Agartha. Un désert, où cohabitaient nomades et sédentaires. Cependant l'assèchement progressif des oasis développa la cupidité des sédentaires qui se mirent en guerre les uns contre les autres. Les cités tombèrent une à une devant ce fléau jusqu'à ce qu'il ne reste que 1400. Les nomades quant à eux préférèrent éviter ces conflits en priant leur Divinité de leur accorder un sommeil de deux millénaires. Mais quand ils se réveillèrent, ils furent non seulement confrontés à des citadins beaucoup plus avancés technologiquement mais aussi à une hostilité tangible. Hostilité contre ces nomades ressurgit du passé mais aussi hostilité au sein même de la ville de 1400. Puis une nouvelle guerre éclata : la Révolution. Est venu à nouveau le temps du choix : se battre ou partir ? Ainsi naquit l’Exode, un mouvement rassemblant nomades et citoyens souhaitant fuir la guerre en partant par-delà les montagnes vers un territoire glacé où vit un peuple étrange.

Lorsque le passé et le futur se rencontrent...


    Sybille Ordant ◄Ca va chauffer... tout en douceur !►

    Partagez
    Sybille Ordant
    avatar

    Citadine
    Messages : 54
    Date d'inscription : 26/07/2015

    Sybille Ordant
    Tu ne trembles pas ? Ne t'inquiète pas, ça viendra
    Inconnue || Alphacoder
    "Mon nom est Sybille Ordant et je suis une fille de 27 ans. Je suis bisexuelle et je suis actuellement célibataire. Mon principal défaut est ma passion dévorante pour les flammes et ma qualité majeure est ma patience."

    ► Nomade ou Citadin? Citadin
    ► Le Groupe: Pilleur
    ► Taille: 1m69
    ► Poids: 61kg
    ► Arme: Pistolet à aiguilles. Pas n'importe quelles aiguilles, mais des petites saletés paralysantes. Extrêmement efficaces, et qui, de surcroît, ne tuent pas. Non pas que Sybille soit particulièrement contre le fait de tuer. Mais avouez qu'une victime morte, on n'en fait pas grand chose...

    Des allumettes. C'est une arme ça ? Oui et non. En tant qu'allumeuse de service, Sybille ne serait pas grand chose sans sa fameuse petite boîte orangée estampillée "Au soleil levant". Qui peut lui servir à absolument tout. Elle aurait bien aimé avoir un lance-flamme mais c'était un peu trop encombrant et pas assez discret pour se promener.

    Pour le reste, il ne serait pas surprenant qu'elle cache une dague ou un couteau de temps à autre quelque part dans une botte. Juste au cas où.
    ► Famille: Il lui reste son père, mais avec qui elle n'a plus de lien, celui-ci désapprouvant totalement ce qu'elle est devenue, et ne se cachant pas de le lui faire savoir les très rares occasions où ils se croisent.
    ► Date de Naissance: 24 juillet
    ► Emploi: Tyran experte au service de Mad Storm. Cela fait bien 8 ans qu'elle est entrée à leur service, et qu'elle prend du grade en leur sein. Sa spécialité, c'est de déloger les gens de chez eux, créer des diversions, kidnapper un tel, en traquer un autre, pister un Adorateur du Scorpion et l'enfumer dans son trou. Le tout dans les cris et les pleurs cela va de soi.
    Au coin d'une rue, masquée par un container plus haut qu'elle, se blottit une silhouette. D'après la finesse de ses membres, de ses courbes légères qui se devinent dans l'ombre, il serait juste de penser qu'elle appartient à une femme. La silhouette se redresse, silencieuse, laissant apparaître une masse de cheveux bruns soigneusement retenus en chignon, et fait un pas en avant, soudainement éclairée par la lumière vacillante d'un réverbère. Sur le haut de sa tête trône une paire de lunettes rondes aux verres fumés, du genre de celles qu'on utilise pour se protéger d'une lueur intense, voire aveuglante. Elle tourne légèrement le cou, gracieusement marqué par un tatouage qui l'enserre, plaçant le reste de sa figure dans le rayon lumineux.

    On pourrait être surpris par la froide détermination qui se lit sur ce visage encore jeune, marqué comme en plein cœur par une vieille cicatrice s'allongeant le long de son oeil droit. Un rictus soulève des lèvres pleines, sans doute rosées en temps normal mais assombries pour l'occasion par un rouge à lèvres sombre. Craquelées par le soleil, elles s’entrouvrent l'espace d'un instant pour laisser paraître une rangée de dents étincelantes. Sa langue sort de son antre pour venir goûter une perle de sueur s'écoulant lentement de son front, redessinant l'arête délicate de son nez légèrement retroussé. Une lueur dangereuse brille dans le regard gris de la jeune femme, accentuée par de longs cils volontairement maquillés.

