Agartha. Un désert, où cohabitaient nomades et sédentaires. Cependant l'assèchement progressif des oasis développa la cupidité des sédentaires qui se mirent en guerre les uns contre les autres. Les cités tombèrent une à une devant ce fléau jusqu'à ce qu'il ne reste que 1400. Les nomades quant à eux préférèrent éviter ces conflits en priant leur Divinité de leur accorder un sommeil de deux millénaires. Mais quand ils se réveillèrent, ils furent non seulement confrontés à des citadins beaucoup plus avancés technologiquement mais aussi à une hostilité tangible. Hostilité contre ces nomades ressurgit du passé mais aussi hostilité au sein même de la ville de 1400. Puis une nouvelle guerre éclata : la Révolution. Est venu à nouveau le temps du choix : se battre ou partir ? Ainsi naquit l’Exode, un mouvement rassemblant nomades et citoyens souhaitant fuir la guerre en partant par-delà les montagnes vers un territoire glacé où vit un peuple étrange.

Lorsque le passé et le futur se rencontrent...


    [EVENT] Liés par le destin ☠ Aloïs & Matt [FINISHED]

    Partagez
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 378
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    Captain & Lieutenant

    Plie le petit doigt. Tire. Secoue. Coupe. Brule. Fait des nœuds. Fait des formes géométriques avec trois angles et demie et cinq quart de côtés. C'était fou ce qu'on pouvait faire avec un fil rouge accroché au petit doigt.

    Hein? Quoi? Qu'est-ce qu'il se passe? Longue histoire.

    ...

    Ok, non, c'est pas long mais ça demanderait un effort à raconter et...Bien, bien...

    Tout avait donc commencé en ce matin de St Valentin, alors qu'Aloïs était occupé à courir dans les rues, un certain soldat à ses trousses. Une explosion soudaine avait retenti dans tout 1400 et une fumée rose s'était abattue sur la ville. Lorsqu'elle était retombé certains habitants s'étaient retrouvés avec un fil rouge autour du doigt. Du petit doigt évidemment, ils étaient conformes à la tradition quand même!

    Aloïs faisait parti de ces heureux infortunés habitants qui se retrouvait lié à quelque d'autre par le fil rouge du destin. Comme prouvé ci-dessus tout à fait modulable et indestructible. Le Capitaine s'était retrouvé lié à son partenaire préféré: le Lieutenant Reeds. Que de la joie en perspective donc.

    Bref. L'annonce pour se débarrasser du lien avait parue et les deux hommes se trouvaient maintenant en face à face dans la rue. Une vraie scène de western. Certes le fil rouge attaché avec des nœuds papillons aux doigts des protagonistes rendaient le western un peu douteux. Et peut-être bien qu'avoir l'un des deux protagonistes jouer avec le fil de son côté gâchait un peu la scène. Mais bon. Ne nous arrêtons pas aux détails.

    "Hmm..."

    Aloïs avait les sourcils froncés, œil fixé sur son petit doigt qu'il tenait dressé à la hauteur de son visage. Il garda cette expression de réflexion intense pendant une bonne minute avant que celle-ci ne se transforme en 'je-viens-d'avoir-une-idée-diaboliquement-amusante'. Sans crier gare il se rua vers son partenaire de jeu calvaire et commença à courir en cercle autour de lui.

    Sa course effrénée dut marquer un arrêt soudain lorsque le fil refusa de s'étirer davantage. Aloïs regarda le soldat ficelé droit dans les yeux.

    "Je crois que c'est la limite." lui annonça-t-il d'un ton très professionnel, comme si l'homme venait de participer à une expérience officielle qui révolutionnerait la science.

    Code by Frosty Blue

    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2319
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    J't'ai bien dit que tu ne m'échapperas pas...
    Il y avait des jeux où Matt était nul à chier. Ou plus exactement, où il était mauvais perdant, gamin, boudeur, et que lui redonner de l'aplomb tenait à un combat de titans. Par contre... Un autre jeu où il était très doué. Comme s'amuser au chat et à la souris à travers les rues de 1400 avec un certain Pilleur. Et alors qu'il allait l'attraper, erhm, pardon. Reprenons. Et alors qu'il venait de se prendre un lampadaire dans la tronche, une fois encore, une explosion retentit, suivie par un espèce de nuage rose qui se propagea dans tout Agartha.

    - Pourquoi rose, hein ? Vous voulez nous tuer d'une attaque cardiaque ?! Et c'est un rose fuschia bordel ! Et p...

    Il se stoppa net. Un machin rouge retint son attention. Un fil rouge. Attaché à son petit doigt. Le nuage immonde avait disparu. Que s'était-il passé, s'il vous plaît ? Comme celui qu'il était en train de poursuivre, il fit toutes sortes d'expériences sur cette étrangeté. Impossible de l'enlever. Il tira sèchement sur le fil. Tenta de le sectionner. Regarda en face de lui. Et observa les essais du Pilleur d'un oeil observateur et très sérieux. Erhm. Avec sa bouille de gamin. Ce truc était indestructible. Puis, il tilta sur très gros détail. Le fil rouge reliait deux personnes. Lui... et le Pilleur.

    ...
    ............
    ....................
    Hein ? Quoi ? PARDON ?!

    - De.. Mais... POURQUUUUOOOIIIIIIIIII ! Et on fait comment pour se débarasser de ce machin ?!

    Et le Pilleur se mit à courir en cercle autour de lui, alors que Matt essayait de comprendre quelque chose qui le dépassait. La voix de Pilleur ne le sortit pas de sa transe, mais, s'il rassemblait ses idées. Le fil était indestructible. Ceux qui étaient reliés ne pouvaient pas s'éloigner de plus de deux mètres l'un de l'autre. Mais il devait bien y avoir un moyen de s'en débarasser. Oui. Un moyen. Voyons... Brusquement, il attrapa les épaules d'Aloïs avec un air très sérieux sur le visage.

    - Ne me rassures pas, on est le jour de la Saint Valentin ?

    Petit doigt. Fil rouge. Influx électrique qui traversa les nerfs du Lieutenant. Ah. Mais c'est bien sûr. Bon dieu. Non. Pourquoi. Pourquoi fallait-il que ça tombe sur lui ? C'était ça. À tous les coups, c'était ça. Mais. Pourquoi ? Hein ? Parce que...

    - Et ne me dis pas qu'il va falloir se la jouer romantique pour fêter cette journée des coeurs rouges...

    Il fit un pas en avant pour se débarasser de ces idées. Puis deux, trois quatre. Au cinquième, il se prit le même lampadaire que tantôt. Non. Non, il n'était pas d'accord. Il refusait. Lui et le romantisme, ça faisait deux. Il se trompait, comme ça lui arrivait... pas si souvent... Mais ça lui arrivait. Donc, il se trompait, point. Et ce fil allait disparaître. Tout allait bien. Tout allait même très bien. Se calmer.

    - Je veux boire un verre de lait., lança-t-il, très sérieux et... déprimé.





    Kit 1 de Maxine:
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 378
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    Love & Games

    Comme Matt ne réagissait pas à son annonce révolutionnaire, Aloïs se mit à bouder. Il pinça ses lèvres et le poussa vers l'avant, lui donnant l'air d'un gamin mécontent. Il était ridicule mais qu'importe. Après tout, le ridicule ne tue pas et ce qui ne tue pas rend plus fort. En d'autres termes le ridicule rend plus fort. Pure logique.

    Sa moue d'enfant boudeur connue une subite transformation lorsque le fil (il en avait probablement marre de saucissonner Matt) se dénoua tout seul comme un grand et reprit sa position initiale de fil bête reliant le Capitaine et le Lieutenant.

    "Eeeeh?"

    Le cri universellement admit comme une expression de dégout ultime fut suivi de l'expression faciale correspondante.

    "Mais c'est trop nul, ce truc!"

    C'est ce moment que choisi Matt pour se réveiller (bien qu'il continua à ignorer Aloïs - admirez le professionnalisme).

    "Ne me rassures pas, on est le jour de la Saint Valentin ?"

    La question fit réfléchir le Pilleur. Maintenant qu'il le disait, c'était bien possible. Ça expliquerait pourquoi Fortune avait tenté de lui plaquer un baiser dégoulinant de bave sur la joue. Il s'était enfui bien entendu. Il était déjà assez traumatisé par la gente féminine comme ça.

    "Et ne me dis pas qu'il va falloir se la jouer romantique pour fêter cette journée des coeurs rouges..."

    Il fut gentil: il ne lui dit pas.

    "Je veux boire un verre de lait."

    Le pauvre avait l'air complètement déprimé. Aloïs lui tapota l'épaule d'un air réconfortant.

    "Dis-toi que ça aurait put être pire: on aurait pu nous interdire de jouer ensemble." lui dit-il faisant encore une fois preuve d'une grande sagesse.

    Son quota de compassion rempli pour le mois, Aloïs dégaina un paquet de marshmallow et entreprit de les enfourner dans le trou noir qui avait remplacé sa bouche.

