AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  
Ouvrir CB

Lorsque le passé et le futur se rencontrent...


    Let's play together, my love... [PV : Daz]

    Partagez
    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 489
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/12/2014


    Viens par là, ma petite proie, jouons ensemble...



    Ne jamais s'approcher de trop près d'une lionne, la mort lente et douloureuse est votre seule échappatoire...

    Une sauvage. Une lionne. Une redoutable chasseresse. Qu'avait-elle d'humain en cet instant ? Rien. Néant. Zéro humanité. Vous pouvez même descendre en-dessous de zéro. Une lionne sauvage. Rien que sa tête le disait, tout comme ses cheveux qui se bousculaient dans la légère brise du soir. Une lionne sauvage courroucée. Ou du moins, suffisamment irritée pour être en plein territoire ennemi. Bien que cette irritation ne se voit absolument pas sur la face calme de cette sauvageonne qui bondissait agilemment, sans cesse en mouvement. Elle prenait de trop gros risques en étant ici, mais elle ne pouvait pardonner l'affront de ce j'ai-une-maison-fixe.

    Il avait blessé sa jumelle. Pas gravement ? Et alors ? Il avait blessé sa soeur jumelle. Et on ne touche pas à la soeur jumelle d'une lionne. Et encore moins à celle de la lionne, aussi connue sous le nom de Scorpion Rouge par l'Armée des j'ai-une-maison-fixe. Elle se mouvait dans l'amas-de-tentes-dures-et-fixes de sa course féline et silencieuse, traquant sa proie tout en essayant d'échapper aux personnes qui cherchaient déjà à lui faire la peau. Elle était poursuivie par deux hommes, mais elle ne cherchait même pas à savoir qui. Elle poursuivait sa proie. La lionne rousse n'était pas au coeur de 1400, seulement au bord de l'amas-de-tentes-dures-et-fixes, si bien que sa proie finit par s'enfuir du côté des rives de l'oasis de 1400.

    Le Scorpion Rouge n'arrêta pas sa traque pour autant, ayant réussi à éviter le pire pour l'instant. Elle fondit sur sa proie à une vitesse vertigineuse, et ne fit que lancer son chakram sur celui qui avait osé blesser sa soeur jumelle. Depuis quand on s'approchait de sa soeur jumelle ? Hein ? Et depuis quand on l'approchait sans la permission de la lionne ? Hein ?! Depuis jamais ? Précisément. La lionne joua pendant quelques minutes, s'amusa dans une danse mortelle et sanglante. Jusqu'à ce qu'elle entende un bruit de pas. La danse mortelle et extrêmement rapide prit fin. La proie de la Lionne n'était plus.

    Elle se retourna vers celui qui l'importunait en émettant un grognement sourd et menaçant, semblable à celui d'un prédateur qui était dérangé dans son repas frugal. Et elle reconnut un de ses deux poursuivants de tantôt. Son grognement ne s'éteignit pas et, au contraire, s'amplifia légèrement. C'était quoi ce machin... ? Même le pire des sédentaires avait meilleure mine ! Il ne faisait pas cette tête à cause des conséquences de sa danse mortelle. ... Si ? La lionne fléchit légèrement ses genoux et pencha imperceptiblement sa tête en avant en grognant.


    Le message était clair. Approches-toi trop près et je jouerai encore plus longuement avec toi, ma petite proie...
    Code de Frosty Blue de Never Utopia
    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 557
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    Damon repensa au repas du midi qu'il avait eut bien plus tôt dans la journée. Seul chez lui, il c'était préparé un petit plat bien garni dans le seul but d'envoûter ses papilles, il soupira. Quand il avait commencé à le dévorer il n'aurait jamais cru en arriver là seulement quelques heures plus tard...

    Il était en poursuite, W.I.L.S.O.N le guidant tant bien que mal, la rapidité de sa cible était vertigineuse, et sans cette merveille de technologie, le soldat l'aurait d'ores et déjà perdu, échouant lamentablement. Il serra les dents tout en continuant de courir, un homme était en danger, il fallait le sauver.

    Et dire que tout avait commencé alors qu'il ne c'était présenté à la caserne qu'une petite dizaine de minutes après avoir terminé son succulent repas, la journée avait été plutôt calme. On sentait que l'armée tentait de ménager le petit groupe qui composait son unité ces temps ci, peut être en vu d'une grosse opération ? Sa position de soldat ne lui permettait pas de le savoir, mais il se contentait d'obéir aux ordres qu'on lui donnait, il était loin d'être un fin tacticien.
    Le groupe partit de la caserne deux heures après, on leur demandait de faire une patrouille. Les lieutenants avait décidé d’appeler le groupe d'intervention pour patrouiller dans la ville? Soit on ne les prenait pas au sérieux, soit une réelle menace pesait sur la ville dans le plus grand secret de tous.
    Ils se séparèrent en groupe de deux, et le sportif Damon se retrouva avec l'ingénieux Josh, il était un bon observateur, et son œil expert leur avait plusieurs fois permit de réussir des missions que la plupart considérait comme perdu, et juste pour ce don important, le blond lui vouait un grand respect, d'ailleurs c'est en parti "grâce" à lui qu'il en était arrivé là...

    Une petite demi-heure, Josh pointa du doigt une passante qui courrait, probablement à la poursuite de quelqu'un :

    "Damon là ! Vite il faut intervenir, elle n'est pas de 1400 !"

    Hein? Comment savait il ça? Aurait il remarqué quelque chose une nouvelle fois? Damon n'eut pas le temps de lui demander, son collègue était déjà partit en courant. Le soldat sprinta à son tour, demandant à son gantelet de suivre la source thermique de leur cible. Josh s'épuisa rapidement tandis que le second soldat tentait tant bien que mal d'empêcher un malheur de se produire.
    Au détour d'une rue, le blond entendit la voix de Josh faire écho :

    "Attends.. J'en peux plus... J'dois m'arrêter pour... souffler..."

    Le jeune homme n'attendit pas et continua sa route, voilà comment il en était arrivé là.

    Maintenant il serra une dernière fois les dents, et put atteindre enfin le personnage qu'on lui avait indiqué un peu plus tôt. Mais le spectacle qu'il vit lui retourna l'estomac, le laissant bouche bée.
    A cause de sa vie de soldat il avait déjà vu des choses horribles, il avait déjà tué et mutilé sans avoir le moindre dégouts, mais cette fois,  une scène aussi immonde que le reste du cadavre de ce pauvre homme, dispersé à même le sable, à moitié dans l'eau lui avait soulevé le coeur...
    Il fallut une petite seconde avant qu'il reprenne ses esprits en secouant la tête, il fixa cette fois la meurtrière de ses yeux verts.
    Finalement la présence de celle-ci l'arrangeait, il était obligé de lever les yeux de ce macabre spectacle. Comment une femme pouvait en arriver à un tel degré de barbarie? Il s'empressa de la mettre en joue pour répondre à ses grognements menaçants.

    Il avait face à lui une adoratrice du scorpion, il n'avait eu que peu l'occasion d'en voir de ses propres yeux, sa fonction le contraignant surtout à intervenir face à d'autres habitants de 1400, mais il avait connaissance de tout ce qu'on racontait à leur sujet.
    Il fronça les sourcils et se mordit la lèvre inférieure lorsqu'elle bougea de manière discrète ses genoux, avait elle l'intention de se battre... ?

    "Si vous me comprenez, rendez vous, aucun mal ne vous sera fait tant que cette exécution n'aura pas été mises au clair! Évitons un autre bain de sang aujourd'hui !"

    Cette phrase semblait intimidante, mais le blond tentait de se rassurer un petit peu, certes il commençait à fatiguer mais il restait néanmoins armé, et les grognements de la jeune femme restait bien plus intimidant que le discours d'un policier face à un suspect... Sans compter qu'il avait un désavantage assez conséquent. Lui n'avait pas le droit de l'abattre sans savoir la raison de son acte, enfin sauf si il n'avait pas tenté auparavant de la maîtriser et que sa vie était sur le point d'être écourtée d'une manière non négligeable, alors que la probable meurtrière avait tout le loisir de commencer en visant les points vitaux.

    Il chuchota alors, en écho au dernier grognement qu'il put entendre :

    "Wilson, taser, je pense que ce n'est pas notre jour. Faites que Josh arrive vite..."

    Il restait campé sur sa position, Damon ne savait pas si elle préparait une attaque, mais bien souvent la prévention est bien meilleure qu'une guérison, alors autant se préparer au pire.



    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 489
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/12/2014


    La fuite ou l'attaque, quel sera le meilleur jeu... ?


    Tenter de raisonner une lionne sauvage enragée et courroucée sans aller dans son sens est le pire des blasphèmes...

    Une lionne sauvage. Qui venait de venger et protéger sa soeur jumelle. Et qui, brusquement, en était venue à se pencher légèrement en avant. Et de fléchir ses genoux, discrètement, mais assez significativement pour faire comprendre qu'au moindre faux pas, s'il s'approchait de trop près, il n'y a pas que ses crocs ou ses griffes qui allaient jaillir. Après tout, ce j'ai-une-maison-fixe avait une arme. Il était normal qu'elle adopte une posture défensive. Bien que la lionne ait adopté cette position pour pouvoir mieux répliquer et attaquer à la moindre petite faille. Et, ironiquement, le Blond se mit à parler. À parler. Un peu trop rapidement pour quelqu'un qui voulait être menaçant.

    - Si vous me comprenez, rendez vous, aucun mal ne vous sera fait tant que cette exécution n'aura pas été mises au clair! Évitons un autre bain de sang aujourd'hui !

    Un sifflement ténu, mais pas moins menaçant, lui répondit. Elle n'entendit pas l'ordre lancé dans un chuchotement du j'ai-une-maison-fixe, ce qui ne l'empêcha pas de bouger. Ses bras se mouvèrent, un dans son dos, l'autre sous son amas de tissus. Elle avait un genou plié, et l'autre jambe tendue loin derrière. Penchée en avant. Yeux qui scrutaient cet intrus. Elle n'avait même pas eu le temps de venger sa soeur correctement... Du gâchis. Seulement quelques minutes, sept tout au plus, de torture. Largement insuffisant au vu de ce que cette ordure avait fait. Pourtant, lorsqu'elle se rappela les mots « si vous me comprenez » et « exécution », sa lèvre inférieure frémit et un long grognement sortit tout droit de ses entrailles.

    - Exécution ? Exécution... ? Ha ! Je suis une Adoratrice du Scorpion donc je ne vous comprends pas ? Parce que c'est moi qui ne comprend pas quelque chose peut-être ?!, feula-t-elle d'une voix de lionne sauvagement enragée, étant ainsi on-ne-peut-plus menaçante.

    Tous des ordures. Des déchets. De vulgaires... Vulgaires. Même les grains de sable étaient plus respectables aux yeux de la lionne sauvage. Elle n'avait d'humaine que l'apparence. Et au vu de son caractère, on pouvait même oublier son corps d'humaine. On pouvait nettement voir, dans sa posture actuelle, une lionne prête à courir aussi vite qu'elle le pouvait. Pour se sauver ou pour attaquer. La lionne rousse ne bougea pas, attendant de se décider. Elle attendait surtout un mouvement qui l'amènerait à se décider, car actuellement, sa posture était plus une posture défensive. Elle n'avait pas oublié. Elle n'avait pas oublié que sa jumelle se trouvait au campement des Favoris de la Gazelle, qui n'était pas si loin de là où elle se trouvait.

    Et elle ne laisserait personne approcher ce campement. Dans la mesure où sa jumelle s'y trouvait, bien évidemment. Elle ne bougea pas, restant campée dans ses positions, sentant seulement que Merah Hitam se cala sur son épaule afin d'affirmer sa présence, sans que quiconque d'autre que la lionne rousse n'ait pu voir ou se douter du trop imperceptible mouvement du scorpion. Ce qui eut pour effet d'arrêter les grognements de la sauvage. Sans qu'elle ne bouge. Son regard menaçant était son grognement.

    Et le j'ai-une-maison-fixe, là, en face de lui. S'il faisait un seul pas vers, elle bondirait. Vers où... Telle était la question...
    Code de Frosty Blue de Never Utopia


    Dernière édition par Hafsa le Sam 17 Jan - 20:36, édité 1 fois
    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 557
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    La situation était tendue, le soldat déglutit avant d'entendre la réponse de la meurtrière, son regard se renforça, sa main restait crispé, elle avait bougé. Face à lui se trouvait une personne prête à bondir, pourquoi était il comme ça? Damon avait pourtant l'habitude des situations à risque, de la tension, il était habitué à garder son sang froid en tout moment, pourquoi maintenant? Pourquoi était il si crispé?
    Il avait déjà couché des personnes bien plus imposantes que lui sans la moindre égratignure, mais cette femme dégageait quelque chose, sans compter la vue du corps encore chaud... Ce mélange lui faisait perdre son assurance habituel.
    Rapidement il comprit la raison. Dans son esprit il savait pertinemment qu'au moindre faux pas, que ce soit dans ses paroles ou durant un combat à mort, il finirait comme cette homme, c'est la première fois de sa vie qu'il se sentait autant menacé et autant en danger de mort.

    C'est à ce moment tant redouté que la réponse siffla dans les oreilles du blond... Une adoratrice du scorpion, cette idée était bel et bien confirmée. Cependant ses propos étaient bien plus charismatiques que "l'arrestation" du soldat. Ses yeux verts ne quittèrent pas sa cible pendant que les grognements continuait. W.I.L.S.O.N marqua soudainement sa présence :

    "-Protocole terminé. Comportement félin, Monsieur."


