Agartha. Un désert, où cohabitaient nomades et sédentaires. Cependant l'assèchement progressif des oasis développa la cupidité des sédentaires qui se mirent en guerre les uns contre les autres. Les cités tombèrent une à une devant ce fléau jusqu'à ce qu'il ne reste que 1400. Les nomades quant à eux préférèrent éviter ces conflits en priant leur Divinité de leur accorder un sommeil de deux millénaires. Mais quand ils se réveillèrent, ils furent non seulement confrontés à des citadins beaucoup plus avancés technologiquement mais aussi à une hostilité tangible. Hostilité contre ces nomades ressurgit du passé mais aussi hostilité au sein même de la ville de 1400. Puis une nouvelle guerre éclata : la Révolution. Est venu à nouveau le temps du choix : se battre ou partir ? Ainsi naquit l’Exode, un mouvement rassemblant nomades et citoyens souhaitant fuir la guerre en partant par-delà les montagnes vers un territoire glacé où vit un peuple étrange.

Lorsque le passé et le futur se rencontrent...


    [FINISHED] Grain de Sable et... Grain de Haine ? {Feat Hafsa et Aloïs}

    Partagez
    Ilyria
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Katana
    Messages : 203
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/12/2014

    Une étendue de sable à perte de vue... Le sable que je pouvais deviner brûlant au vu des mirages qui se reflétaient sur sa surface, le soleil qui brillait ardemment dans le ciel, sa caresse réchauffant ma peau, le contraste que formait la ligne d'horizon entre l'ocre du sol et l'azur du ciel, qu'aucun nuage ne recouvrait... Un désert comme je les aimais !

    Je m'élançai alors dans l'étendue sableuse et me roulai aussitôt dedans, appréciant sa brûlure sur mon corps et toutes ces sensations qui me revenaient après ce temps de privations cloîtré dans mon trou ... Le son que produisaient les diverses formes de vie qui avaient su s'adapter à la rudesse de ce dernier, l'odeur du sable et des rares plantes qui y poussaient, ainsi que celle du sang signifiant qu'une chasse avait eu lieu, le contact de mes pieds– et en l'occurrence de mon dos – avec autre chose que du sable compact, alors que je m'enfonçais dans ce flot solide et délicieusement brûlant... Ah, tout cela m'avait tant manqué...

    Suite à quoi je m'ébrouai pour faire tomber les grains de sable qui s'étaient glissés entre mes vêtements et commençai à marcher dans une direction inconnue. Je ne sentais pas de danger direct et avançais donc tranquillement, profitant silencieusement de la sensation de mes pieds s'enfonçant dans le sable brûlant et de la chaleur du soleil glissant à travers mes habits. Soleil qui était particulièrement fort aujourd'hui.
    Viri'ith perché nouvellement sur mon épaule était soudainement réconfortant. Avoir un ami fidèle avec soit ne pouvais être que bénéfique pour moi. Je souris. Un peu bêtement, je l'avoue, mais personne était là de toute façon.

    Par contre, dans mon empressement de retourner courir au milieu des Dunes, j'avais oublié ma gourde. J'en fessais une belle gourde !!! Quelle idiote je pouvais être parfois... Bon... Comme je n'étais pas trop loin du camp, je fis retour arrière chercher de quoi boire et de quoi manger. Même si je savais trouver tout ça, je devais commencer à me ré-entraîner. Le temps passé dans ce trou m'a un peu retardé dans mes entrainement, mais avait eu son coté bénéfique. Chacun de nous, Adorateurs du Scorpion, étions davantage résistant à la chaleur de la journée et à la dure fraîcheur de la nuit. De retour "à la maison", j'aperçus au loin, une flèche rouge. Ce devait être le Scorpion Rouge... La lionne. On se ressemblait sur plusieurs points tout en étant le parfait contraire de l'autre. Fin' bon... Je pris assez d'eau et un peu de viande avant de repartir. Personne ne fessait vraiment attention à moi. Très bizarre... Partir comme ça, plusieurs heures et des fois même deux jours ne les inquiétaient pas, que moi, fille d'un traître, aille cavaler dans le sable, jours et nuit ? Bref.

    Je repris donc la route vers nulle part. Pendant longtemps en fait. Assez longtemps pour que le crépuscule s'installe doucement, embrassant de ses bras de nuits les paysages tout entiers. Tandis que le soleil allait mourir à l'horizon, reflétant une dernière fois ses rayons d'or sur le sable. La nuit, occupant désormais tout l'espace qui s'offrait à elle, était le signal pour les simples habitants et villageois, signal pour eux d'achever enfin leur journée de dur labeur, pour profiter d'un repos bien mérité.

    Mais je continuai de marcher. De un, je n'étais pas fatiguée, de deux j'aimais être loin des autres et de trois, je voulais apprendre. Je me mis à courir, mais le problème de galoper la nuit, c'est qu'on ne voit pas ses pieds. Je pris un rocher mal placé qui me fit trébucher et un autre qui m'assomma violemment. Je m'évanouis. Je dormis longtemps et quand je me réveillai, la nuit avait fait place au jour. Sauf que voilà, j'avais perdu le nord. Et pour arranger, le soleil était caché par d'épais nuages noirs. Je frappai le sol en hurlant de colère avant de me lever et de prendre une direction au hasard. Une tempête se préparait. Et je ne savais plus où j'étais. Par les pinces de mon scorpion où suis-je ??

    C'est alors que je vis une ombre qui n'avait pas l'air d'en être une. Un homme ? En tout cas... Ce n'était pas un Nomade. Mais que faisait-il là... Il se retourna. Je restai là un instant, mais je compris que ça ne servait à rien d'y rester, je me relevai, sortant mon Katana. Pas pour me battre, mais me défendre si jamais il attaquait. Je m'approchai doucement et avec prudence.

    Quand un bruit se fit entendre derrière. Je me retourne en vitesse. Au début, je ne voyais rien. Puis une fine liasse de cheveux rouge fut visible.

    Le Scorpion Rouge ??? Que fais-tu là ?

    Je jetai un œil à l'homme. Il n'avait pas bougé... Étrange...
    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 496
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/12/2014


    Le doute permet parfois de s'amuser...


    Quoique vous fassiez, vous n'échappez pas à la rancune de la Lionne...

    La lionne. La lionne était de retour et guettait les moindres faits et gestes de tout le monde depuis qu'elle avait appris que ce qui était arrivé à sa soeur était loin d'être la première fois. Et que cela se produisait tout le temps quand elle avait le dos tourné. Bande d'ordures, enflures remplis de lâcheté. Non, même pas remplis, constitués de lâcheté. Ce qui était encore pire, quand on y repensait... Pour commencer, elle devait retrouver les Pilleurs et leur faire la peau à tous. En particulier ce groupe-là de Pilleurs. À croire que tout ceux qui entourait la sauvage étaient des loques, des déchets, des moins-que-rien, le néant à l'état pur. Sauf sa jumelle. Et son petit frère, évidemment. Et c'est exactement pour cela que la sauvage suivit une chevelure rousse auburn, parce qu'elle savait très bien que cette Adoratrice du Scorpion avait le même goût du sang et de la torture qu'elle.

    Et qu'elle pouvait potentiellement la mener à des Pilleurs. Même si elle semblait pas se rendre compte du long sommeil de Mû, elle allait forcément en trouver vu son tempérament. Elle prit alors cette rousse de son clan en filature. La lionne se souvenait bien que beaucoup dans le clan la considérait comme étant une traîtresse, statut acquis grâce au père de la rousse, qui était vu comme un traître également. Ce dont le Scorpion Rouge si fichait totalement. Comme si ce machin allait être dangereux face à elle... Et puis, elle ne savait pas pourquoi son père était considéré comme un rénégat, alors elle n'allait pas non plus la considérer de la même façon. Pis, elle n'était pas dangereuse pour sa jumelle, qui n'était pas sans défense non plus. Point barre, fin de la réflexion.
    Pourtant...

    Oui, pourtant, lorsqu'elle la vit se ramasser littéralement au sol par un petit rocher – que foutait un petit rocher en plein milieu des dunes nom d'un poison oxygéné ? –, et que ce soit la nuit n'était en rien une excuse pour la lionne, cette dernière ne se demanda que plus pourquoi cette... femme était considérée comme une traîtresse. Et puis, ce n'est pas comme si les Adorateurs du Scorpion étaient assez éparpillés, m'enfin bon... À tous les coups, le père de cette Adoratrice avait porté atteinte aux Vétérants. Cela ne s'expliquait que comme ça, et pas autrement. Toujours est-il que notre lionne sauvage, en quête d'assouvir sa vengeance sur ceux qui maltrataient sa jumelle, regarda un bon moment le corps étandu au sol. Partagée entre sa vengeance et l'amusement de la chute. La laisser là et devoir chercher les Pilleurs par elle-même, ou bien la prendre avec elle vu que le vent commençait à se lever et se trouver fissa un abri ?