    Contrairement à Matt, il n'était pas entièrement mécontent de la tournure des évènements. La perspective de jouer toute la journée lui était fort sympathique. Surtout quand le partenaire était déprimé. Cela promettait des réactions hilarantes. Le fait que c'était Matt avait qui il jouait avait évidemment son importance. Il aurait probablement était beaucoup moins content s'il avait du être romantique avec un Papi rabougrie. Ou pire: avec une fille.

    Il jeta un coup d’œil à son partenaire. Fort heureusement Matt n'était pas du côté obscure de la force en terme de physique. Il était même assez correct pour du rinçage d’œil. Le seul bémol au tableau était justement son œil. Là effectivement il y avait anomalie. Pas qu'Aloïs puisse trop se la ramener oculairement parlant. Les yeux de Matt était vachement plus sexy que les siens. Yep.

    Son examen minutieux de son partenaire marqua un arrêt soudain. Le regard du Pilleur descendit vers son paquet de marshmallow où sa main s'était engouffrée afin de prendre une nouvelle poignée de sucreries. Elle n'avait rencontré que du vide. Aloïs fit alors une sublime interprétation du cri. De Munch s'entend. Il se rappela soudain qu'il avait avec lui une sucette et abandonnant sa pose culturelle, il sortit le-dit bonbon. La sucette en question faisait au moins vingt centimètre de diamètre. Elle lui durerait un moment.

    "Bon, qu'est-ce qu'on fais?" demanda-t-il à Matt.
    Code by Frosty Blue

    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2319
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Dépression et joie ne sont jamais loin l'une de l'autre...
    - Je veux boire un verre de lait.

    Sa voix avait été la dépression incarnée. Une dépression très sérieuse, même. Matt, romantique ? ... Et sinon, il fait beau, vous ne trouvez pas ? Un soleil éclatant après une nuage rose fuschia qui s'était répandu dans la ville, nous voyons ça tous les jours et... Non, Matt était déprimé. Son partenaire vint lui tapoter l'épaule, comme pour le réconforter. Ce à quoi le Bleuté répondit par un soupir à fendre l'âme des défunts. Et des vivants, aussi. Rien n'allait plus. Mais les paroles du Pilleur eurent un effet tout à fait inattendu, car le Lieutenant se mit à sourire de toutes ses dents, retrouvant sa bouille de gamin heureux.

    - Mais c'est trop vrai ça ! ... Eh, on t'a déjà dit que t'étais génial ?

    Joie, bonheur, félicité, avec des étoiles dans les yeux en plus. Tout cela disparut quand son regard se baissa sur le fil rouge. La dépression revint rapidement, moins sérieuse qu'avant toutefois. En fait, il ressemblait plus à un gamin boudeur qu'à un dépressif. Comme d'habitude, Aloïs avait dégainé un paquet de bonbons qu'il engloutit. Matt aimait les sucreries, mais pas celles-là. Et puis, il voulait un verre de lait. Et puis, nous interdire de jouer à quoi d'abord ? Bah oui, c'était rudement important quand même. Jouer à chat perché ? À saute-mouton ? Au chat et à la souris ? En pleine réflexion, il sursauta soudain.

    On rembobine. Il avait remarqué qu'Aloïs l'observait, mais n'y avait pas prêté attention. Nan, parce que sinon ses chevilles allaient enfler comme pas possible et il n'arriverait même plus à aligner cinq pas sans se casser la gueule. Sauf que le cri que poussa le Pilleur quand il se rendit compte que son paquet de bonbons étaient vides fit sursauter Reeds. D'un bond de douze mètres. Et il se cassa la gueule en retombant, regarda autour de lui, et se rendit enfin compte que cela n'avait été que l'Azuré qui avait crié parce qu'il n'avait plus de bonbons à manger. Et qu'il avait dégainé une sucette entre temps. Il se releva, une main sur le coeur.

    - Nan mais ça va pas de hurler comme ça ?! Tu m'as fait peur, spèce de génie!

    Matt, on t'a déjà dit que tes insultes sonnaient comme des compliments ? Ah non ? Bah tu le sauras au moins. Et c'est très peu de temps après, autant dire simultanément avec sa remarque, que la question fatale tomba. Une question qui eut le mérite de le faire déprimer complètement de nouveau. Car oui, que fait-on ? Ooooooooooooh ! Mais bien sûr ! Vu qu'il voulait un verre de lait, autant aller dans un bar ! Voilà, la solution était trouvée, la joie puérile du Lieutenant resurgit. Matt, tu fais peur à passer de déprime sérieuse à joie intense.

    - On va dans un bar ! Comme ça je pourrais avoir mon verre de lait, et tu pourras avoir un chocolat chaud. Et j'te préviens, c'est moi qui paye.

    Pourquoi c'est lui qui payait ? Parce qu'il en avait envie, quelle question. C'est donc tout content qu'il avança vers le bar le plus proche... En se reprenant un lampadaire. Nan, pas le même, celui d'après. Bravo Matt, tu es un génie. Il se frotta le front puis se tourna vers Aloïs.

    - Allez viens !, qu'il lui dit gaiement en l'attrapant par la main.

    Le Lieutenant Reeds fait flipper. Vous pigez pourquoi maintenant... ?





    Kit 1 de Maxine:
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 378
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    Milk & Hot Chocolate

    "Nan mais ça va pas de hurler comme ça ?! Tu m'as fait peur, spèce de génie!"

    Ça c'était ce que Matt dit au même moment qu'Aloïs posa sa question existentielle. Évidemment, Aloïs fit ce que n'importe qui aurait fait: il rit. De la misère de son ami. Parce qu'il le valait bien.

    "On va dans un bar ! Comme ça je pourrais avoir mon verre de lait, et tu pourras avoir un chocolat chaud. Et j'te préviens, c'est moi qui paye."

    No problemo Coco. Le cap'tain était pas du genre à se battre pour débourser son salaire durement volé gagné. Plutôt que d'émettre des protestations faiblardes il préféra lever les bras au ciel avec une exclamation de joie immense.

    "YOUHOU!" hurla-t-il, enchainant avec des dandinements fesses et une chanson improvisée. "Chocolat, chocolat! Chocolat Chauuud! Cho-co-lat...CHAUUD!"

    Pendant ce temps Matt alla à la rencontre d'un lampadaire et lui fit la bise avec beaucoup d'énergie. Quel gentleman! Evidemment, Aloïs rit à ses dépends. Pour faire bonne figure vous comprenez. De toute façon il n'avait pas l'air trop amoché parce qu'il se retourna l'instant suivant.

    "Allez viens !" lança-t-il et lui attrapa la main.

    Le coeur battant à tout rompre (bah ouais il allait boire du chocolat chaud quand même!) Aloïs le suivit dans sa course folle jusqu'au bar le plus proche. Ils commandèrent leur boisson respective sous le regard résigné du propriétaire (depuis le temps qu'il les connaissait...). Leurs breuvages en main, ils allèrent s'asseoir à une table dans le fond.

    Aloïs but une gorgée de liquide brun et sont visage s'illumina. Des gloussements légèrement maniaque échappèrent ses lèvres étirées en un sourire béat. Les hommes attablés à la table voisine ne perdirent pas une seconde et quittèrent leur table pour aller s'installer plus loin, jetant des regards inquiets en direction du capitaine.

    "Ah! C'est le Paradis!" s'exclama le jeune homme sans se préoccuper de son entourage.

    Il resta à regarder dans le vide avec un air bête pendant quelques minutes avec qu'une idée surgissent dans son cerveau.

    "Mais j'y pense!" s'exclama-t-il en tapant du point sur la table (hein? Non pas du tout, il n'essayait pas de faire peur à Matt!). "On doit se tenir la main pendant un certain temps, non?"

    Avec un sourire mielleux qui aurait fait pâlir plus d'un, il posa sa main sur celle de Matt. Il adopta un visage d'amoureux transi et fit mine de se rendre compte à l'instant des regards curieux qu'ils attiraient. Aloïs envoya à l'assemblée un gros câlin d’œil. Un frisson glacé parcouru la salle et une grande majorité des clients furent agités de tremblements incontrôlables.

    "Il y avait quoi d'autre après?" s'enquit-il hilare.
    Code by Frosty Blue

    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2319
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Quand le Bleuté devient rouge...
    Pas de protestations du Pilleur, ce qui ravit Matt. Autant certains jours, il préférait ne pas payer, autant pour d'autres, il voulait payer. C'était incompréhensible, mais c'était comme ça. Le pire, c'était avec sa petite soeur ; tous les restaurants où ils avaient été ensemble savaient que Rose et Matt se battaient littéralement pour payer les consommations. Et, Rose gagnait une fois sur cinq, et se vengeait en faisant subir toutes sortes de tortures d'entraînements à son aîné. Mais là n'était pas la question. Aloïs avait brandi ses bras en l'air avec une exclamation extrême de joie. Et une chanson en suivant.