    La dernière remarque de son gantelet interpella le jeune homme, bon sang. Il était fichu sans cette machine et les yeux de son collègue, il n'avait même pas remarqué que celle qui lui faisait tant peur se comportait comme un animal, enragé certes mais un animal quand même. Il cligna des yeux et baissa très légèrement son canon vers le sol de manière à pouvoir réagir en cas d'agression, mais aussi afin de dégager sa bouche.
    Il tenta de supporter le regard mortel qu'on lui faisait, prenant la place des grognements avant de répondre. L'idée qu'avait voulut faire passer Wilson était pourtant toute simple, pour quelles raisons un animal se mettrait autant en danger et en colère? Qu'est ce qui l'a vraiment poussé à agir de la sorte?

    "-Écoutez moi, je ne veux pas vous abattre. Qui était cet homme? Un pilleur? Pourquoi autant vous mettre en danger en venant jusqu'ici juste pour lui? Sachez que je ne les aime pas non plus et que je suis souvent confronté à eux ! J'en ai abattu plusieurs, et ils ont failli faire de même avec moi de nombreuses fois !"

    Sa voix portait plus loin que tout à l'heure, ainsi le soldat tentait de reprendre le contrôle de la situation, de regagner le sang froid qu'on lui avait volé juste avant afin de réagir au quart de tour et d'anticiper. Il continua donc :

    "-Le gantelet que vous voyez à ma main peut envoyer des messages que je sois mort ou vivant, qu'il soit encore à ma main ou non. Il va envoyer un message à mes équipiers pour leur dire de ne pas bouger, de rester où ils sont, si vous m'attaquez il enverra un second message et vous aurez de grandes difficultés pour vous échapper mais je ne veux pas en arriver là."

    La chair de poule commençait à apparaître sur sa peau, son regard tentait de rester ferme alors qu'il continuait ses paroles :

    "-Nous ne sommes que tout les deux, et je peux vous laissez partir sans encombres, mais il faut que je connaisse l'histoire et surtout la raison qui vous a poussé à autant vous exposer !"

    Pourquoi? Pourquoi devait il se faire juge dans une telle situation? Le blond n'était qu'un sous-fifre exécutant les ordres qu'on lui donnait sans broncher, plusieurs fois on le félicita pour sa loyauté et son respect au cours de ses missions, alors pourquoi fallait il que ce soit lui qui se retrouve face à la lionne enragée avec ce choix à faire? Et si elle mentait et avait simplement fait cet acte barbare pour le plaisir, puis que Damon la laissait partir prétextant une fuite rapide parce qu'il l'avait cru? Il aurait ce poids  sur sa conscience tout le long de sa vie... Bon sang... Pourquoi avait il été plus rapide et endurant que Josh? Il n'était pas un négociateur et encore moins un juge mais un combattant !

    Pour le moment peu importait la réponse de l'adoratrice qui lui faisait face, le soldat était perdu et ne savait en aucun cas ce qu'il allait devoir faire....



    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 489
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/12/2014


    ... Mais tu peux pas fermer ta gueule ?!


    Apaiser une lionne méfiante et enragée en rabaissant sa fierté est sans doute la pire attitude à avoir...

    Comportement félin ? Quelle était cette voix agaçante et... La lionne plissa légèrement les yeux, son regard jusque là menaçant se fit meurtrier. Ses grognements avaient disparus, ce qui ne l'empêchait pas de garder une main dans son dos et l'autre sous ses vêtements, toujours dans la même posture de défense. Le terme le plus juste était « position d'attente », mais enfin, allez expliquer ça à une lionne qui jugulait sa haine et son énervement, tout en essayant de déterminer si elle partait pour mener à une fausse piste ou si elle attaquait ce j'ai-une-maison-fixe. Lorsque ce dernier se décida enfin à supporter le regard du Scorpion Rouge et qu'il baissa son arme dans le même temps, la sauvageonne pencha légèrement plus son buste vers l'avant. Prête à l'attaquer, sans le quitter du regard.

    Ce qu'il lui dit, en revanche, eut le mérite de la faire revenir debout en fléchissant significativement les genoux, buste toujours vers l'avant. Une main qui battait contre son flan, l'autre dans son dos. Posture d'attaque. Comment cela on lui piquait ses proies ? Et puis quoi encore ?! Si elle les tuait, ce n'était pas pour que quelqu'un d'autre le fasse à sa place ! Et ces questions... Ces questions qui la ramenaient au rang de pire des ordures, ces questions-là eurent le mérite de lui arracher un grognement sourd, meurtrier. Son regard s'étant chargé d'une froideur indescriptible. Qu'il soit un Pilleur, un citadin ou un nomade, là n'était pas la question. Personne n'approchait sa soeur jumelle sans la permission du Scorpion Rouge, et encore moins pour la blesser... ! Et ses tentatives pour la comprendre en lui mettant sa fierté à vif ne l'énèrvèrent que davantage.

    Parler de la situation à cet homme ? Ce serait lui dire que sa soeur était blessée – sans doute remise à cette heure-ci mais qu'importe là n'était pas la question –, ce qui était encore plus exclu. Ce serait mettre sa soeur en danger, et également les connaissances, qu'elle commençait à apprécier, qui étaient des Favoris de la Gazelle. Au grand jamais elle n'agirait par lâcheté et, pourtant, elle ne parvenait toujours pas à se décider. Prendre la fuite ? Avec ses machines, il pourrait la rattraper, malgré tous les détours qu'elle puisse faire. L'attaquer ? Ce serait se rabaisser à son niveau de lâche, ce qu'elle refusait. Partir ? Ce serait une fuite encore plus lâche. Cette situation l'agaçait déjà avant, mais là c'était encore pire. Et lorsqu'il poursuivit ses paroles, son grognement sourd et meurtrier se transforma en un grognement de lionne enragée et sanguinaire.

    -  Vous prétendez vouloir comprendre, mais vous n'êtes motivés uniquement par un seul motif ; si cette ordure était innocent ou pas à vos yeux. Vous voulez peut-être me comprendre, mais vous n'êtes prêt à m'écouter que pour sauver votre peau de lâche et vous dire que, pour vous et vos lois, il n'était pas innocent, histoire de vous déculpabiliser comme l'égoïste que vous êtes... Ha ! Vous êtes encore pire que lui... !

    Si elle le tuait, il y aurait des renforts ? Elle n'en avait strictement rien à faire, entre elle et eux, c'était elle qui connaissait mieux le désert. Et elle ne s'était pas non plus placée à cet endroit précis au hasard, vous prenez la lionne pour une folle ou quoi ? Et la petite phrase qui suivit, encore une fois, lui saigna définitivement les tympans, ses nerfs étant déjà décédés. Et elle-même se demandait comment elle arrivait à un tel contrôle d'elle-même, ce n'était pas comme si elle l'aurait déjà tué en temps normaux, mais... Si. Et il parlait trop bon sang, qu'il la ferme un peu ! ... Quoi ? L'histoire ? Même pas en rêve. La raison... ? ... Son grognement se fit sourd, davantage ténu, plus calme. Et, par la même occasion, sonnait désormais comme une réelle menace de mort.

    La raison ? Et puis quoi encore, offrir sa soeur à ces machins d'acier et de militaires de l'amas-de-tentes-dures-et-fixes ?! Encore plus hors de question ! Et en quoi il se mêlait de ce qui ne le regardait pas hein ?! Son regard se fit impénétrable et, finalement, la lionne se mit simplement debout, droite, abandonnant toute posture défensive ou offensive. Il fallait la connaître pour savoir qu'elle essayait de juguler sa colère. Car oui, la seule raison qui la poussait à l'indécision, c'était bien d'agir sous l'impulsion de la colère ou de la haine. Vu que là, sa soeur n'était pas directement concernée. L'était seulement si elle partait ou prenait la fuite. Ou encore si elle tuait cet homme. Quel fumier d'antilopes, vraiment... Son grognement sourd et calme, véritable menace de mort, et son regard meurtrièrement assassin et froid n'avaient pas disparus, en revanche.

    - Mais tu peux pas te taire au lieu de déblatérer des insanités pareilles... ?

    Pourquoi la Lionne Rousse retenait sa colère noire en ébullition... ? Pour une raison bien plus complexe encore que les réflexions qui agitaient son cerveau...
    Code de Frosty Blue de Never Utopia
    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 557
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    Les paroles du soldat eurent un effet inattendu sur l'adoratrice face à lui. Il pensait qu'elle allait réagir, mais n'aurait jamais imaginé que ce fut par un tel grognement, et un regard si froid et meurtrier qu'il aurait fait fuir plusieurs civils en même temps, Damon resta campé sur ses positions, par réflexe son canon c'était relevé bien que sa cible n'était pas en joue, mais un court instant il eut l'impression de devoir se défendre, et la partie réflexe de son cerveau avait relevé son arme légèrement.
    Cependant ce furent les premières paroles de celle qu'il considérait comme une meurtrière qui le fit réagir le plus :

    -  Vous prétendez vouloir comprendre, mais vous n'êtes motivés uniquement par un seul motif ; si cette ordure était innocent ou pas à vos yeux. Vous voulez peut-être me comprendre, mais vous n'êtes prêt à m'écouter que pour sauver votre peau de lâche et vous dire que, pour vous et vos lois, il n'était pas innocent, histoire de vous déculpabiliser comme l'égoïste que vous êtes... Ha ! Vous êtes encore pire que lui... !

    Pire que ce qu'il restait de cet homme? Damon un lâche? Un doigt vint se placer sur la gâchette, il était encore plus prêt en cas d'assaut, il savait bien viser, sa main été sure. Son regard devint plus colérique qu'auparavant.
    Le blond n'était pas un lâche, bien au contraire, il bravait le danger quotidiennement, si il avait dû le faire, il aurait même donner sa vie pour sauver quelqu'un qui le méritait. Il se battait avec force et courage, épaulé par Wilson, mais il se battait ! Il ne restait pas caché en attendant que les choses se fassent, il ne se débrouillait pas pour annuler les opérations ou ne pas se rendre sur le terrain, il était toujours le premier arrivé.
    Alors que cette enragée ose le traiter de lâche avec autant de facilité, sans connaître l'homme qui se tenait face à elle... Oui si il devait en arriver là, Damon lui ferait regretter ses propos, il lui montrerait qu'il sait se battre, d'ailleurs qu'est ce qui lui en empêcher? Le doute? La peur?
    Il se rendit compte à ce moment qu'il n'avait pas le moindre contrôle sur la situation, il c'était montré en position de faiblesse, il ne pouvait pas se permettre de rester ainsi, il devait récupérer son sang froid et devenir bien plus imposant que ce dont il avait l'air.
    Un nouveau grognement retentit, une menace? C'est comme ça que le soldat le ressentit, mais cette fois il ne bougea pas d'un millimètre, le canon toujours baissé il posa correctement la crosse contre son épaule, ainsi il voulait lui montrer qu'il n'avait pas peur d'elle.
    L'effet de surprise face à l'horrible spectacle qu'il avait pu apercevoir il y a peu passait doucement avec cette situation qui se prolongeait, la tension était toujours palpable mais le soldat c'était définitivement ressaisi.
    C'est à ce moment que la lionne se redressa, et termina par une phrase qui fit mouche dans l'esprit du jeune homme :

    - Mais tu peux pas te taire au lieu de déblatérer des insanités pareilles... ?

    Des insanités? Il pensait rêver... Pourquoi cette femme, au lieu de sortir par la porte qu'on lui a ouverte sans le moins soucis, préférait elle risquer sa vie avec peu de chance d'en sortir indemne? Malgré le peu d'empathie qu'il avait, Damon tenta de se mettre à sa place. La seule et unique situation dans laquelle il agirait de manière identique serait pour protéger son unité ou pour que justice soit rendu. Mais son comportement si étrange laissait planer une question : est elle comme Damon au fond, en voulant aider ou faire payer quelqu'un ou est elle juste une sadique sans foi ni loi? Quel était son but? Le soldat voulait le savoir.
    Il lança soudainement pour redistribuer les rôles :

    "Je suis le lâche? Venant d'une personne qui a exécuté un être sans défense aussi facilement?"

    Ses mains se cramponnèrent à son famas presque immédiatement, cette remarque était blessante, et se faire attaquer juste après ne le surprendrait pas le moins du monde, mais il continua :

    "Et oui, vous êtes sur notre territoire avec nos lois, qui dans le fond doivent être sensiblement les mêmes que les vôtres je me trompe? Le meurtre, vol et viol y sont interdit je présume. Sans oublier que ce n'est pas MA peau que j'essaye de sauver, mais je vous vient en aide ! Si je n'avais pas envoyer ce message nous serions au minimum 5 déjà présent, sans compter les machines."

    C'était un petit peu exagéré, mais le soldat en avait besoin pour se mettre en position de puissance face à cette meurtrière. Oui, pour lui elle n'était qu'une simple meurtrière pour le moment, il ne savait rien d'elle hormis qu'elle avait tué quelqu'un et qu'elle était enragée, comment pouvait il la considérer autrement?
    Mais le fait qu'elle s'expose autant aux risques... Qu'est ce qui avait pu la pousser à ce point?

    "Bon sang mais pourquoi vous vous expliquez pas? Nous sommes que nous deux et vous pouvait partir sans le moindre ennui, mais je me répète, alors pourquoi risquer votre vie ainsi?"


    Wilson en taser, sa posture prête à combattre, tout ses sens en alerte mais en même temps à l'écoute d'une hypothétique réponse, le blond attendait, prêt à anticiper la moindre action.