    Elle s'étire, faisant jouer ses muscles sûrement raidis par son attente. Son débardeur gris lui colle à la peau, et la ceinture où elle a glissé son arme favorite semble lui peser. Elle baisse un bras, se gratte la cuisse par-dessus un vieux pantalon en toile sombre, n'accordant pas une seconde d'attention aux petites marques de brûlures qui lui remontent le long du poignet. Son poids bascule d'un pied à l'autre, chaussés de hautes bottes noires dans lesquelles son pantalon a trouvé refuge. Faites dans un cuir souple que l'usure a dû correctement assouplir, elles doivent lui offrir un confort appréciable dans cette pose qui s'éternise. Elle soupire avant de redresser la tête. Un cri vient de se faire entendre au loin. Sa main agrippe fermement son pistolet à aiguilles et s'élance à vive allure, prête à se jeter dans l'action.
    Je ressemble à ça...


    ...Et la petite étincelle grandit, devint une flamme belle et rebelle, finit par s'étendre, plus haut, plus loin, brûlant tout sur son passage mais ne laissant qu'un froid désert derrière elle...

    Sybille referme le vieux livre corné aux pages tâchées, parfois au point d'en être à peine lisibles, et le pose à son côté. Cadeau de sa mère, c'est un hommage à la vie et aux guerriers du feu. Sans doute pour essayer de la mener vers un chemin plus juste, déjà inquiète par la manie de sa fille à mettre le feu au moindre petit papier qui traînait et par son tempérament fracassant. Peine perdue.

    Elle se laisse aller contre le mur qui la soutient, les yeux dans le vague.

    Il est rare que les souvenirs et les émotions submergent la jeune femme. De nature plutôt froide, sadique, parfois même un brin cruelle, patiente à pouvoir en rendre fou son entourage, elle fait partie du groupe de Pilleurs les plus redoutés de 1400. Et sans doute du désert, une fois les Adorateurs du Scorpion mis de côté. Et ce n'est pas pour rien. Tout comme certains apprécient une musique douce pour se détendre, Sybille aime entendre les cris affolés des gens. Le crépitement des flammes, le tendre bruit d'une explosion, le souffle court d'une proie en fuite. Lire la terreur dans le regard affolé d'un pauvre être paralysé qui ne comprend pas ce qui est en train de lui arriver. D'une certaine façon, la peur et la douleur des autres la font se sentir bien en vie, cela la fascine, lui réchauffe le cœur pour quelques instants.

    Comment peut-on être aussi pourri de l'intérieur pour se délecter de la sorte ? Sans doute qu'après avoir plongé corps et âme dans le secteur C, lutté pour s'y tailler une place, quelque chose a définitivement changé en elle. C'était une bataille acharnée contre les autres criminels qui vivaient là, un combat sans merci contre elle-même, son esprit révolté par les substances qu'elle ingérait, son corps criant pitié pour tous les coups qu'il subissait. Une période de sa vie durement marquée par ce baptême des enfers, qui a d'ailleurs laissé son empreinte sur son visage. Bien que placée sous le joug de la violence, sa vie actuelle est plus calme, dotée d'un certain équilibre qui est plus que ce qu'elle pouvait en espérer.

    Les Pilleurs vont et viennent dans la planque, vaquant à leurs occupations. À les voir, nul ne se douterait que ces types soient de vrais cinglés. Cinglée, elle l'est aussi, à sa manière. Elle se met à jouer avec ses allumettes, s'amusant à les craquer les unes après les autres, contemplant les petites flammes se consumer dans un souffle éphémère.

    Tout comme à cet instant, il arrive parfois que son âme vagabonde, peut-être inconsciemment attristée par tous les actes qu'elle a commis. Souvent, dans ces moments-là, sa froideur devient mélancolie, et elle part seule arpenter les rues de 1400, donnant un coup de main à un passant ou s'arrêtant échanger un mot avec un inconnu. Une manière à elle de briser la violence de son quotidien sans doute. Elle n'aime pas trop ces espèces de passages à vide, qui la fragilisent et qui pourraient du coup être une menace pour le gang, qui a bien assez de chats à fouetter et d'ennemis sur le dos. Sa petite bizarrerie lui a permis de trouver quelques recrues compétentes, en plus de rencontres surprenantes, alors on ne lui casse généralement pas les pieds avec, tant qu'elle se fait discrète et que ça reste occasionnel.
    Ce qui se passe dans ma tête



    - Comment ça mon enfance ? Je t'en pose moi des questions ? Retourne astiquer le bahut et fiche-moi la paix.