    Plus elle hésitait, plus le temps se dégradait. Et elle choisit finalement pour la deuxième option et chargea la femme sur son dos dans l'espoir qu'un des abris creusé sous une couche de sable dure ne soit pas loin. À défaut de trouver mieux... C'est un de ces abris qu'elle trouva, quinze ou trente minutes plus tard. Elle déposa le corps encore évanoui sur le sol sableux, et regarda de l'abri, qui était pas très petit, sans être trop grand non plus, la tempête qui se levait dehors. Mouarf. Pas très violente, mais l'éviter était préférable alors. Les Pilleurs devaient être dans leurs planques... Il fallait qu'elle trouve la planque de ce maudit groupe d'ordures.

    Alors qu'elle était en train de s'étirer, ne réagissant pas au réveil de l'évanouie-maladroite, elle entendit des pas se profiler à l'horizon. Elle cessa son activité et se redressa – pour ce qu'elle pouvait –, en émettant un grognement qui venait des entrailles, une sorte d'avertissement pour celui qui oserait l'approcher de trop près. Et qui, rien qu'à la forme et au son, n'était pas un nomade. Ou alors, il s'agissait d'un Favori de la Gazelle ayant adopté les us et coutumes des citadins. Tss tss tss... Le grognement de la lionne se fit plus menaçant. Et, très étrangement, une teinte d'amusement en ressortait.

    Parce qu'une lionne, quoi qu'on dise, ne se laisse jamais approcher... Ce n'est pas pour autant qu'elle ne sait pas jouer, hm...
    Code de Frosty Blue de Never Utopia


    Dernière édition par Hafsa le Sam 17 Jan - 16:03, édité 3 fois
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 365
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    An eye for an eye

    Quel beau soleil! Quel beau ciel bleu! Et quelles belles dunes s'étendant à perte de vue sans signe aucun d'être vivant...Peut-être devrait-il étudier l'éventualité qu'il était seul. Seul comme dans abandonné par les siens. Perdu. Personne autour de lui...

    Assis dans le sable, Aloïs leva une main au-dessus de ses yeux à la hauteur de son bandana, offrant à son regard un certain abri du soleil. Du moins à l’œil n'étant pas couvert par l'épais tissu noir. Il n'était généralement pas le premier à admettre ses erreurs, mais aujourd'hui il avait peut-être été un peu trop loin. En distance, s'entendait. Contrairement aux apparences, il faisait attention à ne pas trop s'éloigner du navire lors de ses promenades entre deux explorations. Mais aujourd'hui il avait été distrait.

    Sa main retomba pour se poser sur sa cuisse. Son œil vert d'eau fixait le ciel, ses sourcils se fronçant petit à petit alors qu'il prêtait l'oreille au vent. Une tempête se préparait. Il devait trouver un abri et vite.

    Il se leva prestement, portant une main à son cache-œil mécaniquement. Il avait un mauvais pressentiment, celui-là même qui ne l'avait pas quitté depuis qu'il avait ouvert son œil unique ce matin-là. Il secoua légèrement la tête, et se mit en route. Trouver un abri ne serait pas trop difficile, il connaissait le désert comme sa poche et savait où trouver les grottes de sables durcis qui le protégerait de la tempête. Il ne restait qu'à s'y rendre.

    Trente minutes plus tard, la bouche béante d'une grotte apparut dans son champ de vision. Il s'arrêta. Il resta immobile, figé, œil fixé sur l'abri sablonneux. Les vents sifflaient à son oreille. La tempête approchait. Ses doigts effleurèrent une nouvelle fois son cache-œil. Ses craintes n'étaient probablement pas fondées. Et pourtant, il était prêt à parier qu'elles le seraient. Au fond de lui, un vieux démon ouvrit son œil unique.

    Avec un dernier regard vers le ciel, Aloïs se remit en route, le sable crissant sous ses pas prudents. Il entra dans la grotte d'où un grognement félin se faisait entendre. Il ne mit pas longtemps à trouver la source du grondement. Une fille, ou femme, chevelure rousse, yeux sauvages. La pupille du garçon s'étrécit alors qu'il plaça son regard dans celui de la nomade. Un mouvement, le son d'une lame sortant de son fourreau. Il se tourna à demi et regarda avec un semblant de curiosité la deuxième occupante de la grotte. Une femme, rousse, aussi sauvage que la première.

    Dans l'abysse de son âme, son démon frémit et se dressant sur ses pattes, il rugit.

    Se plaçant de façon à voir les deux filles, Aloïs sourit. Un sourire dure, teinté d'une douce ironie. Derrière le tissu noir, son œil dormant brulait. Il porta deux doigts au tissu comme s'il pensait contenir le feu infernale et la haine tenace par ce geste.

    "Mesdemoiselles." murmura-t-il. "Je ne viens pas avec l'intention de me battre." il jeta un regard au katana dégainé de la seconde fille. "Et vous?"
    Code by Frosty Blue


    HRP:

    Je préfère expliquer parce que je me disais que ça allait peut-être vous déstabiliser, mais vous avez affaire à Aloïs lorsqu'il est terriblement sérieux. Il risque de déconner vachement moins que d'habitude. Et je vous laisse deviner ce qui se passe avec son œil caché ^^
    Ilyria
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Katana
    Messages : 203
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/12/2014

    Je m'assois dans le sable. Et joue avec la pointe de mon arme sur le sol de la grotte. Petit à petit, je forme un signe. Un tribal en fait, en forme de scorpion. Pendant un moment, je le regarde, le dessin bien entendu, avant de le faire voler en poussière et jette un œil à l'homme.

    Derrière lui, la tempête avancée. Le vent fessait voler les grains de sable avec d'abord douceur puis se fit violent. On aurait dit une danse de milliard de petites fées brillantes.

    Un sourire un peu sadique étire mes lèvres. Le pauvre homme était dans une fâcheuse situation entre la nature folle et deux nomades au même tempérament pas très agréable.
    Je me relève et m'approche lentement de l'intrus. Son œil caché avait l'air de le faire souffrir. Mmh... Je regarde ensuite furtivement la lionne et murmure :

    -hey, Scorpion rouge, tu préférerais quoi toi ? Le combat ? La torture ?

    Puis j'observe l'homme, mais m'arrête à une bonne distance. C'était la première fois que je voyais un citadin et je le dévorais du regard. Apparemment, c'était un pilleur. Oups, le pauvre. Il est mal tombé si c'est vraiment le cas.
    Un léger regard dans la direction de la lionne et je compris qu'elle avait bien avant moi, deviné qui il était. Ça risquait de ne pas être un agréable moment pour ce pilleur... Si encore, il arrive à survivre aux griffes de la nomade derrière moi, ça restera un très mauvais souvenir... Puis finalement répond à l'homme.

    -Monsieur. Il se trouve que... J'ai une soudaine envie de... Jouer. Ça vous direz, de jouer avec moi ? Je commencerais bien par vous retirer cet œil qui semble vous faire mal... Avec les mains ? Où peut être avec mon arme ? On a de quoi s'occuper par ce temps, vous ne croyez pas ?

    Je lui fis un grand sourire amusé avant de soupirer et de lancer mon katana en l'air. En fait, j'essayais juste de capter l'attention de l'homme pour voir ce qu'allait faire la lionne. Comment dire... Cette fois, je partagerai ma proie, car je savais que l'autre nomade avait ce grain de haine pour les pilleurs.. Qui dans leur clan ignorait cela ?

    [HRP : Désolé, c'est un peu court comme post ^^ je suis un peu à cours d'idées et en plus il n'est pas génial mais j'espère que ça ira ^^]
    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 496
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/12/2014

    H.R.P:
    En retard, en retard, en retard, je suis absolument désolée >.<
    Et pour précision, les "Mad Storm" sont un groupe de Pilleurs connus pour s'en prendre aux citadins ET aux Adorateurs du Scorpion ( ce qui fait que l'Armée leur laisse une certaine... liberté conditionnelle, dirons-nous ). Ce qui, je pense, n'échappera pas à Aloïs ;p


    Douceur et amusement, des clefs de valeur sûre contre l'ennui...


    Une lionne ne pense jamais faire, elle fait tout court...

    La lionne n'avait cessé son grognement sourd et menaçant, reculant imperceptiblement afin de garder un minimum d'espace vital. Au moins, l'autre avait eu le bon réflexe de ne pas s'avancer vers elle, la Rousse l'aurait littéralement égorgé avec ses dents. Sa méfiance redoubla triplement – oui cela existe – à l'entente des mots du citadin, et son grognement se fit plus puissant, sortant tout droit de ses entrailles. Il n'est pas venu pour se battre... Bien. Sauf que... Là, il empiétait sur son espace vital. Qui était déjà réduit à cause de l'autre Adoratrice.

    Et justement... Il s'agissait d'un Pilleur. Il sera toujours de trop. Pourtant, lorsque la jeune femme lança une proposition à la lionne, sa seule réponse fut son grognement, qui n'avait pas bougé depuis qu'elle l'avait émis. Le problème, dans ce genre de situation, c'est que... Torturer ou se battre contre une proie qui n'en avait pas envie était d'un ennui... La sauvage rousse finit par se redresser légèrement.

    - Aucun des deux. Torturer une proie aussi facile serait d'un ennui mordant. Et j'ai mieux à faire..., feula-t-elle d'une voix si amusée qu'elle paraissait encore plus sauvage et sarcastique.