    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 489
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/12/2014


    Très bien. Si tu tiens si peu à ta vie...



    Les dialogues de sourds sont sans doutes ce qui énerve le plus la lionne sauvage incomprise...

    Elle se sentait bouillir de l'intérieur. L'attaquer. Le tuer. Rien que de voir ce blondinet lui donnait envie de le décapiter. Et pourtant... La sauvage était toujours debout, un bras plié dans son dos, l'autre bras le long de son flanc. Le fait qu'avoir dit la réalité sembla éveiller la fierté du petiot, mais de cela, la lionne s'en fichait passablement. Tuer un chiot apeuré n'avait rien d'amusant, et rien de satisfaisant non plus. Alors que le j'ai-une-maison-fixe en vienne à suivre ses hormones de coq, elle s'en fichait encore plus. Et la lionne lui accorda beaucoup moins d'estime. Suivre ses hormones... Tss tss tss... Et qu'on aille pas lui dire qu'elle le faisait, elle suivait son instinct. Ce qui est diamétralement opposé à ses hormones.

    Pourtant, lorsque le Scorpion Rouge entendit « sans défense », un feulement s'échappa de ses lèvres. Un feulement sarcastique, ce qui équivaudrait à un rire moqueur. Sans défense... ? Il avait mal regardé alors, ce type était plutôt rapide et avait les bonnes armes aussi... Donc, sans défense... ? Son feulement resta présent quelques instants, avant qu'elle ne se mette à parler.

    - Sans défense... ? Oh oui, je vois... Quelqu'un peut tuer une enflure, mais vu qu'il est sans défense, alors il est tout excusé... Même si ladite enflure est vue comme innocente par tout le monde alors qu'elle n'est qu'une meurtrière..., ricana-t-elle d'un ton méchamment sarcastique et provocateur.

    Et, le tout, sans perdre une once de sa sauvagerie naturelle. Une lionne ne perd jamais ce qui la définit. Sa pique précédente était l'équivalent d'un violent coup de griffe qui lacérait le visage de ce j'ai-une-maison-fixe stupide. Et ce qu'il dit en suivant la fit retrousser sa lèvre inférieure, tandis que le premier grondement félin, sauvage, tout aussi meurtrier et menaçant que les autres, sortit de la gorge de la lionne. Le meurtre ? Le viol ? Le vol ? Interdit chez les Adorateurs du Scorpion ? ... Le viol et le vol n'étaient pas interdits dans le Clan. Quant au meurtre... Là-dessus, il n'y avait pas d'exceptions, tous les Adorateurs du Scorpion avait déjà tué. Tous. Cela ne faisait pas d'eux des meurtriers, mais allez expliquez ça à quelqu'un qui n'avait pas cette culture-là... Ou plutôt, qui était campé dans ses certitudes absurdes...

    - Ne décidez pas de nos traditions à notre place, chez nous les trois ne sont pas interdits, et sont même respectés.

    Et vlan. Que certains soient contre ça, oui, il y en avait. La lionne par exemple, était contre ça. Ou du moins... S'il n'y avait pas une raison recevable derrière l'acte. Pas la peine de le préciser à l'abruti qui lui parlait. Quant à ce qu'il dit en parlant de l'aide qu'il lui apportait, cela ne fit que la faire ricaner. Elle ne dit rien là-dessus toutefois. Parce qu'elle était toujours dans la même posture. Et même si elle ne le montrait pas, elle tentait à grands efforts de volonté en pensant à sa soeur de ne pas tuer ce... ce... truc qui lui mettait sacrément les nerfs en pelotte. D'acier. Brûlant. Au cas où. Elle ne comprenait toujours pas où elle trouvait la force de ne pas tuer cet homme. ... Ça retomberait sur sa jumelle. Voilà pourquoi.

    Lorsqu'il se remit à parler, sa rage ne fit qu'augmenter. La lionne sauvage et enragée était désormais dans une colère gris foncé. Parce que toute cette discussion idiote ne lui permettrait pas de rejoindre sa jumelle qui devait s'inquiéter. Parce que ce j'ai-une-maison-fixe l'avait mise en colère. Et parce que la situation l'énervait. Et que le tout ne faisait qu'emplir de noirceur sa colère déjà bien axée sur une colère noire. Et elle arrivait à se contrôler.

    - Ce n'est pas ma vie que je risque, je ne pense pas qu'à mes propres intérêts contrairement à celui qui veut tout savoir pour se faire une raison.

    Sa voix. Sa voix avait significativement changée. Ce n'était plus une voix sauvage, ou une voix de lionne enragée. Une voix étrangemment très en colère. Mais d'une colère... noire. Un brasier ardent. Un volcan qui n'allait pas tarder à entrer en éruption. Tout ce cirque l'énervait. Et, encore une fois, Merah Hitam affirma sa présence à son amie d'un léger mouvement. La lionne pencha son buste en avant, fléchit les genoux et... se mit à courir. À une vitesse encore plus vertigineuse que lorsqu'elle était dans la ville. Le combat était la seule issue de leur discussion. Sa colère n'allait pas pouvoir être bridée éternellement. Mais tant qu'à faire, autant choisir un lieu où... sa soeur ne pouvait pas rentrer en ligne de compte.


    Parce que même si sa colère était maintenant noire, une lionne la domptait pour l'utiliser à son avantage... Et la lionne encore plus.
    Code de Frosty Blue de Never Utopia
    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 557
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    - Sans défense... ? Oh oui, je vois... Quelqu'un peut tuer une enflure, mais vu qu'il est sans défense, alors il est tout excusé, même si ladite enflure est vue comme innocente par tout le monde alors qu'elle n'est qu'une meurtrière...

    Hein? Le blond hésita, il ne comprenait pas cette réponse, il voulait provoquer la femme face à lui en lui mettant sous les yeux qu'il n'était pas plus lâche qu'elle avait pu l'être, qu'il n'était même pas un pleutre simplement, mais elle l'avait interprété comme une sorte "d'excuses", de présomption d'innocence? Cette pensée le laissait dubitatif, mais c'est la suite du discours qui vient perturber le jeune homme.

    - Ne décidez pas de nos traditions à notre place, chez nous les trois ne sont pas interdits, et sont même respectés.

    Les adorateurs respectaient le viol, le vol et le meurtre? Mais comment faisait il pour vivre humainement en société, ceci expliquerait peut être ce comportement si sauvage et menaçant aux yeux du soldat, tout cette gestuelle inhabituelle et les grognements, mais un lieu où tout ceci était autorisé pouvait il vraiment être appeler une société? C'était tout simplement impossible pour Damon, l'idée de pouvoir tuer qui il voulait quand il voulait, le violer pour assouvir des pulsions de sadisme et voler tout ce qu'il souhaitait acquérir n'était pas la notion de liberté qu'il voyait. Cette trop grande liberté que s'octroyaient les nomades n'était pas au contraire un emprisonnement? Cette courte pensée philosophique quitta plus que rapidement son esprit, il n'était pas là pour ça, il combattait pour défendre ses valeurs, et celles ci venaient d'être entièrement bafouées par la sauvage devant lui, qui lança une nouvelle fois une pique à l'égard du blond :

    - Ce n'est pas ma vie que je risque, je ne pense pas qu'à mes propres intérêts contrairement à celui qui veut tout savoir pour se faire une raison.

    Ses intérêts? La colère monta encore d'un cran, les yeux verts reflétèrent cet état intérieur. En aucun cas il ne pensait à lui, il s'estimait soldat pour défendre ses idéaux, et vouloir comprendre ce qui c'est passé en arrivant en retard sur cette scène macabre, essayer de voir si cet acte était juste ou simplement sadique était bien loin de l'égoïsme. Qu'est ce qui se passait dans la tête de cette lionne? Tous les nomades étaient ainsi? Ça expliquerait alors l'envergure des problèmes que les habitants de 1400 et ces chevaucheurs de chameaux rencontré.
    Tout le reste se passa vite, elle fonça sans crier gare, mais pas dans sa direction, prenait elle la fuite? Damon ne pouvait pas la laisser s'échapper, pas sans avoir d'explications où c'était à son tour de bafouer ses valeurs, il demanda à Wilson d'envoyer un message à Josh, la course reprenait, elle ne s'échapperait pas ! La voix robotique lui réponda presque immédiatement :

    "Message transmis."


    Cependant la lionne semblait avoir gardé du jus sous la pédale, et sa course se fut bien plus rapide que précédemment, le soldat serra les dents et s'accrocha, il était le plus rapide et le plus endurant de son unité, il ne la laisserait pas la distancer, il commandait à ses jambes d'aller plus vite et encore plus vite sans cesse, et bien que la distance ne diminuait pas, elle ne s'agrandissait pas non plus, son rythme cardiaque s’accélérait, tout comme sa course effrénée, mais la patience du jeune homme comment à s'amenuisait, sans oublier qu'il finirait par distancer Josh le seul soutien à proximité. Il s'arrêta net, et prit sa cible en joue, elle avait déjà mit un petit écart suite à l'arrêt de son poursuivant. Il fit exprès de tirer juste au dessus d'elle, elle n'avait aucune raison de sauter après tout, la balle siffla un bon mètre au dessus et elle fut suivi d'un cri fort et sec :

    "-Arrêtez vous ou la prochaine je vous vise vraiment!"

    Il n'avait pas le choix, il ne pourrait pas la suivre jusqu'au milieu du désert où il s'exposerait à un grand danger inutilement. Il ne voulait pas l'abattre comme ça, il ne voulait pas tirer sur une personne de dos, la tuer comme on tuerait un lapin, même si c'était une meurtrière. Foutu conscience.
    Une seconde après elle ne c'était pas arrêté, le soldat recommença un tir, plus précis cette fois, la balle vint se loger dans le sable devant sa cible.

    "C'était mon dernier avertissement !"

    Le blond s'agenouilla, son œil gauche se ferma, tandis que sa tête se pencha légèrement sur la droite pour aligner sa pupille avec son viseur, il retint son souffle pour stopper l'oscillation de son arme, son index se posa doucement sur la gâchette de fer, il lui laisserait une seconde encore avant de faire ce dernier tir, certes il n'avait aligné que le bas de son corps pour ne pas la tuer, juste pour l'arrêter mais elle avait été prévenue. Comme elle l'avait dit auparavant la conscience du soldat serait propre. Il commença à enfoncer sa gâchette, sentant bientôt venir le cran où la balle quitterait le chargeur afin de pourfendre l'air et pénétrer la chair.



    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 489
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/12/2014


    ... Oh mais toi... Toi, si tu continues, je me ferais un plaisir de t'ouvrir les entrailles...


    La course d'une lionne est à interpréter correctement si vous souhaitez l'amadouer...

    Elle courait donc de sa vitesse vertigineuse, sans s'arrêter. Ils étaient encore trop proches du campement des Gazelles aux yeux de la Lionne, d'où le fait qu'elle s'en éloignait. Ce qu'elle faisait petit à petit, avant d'entendre une première détonation. ... Voilà. La Lionne sauvage était de retour. Là, ça commençait à lui casser les pieds. Et quand il tira juste devant elle, notre sauvageonne piqua un sprint. Oui, un sprint. Donc jusque là elle ne sprintait pas, vous avez le droit d'être surpris. Ce que dit le militaire ne l'atteignit même pas. Il voulait viser la jambe ? Qu'il le fasse, c'était mal connaître les Adorateurs du Scorpion que de croire qu'une blessure les empêcherait de courir.

    ... Elle pila net au sommet d'une petite dune et se retourna vers le militaire, qui s'était arrêté à une trentaine de mètres de là, au sommet d'une autre dune. ... Elle détestait les militaires. Elle les haïssait, tout autant que les Pilleurs. Ça prétend vouloir comprendre, ouais avec une attitude pareille ça veut comprendre... Mais bien sûr. Comment ça, avec sa sauvagerie elle ferait mieux de se taire ? ... Oui c'est vrai. Mais...

    - Vous prétendez vouloir me comprendre, moi ou mes actes, et vous me tirez dessus ? Et de la même façon, cessez de porter des jugements ! Vous croyez peut-être qu'on a envie de se confier à quelqu'un qui juge que nous sommes de vulgaires animaux sanguinaires ? Ha !, feula-t-elle d'un rugissement qui n'avait rien d'humain.

    Sur ces mots, elle fit un magnifique saut périlleux arrière... Et disparut derrière la dune. Elle devait s'éloigner encore, mais elle ne pouvait pas courir trop de risques maintenant. Une main sous ses vêtements, au niveau de son abdomen, elle se mit à courir encore une fois, restant à l'abri derrière la dune, là où il ne pouvait pas la voir. Ce n'est que plus tard, quand elle estima qu'elle s'était suffisamment éloignée du campement des Gazelles, qu'elle évalua l'étendue de ses blessures. Après une telle course, son corps avait besoin de repos, cela était certain. Son bleu à l'abdomen n'était pas bien grave, mais elle allait devoir éviter certains mouvements.

    Ce qui n'était pas trop grave en soi. Le militaire avait pu la poursuivre ou ne pas le faire, de cela elle s'en fichait. Elle s'occupa d'entretenir le cuir de son chakram et en aiguisa les lames. Elle fit de même avec la lame de son épée. Puis, rangea ses armes à leur place. La lionne sauvage était de retour. Aux aguets, émettant le moindre grognement à chaque bruit non naturel ou suspect qu'elle entendait. Ce fut un grognement sourd, sortant tout droit de ses entrailles qui sortit, quand elle aperçut la silhouette du militaire s'approcher d'elle. Instinctivement, elle se leva et recula de trois bonds, se mettant en position d'attaque.