    Agacée, elle regarde le jeune blanc bec s'éloigner, l'air déconfit, et retourner à ses tâches. Il faudrait lui apprendre à respecter ses aînés un peu mieux que ça à celui-là. Un sifflement d'exaspération lui sort des lèvres, et elle baisse la tête, essayant de se plonger dans la lecture des documents qu'il vient de lui apporter. Une affaire urgente a-t-il précisé. Mais sous ses yeux, l'encre se déforme, la question du jeune pilleur vient de lui remémorer tellement de choses...

    *****

    Avait-elle eu une vie avant d'intégrer Mad Storm ? Pas vraiment. En tout cas ça n'avait rien de sensationnel. Elle n'avait que peu de souvenirs de son enfance, mis à part la fois où elle avait reçu son livre. Ainsi que la fessée pour avoir mis le feu à la poubelle de leur appartement. Et puis sa mère, de l'Armée de l'Air, était morte en mission, abattue par des Adorateurs du Scorpion alors qu'elle était en service. C'est ce qu'on avait raconté à la petite fille, qui s'était retrouvée à vivre seule avec son père. Un type quelconque, travaillant dans une usine quelconque de 1400.

    On ne peut pas dire que leur relation père-fille était idyllique. Renfermé depuis la mort de son épouse, il ne parlait quasiment jamais à sa fille, ne lui accordant son attention que lorsqu'elle faisait une bêtise et qu'il ne se privait alors pas de lui hurler dessus. Et puis erreur d'inattention, il perdit un bras dans une presse de l'usine, perdant son travail, reclassé à un vulgaire poste de tri. Ils furent obligés de quitter leur modeste appartement pour partir vivre dans les quartiers pauvres de la zone industrielle.

    *****

    Elle soupira, essayant de se concentrer sur la lecture de ces papiers, source de données importantes si elle voulait réussir sa prochaine mission. Mais les souvenirs affluaient désormais à vive allure, et elle ne voyait même plus ce qu'elle avait sous les yeux.

    *****

    Le dépaysement était complet. Ce fut cependant une véritable source de bonheur pour la jeune Sybille, qui avait alors pas loin de onze ans, qui se trouva être bien plus dans son élément, plus libre qu'elle ne l'avait jamais été. Leur nouveau toit ne payait pas de mine, les murs étaient fins comme du papiers, les nuits étaient égayées par les nombreux cris de joie - ou de douleurs - de leurs voisins. Loin de la gêner, cela la captivait. Tout le monde était pauvre dans son nouveau quartier, et comme tous les jeunes de son âge, elle se retrouva obligée de montrer ce qu'elle avait dans le ventre. Premières bagarres. Elle se retrouva face à terre plus d'une fois. Premiers délits. Les plus grands se servaient des plus jeunes pour barboter diverses bricoles qu'ils revendaient à bas prix...

    Et la vie continua. Sybille n'avait pas le tempérament d'une enfant sage et effacée, et elle passa les épreuves unes à unes. Elle apprit à rendre les coups, et commença même à les donner. Elle n'avait plus besoin d'avoir peur, puisque de plus en plus c'était elle qu'on craignait. Et comment ne pas craindre cette espèce de gringalette qui se battait à coup de griffes, de morsures, n'hésitant pas à mettre le feu à vos vêtements... Forcément à la maison l'ambiance n'était pas des plus joyeuses.

    Excédé, son père finit par la placer dans la section militaire du collège de l'Académie, histoire de lui apprendre la discipline. Elle s'en échappa bon nombre de fois, fut ramenée par la force, et passa la majeur partie de son temps collée. Inutile de préciser que les professeurs, excédés, eurent vite fait de l'avoir dans le collimateur. Finalement, une solution intermédiaire fut appliquée. Elle serait confiée à un vieil ami de la famille, un chef d'unité ayant autrefois travaillé avec sa mère, et qui avait gardé contact avec son père, même après tous les tristes évènements de ces dernières années. Il réussit à lui inculquer quelques bases de combat, mais eut bien du mal à la rendre plus docile. Refusant toute autorité, reniant l'aide qu'on voulait lui donner, elle finit par mettre les voiles pour de bon. A seize ans, obligée de se prendre en charge, elle atterrit donc au secteur C. Et tout y passa. Elle se découvrit des vices dont elle ignorait jusqu'à l'existence, grandit par elle-même comme elle le put, devint chaque jour plus froide, plus forte, plus déterminée et plus violente. Elle n'avait pas son pareil pour traquer les gens au travers la ville, pauvres cibles que le sort avait désigné pour tomber entre ses mains. Elle essaya de revoir son père une ou deux fois, mais celui-ci lui en voulait d'avoir fui et sombré dans ce qu'il nommait la folie humaine. Peu lui importait. Bien vite, les Mad Storm s'intéressèrent à elle. À ses dix-neuf ans, elle rejoignit leur rang. C'était comme si une nouvelle vie s'offrait à elle. Elle avait une place, un rôle à jouer, appartenait à une structure à la morale douteuse, renommée pour sa violence et ses actions, mais qu'elle pouvait se représenter comme une famille.