    Un petit sourire se posant sur sa face vint agrémenter le tout . Un sourire léger d'où suintait une cruauté sauvage certaine. Finalement, la Lionne Rousse posa ses fesses par terre, pliant une jambe à la verticale et l'autre – la droite – à l'horizontale avant de poser son menton sur le genou à portée. Ses bras vinrent entourer sa jambe droite et son grognement s'atténua, demeurant sourd et présent cela dit. Son regard émeraude était trempé de haine et se dirigeait tout droit sur le Pilleur, ce qui n'échappa pas à l'autre rousse. Si elle ne réagissait pas et ne l'attaquait pas, c'était seulement pour le tester. Elle ne l'avait encore jamais croisé, celui-là. Et ce fut, une fois de plus, l'autre Adoratrice qui reprit la parole.

    Le regard enduit de haine que la Lionne avait toujours braqué dans l'oeil vert d'eau du Pilleur n'avait pas cillé. Elle savait très bien que les citadins avaient des machines particulièrement... hum... dangereuses. Et sa méfiance à l'égard de cet homme-là venait en grande partie de là. Et le fait qu'elle ne bouge pas aussi. Elle n'attaquait jamais un Pilleur sans un minimum de précaution. Et c'est d'ailleurs la raison de sa position actuelle. Une lionne qui jaugeait sa proie, l'observant sous toutes les coutures. La Lionne Rousse restait plongée dans un profond silence, seul son grognement menaçait toute personne de l'approcher de trop près. L'autre Adoratrice comprise.

    - Jouons en finesse, ma chère..., dit-elle enfin, sa sauvagerie cruelle n'ayant pas quitté sa voix de lionne.

    Cette phrase pouvait paraître sympathique, le genre de phrase qui retiendrait un compagnon de commettre une erreur... Mais dans ce genre de contexte, et vu qu'elles deux provenaient du même Clan... Cela signifiait plutôt « retires-lui lentement les ongles, casses-lui les doigts avec douceur, ce serait plus amusant », à quelques détails près. Aussi, elle savait que la jeune femme allait comprendre la Lionne sans trop de difficultés. Elle se remit à parler, n'ayant pas bougé depuis de longues minutes. Ses yeux émeraudes étaient toujours rivés sur le Pilleur.

    - Dites-moi... Vous ne connaîtriez pas la planque d'un groupe qui se fait appeler « Mad Storm », par le plus grand des hasards, très cher... ?, demanda-t-elle avec la même voix féline et sauvage, qui ici était étonnament douce.

    Ne croyez pas comprendre la Lionne. Jamais. Car elle est et sera toujours le facteur imprévisible de vos équations...
    Code de Frosty Blue de Never Utopia
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 365
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    A tooth for a tooth

    "Hey, Scorpion rouge, tu préférerais quoi toi ? Le combat ? La torture ?"

    Visiblement, ces demoiselles n'avait pas particulièrement l'intention de la jouer pacifique. Grandiose. Quoi de mieux que de jouer au chat torturé avec deux psychopathes femelles? Exactement. Pas grand chose.

    Blague à part. La question de Rousse 2 avait au moins le mérité de lui dire qu'elle était inférieure à Rousse 1 (d'où le classement). Il jeta un oeil à la bête sauvage sous forme humaine. Littéralement un oeil. Il en avait qu'un de toute façon.

    "Monsieur. Il se trouve que... J'ai une soudaine envie de... Jouer. Ça vous direz, de jouer avec moi ? Je commencerais bien par vous retirer cet œil qui semble vous faire mal... Avec les mains ? Où peut être avec mon arme ? On a de quoi s'occuper par ce temps, vous ne croyez pas ?"

    Un sourire narquois déforma ses traits.

    "Si c'est mon oeil que vous voulez, j'ai bien peur que vous n'arriviez un peu tard." susurra-t-il en retirant son cache-oeil."Quelqu'un vous as devancé voyez-vous?"

    Son sourire cruelle ne quitta pas ses traits alors qu'il étudia le visage de Rousse 2 alors que celle-ci regardait l'oeil qu'il venait de dévoiler. Les veines tout autour étaient gonflés et l'oeil lui-même était entièrement blanc. L'iris et la pupille avaient toutes deux prit la teinte laiteuse visible sur les yeux des aveugles. Les médecins avaient réussi à effacer les traces de la blessure qui avait tué son oeil mais il restait les signes de l'assaut sur le membre fragile. Des signes qu'il n'effacerait pour rien au monde.

    "Jouons en finesse, ma chère..."

    Il se tourna vers Rousse 1. Celle-là semblait avoir la tête sur les épaules. A sa façon...

    "Dites-moi... Vous ne connaîtriez pas la planque d'un groupe qui se fait appeler « Mad Storm », par le plus grand des hasards, très cher... ?"

    Une lueur de haine pure s'alluma dans son oeil vert d'eau alors que son oeil blanc se rappela à son bon souvenir en attisant les braises du feu qui le démangeait depuis le matin. Son sourire ne faillit pas, bien qu'il durcit lui donnant l'air légèrement fou.

    "Si je le savait, ils n'existeraient déjà plus." siffla-t-il en retour.

    Une paire d'yeux sombres semblant luire dans le noir se rappelèrent à sa mémoire. Le souvenir fut aussitôt suivi d'une multitude d'images. Des mèches bruns sombres encadrant un visage bruni par le soleil. Des lèvres éternellement figé en un ligne sévère. Et puis cet unique sourire aussi soudain qu'inattendue. Des soleils ardents couleurs noisettes brulant dans la nuit sombre d'un regard, le perforant de méfiance, de colère et de haine. Ces même yeux s'adoucissant de façon presque imperceptible. Une main ferme qui le tire vers l'arrière.

    Sa mémoire se teinta de rouge et le démon en lui se réveilla complétement. Ses traits se durcirent jusqu'à formé un masque de rage.

    "Il se trouve que j'ai une dent contre eux voyez-vous." dit-il enfin, un rire dépourvu de tout humour lui échappant. "C'est à eux que je dois la perte de mon oeil."

    Et celle d'un ami cher. Un fils des sables tout comme ces demoiselles.

    Nahid.
    Code by Frosty Blue

    Ilyria
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Katana
    Messages : 203
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/12/2014

    La réponse de l'autre eu, l'effet de me faire sourire. Alalala cette fille ! Jamais je ne la cernerais ! Bon sang ! Cette tempête allée vraiment être une partie de plaisir... Nom d'un fennec des sables quel ennui... Je soupire longuement, restant à bonne distance de l'homme, mais également de la femme. Elle avait raison. Une proie qui ne veut pas jouer ce n'est pas drôle. Je lance mon katana en l'air, le rattrapant, et continuant ainsi. Prff. C'est tellement chiant de rien faire... Maudite tempête.
    Perdue dans mes pensées, je rattrape le tranchant de ma lame.

    -Putain qu'elle conne, je fais ! Raah !

    Puis j'explose de rire de ma connerie en portant ma main à ma bouche, et suce le sang doucement. Bah quoi, c'est le mien, je ne vais pas le donner à tartemplume ! Je le garde, c'est tout !

    C'est alors que je regarde l'homme à nouveau : il avait retiré son cache-œil :

    Si c'est mon oeil que vous voulez, j'ai bien peur que vous n'arriviez un peu tard. Quelqu'un vous as devancé voyez-vous ?"

    Je m'étranglai. What The Fuck ? C'est quoi ce truc ? Je secoue la tête et cligne des yeux. Bordel de merde, c'est qui cet homme ? Qui lui à fait ça ?

    -C'est l'œuvre de qui ?

    Je soupire. Pourquoi je lui ai demandé... Je range mon katana avant de merder encore une fois. Je passe pour la piètre adoratrice des scorpions. Je me retourne tournant le dos à l'homme, mais sans regarder la femme. Je ne supporte plus cette ambiance. Entre l'autre grognasse et le cyclope, je me sentais mal à l'aise. Ils se mirent à parler, mais je n'écoute rien. Perdue dans mes pensées. Ma période dans mon trou ne m'avait pas prévu à cette situation. Je reste contre mon mur, méditant. Ils parlaient, je n'allais certainement pas me mettre entre, c'est deux là au risque de les avoir contre moi.
    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 496
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/12/2014


    Colère bridée, Lionne masquée d'un amusement factice...


    La rage n'a pas sa place quand les concernés ne sont pas dans les parages...

    La Lionne siffla de manière assez audible quand il retira son cache-oeil. Et ce, pour une seule raison ; certes son oeil était crevé. Pourquoi diable n'était-il pas arraché ? Vraiment, les gens n'avaient plus aucun sens de la torture... Suite à cela, elle décida de calmer les ardeurs et pulsions sadiques de l'Écarlate – bien qu'elles soient entièrement légitimes – histoire d'obtenir des réponses à certaines de ses interrogations. À commencer par l'endroit où se terraient les Mad Storm. La haine qui s'alluma chez le Pilleur ne changea aucunement le regard haineux que le Scorpion rouge dardait à l'oeil vert d'eau de cet homme. Comment voulez-vous changer cela de toutes façons... Et le masque de rage qui apparut sur la face de cet homme ne changea pas non plus le regard haineux de notre Rousse.