    La lionne sauvage était pleinement là, dans une colère noire de fureur, et maintenant... Elle n'avait plus rien à perdre à attaquer.
    Code de Frosty Blue de Never Utopia
    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 557
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    Damon ne savait pas pourquoi, probablement allait il le regretter, mais au moment où la balle de fer allait quitter le canon pour se loger dans la chair de cette adoratrice fuyarde, il enleva son doigt et ferma les yeux. Le seul son qui sortit de sa bouche fut un merde retentissant. Il l'avait en joue, il était quasiment obligé de la toucher avec son entraînement alors pourquoi diable avait il stoppé son action?
    Il se releva, rangea son arme et commença à courir pour rattraper la meurtrière, il ne la laisserait pas le distancer plus qu'elle venait de le faire avec cette légère pause, il allait lui prouver la valeur des hommes de son unité, et il allait même prouver au reste qu'il avait plus que les capacités physiques demandées, qu'il était le plus entraîné.

    "-Wilson, je crois que je vais encore me faire casser la gueule. Mais au moins j'aurais compris, et puis c'est en parti pour ça que j'ai signé, non?"


    Son souffle était haletant, mais comme pour se convaincre tout seul, il employait la rhétorique de vive voix, il avait omis qu son gantelet ne pouvait la comprendre en entendant la réponse robotisée :

    "Je ne suis pas votre conscience Monsieur, je ne sais pas."


    Damon ne continua pas cette triste conversation, il devait se concentrer sur la course désormais, il la rattraperait et l'arrêterait.
    Il s'enfonçait de plus en plus dans le désert, terrain inconnu pour lui, c'est une zone qu'il préférait éviter. Après tout, c'est le long de ses millions de grains de sables dorés que sa véritable famille avait disparu.
    Son enjambée s'emplit alors de détermination, il reviendra de cette escapade, il ne savait pas vraiment si il serait en pleine forme ou non, mais quoi qu'il en soit il ne rentrera pas les pieds en avant, c'est la promesse qu'il se fit.
    Ce périple continua encore quelques temps, avant que finalement, au sommet d'une dune il puisse apercevoir enfin sa cible, qui semblait guetter les moindres bruits et gestes autour d'elle, cette réaction était normale, le blond venait de lui tirer volontairement à côté à deux reprises.
    Lorsqu'elle regarda dans sa direction, c'est un grognement sourd et empli de menace qui l’accueillit, sans attendre plus de sommation le soldat s'empara de son Famas et prit à son tour une posture de combat en se remémorant les derniers dires de cette rousse sauvage.
    Il annonça alors le souffle court :

    "C'est difficile de vous voir autrement quand au lieu d'expliquer pourquoi tu as tué cet homme tu prends la fuite, et c'est bien parce que je veux vous comprendre que je vous court après bon sang!"

    L'intonation de sa voix commençait à monter, le cran de la nervosité et de l'énervement apparaissant peu à peu, il s'exposait de plus en plus à des dangers mortels pour ne pas bafouer ses valeurs et ne pas sentir ce lourd poids embrumer sa conscience. Elle avait tué quelqu'un, elle osait se croire supérieure à la lois des rescapés de l'oasis, et par dessus tout elle sous-estimait les principes et la morale du blond en prétendant avoir raison, raison contre toutes les valeurs qui poussaient jour après jour l'athlétique soldat à se battre, à intervenir dans des situations de haut risque. Après tout, les risques étaient son élément, contrairement à la patrouille qu'on lui avait pourtant demandé de faire plus tôt dans la journée.
    Poussé par l'adrénaline il lança :

    "Maintenant on arrête de jouer! Tu t'expliques ou je te troue la peau pour laver ma conscience comme tu disais."

    Il avait reprit toute son assurance, le danger le faisant se sentir étrangement bien, mais son calme quittait petit à petit les lieux, laissant sa place à une colère conséquente des deux côtés. Si elle attaquait et parvenait miraculeusement au corps à corps le blond avait décidé qu'il ne se servirait pas de W.I.L.S.O.N en tant que taser pour deux raisons toutes simples : actuellement il était en balise pour que Josh et les autres puissent le suivre à la trace sans le moindre soucis, mais aussi parce que si il parvenait à l'électrocuter et qu'elle s'évanouissait ou mourrait il n'aurait jamais la raison, le pourquoi elle c'était autant mise en danger que lui venait de le faire en s'écartant de la cité.




    Daz daz daz, oh oui l'petit daz:
    PS: désolé c'est un peu court et un peu brouillé, si ça ne te convient pas je retoucherais, mais ce soir je voulais vraiment te répondre malgré un petit manque de temps ^^



    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 489
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/12/2014


    Just shut up, bastard !


    Une lionne a depuis tout temps eu un sale caractère, et cela se caractérise en partie par... des changements d'émotions fréquents et, surtout, très brusques.

    À peine le vit-elle arriver qu'elle ne réfléchit pas une seule seconde. De sa vitesse vertigineuse elle lui sauta à la gorge, le reversant sur la sable par la même occasion, le tout alors qu'il était en train de parler. Mais que cette enflure se taise, nom d'un scorpion égorgé... Il prétendait vouloir comprendre ? Il osait toujours prétendre vouloir comprendre... ? Elle grogna, d'un feulement meurtrier, ce qui dut très problablement lui faire mal aux tympans au vu de sa très soudaine proximité. Elle ne fit même pas attention à leur position actuelle, ni au fait que son pouce appuyait très légèrement sur un point névralgique de sa gorge, laissant un message clair. Quoi qu'il fasse, quoi qu'il tente, elle aura toujours le temps de ficher son pouce plus fort sur ce point, ce qui risquait très problablement de le plonger dans un état de léthargie. Sa main libre se trouvait dans son dos, et c'est d'un murmure qu'elle lui répondit.

    - Taisez-... vous... Il n'y a qu'un seul militaire qui a pu comprendre mes actes, sauf que lui parlait calmement sans me menacer quand bien même j'avais tué trois ordures sous ses yeux. Il m'a même soigné, d'ailleurs. Et vous, que faites-vous ? Vous me courrez après en me tirant dessus ?! N'importe qui aurait fui ou vous aurait tué, ne serait-ce que par légitime défense ou par fierté !

    Enfin, le militaire évoqué ne l'avait pas soignée... Il avait essayé, elle avait refusé et puis il a réussi à la convaincre. ... Quand elle était au bord de l'évanouissement, cela dit, mais ça... Et voilà l'autre qui déblatéra de nouvelles inepties... Elle appuya légèrement plus sur le point névralgique afin de le faire taire et... Contre toute attente, elle se releva en le redressant. Pour lui asséner une baffe de tous les diables, suivi de près par un fort et rapide coup de pied entre les deux pectoraux. Elle avait beau être en colère, la passer sur cet espèce d'escargot ne lui apporterait rien de bon. Et puis... Rah, toute cette situation l'énervait. Au plus haut point. Néanmoins, sa colère était retombée.

    Ouais. Égorger un militaire ne lui apporterait que des ennuis, elle les avait déjà suffisamment sur le dos. ... Et ça l'énervait de penser ainsi. Au plus haut point, là aussi. Elle grogna et recula de sept ou huit bonds, soit d'une dizaine de mètres, et s'assit sur le sable. Le grognement était toujours là. Elle avait bien compris qu'il ne partirait pas avant de savoir, savoir et non comprendre, sauf qu'il pouvait toujours aller traire le sable s'il en avait envie, elle ne dirait rien. La lionne n'avait pas que ça à faire non plus. Elle ne savait même plus pourquoi elle renonçait à l'attaquer, lorsqu'un souvenir lui assaillit brutalement la mémoire. ... Si. Si, elle se souvenait très bien pourquoi, ô combien très bien même.

    - Cassez-vous d'ici. Je n'ai pas à me justifier auprès de qui que ce soit.

    À l'exception de sa soeur jumelle et de son petit frère, mais ça, elle n'allait pas le dire, qui sait ce que cachait le cerveau de ce citadin... Un système très lent à l'analyse de la situation, sans doutes... Le grognement sourd et menaçant naquit du tréfond de ses entrailles.

    Parce que même une lionne a des principes, qu'elle ne met en application que sous certaines conditions...
    Code de Frosty Blue de Never Utopia


    H.R.P:
    Si quelque chose ne te convient pas, dis-le moi, je modifierais o/
    MAIS SACHES QUE C'EST SUPER COMPLIQUÉ POUR HAFSA DE SE FAIRE UNE RAISON ET DE NE PAS ÉGORGER DAMON ALORS NE FORCES PAS TROP BORDEL ! èé

    Ta réponse me va, d'ailleurs °° /paf/
    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 557
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    Une nouvelle fois, le soldat ne s'expliqua pas pourquoi il n'avait pas ouvert le feu lorsqu'elle lui avait sauté dessus, ni pourquoi il n'avait pas réagi plus violemment que ça pendant qu'elle l'immobilisait. Il en avait la capacité pourtant, seulement il n'avait pas voulu le faire, sa conscience ou sa raison l'en empêchait , il n'imaginait pas quelqu'un d'assez sadique pour se mettre autant en danger, il n'imaginait pas quelqu'un s'exposer autant à une fusillade mortelle sans raisons précises et plus que valables, alors abattre cette enragée comme un vulgaire criminelle était au dessus de ses forces. Tssss ce genre de ressenti finira par le perdre à force, foutu sens de la justice.


    - Taisez-... vous... Il n'y a qu'un seul militaire qui a pu comprendre mes actes, sauf que lui parlait calmement sans me menacer quand bien même j'avais tué trois ordures sous ses yeux. Il m'a même soigné, d'ailleurs. Et vous, que faites-vous ? Vous me courrez après en me tirant dessus ?! N'importe qui aurait fui ou vous aurait tué, ne serait-ce que par légitime défense ou par fierté !


    Un militaire? Un militaire l'avait aidé après qu'elle ait tué trois personnes? Mais si ces personnes avaient étaient des civils ou pire encore, d'autres soldats aucun combattant ne l'aurait aidé en retour, sauf dans deux conditions : la lâcheté, et tout tenter pour s'en tirer vivant, ou tout simplement parce que c'était un corrompu qui venait de se faire avoir... Rien que cette idée amplifia la colère du blond, c'était si facile de corrompre l'un des leurs maintenant, le cœur des hommes était si faible...
    Finalement, alors qu'il s'apprêtait à répondre, il ne comprit pas une fois de plus le geste de cette femme qui le releva après avoir lâcher prise. En hésitant légèrement il s'empara de la main tendue dans sa direction.
    Une fois les deux pieds sur le sable chaud, une claque vint frapper sa joue dans un bruit retentissant, suivi d'un coup de pied touchant directement le torse et le projetant de nouveau sur le sable brûlant.
    Ah, évidemment il comprenait mieux maintenant. Mais il fut surpris une nouvelle fois.
    Alors qu'il se préparait à contre-attaquer au prochain assaut, la lionne s'écarta rapidement et s'assit sur ce même sable, lancez un ultime ordre :

    - Cassez-vous d'ici. Je n'ai pas à me justifier auprès de qui que ce soit.


    Cette fois Damon se releva tout seul, il savait qu'il allait se faire cogner une fois de plus en arrivant, mais curieusement il n'avait pas aussi mal qu'il l'avait imaginé, il avait connu bien pire et encaissé des coups bien plus puissants sans pour autant perdre le combat.
    Enfin redressé, il ramassa de nouveau son arme et la plaça doucement dans son dos, ce geste signifiait clairement ses intentions, il ne voulait pas la tuer, du moins pas encore, et elle pouvait le comprendre. Il décida alors de rester sur ses positions en déclarant :

    "Vous savez très bien que je ne vais pas vous écoutez. Sinon je ne serais pas ici."

    Il croisa les bras en la regardant droit dans les yeux afin de faire partager sa détermination.

    "Ce militaire qui vous a "aidé", soit il connaissait les gens que vous avez abattus et c'était des criminels donc de ne pas vous poursuivre était normal, soit c'était un lâche qui tentait de sauver sa vie par tout les moyens possibles, et j'espère que je me trompe sur la deuxième."


    Contrairement à son interlocutrice, Damon préféra rester debout et bien sur ses gardes, avait les derniers coups qu'il avait subi, il avait pu malgré lui évaluait la force de cette femme. Elle était rapide, et visait des points sensibles, rien à voir avec les tas de muscles des narcotrafiquants... Mais il devrait pouvoir jouer sur son physique pour prendre le dessus au cas où, si il parvenait à prédire ses mouvements.
    Cependant il continua son discours entre quelques grognements :

    "Et je ne vous demande pas votre avis ni l'autorisation pour vous justifier. Dites moi qui était ce type, point."

    Ce ton c'était endurci comme pour répondre au dernier grognement menaçant de l'adoratrice, il l'avait déjà exprimé auparavant, elle n'avait pas le droit de se surestimer face aux valeurs que défendait le jeune blondinet, et elle avait un talent incomparable pour le faire, consciemment ou inconsciemment, talent qui avait tendance à jouer avec les nerfs déjà chaud de l'orphelin.
    Toute sa vie, tout ses actes étaient basées sur ces quelques petites choses pourtant insignifiantes pour la plupart des personnes, courantes pour la majorité des autres, alors prétendre pouvoir les bafouer de la sorte, les rouler dans la boue revenait dans l'esprit du jeune homme de l'attaquer directement, de le bafouer lui aussi, et son petit ego n'aimait pas ça, pas du tout, lui aussi finira par le perdre un de ces jours....



