi rapidement. C'était une bonne chose s'il n'avait pas reprit le dessus elle l'aurait probablement sauvé. Avant qu'ils n'échangent quelques paroles sur son état physique, Damon coupa la parole à la jeune femme. Il venait d'apercevoir Noa qui servait d'appui à Marcus :

    "Va vite les aider, ça va, je peux me relever."

    Encore un peu ailleurs, le soldat n'entendit pas si elle répondit avant de tourner le dos, il prit appui sur le mur face à lui et se releva doucement, grimaçant encore de douleur, il se tenait la hanche toujours. Il posa la tête sur le mur et ferma les yeux. Une fois qu'elle fut assez éloigné, le gantelet expliqua de sa voix robotique :

    "-Encore un choc et vous risquez une hémoragie interne Monsieur.

    - Ça... Ça devrait aller."

    Il se mit droit, et regarda ses trois collègues arriver.

    "-Termine ta modification, nous allons tous avoir besoin de toi Wilson."

    Il feintait de n'avoir aucun soucis. L'état de Marcus était la priorité désormais, Damon en avait vu d'autres.
    Maxine Frayer
    avatar

    Citadine
    Arme : Deux Katanas
    Messages : 167
    Date d'inscription : 30/06/2014

    Avançant à pas de course tu remarques que tu es seule, te retournant vivement tu vois Damon encore à votre abri de fortune se charger d'une sentinelle. Un sursaut te prend le corps lorsque tu comprends qu'en retour ils lancent une Slave de balles en représailles. Il a l'air de bien s'en sortir continuant tu arrives vers une intersection et essaies de retrouver par les bruits ou se trouves la scène d'action. Courant rapidement tu retrouves tes compagnons, dans un état pas très encourageant. Marcus est semble-t-il blesser, Noa lui serre de soutien. Sans attendre Damon te rejoint, un sourire de soulagement se marque sur ton visage avant de le perdre aussi vite que si tu souffles sur une bougie. Il se fait assaillir par un Pilleur et violemment frapper. Sans attendre Damon reprend le dessus mais tu ne peux t'empêcher d'approcher avant de te faire soudainement stopper par ses dires "Va vite les aider, ça va, je peux me relever." Te pinçant les lèvres tu ne sais pas trop s'il est prudent de le laisser seul au vu de la douleur inscrite sur son visage malgré ce qu'il souhaite prouver. Il a malheureusement le don de donner des directives assez imposantes et c'est avec un désaccord qui te ronge un peu que tu décides de rejoindre Marcus et Noa.

    « Qu'est-ce qui s'est passé ? » Arrivant près d'eux tu ne peux t'empêcher de vouloir regarder les blessures de Marcus, Noa t'explique qu'en patrouillant ils ont rencontré un camion de leur butin facilement reconnaissable au vu de leurs marchandises et de leur direction vers le port. Voulant les arrêter ils se sont heurtés à des hommes armés et bien préparés. Comme s'ils s'y attendaient, et en regardant de plus près leur camion était vide de toutes choses, un vrai piège c'était refermé sur eux. Grimaçant tu commences à croire qu'il y aurait un indic dans vos rangs. Aidant les deux tu les diriges vers Damon qui ne semble pas respirer la grande forme. Arrivée à côté tu poses avec l'aide de Noa, Marcus contre le mur avec deux blessés inutiles de jouer groupe d'intervention. Essayant de soulager les blessures de Marcus avec ce que tu as sous la main Noa t'interpelle agressivement, et d'un retour de tête tu vois cinq hommes armés vous mettre en joue. Sans comprendre un sentiment de colère te prend, te levant, tu regardes ton robot « Rancker, protocole de protection d'urgence ! » Sans attendre le petit robot se met à flotter via ses hélices au-dessus de vous et déploie en quelque secondes une sorte de bulle nacrée, un champ de force qui vous englobe sur une distance de trois mètres de circonférence. Rien ne peut y rentrer, mais rien ne peut sortir également. Comme les bourrins qu'ils sont les hommes des camps adverses se mettent à tambouriner de balle votre protection. Un sourire amusé te colle aux lèvres, ton frère est un vrai frère poule mais il faut dire qu'il n'est pas le dernier pour ce qui est de concevoir des choses utiles, ce petit rebot en est la preuve.