    Elle s'était dit qu'elle exterminerait tous les Pilleurs, les Mad Storm en particulier. Et en cela, elle réussirait. Jamais elle n'oublierait la perte d'un être cher, qu'il soit mort ou vivant ne rentrait pas en ligne de compte. En comparaison, la perte d'un oeil simplement crevé n'était rien. La Lionne grogna, entre sauvagerie, rage et... et, très étrangement, calme.

    - Ce n'est pas une dent qui me rendra Nahid !, siffla-t-elle d'une haine immense.

    Il est évident qu'elle n'avait pas pris l'expression au pied de la lettre. Sa phrase était sortie toute seule, sous l'impulsion de la rage. Elle n'avait pas changé de position, son menton était toujours sur le genou à portée, ses jambes n'avaient pas bougé d'un iota. Ses bras serrèrent que plus sa jambe pliée à la verticale, et une respiration profonde se fit entendre quelques secondes. Suite à quoi, sa respiration se fit intérieure et silencieuse.

    Nahid. Son partenaire de combat. Qui l'avait protégée. Et qui avait été enlevé. ... Elle avait remué ciel et terre pour le retrouver, et avait fini par tomber sur un membre des Mad Storm. « (...) Ah, ce brun. Fichtrement chiant, ce type... Et bien costaud, en plus. Mais bon, il a préféré sauver un vaurien de Pilleur (...) et en est mort. Il s'est bien battu. Un peu trop même. (...) Une femme comme toi n'a pas le niv... » Inutile que vous sachiez le monologue entier. Toujours est-il que cet homme est mort. Nahid... Ilyria avait dû en entendre parler. Ou bien entendre parler des « Deux Scorpions Pourpres », c'était ainsi qu'on surnommait Hafsa & Nahid. Partenaires de combat, frère et soeur d'armes. Ils étaient inséparables. Pour le coup, croiser l'un sans croiser l'autre était impossible.

    ... Juguler ses émotions. Brider le monstre. Juguler ses sentiments. Brider le monstre. Se calmer. La Lionne était toujours aussi sauvage, indomptable, haineuse au possible. Sa rage était là. Mais tout passait dans son regard. Car étrangement, le reste de son minois était amusé. Sa colère était tombée. Il n'y avait pas de Mad Storm ici. Par contre... Une lueur farouche brilla dans son regard et elle se tourna vers l'Écarlate.

    - Mieux que de torturer un Pilleur, en tuer plusieurs. On partagera, avec tous les Mad Storm qu'il y a... Qu'en dis-tu ?

    Car oui, même si la Lionne ne s'adresse physiquement qu'à une personne, elle a une façon de faire comprendre que sa question concerne ses deux interlocuteurs...
    Code de Frosty Blue de Never Utopia
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 365
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    And a bloodbath for a life

    "C'est l'œuvre de qui ?"

    Ses lèvres s'étirèrent en un sourire sans joie, son oeil dardant un regard haineux sur la fille. Ce n'était pas elle la cible de sa haine mais ceux dont il allait prononcer le nom.

    "Les Mad Storm." dit-il laconiquement."Mais ils m'ont pris quelque chose de bien plus précieux que cet oeil." ajouta-t-il avec une intensité peu commune pour lui.

    Son cours dialogue avec Rousse 2 fut interrompue brusquement par l'exclamation de rage de n°1.

    "Ce n'est pas une dent qui me rendra Nahid !"

    Le temps parut s'arrêter. Son oeil survivant s'écarquilla alors que son visage se tournait vers la sauvage. Son cœur oublia de battre. Sa respiration se figea.

    Rousse 1 disait quelque chose. Il ne l'entendait pas.

    Puis, sans crier gare, tout s'accéléra. Son coeur repartit à toute allure, sa respiration se précipita. Son oeil mort s'embrasa et il plaqua violemment sa main contre lui. Effort vain. Un hurlement de douleur l'échappa, il tomba à genoux.

    "Nahid."

    Il ne remarqua pas qu'il avait dit le nom à haute voix.

    Il se rappelait l'obscurité. Le grognement féral qui avait servit d'avertissement. Ne t'approche pas de moi. Il avait été comme une bête. Une bête en cage, retenu par des chaînes bien trop solide pour qu'il puisse les briser.

    Il se sentait perdre pied. Il savait qu'il n'aurait jamais du orienter ses pensées sur ce jour-là. Ce fameux jour où la folie l'avait rattrapé. Il avait toujours cru être quelqu'un de bien. Un homme calme, innocent. Il était un Pilleur, mais un bon Pilleur. Ce jour-là, il avait su qu'il était comme tous les autres.

    Brusquement, il se mit à rire. Sa main couvrait encore ses yeux, et il se remit fébrilement sur ses pieds , s'appuyant sur la paroi de la grotte alors que ses rires secouaient son corps frêle.

    "Nahid." répéta-t-il, laissant sa main retomber à son côté.
    "Vous n'auriez jamais du le tuer."

    Il se souvint de ce qu'il avait laissé derrière lui. Un souterrain peint en rouge. Un rouge sang. Des corps d'hommes jonchant le sol.

    "Vous n'auriez pas eut à mourir s'il avait vécu."
    Code by Frosty Blue



    HRP:
    Bien, bien, j'espère que ça convient ^^
    L'atmosphère devient de plus en plus sombre mais bon...plus on est de fous plus on rit, pas vrai Wink
    Ilyria
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Katana
    Messages : 203
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/12/2014

    Je regardai tour à tour le pilleur et l'adoratrice. En fait, tous les deux voulez se venger des Mad Storm. Moi, personnellement, il ne m'avait rien pris. Je n'avais vraiment rien contre eux. En fait, rien d'officiel. Mais officieusement, leur seule présence sur Agartha faisait en sorte que, comme toute la plupart des Agartiens, je voulais leur mort. Alors y participer....

    .... qui me rendra Nahid !

    Hein ? Qu'est-ce que j'ai loupé encore ? Maudite concentration à la noix !

    Nahid et la Lionne. C'était un peu comme Kane et moi. Toujours ensemble, toujours à se protéger. Personne chez les Adorateurs du Scorpion n'oserait dire du mal d'un des deux en présence de l'autre. Il m'est arrivé une fois d'avoir laissé échapper un début de phrase sur le jeune homme, mais Kane m'avait désigné la Lionne qui était à portée d'oreille. J'avais donc fini ma phrase en improvisation et ça avait donné un truc du genre ", C'est dingue ce que Nahid est... Et le Scorpion Rouge sont proches... " Kane avait alors rigolé et avait répliqué " Et nous ? Nous ne sommes pas proches peut-être ?"

    Un rire différent que celui de Kane me sortit de mes pensées à nouveau. Était-il devenu fou ? Mon regard se porta sur le Pilleur. Ah, les souvenirs de morts peuvent-ils donc faire ce genre de réaction chez les gens ? À moins que perdre un proche est plus douloureux que ça en a l'air ... Si je perdais Kane... Je ne sais pas vraiment ce que je ferais...

    - Mieux que de torturer un Pilleur, en tuer plusieurs. On partagera, avec tous les Mad Storm qu'il y a... Qu'en dis-tu ?

    J'observai la Lionne et souris. C'est vrai que c'était plaisant comme idée.. Mon désir de début (soit de torturer le pilleur, qui, on dirait, se torturait tout seul déjà) fut vite effacé par la proposition du Scorpion Pourpre.

    - Ça me va.

    Je regarde le pilleur, attendant sa réponse, espérant qu'il accepte.. Je ne savais pas pourquoi, mais dans un sens, très petit sens en fait, il y avait un truc bizarre qui me rappelait Kane...
    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 496
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/12/2014


    Colère bridée, Lionne masquée d'un amusement factice...



    Une lionne moqueuse et enragée ne fait pas bon ménage...

    La Lionne ne porta qu'un oeil attentif au Pilleur qui tombait à genoux, une espèce de vague de nostalgie et d'haine, préférant formuler à voix haute une demande qui ne saurait qu'être intéressante. Elle hocha la tête face à la réponse d'Ilyria, mais regarda que plus le Pilleur. Il semblait vraiment mal en point.

    - Tu voulais le torturer, non ? Je crois qu'il se débrouille tout seul en fait, ma chère..., dit alors la Lionne à l'intention de l'autre Rousse.

    Il regarda le Pilleur, toujours aussi mal, mais n'attendit pas sa réponse pour autant. Après tout, le Scorpion Rouge n'était connu ni pour être aimable ni pour être attentionnée ( sauf envers les rares personnes qu'elle considérait comme étant ses proches, et encore, elle avait une façon bien sauvage de le faire même avec eux ), et ce n'est pas demain la veille que ça allait changer. Elle alla donc se poster à l'entrée de la petite caverne sableuse, et un feulement retentit. Grognant, elle revint sur ses pas et se rassit de la même façon qu'à l'arrivée du Pilleur dans les lieux.

    - La tempête est plus forte qu'avant. Fait chier.