    *****

    - Sacré Mad Storm.

    Elle sourit, et cette fois-ci réussit à étudier ces fichus documents. La victime se nommait Selena. C'était la femme d'un riche négociant de la ville, qui avait - hélas pour lui, et pour elle - décidé de ne pas verser au gang la totalité de ce qu'il lui avait promis, prétextant que la marchandise fournie n'était d'assez bonne qualité et se cachant derrière des cohortes de gardes du corps. Un fou d'après Sybille.

    D'après le rapport, la dame adorait faire les boutiques, mais ne se déplaçait que protégée par deux gardes. Parfait. Elle allait pouvoir s'amuser un peu. Elle s'étira et se dirigea vers trois de ses camarades.

    - On va bientôt avoir une invitée. Je compte sur vous pour l'accueillir comme il se doit.
    - Pas de soucis, on prépare ça au petit poil.
    - Éclate-toi bien !

    Ils éclatèrent de rire, et sans plus attendre elle se mit en route, faisant signe au blanc-bec de la suivre. Il était près de 11h, sa cible devait être en pleines emplettes. Lorsqu'ils arrivèrent près des magasins, ils commencèrent par visiter les enseignes les plus à même d'intéresser Selena. Et eurent vite fait de la trouver en train de faire de l'essayage, ses deux gardes visiblement blasés, obligés de porter les affaires de madame. Bien. Le repérage des lieux fait, il fallait trouver une diversion. Puis s'occuper des gardes.

    - Reste près de l'entrée, débarrasse-moi de cette employée qui ne quitte pas Selena des basques, dès que ça va commencer à s'agiter, rejoins-moi du côté des cabines, sur la gauche.

    Le bleu hocha la tête et fila faire la conversation à l'employée en question. Sybille se dirigea sans plus attendre vers une zone déserte. Fort heureusement, les vêtements, ça brûlait comme du petit bois. Elle roula une chemise au sol, sous un présentoir, et craqua une allumette. Se hâtant ensuite vers les les gardes, elle prit un air affolé, et les agrippa rudement.

    - Messieurs, vite, là-bas, il y a le feu...

    Elle montrait du doigt le fond du magasin, d'où commençait effectivement à s'élever de la fumée. Elle ne se préoccupait pas de savoir si le feu aller ruiner le quartier ou pas. Elle savait bien que les secours étaient en général rapides et que les feux ne faisaient pas de si gros dégâts.

    - Voyez ça avec quelqu'un d'autre nous ne sommes pas des...
    - Vite, je vous en supplie !

    Gênés, les gardes se regardèrent. Pour eux, il était évident que le plus urgent allait être d'évacuer leur protégée. Cependant, pouvaient-ils se permettre de laisser le magasin prendre feu ? L'alarme incendie se déclencha, les faisant sursauter.

    - Très bien, il y a un extincteur, va voir ça de plus près je m'occupe de Selena.

    L'autre acquiesça et se dirigea vers les flammes. Plus qu'un. Dès qu'il lui tourna le dos, elle tira sa dague de sa botte, et l'agrippant d'un coup en arrière n'eut aucune pitié pour sa gorge. Ignorant les cris et les questionnements apeurés de Selena, sans doute occupée à se rhabiller en vitesse, elle rengaina la dague pour s'emparer de son pistolet à aiguilles. Elle ouvrit la porte de la cabine à la volée et tira sans hésiter sur sa victime.

    - Qu'est-ce...

    Celle-ci n'eut pas l'occasion d'en dire plus et tomba à terre, paralysée de la tête aux pieds, le corps à moitié vêtu par une sorte de robe à froufrous. Le bleu était déjà a son côté, soulevant le corps raide pour le balancer par dessus son épaule. Sybille en avait profité pour tirer rapidement le garde dans une cabine, dissimulant son crime, et surveillant du coin de l'oeil le deuxième en train de se battre contre les flammes.

    - Allons-y.