    « On n'en peut pas rester indéfiniment ici, ils vont rapidement épuiser leurs munitions à ce rythme, c'est là qu'on frappera. » Regardant Noa pour une fois il semble ne pas contredire ce que tu avances et être en accord avec toi. « Croyez-vous pouvoir participer, du moins au moins soutenir votre ami qui n'est lui plus apte à tenir une arme ? » Tu t'accroupis face à Damon ne voulant qu'il se blesse plus qu'il ne doit l'être. « Rancker pourra soutenir nos deux équipes en arrière, enfin pas trop longtemps, il n'est pas conçu pour le combat même s'il a une capacité de tir » regardant l'heure tu espères que les minutes écoulées auront servi à ce qu'une équipe de secours vienne vous aider. « Si j'ai bien compté ils vont bientôt être a cours de munitions prépare toi Noa.... » Prenant une grande inspiration tu ne sais pas comment ça va se passer, vous n'êtes que deux et demi contre cinq, comme l'expression le dit, nous ne sommes pas dans le monde des bisounourse. Le temps de prendre à part deux à trois de ces hommes peut laisser le temps aux deux autres d'armer leurs fusils et de vous abattre comme des animaux. C'est la que tu attends le renfort de Damon et de ton petit compagnon « j'ai bien vu que vous saviez viser comme personne, j'espère que vous en êtes toujours capable....On compte que vous pour surveiller nos arrières »

    Levant la tête il ne reste que quelque secondes, les munitions des adversaires sont épuisées « Rancker, utilisation du canon, reste à côté des blessés ! » Noa impulsif comme toujours n'attend pas une seconde pour s'en prendre avec des balles spécialement lourdes aux Pilleurs, te regardant tu comprends qu'il te fait une sorte de chemin pour que tu approches et passes enfin à l'action. Agile et presque méticuleuse, tu commences enfin à montrer une autre facette de toi, la petite boule de coton rose qui se métamorphose en chardon piquant. N'étant pas du genre meurtrier tu gardes quand même ton côté humain et infliges des entailles presque chirurgicales pour neutraliser ceux qui se trouvent sur ton avancer, les articulations sont une façon de mettre hors d'état les assaillants sans pour autant les tuer. De toute façon mieux vaux les garder en vie pour les interroger après. Malheureusement tous n'ont pas eu cette chance, une balle au cœur ou en pleine tête sont l'œuvre de la rancœur de notre Noa National. Un, puis deux, puis enfin trois. À trois vous vous en sortez plutôt bien. Les autres ne sont pas aussi bêtes que vous ne pouviez le penser, repliés dans des zones confinées, ils n'arrêtent pas pour autant les Slaves de balles en votre direction. Une seule solution vous replier vous aussi, et Noa l'a tout aussi bien compris que toi. Approchant vivement de Damon tout en rangeant tes Katana tu lui prends le bras « on y va on va attendre les renforts, ils ne doivent plus être loin ! »
    © Great Thief sur Epicode





    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 570
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    Lorsque Maxine posa Marcus contre le mur afin qu'il reprenne des forces, le jeune blond s'accroupit pour voir si la blessure était grave, en écoutant les dires de son collègue, il commença à soulever légèrement la veste et soupira : la blessure n'était pas mortelle.
    Enfin c'est d'après les maigres connaissances du soldat qui estimait qu'aucun point vital n'avait été touché, cependant il lui faudrait l'avis d'un véritable médecin quant à son état de santé futur.
    Ne voulant pas découragé le soldat face à lui, Damon indiqua simplement sur un ton ferme :

    "Tu vas t'en sortir, tu as eu de la chance !"

    Pour la suite, il regarda Maxine tentait d'appliquer les premiers secours, quand un râle les interpella. Noa, arme à la main montrait un nouveau groupe d'assaillant.
    Le temps que le blond ramasse son arme et les mettent en jour à leur tour, une sorte de champ de force c'était formé autour des militaires, il semblait provenir du droïde.

    "-Vraiment pratique ce robot! Wilson tu devrais le scanner.

    - Je ne peux pas, fonctions létales détectées."