    Elle sortit un de ses bâtonnets de viande séchée au goût exécrable mais toutefois très nourrissante qu'elle avait toujours sur elle, et en mâchonna un avec lenteur. Elle regarda le Pilleur, et ne fit qu'arquer un sourcil à son intention. Et ben dites donc... Quoique, la Lionne partageait sa tristesse et sa haine, si ce n'est que les siennes étaient beaucoup plus grandes. Après tout, elle avait connu depuis toujours Nahid, ce n'est pas comme si il était possible de voir l'un sans l'autre jusqu'à... cet évènement. Son regard s'assombrit et elle siffla de rage.

    - La tempête n'a qu'à bien se tenir. Si je sors, je les massacre tous jusqu'au dernier. Ces enfoirés.

    Un grognement sourd monta de sa poitrine, et elle tendit un bâtonnet de viande à Ilyria, au cas ou celle-ci en voudrait.


    Une lionne est d'une nature polie avec les siens. Par contre, avec les autres... Tout dépend.
    Code de Frosty Blue de Never Utopia
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 365
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    Just kidding! (or not)

    Il était à genoux, les mains plaquées contre le sol et le visage tourné vers la surface rocheuse. Ses yeux étaient écarquillés et distant comme s'ils regardaient une scène toute autre et lointaine.

    J'ai envie de me rouler par terre.

    Sitôt que la pensée lui eut traverser l'esprit, il se jeta sur le sol, jambes et bras tendus et il entreprit de rouler à travers la caverne en chantant 'c'est à bâbord que l'on gueule le plus fort' à tue-tête. Il s'amusait follement et aurait put continuer encore longtemps sauf que l'odeur de nourriture vint lui titiller les narines et par un réflexe conditionné son ventre se mit à rugir. Oui parce que son ventre ne gargouillait pas faiblement comme les autres ventres, il rugissait comme un lion qui n'aurait pas mangé depuis des semaines.

    En l'espace d'une seconde Aloïs était sur ses pieds, en garde et fixant les Rousses d'un regard plein de suspicion. Tel un ninja en mission il se plaqua dos au mur de la caverne et alla se mettre dans un coin. Là il fit un vif tour sur lui-même pour se retrouver nez au mur. Il s'accroupit, se faisant le plus petit possible, et dégaina un paquet de bonbons au chocolat qu'il commença à bouloter à toute vitesse, gonflant ses joues comme un petit écureuil et lançant des regards aux Rousses une fois de temps en temps comme s'il les défiait de venir lui piquer ses bonbons.

    Ce n'est qu'une fois qu'il capta le regard fixe des demoiselles (une fois qu'il fut rassasié et que son paquet vide eut disparu on ne sait où) qu'il reprit contenance, se remettant une nouvelle fois sur ses pieds et commençant son numéro de parfait gentleman beau gosse.

    "Haha! Je vous ait bien eut hein?!" s'exclama-t-il en leur faisant un clin d'oeil digne d'une vignette de BD."Vous pensiez que j'avais perdu l'esprit et bien laissez-moi vous dire que vous avez devant vous l'homme le plus sain d'esprit qui soi."

    Il fit une pirouette pour appuyer ses dires (prouvant ainsi que ce n'était qu'un mensonge éhonté) puis se figea dans une pose de profil sur un pied, bras étendu comme s'il voulait imiter un avion et son autre jambe légèrement pliée pointant vers l'arrière.

    Il finit son petit numéro par l’exécution d'une seconde pirouette après laquelle il salua son audience bien bas.

    "Sur ce Mademoiselle Rousse n°2, j'ai une petite faveur à vous demander." dit-il, regardant la jeune fille du coin de l’œil. "Pourriez-vous m'aider à remettre mon cache-œil?"

    Un bon observateur aurait peut-être vu la goutte de sueur perlant sur sa tempe alors qu'il disait ses mains, ou la pâleur peu commune de son visage. Il avait beau faire comme le tout n'avait été qu'une bonne blague, il ne pouvait pas se mentir à lui-même et son corps tremblotant imperceptiblement paraissait en faire son devoir de le lui rappeler.
    Code by Frosty Blue



    HRP:
    Bon, j'espère que ça vous ira ^^
    Pour info, Rousse 2 c'est Ilyria.
    Ilyria
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Katana
    Messages : 203
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/12/2014

    La phrase de la Lionne me fit sourire au plus au point. Je lui réponds un rictus mauvais aux lèvres

    -Et il se débrouille plutôt bien.

    Mon regard reste sur le pirate et lorsque ce dernier ce roule par terre, je le regarde abasourdie qu'est-ce que... Je lui réponds un rictus mauvais aux lèvres Il est devenu fou ou quoi ? Je soupire desespérée. Je hausse les épaules tourne le regard quand la voix de la lionne annonça l'intensité nouvelle de la tempête. Mais qu'est-ce qu'il lui prend ? Mon meilleur ami était ce genre de garçon à être gentil. C'est seulement grâce à lui qu'il me reste un peu d'humanité. Alala... Dans un sens, j'ai beaucoup de chance de l'avoir, j'aurais déjà fini en prison, voire même dans le couloir de la mort si l'autre idiot ne me retenait pas. Et là, Kane n'était pas là et nous nous appretions a filer chez les Mad Storm.

    Comme la souligner l'autre rousse, la tempête s'intensifier. Retardant ainsi notre départ. L'adoratrice me tendit alors un bâtonnet que j'accepte t grignote lentement. L'adoratrice me tendit alors un bâtonnet que j'accepte et grignote lentement. Je n'avais même pas prévu de nourriture.

    Merci.

    C'est alors que le fou au sol se releva et se dirigea vers un mur. Et comme pour passer incognito tel un espion pas discret se plaqua contre un mur. Et comme pour passer incognito tel un espion pas discret se plaqua contre un mur. J'esquisse un sourire ironique et l'observe alors qu'il sort une poche et engouffre dans sa bouche ce qu'il y a  l’intérieur. Je le regarde complétement déseseprer avant de me tourner vers le sorpion rouge

    -On est réellement obliger de le prendre ?

    "Haha! Vous pensiez que j'avais perdu l'esprit et bien laissez-moi vous dire que vous avez devant vous l'homme le plus sain d'esprit qui soi."

    Le plus sain d'esprit ? Vraiment ? Perso, je ne dis rien tellement je suis blasé de sa façon faire si bizarre.

    Il me regarde alors, me nommant "rousse 2" . Me demandant de lui remettre son cache-oeil. Je soupire et y vais nonchalante et ne dit rien de plus. J'attrape le cache-oeil, fessant exprès de serrer assez fort cherchant a lui faire un peu mal.

    -Voilà Monsieur le pirate.

    Je lui lance un regard sadique, mais ne fais rien. Pourtant, ce n'était pas l'envie qui me manque.
    Je retourne m'asseoir en regardant l'extérieur, espérant que la tempête s'arrête bientôt
    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 496
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/12/2014


    L'immobilité est le meilleur moyen de se contrôler...



    Quand l'ennui mordant rentre dans la partie...

    Autant dire que la Lionne ne fit pas attention au Pilleur qui semblait très occupé à se rouler par terre dans la petite caverne sableuse, et sortit un bâtonnet de viande à la place. L'odeur était plutôt alléchante, mais le goût exécrable dissuadait d'une excellente façon... sauf les Adorateurs du Scorpion. Ils bougeaient beaucoup, ils devaient transbahuter le moins possible, et un petit bâtonnet de cette viande suffisait à maintenir un estomac en vie pendant toute une journée. Même si le goût n'était vraiment pas au rendez-vous, cela faisait longtemps que la Lionne n'y prêtait plus attention tant elle y était habituée.

    Elle sortit de ses pensées en tendant un bâtonnet à l'autre Scorpion, lui proposant un peu de sa gourde après s'être désaltérée – et veillant à ce que l'autre Scorpion n'en prenne pas plus que le nécessaire –, elle ne répondit pas au merci, se contentant d'hocher simplement de la tête. Le Scorpion Rouge regardait le Pilleur d'un oeil exaspéré, non sans grogner sourdement quand il s'approchait trop près d'elle, et se contenta d'admirer toute la splendeur de la seule animation des lieux, en omettant la tempête qui faisait rage à quelque pas d'eux. La réponse à la question de l'autre Scorpion fut donnée par un regard très éloquent de la Lionne ( qui signifiait à quel point elle n'en avait pas envie non plus ), et la prise de parole du Pilleur n'arrangea pas la sauvagerie de notre Rousse qui monta d'un ou deux grades.

    - ... Oui, on est obligés., dit-elle alors de sa voix sauvage, ici une voix d'outre-tombe particulièrement peu emballée par l'idée.

    Mais elle n'avait pas le choix. Elle avait fait le rapprochement, et c'était bien lui que Nahid avait protégé ; elle ne pouvait pas le laisser en arrière. Fichue promesse... Même là, elle s'en mordrait presque les doigts. À la place, un feulement de rage sortit de ses lèvres, tandis que l'autre Scorpion était occupée à remettre un bandeau en place. La Lionne n'avait toujours pas bougé, ayant gardé sa position initiale, et un grognement qui passait de l'agacement à l'irritation, bas mais très long, se fit entendre dès que le feulement se stoppa.