    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 489
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/12/2014


    Quand une Lionne se tait, n'essayez pas de la faire parler...


    Tu veux jouer ? Comme tu voudras... Mais compte pas sur moi, enfoiré.

    La lionne était assise, et ne prêtait plus aucune attention à l'objet de son actuel énervement. Tout ce à quoi elle pensait est qu'ils étaient suffisamment loin du Campement des Gazelles, et du Bazar également. Donc, si jamais elle dérapait et le tuait, aucun risque que ça lui retombe dessus. ... Ça retomberait sur le Clan des Scorpions, mais en même temps, leur réputation violente et meurtrièrement sanglante n'était plus à refaire. Alors oui, elle ignorait complètement le militaire, mais ce n'est pas pour autant qu'elle pouvait ne pas entendre ce qu'il disait. Non, la Lionne ne l'écoutait pas, mais elle était forcée de l'entendre et de l'ignorer davantage encore.

    Le fait qu'il dise lui-même qu'il était là pour ne pas l'écouter lui montra bien qu'elle n'avait pas à douter de ses positions, elle ne parlerait pas. Une main sur l'abdomen, une respiration intérieure, un grondement qui faisait frémir ses lèvres sortant de sa gorge en guise d'avertissement, elle avait oublié qu'un abruti se tenait en face d'elle. Ou plutôt, elle allait. Ouais. Parce qu'il fallut qu'il dise quelque chose qui lui fit brusquement redresser la tête. Et là, ce fut un déluge de feulements de lionne sauvage, rien d'humain dans ceux-ci, qui s'abattit sur le soldat. Quoi ? Quoi ? ... QUOI ?!

    - ... Oui, j'avais égorgé des civils. Oui, j'étais blessée. Mais Matt n'a absolument pas voulu sauver sa peau, vu ma position, il aurait pu me tuer en moins d'une seconde. Sauf que lui a cherché à comprendre, et il a compris. Là où vous, vous êtes aussi buté qu'un chameau mort par déshydratation.

    Ce qui signifiait qu'il s'obstinait pour rien. Ses feulements sauvagemment inhumains cessèrent, et elle respira longuement et calmement. Retrouva très rapidement une respiration intérieure. Parce que le soldat ne semblait pas remarquer tous les efforts de la Lionne pour ne pas le tuer. Et actuellement, sa seule raison de ne pas le faire... Tournait autour de Matt. Ce qui lui mettait déjà les nerfs à vif. Après ce qu'il venait de se passer, elle était de nouveau à deux doigts de se mettre en colère. Et le fait que cet avorton de poussin n'en valait pas la peine l'amenait sur la frontière entre sa raison, son instinct, son intuition, et sa.. colère.

    - Si je dois me justifier ce sera auprès de Matt, lui seul et personne d'autre. Va traire la montagne.

    Ce qui signifiait « dégages ». Et si jamais il s'entêtait, et bien tant pis, il se tapera un monologue, parce qu'elle avait décidé de l'ignorer pour éviter de l'éventrer. Non qu'elle avait peur de son ami hein, loin de là. Mais elle lui avait promis de ne pas tuer une personne de l'Armée, excepté en cas de légitime défense direct. Ce qui signifiait ? Si elle n'était pas directement attaquée, elle, sa jumelle ou son petit frère, ne pas tuer une personne de l'Armée. Reconnaissable avec l'uniforme ou dans le langage. Le problème ? Quand la Lionne faisait une promesse, c'était au-delà de toute raison, mais elle n'arrivait pas à ne pas la tenir. Comme si un verrou psychique l'empêchait de faire quoi que ce soit qui irait à l'encontre d'une promesse qu'elle a faite sérieusement. Donc ? Le militaire allait parler à un mur. Sur ce, la Lionne se roula en boule dans le sable, recouvrant sa tête de tissus pour qu'elle évite de cramer au soleil.

    Nom d'un sable rouillé, quelle journée merdique...
    Code de Frosty Blue de Never Utopia
    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 557
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    Le soldat eut à peine le temps de terminer sa phrase avant que ne s'enchaîne une nouvelle fois un déluge de grognement plus menaçant les uns que les autres, toujours empli de colère.
    Le soldat se retint de ne pas se frapper la tête du plat de sa main, mais ce n'était pourtant pas compliqué ce qu'il demandait, elle n'avait qu'à dire quatre petits mots, juste quatre misérables mots pour que tout se termine, pour que cette conversation qui ne menait nulle part cesse enfin, mais non, cette meurtrière restait tout aussi bornée que le soldat ne cherchant qu'à savoir le pourquoi de ces meurtres. Alors prenait elle un malin plaisir de jouer avec ses nerfs au milieu du désert, ou était elle simplement impulsive? Damon ne chercherait pas de réponse à cette deuxième question. Il n'était pas ici pour s'interroger sur les soucis caractériels d'une adoratrice du scorpion, mais bien pour se retrouver comme le seul juge sur une affaire criminelle, rôle qu'il aurait volontiers donné à quelqu'un d'autre si cette femme n'avait pas galopé de la sorte...
    Après les feulements, vinrent les paroles, paroles qui firent écarquiller les yeux du blond, et le déstabilisa légèrement, c'était à peine perceptible.
    Il la fixa de ses yeux émeraudes, il avait bien entendu, elle avait prononcé le prénom du Lieutenant Reeds.
    Tout un tas de pensées traversèrent la tête de l'orphelin, qui tentait de construire une réflexion sur les multiples comportements qu'il avait pu observer sur son supérieur, mais aussi qui envisageait la possibilité qu'ils ne parlent pas de la même personne, il l'espérait profondément. Il y avait un temps où le jeune blond était admiratif du Lieutenant, il le voyait comme quelqu'un empli de convictions et naturellement doué dans tout ce qu'il entreprenait, bien que petit à petit cette admiration partait, il ne voulais pas croire que Matt laisserait un crime impuni, si c'était vraiment un crime, il ne voulait pas songer au fait que même les lieutenants pourrait ne rien en avoir à faire des citoyens, et si ils ne s'occupaient pas des personnes qu'ils devaient protéger, alors qu'en était il des engagés ? Ceux qui devaient, en théorie, respecter le moindre ordres? Étaient ils de simples larbins? Des passes temps? Non. Non, Damon ne voulait pas envisager ces possibilités toutes aussi différentes que dégoutantes, toutes aussi dévalorisantes pour les "larbins" que les lieutenants. Lui qui avait rejoint l'armée pour protéger et défendre, il ne pouvait pas imaginer une image différente de cette armée, c'était au dessus de ses forces. Il rangea alors simplement toutes ces idées noires dans un coin de sa tête, tandis que la provocatrice se prononçait une nouvelle fois :

    - Si je dois me justifier ce sera auprès de Matt, lui seul et personne d'autre. Va traire la montagne.

    Ce message avait le mérite d'être clair, précis et concis. Cependant, il cherchait encore une fois dans le tréfonds de son esprit pourquoi un des six lieutenants de l'armée aurait aidé une coupable si les victimes étaient réellement des civils. Ce n'était pas possible, ce n'était même pas envisageable... Bon sang...
    Le soldat se souvint de la fameuse maison où il avait fait plus "amples" connaissances avec Matt, enfin façon de parler. C'est avec ces images en tête qu'il lança :

    "Le lieutenant Reeds et moi sommes... Divergents."

    L'orphelin ne la quittait pas des yeux, bien qu'il commençait de nouveau à parler, il restait amplement sur ses gardes, elle l'avait déjà frappée. Pourquoi ne recommencerait elle pas? Il finit tout de même par croiser les bras le long de son torse avant de terminer :

    "Et je ne comprends pas sa réaction à votre égard si vous aviez tué réellement de simples civils. Pas du tout même, je lui en parlerais si je suis amené à le recroiser un jour cependant nous avons quelque chose à régler tout les deux, concernant d'autres meurtres. J'ai tout autant envie que vous que ça se termine, surtout que je n'aime pas le désert. Alors..."


    Le soldat pencha la tête, son exaspération venait encore de monter d'un cran. Son interlocutrice venait de se mettre en boule sur le sable et ne bougea plus, le visage bien protégé. Mais... Il n'avait pu observer ce comportement que chez des enfants, les criminels de la ville était bien différents des nomades. Les criminels que Damon combattait était soi fourbe, soit hautain, soit complètement stupide, elle semblait ne correspondre à aucun de ces critères.
    Finalement, il ne prit pas en compte cette nouvelle posture et en soupirant termina sa phrase :

    "Wilson, établi une liaison avec le Lieutenant Reeds, et essaye de me faire passer en prioritaire , je n'ai pas envie de m'éterniser encore plus ici."

    Oui, le soldat serait déjà parti si cette lionne ne lui avait pas donné le sentiment de le bafouiller directement, lui et ses valeurs, oui il serait déjà de retour au sein de 1400 si seulement elle n'avait pas été aussi têtu et menaçante. Décidément cette journée...




    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 489
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/12/2014


    Même pas fichu d'être observateur, vous êtes si inutile chaton...



    Parler sans arrêt à la Lionne sans avoir acquis sa confiance au préalable n'est pas une bonne idée...

    La Lionne était donc roulée en boule sur le sable, se reposant à défaut de dormir. Elle se serait bien laissée aller au sommeil, mais il y avait quelqu'un dans les parages en qui elle n'avait absolument pas confiance. Lui laisser une telle ouverture serait du suicide, d'autant que Merah Hitam n'était plus avec elle depuis un petit moment. Donc, elle se reposait. La blessure qu'elle avait à l'abdomen, même si elle ne saignait pas, était tout de même handicapante. Ce qui ne fit que renforcer son agacement déjà bien haut. Et l'autre ne pouvait pas arrêter de jacasser comme une pie, non, il avait tellement parlé que la Lionne s'était sentie obligé de lui parler autant. Mais vraiment. Pourquoi elle s'était abaissée au niveau de cet être ridicule ?

    ... Promesse de merde. Enfin, à chaque médaille son revers, disons que le revers, en l'occurence, ne l'arrangeait pas du tout. Elle aurait bien dépecé ce militaire qui lui cassait les tympans, mais visiblement, sa tirade l'avait calmé. ... Jusqu'à maintenant. Le simple fait de l'entendre que Matt et lui étaient divergents fit qu'elle éclata de rire. Elle se redressa en tailleur, en position assise, aboyant toujours. Aboyant de rire, hein, au cas où vous ne suivez rien. Une fois que son aboiement se tarit, le Blond se remit à parler. Pire qu'un moulin à paroles, même Matt savait se taire. ... Durant un laps de temps plus long. S'il s'était cogné la tête et qu'il s'est évanoui sur le coup. Ou si elle l'avait assomé pour qu'il se taise et qu'il la laisse l'amener au Campement des Gazelles pour être soigné. Certes. Le fait est qu'il se taisait.

    - Je vois, vous n'aimez pas ce que vous comprenez pas. Dont le désert. C'est dommage, car il regorge de merveilles en tous genres... Froussard.

    La Lionne se remit en boule sur le sable, cachant son visage sous des couches de tissus histoire de ne pas finir cramée avec un tel soleil. Elle ne prêta pas attention au reste, une main sur l'abdomen. Ah, ce bleu faisait plus mal que ce qu'il ne devrait... Saleté. Il avait frappé avec une farouche précision le bougre. Saleté... La Lionne fut interpellée par trois mots. « Liaison », « avec », « Reeds ». Sans bouger, elle ne fit que lever son bras et bouger sa main de droite à gauche, puis se mit à parler et son bras retomba dans le sable pour aller encercler ses genoux avec son homologue.

    - Merah Hitam est allé chercher Matt, il ne va pas tarder à venir ici. Froussard et inutile, vous accumulez les richesses, chaton...


    Une lionne qui ne provoque pas n'est pas une lionne.
    Code de Frosty Blue de Never Utopia
    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 557
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    Un rire désormais, en plus de le rouler dans la boue et l'agresser, elle se moquait de lui maintenant. Et bien où va le monde? Avec de tels... spécimens? C'était maintenant compréhensible pourquoi une simple entente entre nomades et les habitants de 1400 étaient si compliquée... Il faut croire que le choc des cultures n'étaient pas la seule excuse, sauf si c'est cette même culture qu'il l'avait rendue si... asociale et violente?
    Le blond la regarda juste, avec de la fermeté dans le regard, cette situation ne lui plaisait pas le moins du monde et l'envie de rire se trouvait bien loin de son esprit.
    Une goute salée perla sur son front, coulant le long de sa peau, il faisait chaud et cet uniforme était pas vraiment optimisé pour cette situation.

    - Je vois, vous n'aimez pas ce que vous comprenez pas. Dont le désert. C'est dommage, car il regorge de merveilles en tous genres... Froussard.

    Damon commença à réfléchir sur la philosophie de ce début de phrase, ah en fait non, il c'était simplement arrêté sur le froussard qui une nouvelle fois blessa son ego, et malgré son sérieux, un petit sourire narquois lui échappa pendant qu'il s'essuyait le front.
    Froussard, et puis quoi encore, il n'était pas courageux, plutôt inconscient mais la limite entre les deux était si flou qu'il ne savait jamais vraiment quand il la franchissait, mais pour se retrouver seul dans le désert avec cette lionne enragée et antipathique il avait du la franchir, quelque part.

    - Merah Hitam est allé chercher Matt, il ne va pas tarder à venir ici. Froussard et inutile, vous accumulez les richesses, chaton...