    Et Matt, en s'étant remis à marcher, se prit un lampadaire. Beaucoup pensaient qu'il faisait exprès de se prendre toutes sortes d'objets plutôt grands et remarquables dans la tronche, mais c'était loin d'être le cas. Il était maudit. La preuve, le Cap'tain se mit à rire. Et le Lieutenant se mit à grommeler dans sa barbe. Nan mais ça va, pas la peine de l'enfoncer plus bordel. Pour garder sa joie, Matt attrapa la main de son partenaire et se mit à courir vers le bar le plus proche. Et ne lui dites surtout pas qu'ils ressemblaient, à cet instant, à deux amants heureux et en fugue. Parce que c'est son poing dans votre figure que vous récolterez. À bon entendeur.

    Une fois leurs boissons respectives demandées et servir, ils allèrent s'asseoir à une table. Autant Aloïs fit peur à leur voisin de table en buvant son chocolat chaud, autant ils prirent aussi peur devant le Lieutenant. Tout le monde connaissait le Lieutenant, mais plus sous sa réputation de stratège cruel et psychopathe. Donc le voir en train de boire du lait frais et froid – là déjà... –, en couplant à ça sa bouille de gamin tout heureux tout content tout joyeux au level 1001, et vous rajoutez les mimiques du Pilleur... Il leur en fallut pas plus pour se décaler de plusieurs tables. Et l'exclamation du Pilleur fut agrémenté de celle du Militaire.

    - Le jardin d'Eden des boissons, oui ! Je plussoie !

    Oulah... Plussoyer... Un gamin parlait de plussoyer... Oui, un gamin. Dans ce genre de moments-là, on avait tendance à oublier qu'il avait 31 ans, l'énergumène... Et l'exclamation de l'Azuré le fit sursauter et lâcher son verre – déjà vide, dieu merci, il aurait crisé sinon –, et Matt tomba à la renverse, un beau bruit de verre brisé s'entendit alors. Il ramassa les morceaux de verre et les posa sur la table, sur sa serviette, et se coupa tout naturellement la main droite. Sa main gauche, celle où il y avait ce pétard de fil rouge, était aggripée au rebord de ladite table.

    Ayant rapidement fini, il redressa sa chaise et sentit alors une main se poser sur la sienne. Et, s'il ne rougit pas, on aurait presque pu dire que de la fumée s'échappait de sa tête. Il cligna des yeux, se retourna et s'assit pour tomber nez à nez avec un sourire mielleux qui était... AAAAAH ! Mais ça n'allait pas du tout au Pilleur cette tête ! Et encore moins cette expression d'amoureux transi c'était une horreur ! Un des serveurs vint vers Matt pour récupérer les morceaux de verre brisé, et il commanda un autre verre de lait frais aussitôt. Les choses se déroulaient un peu trop vite pour le cerveau du boulet qui regardait toujours sa main entrelacée avec celle du Pilleur. Et quelques rougeurs firent leur apparition. Et à la question d'Aloïs, Matt... redressa brusquement la tête. Et se détendit passablement.

    - ... Un baiser, j'crois. Et un...

    Il se tut, l'information lui venant au cerveau. Oh mon dieu. Oh mon dieu oh mon dieu oh mon dieu ! Non. Ça, il ne pouvait pas. Sauf avec sa p'tite soeur et... QUOI ? INCESTE ? MAIS ÇA VA PAS NON ?! Il se réfugia en buvant son verre de lait avec une lenteur un peu trop exagérée pour être vraie. Non, ce n'était pas possible. Il y avait quoi d'autres ? Vite là, une échappatoire miracle ! Ah oui.

    - Et un câlin d'au moins trente secondes.

    Oh.Pu.Ta.In. Nom d'un nodachi brûlé à l'acide hyalurique, c'était encore pire ça ! Quoique entre le baiser et le câlin... Surchauffe du cerveau, Reeds était en train de rougir comme une écrevisse tomatée. Oh. Nom. De. Mon. Dieu. Il. Vous. Enfin. Ils. Vous comprenez ? Tu. Je. Eeeh... Matt cligna des yeux, qui se baissèrent sur leurs mains entrelacées. On vous avait déjà dit que le romantisme et le Bleuté, ça fait plus l'infini ? Nan parce qu'il devenait presque mignon là...


    Dernière édition par Matt Reeds le Mer 18 Fév - 19:55, édité 1 fois





    Kit 1 de Maxine:
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 378
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    Hugs & Kisses

    Matt fumait. Littéralement.

    Sa peau avait prit une teinte d'écrevisse rôtie et l'humidité présente dans son corps se transformait en vapeur sous le coup de la brusque montée de température corporelle. C'était mignon. Mais plus que tout c'était drôle. A mourir de rire.

    S'il n'essayait pas de se retenir, Aloïs serait en train de se rouler par terre sous le coup de l'hilarité. Il parvint tout de même à maintenir son expression d'amoureux transi. Il y avait encore de quoi rire et il n'était pas prêt de gâcher ses chances de voir Matt rougissant comme un gamin de quatorze ans lors de son premier rendez-vous romantique.

    "... Un baiser, j'crois. Et un..."

    L'homme se tut, son visage disant qu'il se mordait les doigts. 'Je n'aurais pas dut dire ça' était quasiment écrit sur son front. Un sourire digne du chat du Cheshire s'étala sur le visage du Pilleur. Magnifique.

    "Et un câlin d'au moins trente secondes."

    Ses mots le firent devenir encore plus rouge si cela était possible et le sourire d'Aloïs s'élargit encore.

    "Vraiment?" dit-il d'un ton séducteur.

    Il se mit doucement sur ses pieds et contourna la table avec une lenteur calculée pour s'approcher de sa victime...ahem, de son ami. Il se planta devant le soldat, sourire aux lèvres. Sa main était toujours posée sur celle de l'autre homme, effleurant la peau pendant son mouvement. Il caressa la main du bout des doigts avant de l'attraper et de tirer l'homme sur ses pieds.

    "Et bien autant s'y mettre alors." susurra-t-il, glissant ses bras autour de l'homme et rapprochant son corps du sien.

    Du coin de l'oeil, il regarda les réactions de leur audience. Les hommes autour d'eux portaient une expression entre morbide curiosité et effroi. Il fallait dire qu'ils étaient assez connus dans le coin pour leur partie de chat endiablé. Leurs métiers respectifs et tempéraments étaient tout aussi renommés et ce devait être un choc de les voir se rapprocher 'intimement'. Certains rougissaient d'autres palissaient. Certains étaient pris de tremblements comme si la scène qu'ils observaient annonçaient la fin du monde.

    Aloïs rit intérieurement. C'était magnifique. Une œuvre d'art. Si les Savants n'a fait eut l'idée de faire une bourde tout seuls il les auraient payés!

    Décidant qu'ils avaient passés plus de trente secondes dans les bras l'un de l'autre, il leva la tête vers Matt, une expression d'innocence ultime sur son visage. Il était curieux de savoir si Matt l'embrasserait de lui-même ou s'il allait devoir prendre les choses en mains...En tout cas les réactions promettaient d'être drôles...
    Code by Frosty Blue

    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2319
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Les gamins changent facilement d'humeur...
    C'était un cauchemard. Inutile d'ergoter plus longtemps, c'était vraiment un cauchemard. Une horreur. Une... Malédiction. Pourquoi avait-il fallu qu'il soit relié à quelqu'un par ce fil rouge ? Hein ? HEIN ?! Il réfléchit quelques instants. Cela aurait sa soeur, cela ne l'aurait pas dérangé. Ni si cela avait été... Matt cligna des yeux quand il se rendit compte enfin du sourire de son partenaire. ... Un cauchemar. Une malédiction cauchemardesque. Il ne pouvait pas compter sur les « et si » pour se sortir de cette situation. Pourquoi seigneur Technologie, pour as-tu fait ça... ? "Parce que."

    Cette voix. Matt inspira un bon coup. Cette voix n'allait absolument pas au Pilleur. Il tenta de calmer son embarras. Quoi ? Un câlin avec avec avec... Avec ! Et un baiser en plus ! Manquerait plus qu'on lui fasse la même blague que dans Stardust ; briser ce fil rouge coûte « un tendre baiser... » Le cerveau en surcharge, c'est là qu'il s'aperçut qu'Aloïs avait contourné la table et s'était planté devant lui. Comment ? La caresse sur sa main. Le Lieutenant était déjà plus rouge que rouge, et il réussit à rougir davantage. Et, bien sûr, quand le Pilleur voulut le tirer sur ses pieds, il refusa. Quand les bras du Pilleur l'entourèrent, il se leva sèchement pour le repousser. Et... Matt t'es con, tu voulais pas rester assis ? Abruti. Et tu le repousses pas en plus. Boulet prévisible.

    Et, naturellement, quand leurs corps se rapprochèrent, le corps de Matt aurait pu se décomposer. Pour manque cruel d'eau. Tout s'évaporait et de la fumée s'échappait de son cerveau en sifflant, si seulement quelqu'un aurait pu voir à quel point il était dans l'embarras et la gêne jusqu'aux cheveux. Comment cela c'est visible ? Massacrez sa fierté aussi, on se calme... Quand il vit les réactions des clients aux alentours, un sourire gamin se forma sur ses lèvres. Vous savez, le genre de sourire psychopathe qui se délecte des réactions d'autrui, et qui eut pour effet de... Soulager, mais aussi d'empirer la situation. Oui Matt était un psychopathe. Mais oui, il rougissait toujours comme... la couleur rouge n'était pas assez saturée pour décrire son visage.