    En soi, la Lionne aurait très bien pu braver une tempête comme celle-ci. Forte, certes, mais en tant qu'Adoratrice du Scorpion elle avait vécu pire. Et cette tempête n'était rien comparé aux vents destructeurs de la Saison des Tempêtes. Elle savait aussi que l'autre Scorpion pouvait braver la tempête, mais ne savait pas si le Pilleur le pouvait. Fichue promesse bis. Tch... Elle commençait à s'ennuyer, et ne pas bouger la rendait d'autant plus instable. Par contre... La Lionne remarqua l'état du Pilleur, vaguement, vu que mine de rien, une lionne est naturellement très observatrice.

    - Bah alors mon lapin, qu'est-ce qui ne va pas ? Peur des Mad, peut-être... ?


    Une lionne ennuyée est une lionne qui ne pense qu'à s'amuser...
    Code de Frosty Blue de Never Utopia


    Dernière édition par Hafsa le Sam 16 Jan - 9:53, édité 1 fois
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 365
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    Laugh fearfully

    Sentir le cache-oeil se mettre en place devant ce qui n'était plus qu'une vieille blessure, calma légèrement les battements sourds de son cœur. Voila. Comme ça il pouvait encore se leurrer. Il pouvait encore faire semblant d'être ce bon vieux Aloïs. Celui d'avant. Celui qui ne pensait qu'à se bâfrer de bonbons et à faire les quatre cent coups avec sa jumelle, se rinçant l’œil sur quelques beaux gosses au passage. Voila. Juste un jeune homme tout ce qu'il y a de plus normale. Pas ce monstre assoiffé de vengeance. Pas cette colère noire, dormante la plupart du temps, et qui se réveillait ponctuellement pour se déverser en vague destructrice sur tout ce qui était autour de lui.

    "Voila monsieur le pirate."

    Voila. Maintenant, il peut redevenir le pirate qui n'aime pas les rousses et qui se sent un peu encerclé.

    "Merci bien mademoiselle!" dit-il avec un combo bonne humeur et sourire charmeur qui sonne faux.

    Il peut mentir aux autres mais pas à lui-même. Il sent encore ce démon qui se cache sous la surface frémir. Pas de rage cette fois mais d'anticipation. Il a entendu la promesse d'aller chez les Mad Storm. Il sait que bientôt il pourra sortir ses griffes et lacérés ces corps haïs. Ce n'est qu'une question de temps.

    La partie de son esprit qui appartient encore au Aloïs d'antan a peur. Pas des Mad Storms mais de lui-même. Il a peur de ce qui va arriver. Peur de ce qu'il va devenir. La mort de Nahid l'a blessé. Profondément. S'il le pouvait il changerait les évènements de ce jour-là. Mais même ça. Même ça n'était rien face au déchirement qu'il avait ressenti lorsqu'il avait ouvert les yeux pour voir un bain de sang. Baissant les yeux, il avait vu le liquide rouge couler de ses doigts, recouvrir ses bras. Et puis la réalisation que c'était lui qui avait fait tout cela. Il avait été terrifié. Il l'était encore.

    "Bah alors mon lapin, qu'est-ce qui ne va pas ? Peur des Mad, peut-être... ?"

    La voix est appât pour la colère mais elle ne fait que créer une sombre sagesse dans le regard du jeune homme.

    "J'avais peur d'eux lorsque j'avais quelque chose à perdre. Mais ils me l'ont déjà pris." son regard se fit distant. "Ce n'est pas d'eux que j'ai peur."

    Il regarde sa main tremblante avec un sourire craintif. C'était bon signe, se disait-il.

    "Tant que j'ai peur, je suis humain."

    C'était un mantra un peu superflu peut-être mais c'était la seule chose qui le confortait à cet instant précis.
    Code by Frosty Blue

    Ilyria
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Katana
    Messages : 203
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/12/2014

    Les yeux, toujours balayant ce qu'ils pouvaient voir du désert, j'étais assez près de l'entrée pour que mes cheveux volent un peu autour de mon visage, assez loin pour que le sable ne vienne pas me déranger et à une assez bonne distance des deux autres pour les entendre.

    Je me remis à mâchouiller mon bâtonnet de viande fessant abstraction du goût. Même si je pouvais les entendre, je n'écoutais pas vraiment. Les mots "lapin", "peur" et "MAD" de la voix de l'autre rousse me rendirent curieuse d'entendre ce qu'avait à dire le pirate.
    "J'avais peur d'eux lorsque j'avais quelque chose à perdre. Mais ils me l'ont déjà pris. Ce n'est pas d'eux que j'ai peur." Après un court silence, il rajouta. "Tant que j'ai peur, je suis humain. "
    Je me retournai d'un bond pour le regarder. Accroupi, je l'observai, comme attentive. Mais il ne rajouta rien. Je l'observais avec une immense attention. Mon regard devait être terriblement gênant pour lui, mais tant pis. Et alors plongeant mon regard dans son oeil, je murmurai presque pour moi :

    -Tu as peur de toi.. De ce que tu peux être ou ne pas être. Je me trompe ?

    Bizarrement, je m’intéressais à lui d'une autre manière. Mon regard changea, le sadisme laissant place à une curiosité dont je ne me connaissais pas.

    Mes cheveux arrêtèrent de danser autour de mon visage et un regard dehors m'indiqua que la tempête se calmait. Toujours accroupie, je lâchai un soupir de soulagement.

    J'observai le pirate, puis La Lionne. Eux avaient une bonne raison de vouloir vengeance. Et la même raison. La même vengeance. Moi c'était surtout histoire de me dévouer un peu. Je souris légèrement . L'idée de me de fouler après être ne resté là à ne rien faire état alléchant. La tempête passa, et je leur jetai un regard curieux.

    -On y va ?
    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 496
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/12/2014


    L'appel du sang après la tempête.


    Une lionne ne comprendra jamais le sentiment de peur ou de panique.

    Bien qu'elle ait posé la question, la Lionne n'écouta pas la réponse, n'en ressentant ni l'envie ni le besoin. Disons-le vulgairement, elle s'en fichait comme de son premier son. ... Encore que, mauvaise métaphore, elle ne se fichait pas de son premier son... Bref. Elle tendit les oreilles et entendit bien que le vent, même s'il était toujours violent, baissait lentement. Et ce fut à ce moment-là qu'une phrase aussi stupide qu'un lézard au soleil retentit dans la petite grotte souterraine. Un feulement moqueur, plus semblable à un grognement à mi-mots, sortit des lèvres de la Lionne.

    - Tant que tu as peur tu es surtout le pire des idiots.

    Vinrent ensuite les paroles de mon homologue qui me firent arquer sauvagemment mais lentement un sourcil. Bravo, elles étaient deux à ne dire que des choses évidentes à cause d'un Pilleur écervelé qui s'avérait être la dernière personne que Nahid ait protégé. Fais chier. Profondément agacée, la Lionne s'étira sommairement durant cinq bonnes minutes jusqu'à entendre la tempête se calmer. Tant mieux. Il fallait qu'elle bouge sinon elle allait littéralement perdre tous ses neurones. Elle n'entendit presque pas les paroles de l'autre femme, se contenta de répondre en hochant la tête et en allant dehors. Comment ça le Pilleur n'avait pas répondu ? C'était ça d'avoir peur, ça vous abrutit le cerveau. C'est à lui de gérer, pas à la Lionne aux dernières nouvelles.

    Elle fit quelques assouplissements et quelques gainages, bu à nouveau un peu dans sa gourde - il faudra qu'elle pense à la remplir dans moins de deux heures ou trois - et ferma les yeux. Bien. Par où aller ? Elle attendit que le Pilleur se décide enfin à pointer le bout de son nez dehors avant d'ouvrir les yeux. Il y avait encore un peu de vent, rien qui puisse faire penser à une tempête cependant. Le Scorpion Rouge regarda autour d'elle les dunes de sable à perte de vue, se repérant dans sa cartographie mentale d'Agartha, puis elle pointa sans ciller la direction du Nord-Est, ce qui revenait à aller entre les montagnes et la ville. Les Mad Storm devaient forcément ne pas être loin de l'oasis ou d'un point précis non loin des Montagnes ( qui était en fait un des principaux accès cachés aux Galeries Souterraines ). Pourquoi ? Parce qu'ils cherchaient à massacrer les Adorateurs du Scorpion, et ceux de son Clan traînaient souvent dans le couloir entre la ville et les Montagnes.

    - Par là, on a toutes nos chances d'en chopper une dizaine. Les Mad Storm se déplacent très vite, hier ils étaient par là, dit-elle en désignant l'Est, ils sont donc forcément montés là-bas. Le premier qui arrive à droit à en tuer deux d'avance.

    Tuer ces ordures qui méritaient un châtiment pire que la mort elle-même. Que le Grand Scorpion abatte ses pinces sur ce clan de malheur. La Lionne était déjà partie en courant très vite, gardant le rtyhme de base des Adorateurs du Scorpion. Rythme soutenu, mais elle se fichait que les deux autres la suivent ou pas. Elle était déjà en traque, plus rien mis à part ses proies n'avait d'importance. À trois exceptions près cela dit.