    Hein? Le soldat serra son arme, une autre personne les observait depuis tout à l'heure? Qui était elle? Que faisait elle? Ne serait ce pas plutôt une ruse pour mieux l'attraper par la suite, après tout cette femme  semblait aussi fourbe que sauvage. Il scruta l'horizon tout autour de lui, son regard perçant les formes des dunes, mais rien n'entra dans son champ de vision, et ça le perturba et lui fit serrer les dents, allait encore devoir défendre sa vie? Cette ronde devait simplement être banale, et bon sang il foutait quoi le lieutenant Reeds si quelqu'un était allé le chercher honnêtement?

    "- Wilson, continue l'appel. Si il est vraiment en chemin alors on le saura comme ça, après tout je n'ai pas vu une seule autre personne hormis nous deux.

    - Bien Monsieur."

    De plus, maintenant qu'un doute c'était incrusté dans le fond de son esprit, le blond ne put s'empêcher d'émettre une bien triste hypothèse, si Matt était de mèche avec cette rousse alors il se pouvait que Damon soit en danger, comment pouvait il en arriver là? En plus il y avait une taupe dans le haut de l'organisation de la société pourquoi un autre Lieutenant ne serait pas mêler à tout ça? Le blond cligna deux trois fois des yeux, il devait couvrir ses arrières lui aussi.

    "Et envoie un message à Joshua pour qu'il arrive avant le Lieutenant."

    Il reposa doucement son regard sur la jeune femme par la suite, toujours dans le sable, à vaquer à diverses occupations. Elle semblait bien confiante, trop justement. Le blondinet chuchota à son gantelet de redevenir un détecteur de chaleur, certes la température environnante devait le brouiller un peu, mais si ce Merah Hitam n'était jamais parti, alors Damon aimerait le voir arriver, et il ne put s'empêcher d'ajouter :

    "Vous me semblez bien trop confiante."



    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2237
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Balles et blessures guérissent par des paroles sûres...
    Pour une fois, Matt n'était pas dans un avion en mission, non ; il était en train de remonter le dossier sur les narcotrafiquants avec les cinq autres Lieutenants, raison du fait qu'ils étaient tous rassemblés en un même endroit. Comme le gamin qu'il était, le Bleuté boudait toujours de ne pas avoir pu participer à une expédition contre les Pilleurs, qu'il dirigeait à distance cela dit. Mais Matt avait été vite préoccupé par autre chose ; une Adoratrice du Scorpion avait été aperçue aux abords de la ville et avait été coursée dans le désert, selon les rapports. Et il savait qu'il n'y avait qu'une personne pour faire ça. Du moins, il espérait que c'était bien elle, sinon il égorgerait lui-même l'Adoratrice en question.

    Alors que les cinq gradés partageaient leurs informations dûment récoltées, le hacker de l'Armée, dit le Lieutenant de la Police Militaire, apostropha Matt.

    - Eh le boulet du siècle Militaire ! On a un appel prioritaire pour toi.
    - T'as pas remarqué que ça fait dix minutes qu'on est cinq et pas six ? Abruti.


    Le Lieutenant Reeds était en train de courir vers les Rives de l'Oasis, suite à quoi il reçut un appel prioritaire venant de Damon Zigg. Il ne prit même pas la peine d'y répondre, Merah Hitam avait trouvé Matt près du dôme de 1400 et White avait sorti sa tête du bas du bras du pantalon de Matt, en direction du scorpion rouge foncé. Le serpent blanc alla se caler confortablement dans les vêtements de son ami, tandis que le scorpion courait devant Matt. Ceci fait, le Lieutenant se mit à suivre le scorpion, jusqu'à être sur une dune où il surplombait les rives... Il marqua un point sur son GPS, et se mit à courir vers ledit point.

    En chemin, il croisa le cadavre d'un homme qui était... Un peu déchiré de partout, c'était le cas de le dire. Ça, c'était bien l'oeuvre de cette Adoratrice du Scorpion. Il le savait pour avoir combattu avec elle et connaître ses manières. Il fouilla le cadavre, appela deux membres de la division de recherche de l'Armée de Terre, et repartit de plus belle vers le point de son GPS. Non, ne dites rien, Matt avait placé un point juste histoire d'avoir une destination. Et ledit point bougeait selon la direction que prenait Merah Hitam. Et le point arrêta de bouger quand il reconnut bel et bien la nomade, allongée en position foetale sur le sable. Ne se souciant nullement de Damon, il se dirigea directement vers la nomade.. En se cassant la gueule juste sous son nez.

    - Mais qu'est-ce que t'as foutu encore ?! Abrutie !

    Sans crier gare, il souleva les vêtements de la nomade pour lui appliquer une pomade sur l'énorme bleu qu'elle avait au niveau de l'abdomen.

    - T'as intérêt d'avoir une bonne raison d'avoir écharpé cet homme, part'naire. Et de t'être laissée blesser ainsi aussi. Abrutie.

    Il soupira longuement, et retrouva la bouille de gamin que toute l'Armée lui connaissait et se retourna vers Damon.

    - Pas de bobos, Damon ? Parce que cette garce est une vraie sauvageonne. Eh ! Me mords pas, sale Lionne va !, lâcha-t-il, avant de se retourner vers le deuxième soldat. Ah vous, tant que vous êtes là ! Vous pouvez aller fouiller le cadavre qui se trouve là-bas en me faisant un rapport une fois que c'est fait ? Merci bien !

    Un Matt qui pose sa main sur la poignée de son arme n'est pas un Matt qu'on contrarie, le soldat s'exécuta aussitôt. Le Lieutenant plissa les yeux et regarda la nomade.

    - Qu'est-ce que tu lui as fait... ?





    Kit 1 de Maxine:
    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 489
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/12/2014


    Même pas fichu d'être observateur, vous êtes si inutile chaton...



    Une Lionne qui a décidé d'ignorer ignorera autant de temps qu'elle le souhaitera.

    Hafsa ne l'entendait plus, non, elle ne voyait rien, n'entendait rien et ne sentait rien. Hors du temps, enfermée dans sa bulle de vêtement et de chaleur. Elle soupira longuement avant de s'asseoir et... de se retrouver avec un Bleuté qui se cassa magnifiquement la tronche juste sous son nez. Un sourire sarcastique étira ses lèvres et la Lionne toisa son partenaire de combat.

    - Tu es en retard, tu m'as carrément fait attendre.

    Elle le regarda alors qu'il l'engueulait littéralement avec une bouille de gamin inquiet et contrarié. Ben dites donc... La Lionne arqua un sourcil alors qu'il sortit un tube de pommade de sa veste, et qu'il souleva les couches de tissus sans préavis pour appliquer son truc totalement glacé sur sa peau. Elle frissonna, mais ne recula pas. Elle n'était pas en mesure de refuser des soins, de toutes façons. Elle grogna sauvagement, feulant même, quand elle entendit « t'être laissée blesser ».

    - Tu sais ce qu'il s'est passé, partenaire. Et baisses d'un ton, il était coriace celui-là.

    La Lionne mordit le Bleuté quand il la traita de sauvageonne. Amicale, la morsure, elle ne lui avait pas fait mal non plus hein. Elle regarda le Bleuté poser une main sur son arme, tout en menaçant ( donnant un ordre ) au soldat qui était arrivé un peu avant lui. Et qui partit aussitôt vers la direction pointée par Matt. Quand il plissa les yeux pour regarder la Lionne ainsi, cette dernière se mit aussitôt en position d'attaque.

    - Me regardes pas comme ça !, feula-t-elle aussitôt. Ton espèce de soldat voulait savoir quelque chose qui ne le concerne pas. J'ai tenu ma promesse. Bien que j'avais une envie monstre de le tuer à plusieurs reprises.

    Elle grogna de nouveau, abandonna sa posture d'attaque pour s'asseoir sur le sable, en feulant un flot d'injures incompréhensibles. Elle ancra ses deux émeraudes dans les yeux du soldat Blond.

    - Voyez, je vous avais dit qu'il allait bientôt arriver... Vous lui vouliez quoi, à ce gamin maladroit de service ?


    Quand une Lionne est en compagnie d'une personne qui a sa confiance, son comportement change radicalement...
    Code de Frosty Blue de Never Utopia


    Dernière édition par Hafsa le Lun 13 Avr - 22:32, édité 1 fois
    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 557
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    Rien ne se passa comme l'avait imaginé le soldat. Son appel abouti sur un autre lieutenant qui lui annonça simplement que Reeds était déjà parti depuis une douzaine de minutes. La lionne sauvage ne répondit même pas et resta couchée sur le sable pendant qu'il l'observait, et les deux sources thermiques que Wilson signala furent tout simplement le lieutenant de l'armée de l'air et Joshua. Elle n'avait pas menti? Tenté de le manipuler? Étrange pour cette adoratrice qu'il n'arrivait pas à cerner.
    Il reconnut bien le lieutenant que celui-ci s'écroula sans crier gare devant la nomade et sans prêter la moindre attention au soldat, toujours agréable à savoir ! Enfin il se renseigna sur l'état de Damon. Toujours posté à la même position, il lui répondit simplement par un signe de tête. Mais une question titilla l'esprit du blondinet pendant que les deux autres personnes présentes, suite au départ de Joshua, échangeaient des banalités, oui. Des banalités. Où était Merah Hitam qui était censé avoir guider le bleuté?
    Les mains de l'orphelin restèrent cramponnés à sa mitrailleuse, il plissa les yeux pour une fois de plus tenter d'observer les environs sous ce soleil cuisant, mais il ne vit rien d'alarmant hormis l'étendu vide du désert.
    Finalement la lionne regarda de nouveau dans sa direction et lui lança :

    - Voyez, je vous avais dit qu'il allait bientôt arriver... Vous lui vouliez quoi, à ce gamin maladroit de service ?


    Le soldat ne lui répondit pas directement, préférant s'adresser au lieutenant pour s'excuser de l'avoir appelé ainsi :

    "- Monsieur, je m'excuse que vous ayez dû vous déplacer, mais elle prétendait vous connaître et je ne pouvais pas la croire suite à ce qu'elle a fait à cet homme au milieu de 1400. Et le sujet qui ne me concerne pas, selon ses dires, est la raison pour laquelle elle c'est octroyé le droit de tuer qui que soit au sein de notre ville sans avoir besoin de se justifier et en devant rester impuni aux yeux de nos lois Monsieur. Ce qui m'a contraint de la poursuivre jusqu'ici avant qu'elle n'envoie un mystérieux messager vous cherchez."

    Puis il supporta le regard de cette tueuse, elle venait encore de s'attaquer à son ego de mâle stupide, il était loin d'être une petite poupée fragile, loin d'être un animal sans défense, il masqua un petit sourire narquois en lui répondant :

    "- Essayer de me tuer aurait été plus adapté comme tournure de phrase."

    L'orphelin n'était pas le plus malin, loin de là, mais il savait, vu le comportement du Lieutenant, que cette réplique ne lui marquerait aucun point envers ses deux interlocuteurs, mais il n'avait pu se retenir. Il commençait à en avoir marre d'être largement sous-estimé par cette femme. Puis il termina les explications avant que qui que ce soit ne réagisse :

    " - Et pour ne rien vous cacher Monsieur, j'ai ouvert le feu sur elle. Volontairement à côté pour qu'elle s'arrête."

    La relation des deux autres protagonistes semblait plutôt amicale, alors une fois de plus le policier allait surement s'attirer les foudres du Lieutenant, mais lui cacher la vérité aurait été pire, la hiérarchie militaire au sein de cette oasis était relativement simple, il y avait les Lieutenants et tout les autres en dessous au même stade, alors la respecter n'était pas compliqué, et au contraire, la bafouer poserait probablement de gros ennuis et ne correspondait en rien à la morale du jeune soldat, morale qu'il avait voulu défendre en se précipitant sur ses milliards de grain de sable, et sous ce soleil de plus en plus cuisant.
    De toute façon, Damon assumait le moindre de ses actes quant à cette poursuite, estimant qu'un meurtre était une raison plus que suffisante pour s'expliquer au lieu de rajouter un délit de fuite sur la liste des chefs d'inculpation possibles.
    Mais au fond, le blond savait pertinemment que son supérieur direct était le Lieutenant de la police militaire, et bien qu'il soit tout autant sous les ordres de Matt, en cas de litiges il espérait le soutien de son Lieutenant, car il avait agi comme un policier, tout simplement, le bonus étant qu'il avait agi comme un policier non feignant et pas corrompu.



    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2237
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Balles et blessures guérissent par des paroles sûres...
    Matt soupira face aux réponses de sa partenaire de combat, après s'être enquéri de l'état de Damon. Mais vraiment...

    - T'es pas possible... On t'a déjà dit que tuer quelqu'un n'est pas un acte réversible ? Putain...

    Il soupira de plus belle, s'assit de nouveau dans le sable dans une mine renfrognée. Et gamine. ... Elle était une abrutie. Oui, qu'elle était très protectrice envers son entourage et celui de Nahid, ça Matt l'avait parfaitement bien compris. Et il n'allait certainement pas la blâmer pour ça, dans son cas il aurait été capable de faire la même chose. ... Tout dépendait si le criminel était un Pilleur ou un Adorateur du Scorpion ou s'il ne l'était pas. L'un dans l'autre, il aurait fini par se venger.

    - Oy, baisses d'un ton part'naire. On ne tue pas un membre de l'Armée facilement, encore moins un membre d'une Division Spéciale. Sale gosse...

    Et il se récolta une autre morsure à l'épaule, grognant comme le gamin qu'il était en gesticulant dans tous les sens et en se cassant la gueule une fois de plus. Il arrêta de bouger quand Damon prit alors la parole. Il soupira de plus belle, une bouille gamine au visage.