    Et, dans son élan de fierté, il posa ses lèvres sur celles du Capitain Chapel, entamant un baiser. Et là. Là. Cela aurait été un cartoon, vous aurez entendu un bruit de locomotive démarrer avec la fumée pharaonique qui va avec. Nom d'un chakram brisé, il venait de faire exactement ce que.. Il faisait quoi là ? Ah mon dieu nom de mon des dieux du Champ de Mars il ne savait même plus jurer correctement en plus tellement... Non mais... Vous pigez ? Il. Tu. Je. Enfin. Vous. Enfin. Plutôt. Il. Il. Tu. Ils. Nous. Il. IL L'AVAIT EMBRASSÉ ! Oh mon dieu oh mon dieu oh mon dieu nom d'un nodachi katané volcanisé ! Et le pire ? Cela faisait un bon moment qu'il n'avait pas parlé ! Vous avez déjà vu un Reeds ne pas parler pendant plus de trois minutes hein ? Vous avez déjà un Reeds ne pas se casser la gueule une seule fois en moins d'une minute ? Hein ? HEIN ?!

    Il fallait qu'il parle. Qu'il dise quelque chose. N'importe quoi. Et il l'embrassait toujours. Nan. Mais. C'est. Pas. NAON ! Ce n'était pas possible. Stop. Et le pire est que Matt osait bien embrasser Aloïs. Argh. Horreur. Enfer et damnation. Oh mon dieu oh mon dieu oh mon dieu. Il ne jurait même plus avec ses expressions tant il était choqué. Et il rompit le baiser à la façon d'un séducteur, rouge comme une pivoine plus rouge que rouge. Il cligna des yeux plusieurs secondes et, en voulant se rasseoir, se ramassa en arrière. Sur sa chaise. Qui partit sur le côté. Et le Lieutenant partit doublement en arrière. Il se releva, redressa sa chaise et s'assit. Nom d'une fleur chakramée ! Il fallait qu'il parle. Qu'il dise quelque chose. D'une importance capitale.

    - Il or plus y enfin nous vous comprends..., dit-il alors. Nan, nan Matt, quelque chose d'une importance capitale ! Allez, tu peux le faire, courage ! Il y avait quoi d'autre sinon... ?

    Vous connaissez l'expression « facepalm » qui circulait sur le net ? Il était parfaitement adapté à la situation. Allez Matt ! Quelque chose d'une importance vitale ! Il laissa une dizaine de secondes de silence, durant lesquelles ses rougeurs partirent peu à peu, puis un sourire étincelant de gamineté – oui ce mot existe – envahit son visage. Il se tourna alors fièrement vers le serveur.

    - J'pourrais avoir un autre verre de lait, si 'ous plaît.. ?

    Ah vous voyez, quand il veut... Brave petit Matt.





    Kit 1 de Maxine:
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 378
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    Laugh & Roll

    Étonnamment, et à la grande joie d'Aloïs, Matt se laissa emporter par le moment et déposa ses lèvres sur celles du Pilleur. Le baiser en lui-même ne fut rien d'exceptionnel. Embrasser Matt, c'était comme embrasser son beau-père (qu'il embrassait son beau-père c'est juste une façon de parler): ce n'était nullement excitant. Ouaip. Matt était pas son genre. Ce qui ne l'empêchait absolument pas de le titiller jusqu'à ce que mort s'ensuive.

    Le baiser fut enfin rompu et un long silence s'ensuivit. Matt avait 'air d'être au bord de l'explosion. Aloïs, bon samaritain qu'il était, fit la seule chose qu'il y avait à faire dans ces moments-là: il éclata de rire.

    "Il or plus y enfin nous vous comprends..."

    Lorsqu'il entendit les balbutiements de Matt, Aloïs était par terre, riant à en avoir les larmes aux yeux. Dans la minute qui suivit le jeune Pilleur se calma et se lira à l'activité fascinante de rouler par terre.

    Rouler est plus technique qu'on le pense. Il faut adopter une certaine position, jambes et bras tendu, afin que la rotation ne soit pas interrompu. C'est bien entendu ce que fit Aloïs sur le parquet de bar. Les regards hébétés et vaguement inquiet suivirent son mouvement d'un bout à l'autre du bar en longueur, puis en largeur. Le propriétaire des lieux ne le regarda que pour la longueur, préférant se détourner lorsqu'il entama la largeur pour regarder Matt toujours rouge comme une pivoine. Il déposa sur le soldat un regard désespéré qui ne s'arrangea pas lorsque l'homme lui demanda, tout fier, un deuxième verre de lait.

    Pendant ce temps-là, Aloïs compléta sa largeur et se remit sur ses pieds. Il retourna à la table où était toujours Matt et se rassit.

    "Bon, les autres c'étaient se tenir la main et révéler son plus terrible secret, c'est ça?" commenta-t-il après avoir commander un deuxième chocolat d'un ton péremptoire.

    Il prit un air sombre, figeant son visage dans un masque de sérieux absolu. La température de la salle chuta soudainement et un silence de plomb tomba dans l'établissement. Aloïs fixa ses mains silencieusement jusqu'à ce que son breuvage arrive. Il en but une gorgée avant de prendre la parole.

    "Je préfère te prévenir." dit-il avec une voix d'outre-tombe. "L'histoire que je m'apprête à te raconter est celle de l'évènement le plus traumatisant de mon existence. C'est une histoire terrifiante qui risque de ne pas te laisser indemne. Tu es sur de vouloir l'entendre?"

    Il fixa son oeil unique sur son auditeur, attendant sa réponse l'air grave.
    Code by Frosty Blue

    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2319
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Les gamins changent facilement d'humeur...
    Pas de réponses à sa question cruciale. Non, parce que cela faisait quelques secondes qu'Aloïs était occupé à rouler par terre en longueur et en largeur. Et en étant potentiellement mort de rire. Ce qui fit que la gêne et l'embarras de Matt fondirent comme une neige exposée à un éclatant soleil. Le soleil étant la fierté n'est-ce pas... Et il ne s'arrêtait pas en plus ! Non mais vraiment ! Est-ce que c'est comme ça qu'on traitait un Lieutenant, hein ?! NON !

    - Nan mais ça va, te fous pas plus de ma gueule sale séducteur de génie !, dit-il, les joues gonflées comme un gamin boudeur. Puis, tout fier, il se retourna vers un des serveurs avec un sourire éclatant. J'pourrais avoir un autre verre de lait, si 'ous plaît.. ?

    Le Pilleur compléta sa largeur en roulant, puis se leva pour reprendre sa place à la table du bar. Il commanda un autre chocolat chaud, et dit alors une phrase qui, au vu de la situation précédente, aurait dû le faire rougir ou quoi... Mais non. Un sourire éclatant sur sa bouille de gamin angélique lui répondit.

    - Ouais, c'est ça..., dit-il de sa voix de beau gosse toute retrouvée.

    Un silence de plomb, un Aloïs qui regardait ses mains, voilà ce qui se produit. Le sourire éclatant de Matt s'agrandit encore plus. Ah, fierté, quand tu nous tiens... Car oui, c'était bien à cause de la réponse du Lieutenant que le Pilleur avait sa mine sombre. Comment ça non ? ... ( Et Matt ignora cette phrase qui était un outrage à la Cour – de Matt au cas où –... ) Leurs boissons arrivèrent alors, et nos deux protagonistes burent une gorgée de leur breuvage respectif avec une rare synchronisation. Et ce que dit l'Azuré en suivant fit prendre à Reeds un visage des plus sérieux.

    - Oui, j'en suis sûr. C'est mon dernier mot Jean-Pierre., répondit-il d'un air tout aussi grave que le regard qu'Aloïs portait sur Matt.


    H.R.P:
    Désolé, c'est court, mais je pouvais pas faire plus êe





    Kit 1 de Maxine:
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 378
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    Sisters & Traumas

    "Oui, j'en suis sûr. C'est mon dernier mot Jean-Pierre."

    Aaah! Quelle belle référence! Ce n'était pas tous les jours qu'on rencontrait des camarades du rire capable de citer une blague vieille de plusieurs siècles, que seuls quelques avertis comprenaient encore. Il lui aurait bien donner le signe universelle du 'bien joué', autrement dit un pouce levé, sauf que ça aurait complètement ruiné sa façade sérieuse. Ca serait un peu bête, surtout que Matt avait enfin adopté le sérieux désiré.

    Fin, c'était pas grave. Matt aurait aucune reconnaissance. Tant pis pour lui.

    "J'avais quatorze ans à l'époque." commença-t-il fixant ses mains avec un visage d'enterrement. "Mon génie était pleinement reconnu et je vivais une vie d'insouciance entre tenir compagnie à Sin (lire casser les pieds) et jouer avec Alix (lire martyriser)..." il poussa un long soupir. "J'étais innocent, pur et insouciant à l'époque. La veille je venais de refuser une offre de la guilde des météorologues en disant que mon rêve était de devenir pirate."