    L'autre camp ouvrit le feu. Coupant court à cette petite conversation. Le bouclier semblait tenir bon, pendant que les deux personnes les plus aptes au combat préparait déjà une contre attaque, la plus simple et efficace dans cette situation.
    Damon sentit des yeux roses se posaient sur lui, il releva la tête et entendit Maxine posait une simple question sur son état. Il ne savait donc pas feintait que tout allait bien.
    Hochant la tête pour répondre par l'affirmative alors que les balles continuaient de rebondir sur la carapace ainsi formé, le soldat se releva.
    Il serra les poings, voilà maintenant il n'était plus qu'un poids pour ses équipiers. Fichu blessure, le blond vociféra contre son corps trop fragile en ramassant son arme. Il se plaça au côté de Marcus pour que son corps serve de bouclier en cas de nouvel assaillant. Celui-ci émit un simple merci, appuyant encore sur sa blessure trop fraîche.
    Avant leur contre attaque, il vit que Maxine n'était pas rassurée, enfin elle lui dit implicitement par son inspiration et par sa dernière parole avant de charger. Il lui répondit :

    "-Je ne vous laisserais pas mourir."

    Le champ de force partit. Noa sortit son artillerie et commença la rafale, le tir de couverture tandis que Maxine partit telle une tigresse défendant ses enfants, sa rapidité et son agilité surpris même le membre des forces spéciales, l’œil cramponné à son viseur.
    Cependant en aucun Damon n'aurait pu faire feu tant le risque de toucher la jeune femme était important par sa proximité avec l'ennemi et ses mouvements fluides et rapides. En voulant la sauver il aurait peut être causait sa perte. Si il avait eu un point de vu surélevé, les choses auraient été différentes, mais de sa position plus basse, à part tirer dans un pied il ne pouvait rien faire. Et fort heureusement il n'eut rien à faire, trois ennemis firent neutralisés.

    Cependant malgré la réussite de ce petit stratagème, Damon lança un regard noir à Noa qui ne semblait en comprendre la raison, il n'avait pas cessé de tirer, même lorsque Maxine était arrivé au corps à corps. Il pesta :

    "-Tu as tellement confiance en tes capacités? Les dommages collatéraux tu en as l'habitude non?"

    Le concerné voulut répondre, mais il se ravisa en croisant une nouvelle fois le regard de Damon. Vouloir se venger était une bonne chose, ne pas faire attention à ses amis en était une autre. Et si il avait malheureusement touché la pauvre femme, Damon ne lui aurait jamais pardonné.

    En parlant du loup, Maxine arriva à leur position et donna ses directives en tirant le blond par le bras. Sa hanche le relança, il grimaça de nouveau. Il ne pouvait pas courir dans son état, autant qu'il soutienne Marcus.
    Il prit le bras de son collègue et le passa derrière son coup, se transformant en appui pour celui ci, et partit suivre la femme aux cheveux rose.
    Après quelques mètres il se remémora un détail.

    "Noa! L'explosion ! Qu'est ce qui a déclenché l'explosion?!"

    Si c'était dû à l'équipement des pilleurs la situation serait encore plus dramatique qu'elle l'était déjà...

    W.I.L.S.O.N clignota soudainement.

    "-Prochain bâtiment, deux sources thermiques derrière le mur. Une proche de la fenêtre."

    De ses yeux verts il regarda Maxine, avant de lui dire sans trop hausser le ton pour éviter que leur groupe ne se fasse remarquer :

    "-Change de direction ! Vite!"

    De tout son cœur il espéra qu'elle avait entendu sa mise en garde.



    Maxine Frayer
    avatar

    Citadine
    Arme : Deux Katanas
    Messages : 167
    Date d'inscription : 30/06/2014

    Avançant rapidement tu cherches du regard un endroit assez à l'abri mais précis pour pouvoir entretenir une certaine défense sans trop s'exposer. Damon se détache de toi et préfère servir de canne de soutien à son collègue. Faisant une petite moue tu le laisse faire et entend leur discussion, le blondinet est passablement remonté contre ton complice soldat. Restant silencieuse tu ne fais que suivre. « J'en sais rien, on a découvert ce camion qui semblait se charger mais au moment ou a voulut y jeter un coup d'œil des hommes nous est tombés dessus, on s'est éloigné pour se mettre a l'abri des balles et c'est là que le camion à été descendu par l'un des leur. Marcus a été touché à ce moment par des débris de l'explosion, j'ai rien compris ca c'est passé super vite ! Ça te va ! » Un peu choquée tu ne comprends pas non plus les initiatives de ce groupe, détruire leur propre marchandise ? Fronçant les sourcils vous continuer votre pseudo-retraite toi et Noa en avant pour parer aux éventuelles rencontres dangereuses. Surveillant sans cesse si les deux autres suivent, Noa prend l'initiative de séparer les deux blessés, t'appelant chacun aide un des blessés pour aller plus vite. Damon peut encore avancer seul, Noa demande donc ton aide pour Marcus le moins en force de vous quatre. Malgré ta petite taille tu n'en restes pas moins une soldate qui a appris à entretenir une certaine force. Venant placer ton bras sur la hanche de Marcus avec Noa vous le faites avancer plus vite.