    - T'excuses pas, j'allais me rameuter de toutes façons. J'étais déjà en chemin quand j'ai reçu ton appel, Daz'. Et tu as bien fait. C'est une vraie sauvageonne, cette Lionne. Pour information... Son mystérieux messager est un scorpion du nom de Merah Hitam.

    Il ignora les grognements et, gaminement, posa une main ferme sur les lèvres de la Lionne pour qu'elle se taise.Puis, il désigna le scorpion rouge sombre qui se trouvait actuellement sur l'épaule gauche de la Lionne. Et il regarda Damon continuer de parler. Un sourire sarcastique vint étirer ses lèvres.

    - C'est une bonne chose, ça... Par contre. Fais gaffe à ce que tu dis, si elle l'avait voulu, je suis sûr qu'elle t'aurait blessé dangereusement. Et... Stop, là j'en ai marre de ne pas comprendre. Tu peux me faire un rapport détaillé de ta journée jusque là, s'il te plaît ? Et tu risques de devoir faire pareil avec ton Lieutenant, je te le dis.

    Comme si c'était le moment de flâner comme ça... Ah, Matt détestait les coïncidences de ce type. Il les détestait vraiment. Bordel... Quand Damon lui avoua avoir ouvert le feu sur le Scorpion, ses sourcils se plissèrent. Heureusement qu'il a rajouté en suivant qu'il l'avait fait volontairement à côté. Parce que sinon Matt aurait dégainé son arme sans réfléchir. Il regarda la Lionne, relâchant l'emprise qu'il avait sur ses lèvres pour lui tapoter la tête comme un gamin qui rabroue sa grande soeur.

    - Ta réserve est pas possible, tu le sais ça ? T'aurais juste pu expliquer calmement les choses, ça t'aurait même évité d'avoir à gambader partout en étant blessée. Mais vraiment. Tch.

    Il se retourna alors vers Damon, dans l'attente de sa réponse. En sachant qu'il demanderait plus tard à la Lionne sa version des faits. Pour plus d'objectivité s'entend. Un petit 'bip' résonna dans l'air, et il s'excusa vaguement à l'attention du soldat. Matt appuya sur un bouton qui fit apparaître un ordinateur holographique. Il lut le rapport détaillé et arqua un sourcil avant de se tourner vers la Lionne.

    - Ça n'aurait pas été un Pilleur, je t'aurais écharpé. Well done part'naire. Même si j'ai pas pu l'interroger du coup. Tch. ... 'scuse-moi Daz. Tu disais ?


    Dernière édition par Matt Reeds le Jeu 18 Juin - 4:43, édité 1 fois





    Kit 1 de Maxine:
    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 489
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/12/2014


    Saleté de soldat stupide...


    Une lionne mord, il n'a rien d'anormal à ça ; l'anormalité aurait été qu'une lionne ne mord pas et ne griffe pas...

    Elle arqua un sourcil moqueur à la question de Matt. Elle le savait très bien ça, et c'est exactement pour ça qu'elle se vengeait de cette façon. Que ce soit des Civils, des Pilleurs, des Savants, des Fils du Serpent, elle n'en avait cure ; sa vengeance était toujours irréversible. Et autant dire que cela n'était pas près de changer. Quand le Bleuté répondit à son feulement, elle se contenta de lui mordre l'épaule avec une grande rapidité. C'est qu'il avait mis un coup dans sa fierté, là... Le soldat n'existait même plus à ses yeux et la Lionne plissa les yeux lorsqu'il lui rappela son existence en parlant. Tch...

    Un feulement lui échappa, suivi d'un concert de grognements. Une main vint lui sceller les lèvres et son regard noir de sauvagerie se dirigea à l'encontre du soldat. Mais il se prenait pour qui lui ? Nos lois, et blablabla, les lois des nomades, est-ce qu'ils prenaient ça en compte les citadins ? Non ! Voilà bien longtemps que les Mad Storm auraient été coincés, le cas échéant. Grognant de plus belle, elle manqua de sauter à la gorge du soldat lorsqu'elle entendit « mystérieux messager ». À défaut de parler, son geste stoppé net par Matt et son regard noir et sauvage teinté d'une sérieuse lueur de haine parla pour elle. Un peu de respect envers Merah Hitam bon sang !

    Matt avait compris son geste, raison du fait qu'il divulgua à cet empôté des neurones l'appelation de son amie Merah Hitam. Elle approuva saisi d'un grognement sourd, regard émeraude d'une rare noirceur braqué sur le soldat. Ça y est, elle avait retrouvé sa colère. Heureusement que Matt la maintenant fermement près de lui sans bouger, ce crétin serait mort sinon. Armée ou pas, membre de la Division Spéciale – c'était quoi d'ailleurs cette manie de catégoriser tout le monde chez les citadins ? – ou pas. Elle n'entendit pas le reste de la discussion, mais quand son ami la relâcha pour lui dire...

    - Fous-toi de moi, Matty ! T'es même pas foutu de faire deux pas sans te casser la gueule, alors tes conseils et ton inquiétude tu les gardes pour toi !

    Alors que Matt se retournait vers le soldat pour elle-ne-savait quelle raison, la Lionne sauta à la gueule de son ami. Elle n'avait pas le droit de toucher à un membre de l'Armée ? Mais lui, elle pouvait, vu que c'était son frère d'armes. Elle lui mordit violemment la jugulaire, ce qui eut pour effet de la calmer. Ceci fait, elle regarda Matt, occupé à avoir une affaire avec sa technologie.

    - J'me demande ce que vous serez sans cette foutue technologie...

    À l'annonce du Bleuté, la Lionne arqua un sourcil blasé et un feulement sarcastique franchit ses lèvres. Pilleur ou pas, qu'est-ce qu'elle en à faire ? On ne touchait pas sa soeur jumelle sans son consentement, point barre. Et si elle avait écharpé un Pilleur, bah tant mieux. Ça aurait été un Civil ( pourquoi ça s'appelait un Civil d'ailleurs, hein ? Logique s'il te plaît, ramènes-toi ! ) qu'elle n'en aurait eu rien à foutre.

    Sauf pour le fait qu'elle n'avait pu se venger correctement durant la phase de torture. Tch. C'était son seul regret d'ailleurs. La Lionne se contenta d'asseoir Matt sur le sable, de s'asseoir sur ses genoux et de s'entourer de ses bras. Une étreinte ? Non. Elle savait que quelque soit le récit du soldat, elle aurait envie de l'écharper, l'égorger, l'écorcher vif à un moment ou à un autre. Et elle savait que Matt la retiendrait parce que jamais la Lionne ne se permettrait de ne pas respecter une promesse. Saleté...

    Une lionne est très loyal, et cela donne naissance à des paradoxes assez particuliers...
    Code de Frosty Blue de Never Utopia
    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 557
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    - Oy, baisses d'un ton part'naire. On ne tue pas un membre de l'Armée facilement, encore moins un membre d'une Division Spéciale. Sale gosse...

    Sale gosse? Leur relation semblait assez... particulière, et complexe à saisir pour une personne ne sortant que très rarement de 1400 et n'ayant vu que bien peu de nomade. Il semblait être comme... Un grand frère et sa petite sœur?
    Quoi qu'il en était, le blond arrêta de songer à cette idée, elle n'avait rien à faire dans cette situation, surtout qu'on venait de lui demander un rapport détaillé, et à juste titre on venait aussi de lui rappeler qu'il allait devoir tenir le même discours à son supérieur direct.

    Mais avant qu'il n'entame, Matt le coupa inconsciemment à deux reprises :

    - Ta réserve est pas possible, tu le sais ça ? T'aurais juste pu expliquer calmement les choses, ça t'aurait même évité d'avoir à gambader partout en étant blessée. Mais vraiment. Ça n'aurait pas été un Pilleur, je t'aurais écharpé. Well done part'naire. Même si j'ai pas pu l'interroger du coup. Tch. ... 'scuse-moi Daz. Tu disais ?


    Damon haussa discrètement un sourcil, peut être que lui aussi avait sous estimé son adversaire. Blessée elle se déplaçait quand même de manière impressionnante. Curieusement, il se demanda ce qu'elle aurait pu faire au mieux de ses capacités. De plus la réaction calme du Lieutenant Reeds quant à l'identité du cadavre et les raisons du meurtre conforta le jeune homme sur ses positions. Il l'aurait probablement laissé partir si seulement cette espèce de folle n'avait pas détalé encore plus rapidement qu'un lièvre sans la moindre explication.

    Finalement le policier commença son petit discours :

    " - Nous avons été appelé en renfort par la police militaire afin d'effectuer une surveillance de 1400. Avec Joshua qui ne devrait plus tarder maintenant, nous avons assisté à une course poursuite entre un homme et la jeune femme ici présente Monsieur."

    Il essaya d'apercevoir les yeux de la meurtrière entre les bras du Lieutenant. Elle venait de tuer un homme et de mordre à plusieurs reprises Matt, malgré leur relation amicale, le blond préférait se méfier et pouvoir agir si il apercevait un quelconque geste menaçant envers l'un ou l'autre des soldats, mais ce ne fut pas le cas, alors il enchaîna :

    " - Nous avons réussi à les rattraper, mais trop tard pour empêcher le meurtre. Joshua étant en retard, j'ai tenté d'appréhender la nomade, en lui demandant l'identité de la victime et les raisons qui l'ont poussé à commettre ce geste. Elle refusa et tenta de s'enfuir, c'est ainsi que je l'ai tracé jusqu'ici grâce à notre "foutue technologie" où elle a annoncé vous connaître, et déclaré que vous l'aviez aider après qu'elle ait tué d'autres personnes. Ne pouvant pas me résigner à la croire, j'ai préféré vous contacter."

    Damon commençait à avoir relativement chaud, il était littéralement en train de cuire sous ce soleil de plomb en attendant la réaction du Lieutenant de l'armée de l'air. Au fil de son discours, il c'était rendu compte qu'il n'avait pas de réelles raisons pour faire se déplacer Reeds, hormis ce doute qui c'était développé quant à l'intégrité du Lieutenant... Doute futile, qui était d'ores et déjà balayé.

    Soudainement , la voix de Joshua vint troubler le calme de cette scène :

    " - Dit moi que tu l'as eu, j'en ai marre de courir ! Et surtout arrête de me..."

    Le regard du nouvel arrivant vint se poser sur l'index de l'orphelin, puis il suivit la direction pour apercevoir le Lieutenant Reeds à son tour. Sans plus attendre il effectua un salut militaire :

    " - Monsieur."

    Puis plus discrètement, il chuchota dans l'oreille de son coéquipier :

    " - Toi, tu vas devoir me raconter l'épisode que j'ai raté."

    Damon ne bougea pas de ses positions, toujours prêt à agir en cas de besoin. Il cligna simplement des yeux pour répondre à Joshua, oui il le ferait mais plus tard. Ce n'était pas le moment. Surtout qu'il lança sans prévenir :

    " - J'aimerais maintenant entendre la raison de ce meurtre Monsieur. Que je puisse faire un rapport correct à mon supérieur, ou au moins un ordre me disant de lâcher l'affaire."


    D'un côté, un tel ordre l'énerverait car il se sentait bafoué par cette lionne, de l'autre il pourrait enfin quitter ce rôle de juge qui ne lui plaît pas, qui ne lui convient pas et s'en remettre au jugement d'une personne bien plus compétente que lui dans ce domaine, jugement probablement influencé par la relation des deux protagonistes qui restaient relativement proche, mais qui serait sûrement meilleur que celui du blond, quoi qu'il arrive.




    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2237
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Balles et blessures guérissent par des paroles sûres...
    Matt se contenta de peindre sa bouille gamine en une expression des plus vexées.

    - J'me demande ce que tu serais sans ton foutu scorpion. T'arrêtes de te foutre de notre culture ? Sale gosse.

    Il grommela dans son coin, ayant complètement oublié qu'il avait demandé au p'tit policier de lui faire un rapport détaillé. Mais cela lui revint vite en mémoire, vu qu'il eut effectivement droit audit rapport détaillé. Et étrangemment, il était plus concentré à serrer de toutes ses forces la Lionne dans ses bras qu'à écouter les paroles de Damon, comme un gamin très concentré de ne pas laisser s'échapper un cadeau très précieux. Et puis, faut dire que Matt aimait donner des câlins. Même s'il préférait ceux de Kris... Le Bleuté secoua sa tête de droite à gauche, et reporta son attention sur le policier. Concentration. Un visage semblable à un océan de calme surgit alors sur sa face. Pile au moment où un feulement suraigu insupportable vint lui exploser les tympans, mais son calme resta greffé à son expression faciale.

    - Tais-toi, part'naire, laisses-le parler.

    La Lionne mordit de nouveau Matt à la jugulaire, mais se tut. Comme si sa morsure l'aidait à ne pas égorger à distance le policier qui l'emmerdait profondément. Un sourire amusé se peignit sur les lèvres de Matt, mais le calme revint très vite le balayer. Le Lieutenant Reeds serra que plus son emprise quand il sentit que sa soeur d'armes allait bondir de rage sur Damon, et laissa le flot d'injures sortir violemment de ses lèvres. Suite à quoi, il pencha la tête sur le côté.

    - Haha, autant dire que tu as douté de mon intégrité. Enfin, avec les temps qui courent, je te comprends. Cela dit, garde ça en mémoire ; même si je tiens à elle, je n'hésiterais pas à la tuer si elle s'en prend aux citadins sans une excellente raison derrière.