    Il renifla un coup, se concentrant pour faire sortir les larmes. Ou du moins pour que son regard devienne brillant comme s'il allait se mettre à pleurer. Ce ne fut pas trop difficile. Il n'eut qu'à repenser aux réactions de Matt et une larme de rire perla au coin de son oeil.

    "Ce soir-là, je me suis mis au lit comme d'habitude." continua-il, baissant la voix pour donner un air dramatique au récit. "Ma mère et ma sœur sont passés me dire bonne nuit comme d'habitude et j'ai éteint la lumière. Et c'est là que... il déglutit bruyamment. "C'est là que je me suis endormi."

    Ils arrivaient maintenant à cœur de l'histoire et rien que de s'en souvenir le fit pâlir. Ce qui était parfait pour son histoire mais un peu moins pour son état émotionnel. Il était prêt à parier qu'il en ferait des cauchemars.

    "Cette nuit-là...J'ai rêvé de Fortune, ma sœur." lacha-t-il d'une voix d'outre-tombe. "Elle me cajolait et essayait de me séduire. C'était infernale. Évidemment j'ai hurlé à plein poumon ce qui m'a réveillé. Après ça je n'ait plus jamais été le même. J'ai été traumatisée à vie par les filles, et les rousses en particulier. C'est pour ça que je suis gay, vois-tu."

    Il fit un grand sourire à Matt et se permit enfin de lui faire le signe universel du 'bien joué'.

    "Et voila! Alors, surpris, hein? Que le grand capitaine ait vécu un tel traumatisme!"
    Code by Frosty Blue

    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2319
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Les gamins changent facilement d'humeur...
    Plus Matt écoutait le récit du Pilleur avancer, plus il se dit qu'il devrait lui présenter le Scorpion Rouge. Ne serait-ce pour voir quelle serait la réaction dudit Pilleur... Pourquoi le Scorpion Rouge ? Elle était une femme. Rousse. Et Aloïs avait bien spécifié « les rousses en particulier. » Donc, cela ferait plus de ressemblances et... Comment cela, c'était une pensée sadique ? Et vous croyez qu'il était considéré en psychopathe pour des miettes ? Toujours est-il qu'il garda tout son sérieux. Il prit une nouvelle gorgée de lait, constatant avec effroi qu'il avait – encore – fini son verre alors que l'Azuré lui faisait un grand sourire et le signe universel du pouce levé.

    Matt retrouva pleinement sa bouille de gamin heureux-joyeux et demanda un nouveau verre de lait ( le barman lui renvoya une mine exaspérée du « quand est-ce qu'il va demander une boisson normale lui ? » ). Il reprit une gorgée de lait ( c'était à se demander comment un être normalement constitué pouvait digérer autant de lactose ) et il répondit enfin à la question du Pilleur.

    - Peut-être surpris, mais ça explique bien des choses ! Tu t'es débrouillé comme un chef, Cap'tain Chapel !, dit-il en lui renvoyant son pouce levé.

    Maintenant, il faisait face à un autre problème. C'est lui qui allait devoir révéler son plus grand secret. Ce qui serait une autre affaire... Énième gorgée de lait prise. Car oui, quel était son plus grand secret ? La fois où il avait embrassé Kr... NAN ! Il ne pouvait décemment pas lui raconter ça. Et en plus ce n'était même pas son plus grand secret. D'abord.

    - J'imagine que c'est à moi de raconter le mien...

    Il vida son cerveau, afin que son récit soit dit du point de vue le plus neutre possible. Le dos de sa main se posa sur son front.

    - Une expérience bizarre. Comme d'habitude, j'étais en train de m'entraîner avec ma soeur ( pour ne pas dire qu'elle le torturait pour qu'il fasse ses abdos et ses pompes correctement ) sauf que d'un seul coup, elle se mit à crier qu'il fallait qu'ils se mettent à chercher les oeufs de pâques. ( pour ne pas dire qu'il fallait que Matt continue sa torture et que Rose, sa soeur, aille se goinfrer de chocolat ) J'avais 18 ans à l'époque...

    Et que personne n'aille lui dire que sa soeur avait neuf ans et qu'elle le torturait déjà, là il en va de votre vie. Après, si vous souhaitez vous suicider, faites donc... Le Lieutenant Reeds se fera un plaisir de vous balancer de l'eau dessus. Oui, cela s'appelle un suicide. Enfin, revenons à nos moutons. Matt était plus sérieux que jamais et reprit une gorgée de lait ( de quoi décrédibiliser son sérieux, mais nous ne dirons rien ) histoire de faire une pause.

    - Elle est donc partie à la recherche des oeufs de pâques, avril oblige, tandis que dans ma grande responsabilité je continuai mes étirements. Et brusquement... Sans raison, elle me sauta dessus ( et ne l'a absolument pas forcé à faire des pompes – en sachant que Rose était sur son dos – alors qu'elle mangeait ses oeufs de chocolat trouvés ) et cria « LAAAAAAAAAAPIIIIIIIIIIINNNNNNNNNNNNNN ! » dans mes oreilles. Et depuis...

    Nouvelle pause, nouvelle gorgée de lait.

    - ... Je ne supporte plus les poules. Rien que le mot, je ne peux pas. Une expérience des plus bizarres...

    Des regards se dirigeaient vers Matt ; des regards blasés, ou des regards qui ne comprenaient absolument pas ce qu'il y avait de traumatisant, erhm pardon, de bizarre là-dedans. Car oui, ce n'était pas un traumatisme ; pas du tout, vous vous trompez. Pourquoi ? Vu que sa soeur était avec lui, cela ne pouvait pas être un événement traumatisant. Seulement bizarre. Parce que c'était sa soeur. Donc, ce n'est qu'une expérience bizarrement traumatisante. Il finit son verre de lait, sa bouille joyeuse sur le visage.

    - Bon ! On fait quoi ?





    Kit 1 de Maxine:
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 378
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    Valentines & Easter

    Aloïs écouta le récit de Matt avec attention. C'était après tout une belle occasion d'apprendre des choses qui pourrait lui être utile pour soutirer des informations au militaire. Ahem, kof, kof. C'était une belle occasion de faire preuve d'amitié et de compréhension envers le militaire. Bien entendu.

    "... Je ne supporte plus les poules. Rien que le mot, je ne peux pas. Une expérience des plus bizarres..."

    Aloïs hocha la tête d'un air entendu. Poule, lapin. Très logique.

    "Ça a du être terrible.." dit-il, compréhensif.

    Imaginez être traumatisé à vie des poules à cause d'un lapin. C'était inhumain! Vraiment, il n'aurait jamais imaginé que le gamin soldat en face de lui avait un tel poids sur les épaules. Vraiment...quelle horreur...un lapin...

    "Bon ! On fait quoi ?"

    La question arracha le grand pirate à ses pensées morbides. Oui, que faire?

    Il finit sa tasse de chocolat chaud et s'essuya les lèvres avec sa serviette en papier avant de reporter son regard sur son compagnon.

    "On regarde un film? suggéra-t-il. "Il nous reste 22h à passer ensemble et il faut que l'on se tienne la main pendant une heure."

    Il dégaina son téléphone portable (mais d'où sort-il?!) et fit une rapide recherche. Il examina la liste de films en faisant la moue. Il n'y avait pas grand chose d'excitant...

    A peine avait-il pensé cela que son oeil s'arrêta sur un titre et s'agrandit considérablement. Il lâcha un petit cri mi-surpris mi-excité.

    "Il y a les Aventures de Fifi l'Ecureuil 3: Le Secret de la Carotte Géante!" il tourna un regard plein d'espoir vers Matt. "On pourrait aller le voir! Hein?! Hein?!"
    Code by Frosty Blue

    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2319
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    H.R.P:
    J'ai pris quelques libertés, héhé... Si jamais tu veux que je modifie quelque chose, n'hésites pas et dis-le moi /o/


    Les gamins changent facilement d'humeur...
    - Bon ! On fait quoi ?

    Il s'étira sommairement le dos, bougea également ses épaules. Mon dieu, il était complètement rouillé le Lieutenant... Ces craquements magnifiques qu'il émettait... Divins. Erhm. Nous disions?Reeds s'affala sur sa chaise, finissant son verre de lait. Et quand le Pilleur suggéra de voir un film, la bouille joyeuse de Matt se décomposa en un minois d'adulte dépressif. Non, non, rendez-vous compte. Le Lieutenant Reeds affichait un minois, et non une bouille. Et, le plus important, il s'agissait d'un minois d'adulte. Expliquez-moi depuis quand ce gosse a un visage d'adulte en dehors de ses crises de psychopathe ? Hein ? HEIN ? Bon, revenons à la dépression de Matt...

    - Mouarf, y a que des films nuls en ce moment...
    - Il y a les Aventures de Fifi l'Ecureuil 3 : Le Secret de la Carotte Géante !
    - Les Aventures de Fifi l'Ecureuil ?! ON Y VA !
    , dit alors le Bleuté d'une voix extrêmement joyeuse, ne laissant même pas Aloïs finir sa phrase.