    Apercevant un endroit propice pour votre retraite tu t'y jettes avec l'impulsion de Noa les cris des suiveurs pilleurs se faisant entendre. N'entendant pas ce qui se passe autour de toi, tu ne cherches qu'à mettre en sécurité tes compagnons. Malheureusement pour toi, le destin n'en a pas décidé ainsi. Sans comprendre ce qu'il se passe une cross de fusil s'abat sur ton visage et te repousse violemment sur le sol, ton corps heurte le sol lourdement dans un bruit sourd et une douleur languissante marche sur tout ton visage. Un cri gras s'échappe de tes lèvres et tes bras viennent se poser sur ton minois par réflexe. Le regard un peu brouillé tu entends de nouveau des coups de feu fuser à droite à gauche. Vous êtes à quelque pas de votre eldorado mais l'entêtement des pilleurs semble faire barrage. Te relevant doucement tu te fais littéralement trainer comme un sac de patate derrière des déchets de tôles et de bois qui se trouve là regardant attentivement tu reconnais Noa qui s'est occupé de mettre les autres aussi derrière cette barricade de fortune. « Tu t'es fait salement amocher la rose... » Son sourire moqueur ne cache pas l'inquiétude qui emplit son regard embrouiller tu sens quelque chose de liquide couler sur tes lèvres et viens passer les doigts pour comprendre. Regardant tes doigts teintés de rouge tu comprends que ton nez à succomber au choc de ce coup de crosse. C'est à ce moment-là que la douleur encore implicite pour toi ce déclenche comme une alarme.

    Te tenant le nez tu saignes a ne plus t'arrêter, tu comprends vite que tes parois nasales son fracturé, la douleur remonte même à tes yeux, ce qui à le don de te floutter considérablement la vue. Une simple petite blessure et le monde basculent, ce qui est agaçant pour toi c'est le fait que tu te sentes inutile, les autres sons plus dangereusement blessés que toi mais cette fracture t'empêche de bien visualiser le terrain. Et un mal de crâne qui vient se joindre à cette histoire. Voyant que la situation se dégrade monstrueusement et les intervenants ne sont toujours pas là. Vos chances de survie se rétrécissement comme une peau de chagrin. N'ayant plus d'autres solutions tu ordonnes une nouvelle fois à ton robot de vous confiner dans une bulle sécurisante. « On ne resdtera pas des heures comme da. Utiliser Racker deux fois da épuise ses batteries....Espérons que les hecours arrivent vite ! » Malgré la situation qui ne le permet pas, tu te mets à parler comme un canard à force de tenir ton nez dans un mouchoir pour éviter de jouer les chutes du Niagara rouge. Scrutant les alentours tu commences même à prier que les agents de renforts viennent vite vous aider de ce cauchemar.

    Des cris s'élèvent et les regards avec, faisant comme tout le monde tu aperçois des hélicoptères de l'Armée de l'Air avancer avec leur incessant « posez vos armes » un sentiment de soulagement te traverse le corps et tu te retournes vers tes compagnons, mais ton soulagement s'évapore en voyant que Marcus n'aller que de mal en pis. Son visage est devenu aussi blanc qu'un linge, approchant tu remarques la tache de sang au sol, une balle perdue avait durant la fusillade traverser les tôles et là toucher à la cuisse. Paniquant un peu tu cherches quelque chose pour faire pression et prise dans l'action tu tire la manche de Damon « donnez moi votre veste ! » Ne lui laissant pas le temps tu l'obliges à la quitter et viens faire un point de pression sur sa cuisse pour éviter de le laisser se vider de ton sang. Oubliant par la même occasion ton nez cassé. « Aidez-moi a appuyer.... ! » Un peu désespérée de cette journée catastrophe tu regardes Damon comme un chien battu aux abois.
    © Great Thief sur Epicode