    L'appel du sang guide souvent la Lionne lorsque l'irritation montre le bout de son nez...
    Code de Frosty Blue de Never Utopia
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 365
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    Forget Yourself

    "Tu as peur de toi.. De ce que tu peux être ou ne pas être. Je me trompe ?"

    Il était sur que son regard était similaire à une bête traquée durant cette instant où elle émit ces paroles. Il se détourna cependant bien vite. Tournant son profil borgne vers les demoiselles et ne les laissant voir qu'un bout de sourire plastique.

    "Tant que tu as peur tu es surtout le pire des idiots."

    Il ne releva pas le commentaire de la lionne. Il se contenta d'un rire sec et bref avant de retomber dans le silence.

    Il mit un moment à se rendre compte qu'il avait été seul dans la grotte, tant il était perdu dans ses ruminations. Des idées sans formes ni couleurs s'agitaient devant son oeil l'empêchant de reprendre pied avec la réalité et faisant gronder son démon personnel.

    Il finit toutefois par se secouer et rejoignit ses compagnes d'infortunes et de pulsions meurtrières à l'extérieur.

    "On y va?"

    Ah! Qu'il était sombre le jour où il se retrouvait à unir ses forces avec deux rousses sanglantes et probablement cannibales. Mais enfin, on trouvait dans sa haine des compagnons que l'on ne pouvait trouver nul part ailleurs.

    "Par là, on a toutes nos chances d'en chopper une dizaine. Les Mad Storm se déplacent très vite, hier ils étaient par là, ils sont donc forcément montés là-bas. Le premier qui arrive à droit à en tuer deux d'avance."

    Il jeta un coup d'oeil dans la direction indiquée, résolu que c'était pas si con que ça comme remarque et se mit en route, sans plus prêter attention aux jeunes filles. Il était fatigué soudainement, de leur compagnie et de cette haine sombre que s'agitait en lui. Il était pressé. Pressé d'en finir. Pressé d'oublier.

    Sans vraiment y penser, il commença à triturer les divers objets se trouvant dans les multiples poches de ses vêtements. Il lui restait quelques bombes fumigènes colorées de sa dernière partie de chat avec Matt, il avait évidemment toujours quelques cannes à sucre sur lui et des Mini-Jacks aux rôles divers trainaient par-ci par-là. Sans oublier...

    Ses doigts frôlèrent une lame effilée, se baladant sur l'arme jusqu'à toucher un manche gravé. Il espérait bien retrouver le propriétaire aujourd'hui, songea-t-il un sourire maniaque aux lèvres.

    Lorsque les Mad Stroms rentrèrent dans son champ de vision, il n'était déjà plus vraiment lui-même.

    "Voyons voir si ton propriétaire est là aujourd'hui, Miriam." susurra-t-il au couteau qui avait trouvé sa place entre ses doigts fin qui le faisait tourner avec dextérité.
    Code by Frosty Blue

    Ilyria
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Katana
    Messages : 203
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/12/2014

    HRP:
    Pardonnez la qualité moyenne, et la taille de mon texte ^^ j'étais un peu en manque d'inspiration ^^
    Je n'avais pas eu ma réponse mais tant pis. Je l'ignore, ignore le commentaire de l'adoratrice, commentaire que je trouvais idiot. Ne pas avoir peur est idiot. Je hausse les épaules. Enfin dehors, je prends une grande goulée d'air puis avance de quelques pas sur le sable. Bien vite, La Lionne me suit, faisant des étirements.

    Je me tourne vers la grotte quand le pirate sort enfin. Je l'observe longuement. Assez longuement pour le rendre mal à l'aise. Mon poignard à la main, un air farouche et une envie meurtrière débarquent soudainement. Nous allions tuer des Mad Strom.

    Je regarde dans la direction montré par l'autre rouquine et souris. C'était en effet fort probable. Il y avait très peu de chance pour qu'ils soient ailleurs. La lionne s'élança suivis de l'homme et je pris mon élan à mon tour.

    Courir me fait du bien, j'accélère un peu, courant au talon de la rousse.

    Arrivée, je ralentie. J'observe le clan des Mad en souriant. Enfin. Nous voilà. Une certaine impatience me gagne,mais je ne bouge pas. Comment voulais procéder les autres ? Au chacun pour soi ou bien en groupe ? Dans ma ligne de vision, j'ai deux pilleurs. Mais j'en devine plus. C'est même pas de l'imagination. Je continue d'observés, cachée.

    Mon katana sorti, je trépigne sur place. Il y a une chose avec là qu'elle j'ai du mal. Mais je suis prudente à défaut d'avoir peur. La lionne pense que la peur est idiote... Moi, je pense que la peur est synonyme de prudence. Par contre être prudent ne signifier pas avoir peur.Je marche tout en restant derrière ma dune observant le camp des hommes qui allait mourir bientôt. Comme annoncé par la lionne plus tôt, il y en avait une bonne dizaine. À nous trois, nous en ferons qu'une bouchée.
    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 496
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/12/2014


    L'appel du sang après la tempête.


    La vengeance guide la traque d'une lionne, au même titre que le calme et l'observation.

    Plus rien n'avait d'importance, la Lionne s'était mise à courir et elle ne comptait pas s'arrêter de sitôt. Le Pilleur traînait des pieds mais courait vite pour un citadin. Elle le nota dans un coin de sa tête, en se disant qu'elle avait intérêt de se méfier de celui-là, et cet appel à la prudence s'accélera quand il tâtonna son corps, sans doute à la recherche d'un quelconque objet dangereux qui provenait de la ville. ... Les citadins et leur technologie... Ha. Quelle ignominie, qu'une brochette d'incapables tous bons à cuire sous le soleil d'Agartha. Enfin, vu sa vitesse le sous-estimer serait une erreur. Prudence.

    Son homologue aux talons, le Scorpion Rouge se pencha derrière une dune quand elle entendit du bruit avec une rare vivacité. De nouveau, le Pilleur parla de vengeance à la dague qu'il sortit tandis que l'Adoratrice sortit son katana, prête à découdre. Parfait. La Lionne s'embrasa d'une aura de sauvagerie et, avec un regard clair et ferme, elle contourna la dune derrière laquelle elle s'était tapie. Elle fit une clef de bras au premier Mad Storm et lui claqua sévèrement les cervicales, ne lui laissant aucune chance de survie. Elle laissa tomber ce monstre immonde sur le sable, l'accompagnant dans ses mouvements pour que sa chute ne soit pas perçue par la... trentaine de Mad Storm.

    Elle sortit son chakram et le lança, tout en dégainant son épée d'un geste vif. Le chakram décapita un autre de ces êtres qui mériteraient la nomination de choses et en blessa trois autres. De son épée, elle commençait déjà à tours de bras à balancer des coups en silence. Les choses, elles, s'agitaient en allant directement vers elle. Un sourire des plus violents ourla ses lèvres et elle récupéra son chakram qui aveugla à vie un abruti qui ne savait pas ce qu'était l'esquive.

    - On va tous vous réduire en charpie, ordures.

    Les choses tiquèrent sur le "on" et, insaisissable, la Lionne blessa plus de Pilleurs qu'elle n'en tua. Elle pouvait consentir à en laisser aux deux autres. Rapide comme l'éclair, les choses criaient « faites gaffe à la rousse ! », ce à quoi d'autres répondirent « Laquelle ?! ». Mais leur panique ne dura pas longtemps, après tout ils étaient aussi des farouches guerriers et ils avaient des armes technologisées. Saleté. Le Scorpion Rouge esquiva tous les coups comme elle le put, ne tenant pas à se faire piéger par une quelconque drogue.

    La haine d'une lionne est insaisissable mais elle est meurtrière.
    Code de Frosty Blue de Never Utopia
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 365
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    Forgive no one

    Il n'attendit pas de signe quelconque de ses acolytes pour se mettre en action. Il commença par jeter deux bombes fumigènes qui explosèrent en nuages de fumée verte et prune respectivement. Il s'élança ensuite vers un trio d'hommes qu'il avait repéré assis sur des caisses. Il avait rejoint ses victimes rapidement, se faufilant derrière eux alors que la fumée était encore épaisse.

    Même dans ses moments de folie extrême il se souvenait de sa faiblesse physique. Il savait qu'il ne gagnerait jamais dans un combat de force. Ses seuls atouts étaient sa rapidité et son intelligence, alors il s'en servait.

    Usant de l'effet de surprise il tira par le col l'un des trois hommes qui était occupé à tousser comme un fumeur invétéré. Lui trancher la gorge fut une affaire de quelques secondes et il put se tourner vers les deux hommes restants.

    Alors que la fumée se dissipait, il prit un air angélique et poussa dans les bras d'un des deux hommes un ours en peluche bleu avec un cache-oeil sur le côté droit. Après deux 'tic' qui ne présageaient rien de bon, l'ours explosa emportant avec lui les avants-bras de l'homme et une partie de son visage. Décrétant que l'homme ne représentait plus un danger, Aloïs le laissa gigoter sur le sol avec des hurlements d'agonie.