    Il prit le Pilleur par la main – bah ouais tant qu'à faire, autant se tenir la main pendant plus d'une heure, il n'aura pas à le faire après – et se dirigea vers le bar où il déposa un billet pour payer leurs consommations. Le barman lui fit les gros yeux quand, en voulant lui rendre la monnaie, Matt partait déjà. Avant de franchir la porte, il se retourna – et il traînait tenait toujours le Pilleur par la main – et offrit alors un visage des plus charismatiques. Adulte, mûr, responsable. Le genre de visage qui faisait comprendre pourquoi le Lieutenant pouvait être séduisant.

    - Gardez la monnaie, ce n'est pas grand chose... Et ça compensera le dérangement que nous vous avons encore apporté. Vraiment désolé pour ça, d'ailleurs...

    Mais quelle sens de la responsabilité ! Le barman le regarda avec des étoiles dans les yeux, ayant déjà oublié que les deux énergumènes avaient passablement dérangé les clients ( et lui-même en passant ). Ouais, il leur avait déjà pardonné. Mais avec ce genre d'expression... Ah, le Lieutenant était...

    - FIFI L'ÉCUREEEEEEEEEUUUUUIL !  Bouge Aloïs, on va se louper la prochaine séance !, dit-il alors en partant en trombe vers le cinéma de 1400.

    ... Un sourire sur les lèvres du barman. Ces deux-la ne changeront jamais. Matt était donc parti en courant vers le cinéma, se prenant quelques murs et lampadaires au passage sans que cela ne le freine dans sa course. Bah quoi ? Fifi l'Ecureuil ! Il fallait qu'il voit ce chef d'oeuvre ! Une fois arrivés devant le guichet, il fit un freinage brutal et posa sa main libre sur le comptoir. Précisons qu'il avait doublé toute la file.

    - Deux places pour les Aventures de Fifi l'Ecureuil !, clama-t-il alors.
    - Je suis navrée, mais vous devez faire la queue comme tout le...

    Ce fut le regard meurtrier de Matt qui interrompit la vendeuse. Il tapota alors sur le comptoir, l'air de dire « donne-moi mes places fissa ou je m'énerve » et plaça la somme adéquate. En faisant grommeler toute la file derrière lui, mais ça il s'en fichait un peu. Une fois ses places en main, il se dirigea vers le stand des friandises.

    - On prend quoi ?





    Kit 1 de Maxine:
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 378
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    Movie & Popcorn

    Comme prévu Matt fit preuve d'un grand enthousiasme en entendant le titre du film. Qui se ressemblent s'assemblent après tout, il ne s'entendait pas aussi bien par l'action du Saint Esprit. Il y avait une raison bien plus profonde à cela.

    Leur âge mental.

    Aloïs n'opposa aucun résistance lorsque le soldat lui attrapa la main et l'entraina vers la porte, lançant au passage de l'argent au barman. Matt ne s'arrêta que très brièvement au moment de franchir le pas de la porte du bâtiment, pour se la péter. Il se retourna vers leur victime hôte et dégaina le visage-du-Lieutenant-méga-responsable.

    "Gardez la monnaie, ce n'est pas grand chose... Et ça compensera le dérangement que nous vous avons encore apporté. Vraiment désolé pour ça, d'ailleurs..."

    Le pauvre homme en avait des étoiles dans les yeux. Son moment de grâce divine ne dura que quelques instants, puisque Matt se chargea en personne de ruiner son image d'adulte mature afin de hurler:

    "FIFI L'ÉCUREEEEEEEEEUUUUUIL !  Bouge Aloïs, on va se louper la prochaine séance !"

    S'ensuivit une course folle vers le cinéma ou le Lieutenant, en tant que citoyen respectueux, leur fit griller la queue afin de soutirer des tickets à la pauvre caissière. Aloïs préféra rester silencieux pendant cette étape. Les femmes c'était pas trop sa tasse de thé...

    Le stand de bonbons par contre...c'était une autre histoire.

    Aloïs version James Bond pénétra dans la boutique de friandises de cinéma, l'air professionnel. Il parcourut les rayons d'un œil expert. Il se dirigea ensuite vers le comptoir devant lequel il se planta fermement.

    "On prend quoi ?"

    Aloïs le regarda dédaigneusement de derrière ses lunettes noirs avant d'écarquiller les yeux sous le choc.

    "ESPÈCE D'ABRUTI!" hurla-t-il, manquant de donner un arrêt cardiaque à l'innocent vendeur.

    Il sortit une deuxième paire de lunettes noires et força Matt à les mettre. Satisfait de voir que son compagnon était plus ou moins présentable, Aloïs reporta son attention sur le vendeur.

    "Popcorn." lacha-t-il sèchement. "La plus grande taille."
    Code by Frosty Blue

    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2319
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    H.R.P:
    C'est court, pardon, pas taper T-T Une petite panne d'inspi qui m'a agressée uwu

    Tickets gagnés, bonbons négociés...
    Après avoir grillé la file d'attente et demandé son ticket fissa à la caissière, celle-ci finit par leur remettre les billets tant voulus. Non sans être étonnée de voir le fameux Lieutenant Reeds voir un film pareil, mais cela passa assez rapidement au vu des grognements de protestation plus ou moins murmurés dans la barbe de ceux qui faisaient la queue. Billets rangés dans sa veste, il se dirigea vers le stand des friandises et c'est tout naturellement qu'il demanda quoi prendre.

    Parce qu'il n'avait absolument pas remarqué qu'Aloïs avait enfilé des lunettes noires, et qu'il jaugeait la marchandise avec un oeil aussi... averti, dirons-nous. Le regard dédaigneux, ça par contre il l'avait très bien vu. Et, par simple esprit de contradiction, il se mit à bouder. C'est-à-dire ? À croiser les bras sur sa poitrine inexistante – quoique, avec sa pectoraux... Erhm erhm. Inexistante, indeed – et à tirer la bouille de gamin boudeur par excellence en suivant. Doutez-vous bien que le commentaire qui s'ensuivit ne le fit nullement ciller tant il était contrarié. Le vendeur, lui, avait frôlé de très peu l'attaque cardiaque.

    En revanche, le Pilleur n'eut nullement besoin de forcer Matt d'enfiler ces lunettes noires, son taux de réactivité frôlait les moins 10 % tant il était concentré sur son boudage intensément boudeur. Quoi, boudage et boudeur ça veut dire la même chose ? Tais-toi, toi. Autant dire que Matt ne prêtait aucune attention à ce qu'il se passait, et aussi qu'il était tout de même très classieux avec ces lunettes noires. Il faudra qu'il en mette plus souvent, ça lui rappelait Krist... Oh mon dieu. Et s'il le voyait ici ? Oh mon dieu. Matt n'entendit absolument pas les propos de Matt, les propos du vendeur le firent littéralement bondir.

    - Nature, sucré, salé ou caramélisé ?
    - Causes au Boss, pas à moi.
    - Mais enfin, Lieutenant Reeds, il ne peut pas être le B...
    - Tais-toi abruti, tu m'casses les tympans.


    Le vendeur regarda alors le Pilleur, jusqu'à ce qu'il lui donne une réponse pour le popcorn, et regarda Matt en suivant pour le paiement. Matt ne faisait rien, concentré toujours dans son boudage intense. Cet espèce de petiot lui avait lancé un regard dédaigneux... Alors qu'il mesurait dix centimètres de moins que Matt. Treize centimètres en comptant les p'tits talons de ses bottes. Tcheu. Le gamin boudait toujours, tout en attendant que l'autre finisse son manège.





    Kit 1 de Maxine:
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 378
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    Squirell & Marshmallow

    Une fois équipé de pop-corn et d'immenses verres de sodas bourrés de sucre très mauvais pour les dents mais salvateur pour l'énergie, les deux compères se mirent en route vers la salle 3 où serait projeté le film. Aloïs mena son compagnon vers des fauteuils au milieu de la salle en largeur comme en longueur et il s'assit pour attendre avec impatience le début du film.

    Il s'était débarrassé de ses lunettes noires à un moment donné et avait revêtu les lunettes 3D dont il aurait besoin pour profiter pleinement du film. C'était beau la technologie!

    Au bout de trente secondes d'attente Aloïs n'en pouvant plus commença à scander avec enthousiasme: 'Le film! Le film!". Une vieille dame assise au rang devant eux se retourna pour lui jeter un regard noir, qui ne fit que redoubler intensité lorsque les deux marmots qui l'accompagnait (et qui l'avait surement trainé pour voir le film) se mirent à hurler en chœur avec le pirate.

    Malheureusement pour le personnel du cinéma, ils avaient eut des précédents avec le jeune homme et savait qu'il valait mieux le laisser faire. Un Aloïs qu'on éloigne de son film est un Aloïs mécontent, et un Aloïs mécontent ça fait peur.

    "Ah! Ça commence!" s'exclama soudain le pirate avec joie.