    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 570
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    La réponse de Noa fut un brin énervé, à vrai dire c'était normal, il venait de se faire remonter les bretelles et son amour propre venait d'en prendre un coup probablement.
    De plus il eut enfin l'idée de s'occuper de Marcus, appelant même Maxine à l'aider, leur groupe était devenu beaucoup plus mobile, et c'était une bonne chose.
    Cependant la jeune femme n'entendit pas l'ultime conseil de Damon, et celui-ci eut une peur monstrueuse quand il vit s'abattre la crosse sur son si doux visage, il pensait la perdre mais Noa montra la rapidité de ses réflexes quand il repoussa l'assaillant de sa main libre.

    Cette fois Damon était derrière, mais debout, la poignée de son arme contre l'épaule. Il n'était pas accroupi comme tout a l'heure dans la ruelle, il hurla :

    "- A terre !"

    Noa s'exécuta en se jetant sur le sol, Marcus y compris. Le choc ne devait pas être agréable pour ce dernier mais Damon profita de la mince fenêtre de tir qu'il venait d'avoir pour faire feu. Une courte rafale vint mettre à terre la première source de chaleur.
    Damon ne pouvant se mouvoir à sa guise, il dut essuyer la riposte du second pilleur. Mais à sa grande surprise elle n'était pas dans sa direction, mais celle de ces amis à terre.

    Damon ne comprit pas le pilleur, soit il se savait perdu et voulait emporter le plus de monde possible avec lui, soit il identifiait très mal les menaces. Quoi qu'il en était, le blond ne lui laissa jamais le temps de tirer une seconde salve meurtrière.

    Par la suite du mieux qu'il put il se rapprocha de la cachette, entendant les cris des pilleurs et leur déplacement indiscrets, il sautillait sur une jambe pour agrandir ses foulées pendant que Noa sortait du découvert pour tirer Maxine vers eux et regroupés tout le monde. Il avait bien agi cette fois-ci.

    Une fois à côté d'eux il voulut s'excuser mais c'était avant de voir l'état de tout le monde. Marcus était livide, sa respiration s’accélérait et s'intensifiait, il émettait des râles d'agonie de plus en plus suffoquant. Noa examinait la jeune femme qui semblait avoir le nez fracturé, le sang coulant abondamment sur son visage juvénile.

    Un rapide état des forces s'imposait, et la conclusion n'était pas positive. Un homme à terre, qui avait besoin de secours au plus vite, un second incapable de se battre correctement, une femme avec le visage touchée, seul Noa pouvait encore bien se défendre en cas d'attaque. Il fallait prier pour que les renforts se dépêchent, et les sortent de ce mauvais pas.

    Petit à petit, le blond bit la jeune femme reprendre ses esprits tandis que Noa s'occupait de Marcus. Il décida alors de faire le guet, sortant sa tête de temps à autre de leur cachette de fortune pour observer la rue, comptant aussi sur W.I.L.S.O.N pour le prévenir des menaces éventuelles venant des bâtiments. Étrangement, les cris et les pas incessants semblaient s’être calmés.

    "-Wilson un message? Il se passe quoi là, je n'aime pas ça!

    -Négatif Monsieur."

    Le soldat resserra doucement sa main sur sa crosse froide, il était crispé. C'était la première fois que son unité était autant en péril au cours d'une mission. Tout ça à cause du manque d'effectif flagrant. De trop petits groupes ont été envoyés pour attraper un très gros poisson.
    Le blond tourna la tête quand il entendit Maxine essayant de dire quelque chose normalement, puis de nouveau le champ de force salvateur apparut.

    Et là, comme  un rayon de soleil perçant la pluie après l'orage, une voie retenti au travers d'un haut parleur, et le déplacement d'un groupe de véhicule se fit entendre, les renforts étaient enfin là !

    "-Wilson indique leur notre position, déclenche ta balise gps et précise leur bien un homme à terre et un autre touché au visage."


    A la fin de sa phrase, Damon posa enfin ses fesses sur le sol en regardant le ciel, il laissa échapper un long soupir pour exprimer son soulagement tant attendu, jusqu'à ce qu'il sente quelqu'un lui tirer la veste.
    C'était Maxine, le visage pâle et inquiétée, blessée mais laissant bel et bien la peur visible. Elle lui demanda sa veste.
    Poussée par cette expression si significative, il l'enleva et lui donna sans demander la moindre explication. Il comprit lorsqu'elle commença à presser la jambe de Marcus, une balle avait du l'atteindre alors qu'il était déjà mal en point.
    Sur un ton autoritaire elle réclama de l'aide.