    "Espèce d'enfoiré!" hurla son compère en se ruant vers le jeune homme.

    Les lèvres d'Aloïs s'étirèrent cruellement. Un enfoiré? Il était bien pire que ça!

    Lorsque l'homme, aveuglé de rage, arriva à sa hauteur il fit un pas de côté, laissant sa jambe tendue sur la trajectoire du Mad Storm. Pris dans son élan l'homme ne put s'arrêter et trébucha. Il fut aidé d'un coup de canne à sucre sur-dimensionnée sur la nuque. Lorsqu'il fut à terre, Aloïs lui trancha rapidement la gorge, s'assurant qu'il ne se relèverai pas.

    Cela fait il se tourna pour voir où en était les autres.
    Code by Frosty Blue

    Ilyria
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Katana
    Messages : 203
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/12/2014

    À la suite des deux autres,  je saute dans la mêlé. À parements, on se la joue solo. Cool. D'un coup rapide de ma lame, je tranche la gorge d'un des dix que j'avais vus plus tôt. En fait, il y en avait plus que prévu mais cela ne changerait rien au fait que l'on en ferait de la charpie. La sensation de ma lame coupant la chair est tout bonnement agréable et je m'amuse à en laisser certains en virent histoire de les entendre crier sous la souffrance. La confusion dans les rangs ennemis est amusante. Surtout celle-ci nous concernant la lionne est moi. Je souris et continu. Les cris à mes oreilles sont tellement excellents que je me délecte à les écouter.

    Je regarde l'autre adoratrice. Beaucoup de corps sur son chemin mais pas tous morts. Que crois-elle ? Que je vais aller les achever ? Je rigole intérieurement et reprends mon combat avec mes proies. Une d'elles me fonce dessus et, d'un coup de pied retourné, je l'envoie valser au sol, nez dans le sable. Je plante ma lame dans son dos et m'attelle à un autre. Ils sont tellement vulnérables.

    Je joue avec l'un d'eux dans un combat singulier avant d'en avoir marre et de lui couper un bras. Je cherche du regard autre chose à couper, mais tous les Mad à ma proximité sont, soit en train d'agoniser, soit morts. À dire vrai, j'en ai tué. La plupart sont morts dus à leurs  blessures. J’achève les autres et essuie ma lame. En vérité, j'en ai un peu marre.  Je m'assieds et regarde le camp, où devrais-je dire le tombeau des Mad Strom. L'odeur du sang est forte et j'inspire à pleins poumons. Quelle agréable senteur !

    Sur la trentaine j'ai avec dix mad's mais cela me suffit amplement et je décide de me poser sur une de leurs chaises. Admirant notre carnage.
    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 496
    Age : 20
    Date d'inscription : 05/12/2014


    L'appel du sang après la tempête.


    Une lionne qui laisse sortir sa rage est une lionne concentrée et au maximum de sa défense.

    Focalisée. La Lionne était focalisée sur la seule pensée qui occupait son esprit. Le sang. Faire saigner. Blesser un maximum de choses, n'en tuer qu'une dizaine afin que tout le monde ait sa part. Elle dansait, virevoltant entre les Pilleurs à une vitesse étonnante, prenant forcément des coups sur les flancs vu qu'elle ne les protégeait pas pour que personne n'ait la bonne idée d'aller observer ses organes vitaux. Son épée siffla l'air quand elle encaissa un énième coup au flanc, exactement au même endroit que le précédent, pour éventrer le malheureux qui avait la mauvaise idée de la chercher. On ne cherche pas une lionne... à moins de n'avoir aucun instinct de survie.

    Le Scorpion Rouge avait complètement oublié ses compères sauf sur un seul point, le partage du sang des choses, et n'avait absolument pas remarqué que son homologue était assise en train d'admirer le bronxe qu'ils faisaient, elle et l'autre Pilleur, au sein du groupe. À peine quelques minutes après l'offensive, il y avait des morts et des blessés. Elle ne nie pas être blessé mais ne le montrait absolument pas, que ce soit au niveau de son visage ou de sa posture ; comme à l'accoutumée, rien ne transparaîssait. Elle plissa les yeux quand elle se rendit compte que c'était un peu trop simple, ils devaient soit être tombés sur des bleus, soit sur des jetons jetables. Quoique, le trio qu'elle avait enfin réussi à achever - c'est tenace ces machins-choses - se débrouillait très bien.

    Sur cette pensée, elle fit un bond sur le côté et sortit peu à peu de sa transe sanguinaire. Ses jambes étaient toujours fléchies, son buste penché vers l'avant, et son grognement sauvage et inhumain qui venait des tréfonds de sa gorge représentait une menace à lui tout seul. Elle se redressa légèrement une fois sortie de son état, mais son feulement restait présent ; pas question qu'un de ces trucs se mette à l'approcher. La Lionne Rousse regarda alors comment se débrouillait l'autre Pilleur, de une pour observer ses techniques, de deux pour savoir si elle le classait dans les « dangereux », les « à éviter » ou les « à surveiller ». Il oscillait entre la première et la deuxième catégorie pour l'instant.

    Le carnage terminé, elle rassembla tous les cadavres en un seul endroit, recula, et inclina son tronc perpendiculairement à ses jambes tendues l'une contre l'autre.

    - Que le Scorpion Blanc vous jette sur le soleil., grogna-t-elle d'une manière étrange, à la fois sauvagement et inhumainement ( ou toute sa haine ressortait en puissance ), mais aussi respectueusement.

    Ceci dit, elle rangea enfin ses armes après les avoir nettoyées, puis elle s'en alla en faisait le "v" de la victoire au Pilleur et un signe de main à l'autre Adoratrice. Elle ne se retourna pas, de toutes façons elle avait d'autres choses à penser. Direction l'oasis de 1400 ; elle devait refaire ses réserves en eau et vérifier qu'elle n'avait pas de blessures graves... à l'ombre. Rien dans ses gestes n'indiquait une quelconque douleur, mais sait-on jamais...

    Une lionne est toujours précautionneuse malgré les apparences...
    Code de Frosty Blue de Never Utopia


    H.R.P:
    Merci à vous deux pour ce RP ! /O/ Mais là, je vous tire ma révérence ; Hafsa n'a plus rien à faire ici. °° Du coup, j'vous laisse terminer et clôturer ça mes lapins. ♥ bouh le sale gosse
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 365
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    Hate til the end

    La tuerie s'acheva assez rapidement. Aloïs porta une main à son oeil mort alors que son oeil valide se perdit dans la contemplation des dunes lointaines. La douleur était partie. Pour l'instant. Il n'était pas assez naïfs pour croire que son démon intérieur avait disparu. Cela ne faisait aucun doute qu'il referait une apparition la prochaine qu'il sentirait l'odeur macabre portée par les Mad Storms.

    Un rictus fou déforma ses traits l'espace d'une pensée. Peut-être que la prochaine fois il pourra planter ce couteau, sa divine Miriam, dans le coeur de son premier propriétaire. Cet homme qui avait tué Nahid et dont le visage déformé par la haine apparaissait encore périodiquement dans ses cauchemars.

    Cet homme, il se l'était juré, il lui prendrait tout. Il le regarderait agoniser lentement alors que sous ses yeux son monde brulait dans les flammes de l'Enfer.

    Sa haine, ce monstre difforme qui s'agitait en lui, ne connaitrait pas le repos tant qu'il n'avait pas accompli sa vengeance. Le pardon était pour les hommes bons. Il avait eut l'occasion de comprendre qu'il n'était pas l'un de ceux-là.
    Code by Frosty Blue

    Ilyria
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Katana
    Messages : 203
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/12/2014

    Je lèche doucement une plaie sur mon bras que je n'avais pas remarquée auparavant. Avec l'adrénaline du moment, je n'ai pas senti mes blessures, mais maintenant que les battements de mon coeur ont repris un rythme presque normal, ils se font ressentir dans les griffures présentent. Toutes superficielles mais la douleur est quand même cuisante, notamment à cause de la chaleur.

    Un mouvement a quelque mettre de moi, un mouvement m'informe qu'un pilleur n'est pas totalement mort et je l'achève. À quoi bon le faire souffrir. Cela aurait pu être amusant, il y a quelques jours. Mais là je n'avais pas la tête à cela.  Je penche la tête au signe de l'autre rousse et lui souris. Ce moment passé tous les trois fut vraiment bon. J'observe les deux autres partir, mais préfère rester là.

    Je marche entre les cadavres et regarde. Ils n'avaient pas grand-chose mais ce que je cherchais... Ah ! voilà ! Une gourde. Et pleine en plus! Je bois à pleine gorger, l'eau coulant dans ma gorge me fait du bien et je m'arrose avant de me servir du reste pour nettoyer le sang séché sur ma peau.
    Le reste ne m'intéresse pas, je pars en direction du camp des adorateurs, un sourire aux lèvres.


    RP FINI
    Contenu sponsorisé


    Contenu sponsorisé

    Contenu sponsorisé
    Contenu sponsorisé

      La date/heure actuelle est Mer 18 Oct - 14:42