    Il s'affala dans son siège but bruyamment de son soda et enfourna une énorme poignée de pop-corn dans sa bouche. Il était fin prêt. Ses lèvres s'étirèrent en un sourire lorsqu'il entendit la grand-mère grommeler à propos de 'jeunes sans éducation' (non, mais vraiment de qui pouvait-elle bien parler?) et ses petits-enfants lui faire 'shhh' aussi fort qu'ils le pouvaient.

    Et puis le film comme,ça.

    Deux heures plus tard, Aloïs sortait en larmes de la salle.

    "C'était trop émouvant! Quand Leo le Marshmallow à sacrifier son coin droit pour sauver Fifi!" il se moucha bruyamment. "Le pauvre....plus de coin droit..."
    Code by Frosty Blue

    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2319
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Film gamin, larmes sans fins...
    Lunettes noires enlevées, lunettes 3D  piquées et enfilées, cul assis et dos contre le dossier du fauteuil rouge, il en fallut peu à Matt pour entendre Aloïs hurler. Non, non, il ne scandait pas « le film », il le hurlait. Suivi de près par deux marmots. Matt, lui, était silencieux. Ouais, pour une fois, profitez-en. En revanche, il fixait très fixement l'écran, d'une telle manière qu'il perturbait ceux qui étaient derrière lui. Oui, oui, ceux qui étaient derrière lui et qui se plaignaient de ne pas voir l'écran. Alors que le film n'était pas encore projeté...

    "Ah! Ça commence!"

    Matt regarda la grand-mère qui grommela dans sa barbe, en lui adressant son sourire le plus innocent et lumieux que sa bouille de gamin pouvait offrir. Et il lui fit un « chut » significatif, en même temps que les deux bambins d'ailleurs. Ah, entre gamins ils sont synchros les petiots... Deux heures plus tard, où Aloïs et Matt s'étaient tenus les deux mains, tant par l'angoisse, le suspens, l'émotion, bref, tout ce que le film véhiculait, les deux hommes étaient en larmes. Toujours en train de pleurer en sortant de la salle. Il ne put que hocher la tête face à ce que disait Aloïs, tant le petit gamin bleuté était d'accord.

    - Et tout ça à cause de Charlot le pot-au-feu qui voulait faire cuire Fifi parce qu'il avait découvert le chemin qui menait à la Carotte Géante..., sanglota Matt, essayant de ravaler ses larmes.

    Comme un homme ! Sois plus puissant que le torrent de larmes, Matt ! Il ravala donc ses larmes, arrêta de renifler après avoir respiré un bon coup. Comme un homme !

    - Maaaaamiiiiiiie !, dit alors un marmot, en larmes, la tristesse et les pleurs incarnés. Pourquoi Armel le Caramel a fait ça ? À cause de lui, Leo le Marshmallow a perdu son coin droit !, finit-il, en hurlant dans une crise de larmes violente.

    Matt se mit à pleurer de plus belle. Lui qui adorait les caramels, c'était une véritable honte de les faire faire ce genre de choses méchantes et mesquines ! Ils sortirent alors du cinéma, l'après-midi étant entamée d'une heure ou deux, et Matt tourna sa bouille de gamin tristounet vers Aloïs. Puis, brusquement, un éclair de génie illumina son visage.

    - Eh, Cap'taine ! On se fait une barbe-à-papa sur le manège de droite de la place centrale ?

    Car oui. Le manège de droite était consacré à Fifi L'Écureil, seulement les jours où le film sortait dans les salles de cinéma. Il ne fallait pas rater ça !


    H.R.P:
    Désolé, c'est vraiment pas terrible >.< Si jamais tu veux que je change quelque chose, dis-le moi ! o/ J'espère que ça te plaira quand même ewe





    Kit 1 de Maxine:
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 378
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    Kids & Merry-Go-Rounds

    "Et tout ça à cause de Charlot le pot-au-feu qui voulait faire cuire Fifi parce qu'il avait découvert le chemin qui menait à la Carotte Géante..."

    Aloïs hocha la tête en ravalant un sanglot. Plus courageux que son camarade le pirate, Matt fit un effort surhumain pour arrêter ses larmes. Malheureusement, son effort fut vain puisqu'il reprit ses tentatives d'inondation de la voie publique en entendant la remarque d'un des deux marmots qui avaient été assis devant eux.

    Aloïs se contenta de secouer la tête d'un air éploré. Ah! Ce Armel! Personnellement, Aloïs n'aimait pas les caramels. Ça collait aux dents et c'était hyper-inconfortable. Mais la trahison d'Armel avait été si soudaine que....

    "Eh, Cap'taine ! On se fait une barbe-à-papa sur le manège de droite de la place centrale ?"

    En un clin d'oeil, le visage du Capitaine se métamorphosa. De un, Matt l'avait appelé Cap'taine se qui chatouillait toujours son ego surdimensionné. De deux, le manège de droite c'était le manège dédié à Fifi l'écureuil. Au lieu de monter sur des chevaux blancs ou dans des carrosses, on grimpait sur le dos de Fifi, Léo, Armel et tout les autres protagonistes de l'histoire. Les chariots étaient remplacés par Charlot le pot-au-feu, ou encore Carroll la casserole ou même Églantine la bassine. Bref, que du bonheur quoi!

    Arborant un sourire radieux, Aloïs posa son pied droit sur un plot et, sa main droite fermement posée sur sa hanche, il pointa son doigt en direction de manège.

    "En avant moussaillon!" s'exclama-t-il tel le grand capitaine qu'il était. "Et pas de pitié!"

    Sur ces mots, il s'élança vers son attraction-préférée-de-tous-les-temps, se mêlant dans la foule de chérubins dont les âges variaient de trois à six ans.
    Code by Frosty Blue

    HRP:

    Désolé, pour le temps que ça a prit mais voila enfin la réponse ^^
    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2319
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Et alors... Et alors... Les gamins sont arrivéééés !
    - Eh, Cap'taine ! On se fait une barbe-à-papa sur le manège de droite de la place centrale ?

    Avouez qu'il était beau, l'éclair d'illumination divine de Matt. Les grands esprits se retrouvent... Comment cela, c'était plus « les grands gamins se retrouvent » ? Ah non, vraiment, je ne vois absolument pas de quoi vous vous voulez bien parler. Reprenons, le visage d'Aloïs rayonna brusquement autant que celui de Matt. Une merveilleuse idée qu'il eut là ! Une bouille toute fière toute lumineuse se peinturlura sur le visage du Lieutenant. Il laissa l'Azuré faire la pose de la victoire, et sitôt les mots dits, Matt s'élança. En se prenant le plot dans le genou, faisant un impensable roulé-boulé sur le trottoir, se releva sans casse, et se mêla lui aussi à la foule de gamins.

    - NAON ! FIFI EST PRIS !

    Matt se mit alors à bouder comme un gamin de deux ans ( comme quoi, quelque soit l'endroit, son âge mental sera toujours plus bas que l'âge prédominant des lieux ), gesticulant dans tous les sens avant de croiser fermement ses bras sur sa poitrine. Il voulait Fifi, lui ! Et vu le fil qui le reliait à l'autre Pilleur là, ils ne pourraient pas trop s'éloigner. Pas question d'aller sur Charlot le Pot-au-feu, plutôt mourir que d'aller sur ce machin ! Et... Oh ! Leo le Marshmallow n'était pas encore pris !

    - En avant, Aloïs ! Pour Leo !

    Vu que c'était à leur tour de choisir, le Lieutenant s'élança vers Leo et se posa dessus, juste avant un môme de quatre ans qui se mit à hurler et à brailler très fort, mais qui, par un coup du sort, tourna la tête et aperçut Églantine la Bassine. Il sauta dedans, et lança le regard fier et rempli de défi que Matt lui renvoya très bien. Celui qui tenait le manège regarda Matt et Aloïs, s'avança vers eux pour leur parler.

    - Excusez-moi, messieurs, vous êtes trop âgés pour...
    - Il n'y a pas d'âge pour aimer Fifi l'Écureuil !
    , siffla Matt entre ses dents, un ton de gamin boudeur, contrarié, blessé et vexé au possible, la bouille qui allait avec.
    - Humpf. Faites comme vous voulez..., dit-il en s'éloignant.

    Matt retrouva sa bouille de gamin rayonnant, et toisa le petiot de quatre ans, confortablement installé dans Églantine la Bassine.

    - Et paf, dans ta face !

    Le sourire fier accompagnant le tout. Il regarda alors Aloïs, pour voir s'il s'était installé lui aussi sur Leo – l'intérêt étant qu'il y avait deux places sur Leo – ou s'il avait été dans une autre attraction, proche néanmoins. Et Matt attendit que le manège commença en bâillant. Aaaaaah, vraiment, quelle journée éprouvante...


    Dernière édition par Matt Reeds le Lun 20 Avr - 17:45, édité 1 fois





    Kit 1 de Maxine:
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 378
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    Foxes & Evil

    Aloïs laissa Matt prendre les choses en main concernant le propriétaire du manège. Ce genre de sous-fifres était trop insignifiant pour qu'il s'en soucie de toute façon.