    Sans plus attendre Damon déchira un bout de son pantalon. Doucement il posa ses mains sur les poignets de Maxine et les retira. Il lui glissa le morceau de tissu et s'expliqua :

    "-Je m'occupe de le garder en vie, occupez vous de votre blessure. Elle coule à flot elle aussi."

    Sans attendre de retour il plaqua ses mains sur le tissu servant à éponger le sang et stopper l’hémorragie, il pressait et parlait à son coéquipier :

    "-Marcus, fixait vous sur le son de ma voix, voilà c'est bien... Les médecins arrivent, vous allez vous en sortir, écoutez moi, ne fermez pas les yeux. Vous avez une famille Marcus? ... Bien pensez à eux, comment se nomme votre fils?..."

    Tout en continuant son discours il entendit Noa criait de tout ses poumons, des soldats venaient de passer devant eux. Tout allait être fini...

    Quelques minutes plus tard le groupe se retrouvait au pied de 3 hélicos, où un campement de fortune venait d'être fait pour s'occuper des blessés.
    Marcus était sur une civière examinait par un médecin. Un soldat se rapprocha du blond qui l'examina puis le reconnut. C'était un autre membre du groupe d'intervention.

    "-Ah 212! Vous avez eu de la chance! Allez vite sous la tente rejoindre la femme et son collègue qu'on s'occupe de vous !


    -Je vais bien, mais merci de vous inquiétez.

    -Je vous connaît Damon, je sais à votre posture que vous avez mal."

    Comme pour argumenter sa réponse il appuya sur la hanche du jeune homme face à lui, qui se replia légèremment en grimaçant toujours, les dents jointent.

    "-Filez où j'appuie plus fort ! En plus je suis sur qu'elle vous plaît la petite !

    -A vrai dire je n'y ai pas pensé pendant que des balles passaient au ras de nos têtes...

    -Hum... Pas faux."

    Sur ce dernier échange Damon se traîna vers les infirmiers. Il se plaça face à Maxine et Noa tandis que quelqu'un vint l’ausculter. Il pointa alors sa hanche et remercia le jeune homme qui s'occupait de lui en enlevant son t-shirt. Sa hanche était bien rouge...

    Doucement il redressa la tête pour croiser le regard rose de Maxine, et le regard autoritaire de Noa. Il leur déclara juste :

    "-Sale journée n'est ce pas? Selon le médecin Marcus va s'en tirer, mais il devra quitter l'armée. Et vous deux ça va?"


    Lorsqu'il eut terminé de prononcer ces mots, un petit râle lui échappa. L'infirmier venait de presser nonchalamment sur sa blessure avant de s'excuser. Le matricule 212 sourit simplement en regardant les trois personnes à tour de rôle :

    "-Ce n'est rien ! Nous sommes tous en vie alors profitons en !"
    Maxine Frayer
    avatar

    Citadine
    Arme : Deux Katanas
    Messages : 167
    Date d'inscription : 30/06/2014

    Les secours sont enfin là, un long râle de soulagement s'échappe de tes lèvres en tenant fermement le morceau de tissu que Damon t'a donné. Estompant le sang qui coule tu sens que le sang commence à ne plus couler autant « merci ... »Un sourire des plus sincère se fige sur ton visage, en cette fin de journée tu t'attaches finalement un peu à cette nouvelle connaissance. Damon Zigg, tu espères pouvoir le recroiser une fois cette mission suicide terminée. Mais ce qui attire le plus ton attention à ce moment, est l'état de Marcus, le pauvre homme n'a eu que des malheurs aujourd'hui. Il à été touché par l'explosion et ensuite par une balle perdu. Rapidement le reste des décidant ce font interpeller et les secours viennent vous aider, Marcus amener sur une civière il va probablement être le premier transporter vers l'hôpital central. Entraînée tu es posée de force sur un lit de camp pour te faire ausculter, réflexe, yeux, mental, on t'allonge et vient trifouiller ton pauvre nez déjà souffrant pour voir s'il est cassé ou pas, heureusement pour toi juste un choc qui à causer le saignement. Ton petit nez en trompette n'est pas en mille morceaux.