    Matt soupira. C'était vraiment fatigant d'être sérieux. Sa bouille de gamin revint à la charge des lors, et lorsque le p'tit lui posa cette question, de cette façon surtout, le Bleuté ne put qu'éclater d'un rire frais, franc, et... incroyablement enfantin. Il avait salué le soldat qui était arrivé entre-temps, évidemment, mais cela faisait déjà dix secondes qu'il l'avait fait. Son rire ne se tarit pas, mais ne laissait pas une seule seconde penser qu'il se moquait de Damon.

    - Bah dites donc, t'es long à la détente, toi ! Tu as remarqué qu'elle est semblable à une Lionne, non ? Si elle a tué ce Pilleur, c'est tout simplement parce qu'il a blessé gravement sa soeur. C'est ainsi qu'elle protège son entourage, et je t'arrête de suite, tu n'as pas le droit de la juger. Nan mais oh, ça s'fait pas de juger quelqu'un juste parce que sa culture est différente. C'pas très poli de faire ça, tu sais Damon ? Et elle ne s'est pas enfui ; elle était blessée, elle a juste cherché à se protéger. Bah oui, c'est ce qu'on appelle l'instinct de survie, c'est très humain. D'abord. Et na.

    Le Lieutenant Reeds avait préalablement posé sa main, d'une manière gamine évidemment, sur la bouche de la Lionne pour éviter qu'un son ne sorte de ses lèvres. Ceci fait, il se leva en regardant sa partenaire, un regard lourd de sens. Et il posa sa main sur l'épaule de Damon.

    - Enfin, quoi que j'en dise, tu as bien fait. Ah, viens pas avant 19h00 pour ton rapport, on est en réunion entre Lieutenants jusque là sur un dossier top-secret.

    Ceci fait, Matt programma son GPS jusqu'à la salle de réunion avec les cinq autres Lieutenants et partit en courant, en se cassant la gueule environ sept fois par tranche de vingt secondes. Ceci étant dit, il disparut plutôt vite.
    [/b]


    Dernière édition par Matt Reeds le Dim 28 Juin - 11:26, édité 1 fois





    Kit 1 de Maxine:
    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 489
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/12/2014


    Saleté de soldat stupide...



    Les liens de fraternité sont les seuls qui arrivent à faire entendre raison à une lionne digne de ce nom...

    Le Scorpion Rouge se contenta d'une grognement sourd à la question rhétorique de Matt. Certes, elle l'avait bien mérité, mais ce satané soldat n'avait pas arrêté de profondément l'énerver avec ça.

    - Dis-ça à ton abruti de soldat, espèce d'attardé.

    Elle sentit toutefois l'étreinte puissante de son ami l'enserrer dans l'étau de ses bras, sans possibilité de bouger. Ha, au moins elle pouvait toujours compter sur lui pour honorer ses promesses, comme quoi elle n'avait pas fait d'erreur en le considérant comme frère d'armes. Nahid aurait sans doute approuvé aussi. ... Même si Matt avait un caractère d'enfant, au fond. Enfin, ça, elle avait vite compris pourquoi. Chacun avait sa manière de se protéger, après to-...

    " - (...) une course poursuite entre un homme et la jeune femme ici présente Monsieur."

    Sans pouvoir résister, elle émit un feulement suraigu qui ne manquerait pas de leur briser les tympans, en se débattant comme une fauve sauvage sans parvenir à briser l'étau de Matt. Mais ça, elle le savait, et c'était pourquoi elle lui avait implicitement demandé de la serrer aussi fort.

    - Enfoiré ! Même pas fichu de différencier une course-poursuite avec une traque ! Je ne joue pas à chat contrairement à d'autres, abruti !
    - Tais-toi, part'naire, laisses-le parler.


    Elle se contenta de lui mordre violemment la jugulaire. Qui il était pour lui donner des ordres ? Et pourtant, quand elle vit le visage calme et stratège de son frère d'armes, elle cessa de le mordre et émit un long grognement sourd. Quand Matt avait ce visage-là, et vu sa position surtout, le contrarier n'était pas une bonne idée. C'est que ça se vexe facilement, un gamin. Et une Lionne aussi, d'ailleurs.

    " - (...) Elle refusa et tenta de s'enfuir (...)."

    ... S'enfuir. S'enfuir ? Qui avait tenté de s'enfuir ? La Lionne allait lui bondir dessus, toute sauvagerie retrouvée, toute humanité disparue. Elle fut brusquement retenue dans son élan par son partenaire de combat, qui avait resserré que plus son emprise. La Lionne en eut le souffle coupé, mais il fut vite retrouvé pour ensevelir le crétin de soldat sous des flots et des flots d'injures.

    - Quand et où j'ai tenté de m'enfuir ?! Je ne suis pas une lâche ! Se battre sur un terrain où on est à son avantage est une stratégie de base sale enflure !

    Et bien d'autres injures continuèrent dans une autre langue. La langue des regards mortels, et des grognements les plus menaçants les uns que les autres. Finalement, ce fut Matt qui interrompit cela en posant une main devant ses lèvres. Elle lui mordit les doigts, mais une fois de plus, elle finit par se taire. Il n'y avait que lui ou Nahid pour la raisonner aussi silencieusement, de toutes façons. Elle plissa les yeux face à ce que venait de déclarer son frère d'armes, et un sourire moqueur naquit sur ses lèvres.

    - T'as plutôt intérêt, Matty. Prendre la vie de quelqu'un sans une solide raison derrière, c'est se foutre de la gueule du monde. Et pire encore... Enfin, dans le Clan c'est le concours à qui sera le plus irrespectueux. Tous des abrutis..., déclara-t-elle, en murmurant sa dernière phrase cela dit.

    Elle lorgna ensuite le soldat qui arriva en trombe, et essoufflé. Faible âme qu'il était. Elle soupira, et se blottit contre Matt qui... explosa de rire ? Perplexe, elle le regarda en plissant les yeux, puis en arquant un sourcil. Bon, c'est vrai que le crétin soldaté était bien con de douter de l'intégrité du Bleuté, mais vu son comportement ce n'était pas anormal de douter de lui. Quand on ne le connaissait pas, du moins.

    Et... Heureusement qu'il l'avait fait taire avant d'entamer son monologue. Un grognement sourd et permanent flottait dans l'air. Elle fronça les sourcils et regarda son frère d'armes. Une fois qu'il eut fini son discours, elle se jeta sur lui pour le faire tomber sur le dos ( en même temps, c'était le seul truc qu'elle pouvait faire vu la montagne de muscles qui l'empêchait de bouger ).

    - Ça t'empêche pas de dormir de raconter la vie des autres d'une manière aussi neutre ?
    - Tu aurais dit ça dès le départ, en lui exposant calmement tes raisons, tu n'en serais pas là. D'abord. T'es qu'une abrutie. Et na.
    - Arrêtes de rigoler...


    Le Bleuté se leva, en lui lançant un regard lourd de sens. Elle se mit immédiatement en position d'attaque, en se levant à une vitesse insoupçonnée, une main sur son abdomen. Tch... Oh ? Oh, ce regard-là... Elle se redressa, et soupira significativement.

    - Ça va, je sais. Je tiendrais ma promesse.

    Matt lui sourit, et elle lui renvoya son sourire. Sincère. Mais sa sauvagerie vint prendre rapidement le dessus, tandis que le Boulet prenait congé en se cassant la gueule comme un dépravé. Cela fit ricanner la Lionne.

    - Toujours aussi maladroit dans ses gestes... Enfin, il est souple d'esprit et compréhensif lui, contrairement à d'autres bloqués du cerveau.

    Elle avait mis une distance de sécurité de cinq mètres entre elle et les deux soldats. Merah Hitam posée sur son épaule, elle toisa les deux soldats, non sans les aviser d'un grognement sourd et menaçant. Qui se tarit, peu à peu.

    - Enfin, il a raison sur un point, je suis une abrutie. Toi aussi, d'ailleurs.

    Elle but alors dans sa gourde un peu d'eau, et toute amabilité disparut définitivement de son visage. La Lionne sauvage était de retour.


    Une lionne n'ignore jamais sa nature bien longtemps...
    Code de Frosty Blue de Never Utopia
    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 557
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    - Haha, autant dire que tu as douté de mon intégrité. Enfin, avec les temps qui courent, je te comprends. Cela dit, garde ça en mémoire ; même si je tiens à elle, je n'hésiterais pas à la tuer si elle s'en prend aux citadins sans une excellente raison derrière. Bah dites donc, t'es long à la détente, toi ! Tu as remarqué qu'elle est semblable à une Lionne, non ? Si elle a tué ce Pilleur, c'est tout simplement parce qu'il a blessé gravement sa soeur. C'est ainsi qu'elle protège son entourage, et je t'arrête de suite, tu n'as pas le droit de la juger. Nan mais oh, ça s'fait pas de juger quelqu'un juste parce que sa culture est différente. C'pas très poli de faire ça, tu sais Damon ? Et elle ne s'est pas enfui ; elle était blessée, elle a juste cherché à se protéger. Bah oui, c'est ce qu'on appelle l'instinct de survie, c'est très humain. D'abord. Et na.

    Oui le Lieutenant avait raison. Damon avait douté de son intégrité. Il se souvenait des trop nombreuses fois où un frère d'armes avait retournés les armes et changés leur fusils d'épaules aussi rapidement que furtivement. Pour certain le blondinet ne put les arrêter, enfin si, mais pas en leur passant les menottes. Tout ça pour une question de pognon, parfois la logique humaine restait incompréhensible pour son cerveau si... formaté?
    Il prit la suite du discours comme un énorme reproche quant à son attitude. Il avait raison quand il pensait que le jugement de Matt aurait été influencé par leur relation, face au fait Damon avait tenté d'être le plus objectif possible, il ne la connaissait pas, il savait juste qu'elle avait réduit en charpie un homme au milieu de 1400 et était parti par la suite. Voilà les faits dont il a été témoin, comment en déduire que l'homme était un pilleur, qu'il avait attaqué la sœur de cette sauvage, et que cette lionne était elle même blessée? Il n'y avait aucun moyen sans la moindre explication, et le fait que Joshua ce soit embarqué dans cette galère lui aussi était une preuve évidente qu'aucun des hommes présents n'auraient pu arriver à une telle conclusion.
    Alors que le Lieutenant prenait congé, la Lionne lui sauta dessus, presque aussitôt Damon leva son canon, presque aussitôt le Lieutenant se releva sans mal après l'avoir "remis" à sa place. Finalement le bleuté disparut en donnant un dernier "ordre" à Damon.

    " - Bien Monsieur."

    Un petit silence allait prendre place avant que cette meurtrière, Damon ne pouvait retirer cette image de sa tête, ne le coupe radicalement :

    - Toujours aussi maladroit dans ses gestes... Enfin, il est souple d'esprit et compréhensif lui, contrairement à d'autres bloqués du cerveau.


    Joshua partit au quart de tour, il allait faire un pas décidé en redressant ses armes lorsqu'un bras puissant vint se plaquer sur son torse l'empêchant d'avancer et le retenant fermement. Le blond avait reçu ses ordres. Cette histoire était terminé. Il se contenta de répondre calmement :

    " - Il avait les pièces manquantes du puzzle que tu refusais de me donner. Par ailleurs, ce n'est pas parce que je n'ai pas prêté attention à tes insultes que je ne les ai pas entendu, soyons clairs : Tu me hais et je te déteste point. Mais le Lieutenant a parlé, on en restera là concernant cette histoire."


    Ses yeux verts étaient cachés par ses mèches blondes. Son ressenti était tout aussi camouflé par un ton anormalement neutre, elle était l'incarnation de tout ce qu'il méprisait, la laisser partir ainsi l'enrageait, mais les ordres sont les ordres, il était un bon soldat.

    - Enfin, il a raison sur un point, je suis une abrutie. Toi aussi, d'ailleurs.

    Le regard perçant de l'orphelin se redressa vivement. Que... Quoi? Etait ce la même personne qu'il y a cinq minutes qui venait de dire ça? Impossible, surtout quand il redécouvrit le visage féroce de cette femme, sa posture, et la distance qui les séparait désormais. Cependant il devait l'admettre :

    " - Oui, je ne suis pas ici parce que je suis extrêmement malin. Maintenant pars, on va faire pareil."


    Une certaine pression vint s'appliquer sur son bras. Joshua voulait encore avancer. Il put lire dans son regard quelque chose comme "elle ne va pas s'en sortir comme ça! C'est pas possible!". Mais une nouvelle fois Damon s'interposa, il le saisit par le col et lui fit face, tournant le dos à la lionne un court instant. Ses yeux verts empli de colère plongé dans le regard sévère de son collègue.
    Avant même qu'il n'ouvre la bouche, Joshua se calma. C'était la première fois qu'il avait à subir ce regard, surtout venant de quelqu'un comme Damon, même si il avait tendance à être impulsif.

    " - J'ai dit on en reste là. Maintenant on y va."


    Joshua fit demi tour sans broncher et entama la marche vers 1400, Damon se retourna pour que ses yeux croisent encore une fois ceux de cette meurtrière. Il savait pertinemment qu'elle rêvait de le tuer, et qu'elle ne le faisait pas juste pour Matt. Ce dernier petit échange ressembler étrangement à une sorte de 'on finira par se revoir.' Le seul hic était : dans quelle condition cette fois ci?




    Contenu sponsorisé


    Contenu sponsorisé

    Contenu sponsorisé
    Contenu sponsorisé

      La date/heure actuelle est Jeu 24 Aoû - 10:42