    Plutôt que de se laisser prendre par l'excitation et de se ruer vers le manège, le Capitaine se planta, poings sur les hanches, à quelques pas de l'attraction et observa les montures libres avec attention. Son premier choix, Fifi, était déjà pris. Il allait donc devoir se rabattre sur son second choix.

    Il vit Matt se ruer sur Léo et se tourner vers lui pour voir s'il allait le rejoindre. Tout l'intérêt de Léo et qu'il était une monture deux places. Le Léo du manège avait encore son coin droit intact et Aloïs se demanda brièvement (avec une émotion intense) s'il le changerait maintenant que le troisième film était sorti.

    Soudain, Bernard le Renard entra dans son champ de vision et sa décision fut prise.

    Bernard, surnommé Nanard, était l'antagoniste préféré d'Aloïs. Il avait le méchant du premier film mais avait développé une relation de respect et d'amitié avec les héros de la série et possédait désormais une certaine neutralité vis-à-vis de Fifi et Léo. C'était un personnage fascinant et dont la force et la ruse plaisait beaucoup au pirate.

    Sourire machiavélique aux lèvres, Aloïs s'élança vers Léo le Marshmallow, esquivant à la dernière minute pour monter sur Bernard le Renard qui se trouvait juste à côté.

    "Mouahaha! Nanard est à moi!" s'exclama-t-il joyeusement, avec un rire démoniaque.

    Il envoya un sourire victorieux à Matt, avant de lui tirer la langue tel l'enfant qu'il était au fond de lui.
    Code by Frosty Blue


    HRP:

    C'est un peu court mais je sèche un peu à vrai dire ^^
    Si tu as besoin que je développe, n'hésite pas à me le dire.
    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2319
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Et alors... Et alors... Les gamins sont arrivéééés !
    Après avoir fait gentiment gaminement comprendre au propriétaire du manège qu'Aloïs & Matt faisaient ce qu'ils voulaient, le Lieutenant fut très occupé à défier du regard un petiot de quatre ans. En ponctuant le tout de l'expression la plus gamine qui soit. Triomphant et tout content, le Bleuté tourna magistralement sa tête vers Aloïs, pour voir qu'il... avait feinté d'aller avec lui sur Leo Marshmallow, et qu'il avait préféré Bernard le Renard. Matt fit un clin d'oeil au Cap'taine.

    "Mouahaha! Nanard est à moi!" s'exclama-t-il joyeusement, avec un rire démoniaque.
    - Yosh, bon choix Cap'taine Chapel !

    Et c'est ainsi que le Bleuté se cala allègrement bien sur Leo le Marshmallow, et que le manège commença pile après que Matt eut terminé de bâiller. Nos deux Gamins Bleus attrapaient à chaque fois le pompon, faisant pleurer certains gosses, et notez bien que Aloïs et Matt se chamaillaient, en jouant hein, le pompon... vert d'eau. Parfois Matt cédait, parfois Aloïs cédait, c'était complètement aléatoire. Les heures s'écoulaient et, Matt eut soudain une idée de génie. Le manège allait redémarrer dans dix minutes, étant donné que le propriétaire faisait une petite pose.

    Ayant une excellent idée en tête, Matt porta l'Azuré dans ses bras, manquant de se casser la gueule à de nombreuses reprises sans se ramasser – un vrai miracle, dites donc ! C'était l'effet Fifi, ça – et se dirigea vers... le Stand des Barbes à Papa. Calant Aloïs contre lui à l'aide d'un seul bras, il tapa sur le petit bar du stand, épuisé, et dit alors fièrement.

    - Deux Barbes à Papa, si 'ous plaît !
    - Mais c'est que mes deux bons vieux amis sont là ! Allez, je vous les fais gratos pour cette fois.
    - Sérieux ? Cette classe ! Merci beaucoup mon pote !


    Et vas-y que je tape la causette... Après sept minutes, les barbes à papa en main, Matt fila à la vitesse de l'éclair et... sauta sur Fifi l'Écureuil avec Aloïs. Et ce n'est qu'une fois installé qu'il se cassa magistralement la gueule au sol, sa barbe à papa n'ayant rien reçu.

    - Aïeuh...


    H.R.P:
    Sorry, je sèche aussi à vrai dire... Dis-moi si quelque chose ne va pas ou si tu veux que je modifie un truc, n'hésites pas hein. o/





    Kit 1 de Maxine:
    Nour Mu'Zineb
    avatar

    Fille du Serpent
    Messages : 378
    Age : 21
    Date d'inscription : 24/10/2014

    Sugar & Naps

    S'ensuivit une folle cavalcade, peuplé des rires machiavéliques d'Aloïs et des pleurs des enfants dans l'incapacité d'attraper le bon vieux pompon, celui-ci étant monopolisé par Aloïs et Matt. Comme quoi, il n'y a pas d'âge pour s'amuser. Ou pour casser les pieds aux autres, d'ailleurs.

    Lorsqu'ils décidèrent enfin qu'ils en avaient eut assez, à la grande joie du propriétaire de manège, les deux compères sautèrent au sol. Aloïs n'eut qu'un quart de seconde pour se demander où il avait bien pu mettre son bateau pirate, avant qu'il ne se fasse kidnapper par un Lieutenant sans scrupules.

    Décidant qu'il valait mieux ne rien dire pour ne pas perturber le fou qui venait de l'attraper, Aloïs se mit à faire un avion en papier, entendant vaguement son partenaire de crime commander de la barbe à papa.

    Il dut s'endormir.

    Il ne pouvait expliquer autrement cette téléportation du stand de barbe à papa jusque sur le dos de Fifi autrement. Il ne se posa pas trop de question parce qu'il avait du sucre à la main et le spectacle intéressant de Matt rétamer par terre sous les yeux. Que lui fallait-il de plus pour être un homme comblé?

    Du chocolat aurait été sympa....

    Il bailla à s'en arracher la mâchoire et se frotta les yeux. Tiens soudainement il se sentait...Il avala sa barbe à papa et balança le bâton sur Matt. Très fatigué...

    "Je vais faire la sieste." dit-il à Matt avant de croiser les bras et tomber instantanément dans le sommeil.
    Code by Frosty Blue



    HRP:
    Bon, navré mais là je ne puis plus. L'inspiration m'a quittée T_T
    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2319
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Le fil a disparu
    À peine il se rétama au sol qu'il se reçut un bâtonnet dans la face. Matt se leva directement d'un bond, une mine gamine contrariée au possible sur le visage.

    - J'suis pas une poubelle, sale gosse !
    - Je vais faire la sieste.
    - T'es qu'un dégonflé.
    , bouda Matt, alors que déjà le Pilleur s'était endormi.

    Matt avala sec sa barbe-à-papa aussi, se cala sur Fifi, et s'endormit sèchement tout aussitôt. L'effet barbe-à-papa était très violent, vous ne vous rendez pas compte... Dans son rêve, Matt était enfermé dans un placard chez lui et... Oh ? Comment pouvait-il être enfermé chez lui ? Haha, vous ne connaissez pas Kristen, petits êtres purs et innocents... Quand il se réveilla, après il-ne-savait combien d'effrayantes secondes ( comptez en heures ), c'était le matin. Le Pilleur n'était plus là, sans doutes parce que le fil était parti, et Matt reçut alors un appel de son Général.

    - Tu entraînes la Division Spéciale aujourd'hui. Un seul écart, Lieutenant Reeds, et je mets Kristen au courant de tes 26 heures passées avec un Pilleur.
    - KEEEEEEUUUUUUUUUUUWAAAAAAAAA ? MAIS C'EST PAS JUSTE ! J'ai rien fait moi d'abord !
    - Ça suffit. Tu entraînes la Division Spéciale. Leur entraînement commence dans un quart d'heure au QG. Dépêches-toi, sinon tu fais la même chose demain. Tu es interdit de missions aujourd'hui. Bonne journée, Matt...


    ... Quoi ? Quoi ? QUOI ?!
    Mais qu'est-ce qu'il avait fait pour mériter ça, hein... ?!

    ... Il avait joué à chat dans la ville avec un Pilleur.
    Ce n'était pas un crime !

    Réflexion faite, il était quand même censé couvrir Jeanne dans une mission importante dans le désert et... Oh. Oh... Oh merde...

    Tch. Tout ça c'était la faute d'Aloïs ! Celui-là, s'il l'attrapait, il en ferait de la chair à pâtée boulonnée pour chien robotisé, foi de Matt ! Il activa son GPS, et courut vers son destin. L'entraînement de la Division Spéciale. Diantre ce qu'il ne voulait pas y aller...

    - ALOÏS, LA PROCHAINE FOIS, JE TE DÉCHIQUÈTE TON SALE CERVEAU DE FOURBE !, hurla Matt de bon matin en courant vers le QG - non sans se casser la gueule au moins dix-huit fois par tranche de quarante secondes -.





    Kit 1 de Maxine:
    Contenu sponsorisé


    Contenu sponsorisé

    Contenu sponsorisé
    Contenu sponsorisé

      La date/heure actuelle est Dim 22 Oct - 17:34