    Rassise tu es nettoyée, et on te pose un pansement, malgré qu'il ne soit pas cassé, l'arrête de ton nez est ouvert par le coup de crosse. Légèrement enflé tu te coltines des pommettes de hamsters à cause de tout ça. Noa installer à côté de toi, le moins amoché des quatre il n'en perd pas son humour de voie de garage. « T'arrives à passer à travers la porte avec tes joues ? » Sans vraiment te contenir tu lui offres un regard des plus assassin, la douleur et les yeux qui te picotent ne sont pas propice à la rigolade, surtout après une journée pareille. « Noa....Lâche moi tu veux ? » Baissant la tête tu te retrouves à devoir respirer par la bouche. Le membre de la police, Damon finit par vous rejoindre. « Vous allez bien !? » Sans lui laisser le temps de se poser tu te retrouves debout face a lui l'inquiétude dans le regard. Te surprenant toi-même tu recules et te rassois toussotant gênée « p..pardon excusez moi » les infirmiers viennent s'interposer, ils commence à regarder sa blessure et entamer les soins pour le soulager et le mettre sur pied pour le voyage de retour.

    Une fois terminer tu croises le regard émeraude de Damon "-Sale journée n'est ce pas? Selon le médecin Marcus va s'en tirer, mais il devra quitter l'armée. Et vous deux ça va?" Noa lui explique qu'il n'a pas à se plaindre et affiche une large déception pour ce qu'il s'est passer aujourd'hui, et se sentant fautif pour ce qu'il est arrivé il décide de vous laisser pour aller voir Marcus. Regardant Damon tu essaies de faire bonne figure « ça va....rien de bien méchant, mon nez n'est pas cassé alors je ne me plains pas non plus, mais j'aurais dû être plus vigilante... » Redressant une mèche rose rebelle, tu vois Noa revenir se poser dépité de sa visite que ne semble pas l'avoir convaincu. "-Ce n'est rien ! Nous sommes tous en vie alors profitons en !" Un petit rire t'échappe et tu le regarde « vous avez raison.... ! » l'heure du départ à sonner et le matériel se voit ranger, caser et attaché. Les tantes repliées, vous vous retrouvez accompagner de personnel soignant. Marcus est le premier pris en charge comme tu le pensais tout à l'heure. Tu espères sincèrement qu'il s'en sortira vite, malgré qu'il ne puisse plus travailler dans la police.

    Prenant le même hélicoptère tu te retrouves assise au milieu des deux messieurs, Noa à ta droite et Damon a ta gauche. Attachée, Noa semble se battre avec sa ceinture quand sans le vouloir il ripe et t'inflige un méchant coup de coude sur ce pauvre nez qui est déjà bien souffrant, dieu en veut à ce nez où c'est vraiment ce que l'on appelle le mauvais œil. Comme si une crise te submerge tu échappes un crie aigu et te retrouve pliée en deux en te tenant le visage, Noa lui ne sait que se confondre en excuses comme un gamin qui perd pied. Un infirmier qui vous accompagne approche avec une seringue comprenant ce qu'il vient de se passer « on peu pas redescendre on va devoir vous mettre sous morphine le temps du voyage pour éviter la douleur de l'altitude d'accord... » Étant plus occuper à retenir tes larmes tu ne réponds pas et sens la piqure dans ton bras, soudainement un flot de bien t'envahis, une béatitude presque diabolique. Dans les vapes il te calle contre le dossier de la banquette et se rassoit « ja...vais pas dis ! » Plissant un œil tu te retrouves complètement shootée par la morphine ne ressentant même plus la douleur ni même ce qu'il se passe dans ton entourage. Secouée par le vol tu poses ta tête sur la première épaule qui se trouve « bouge pas comme ca HO ! » Sans t'en rendre compte tu accuses Damon de trop bouger alors qu'il ne subit que comme toi les a coups du vol « cté une journée de merde moi je dis....de mer-deuh ! » Rigolant pour un rien tu finis par lourdement t'endormir contre lui.
    © Great Thief sur Epicode





    Contenu sponsorisé


    Contenu sponsorisé

    Contenu sponsorisé
    Contenu sponsorisé

      La date/heure actuelle est Lun 25 Sep - 2:53