    Elle jeta un coup d'oeil à leur otage. Comme souvent sous l'effet du paralysant, elle avait gardé les yeux grands ouverts et voyait et entendait tout ce qui se passait.

    - Voyez-vous ma chère dame, votre mari nous a fait un vilain affront, et il va devoir payer les pots cassés. J'espère qu'il tient à vous comme à la prunelle de vos yeux.

    Elle lui adressa un sourire narquois, et ne s'occupa plus d'elle. Les gens couraient dans tous les sens, affolés, et les pauvres employés du magasin ne savaient plus que faire.

    - Poussez-vous, cette dame a fait un malaise, le choc voyez-vous...

    Cela n'étonnait personne et ils circulèrent sans problème, expliquant à qui voulait l'entendre que le feu menaçait d'enflammer toute cette zone de la ville, que la dame avait besoin de soins... La folie gagnait la rue, et s'éloigner fut un jeu d'enfant. Ils montèrent dans leur véhicule et filèrent vers la planque.

    - Hé bien encore un coup de réussi. Mais ce n'était qu'une distraction banale, j'espère que la prochaine sera un peu plus... coriace.

    Selena, livide, gisait dans un coin, toujours incapable de bouger, ne perdant sans doute pas une miette de ce qui se déroulait. Voir sa petite vie en rose tourner au cauchemar aussi rapidement, voilà qui devait être déroutant. Effrayant. Elle s'approcha de la femme, un sourire aux lèvres.

    - Tu as peur ? Mais crois-moi, ce n'est rien, le pire est à venir. Elle se retourna et interrogea ses compères. Tout est prêt ?
    - Oui. Il n'y a plus qu'à remplir la boîte, comme tu l'as demandé.

    Elle se baissa et saisit Selena par les cheveux. Oui, c'étaient de très jolies prunelles. Dommage que chez les Mad Storm, on ne plaisante jamais avec les affaires. Mais bon, de nos jours, la technologie faisait des merveilles. Elle déposa sa preuve dans la boîte, et referma le couvercle. Bientôt, quand la drogue ne ferait plus son effet, les cris commenceront à s'élever. Douleur, ou supplications ? Elle s'éloigna et parti prendre les paris.

    L'histoire de ma vie


    HRP
    Dans la réalité je suis...
    ► Pseudo(s) fréquent(s): Moka ou Sythe.
    ► Tu as quel âge? Beuh... j'ai trois dizaines à mon actif.
    ► Tu nous a trouvé où ? Je sais même plus ^^', sur l'Antre je crois ? Sinon vous z'êtes mes petits partenaires adorés !
    ► Est-ce que c'est ta première inscription sur un forum RPG? Ouaip le tout premier... qui se passe dans le désert en tout cas ^^. J'ai un peu de bouteille dans le domaine, bien que cela fasse longtemps que je n'ai pas joué sur un forum qui ne soit pas de ma création.
    ► Comment tu trouves le forum? Trop chouette ♥️
    ► T'as un autre compte? Lequel? Nope c'est le 1er ! (mais j'ai déjà des idées pour les 4 autres -sort-) Les DCs sont une engeance de l'enfer, prends garde à toi  Chuchotter /bam/
    ► T'as pas un truc à nous dire hein? Naaa je resterais muette ! Même sous la torture ! Mais je vous laisse vous venger sur les commentaires, qui seront sans doute légion ^^' Mouahahahaha, tu vas tâter de mon talent de pavéiste emmerdeur professionnel... x)
    ► Code du règlement : Bouffé par Matt avec amour ;p Victory

    Code de Frosty Blue de Never Utopia


    Dernière édition par Sybille Ordant le Ven 31 Juil - 14:34, édité 3 fois
    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2409
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    BIENVENUEEEEEEEE !
    Et quel personnage en plus, il est très classe, ça je te le fais pas dire Victory

    Je te ferais mon commentaire de l'enfer demain, là je suis tellement fatigué que je dis nawak -w- /Bam/ ( nan mais... J'me suis relu sept fois pour le commentaire de Calichou, parce que je changeais de sujet six fois en une phrase, avoues que ça veut dire qu'il faut que je dorme ça êe ) Et que, tant qu'à faire un commentaire, autant qu'il soit bien fait -w- Donc demain, sans doutes je l'écrirai dans l'après-midi ( mais t'as 100% de chances que je poste grâce au formidable mac de mon père pendant la nuit /vlan/ ) . D'ici là, prépares-toi êe

    ENFIN. Cela dit. Ton personnage a la classe, et j'suis vraiment content de te voir *w* Bienvenido parmi nous, Sybichoune /o/


    Dernière édition par Matt Reeds le Lun 27 Juil - 16:19, édité 2 fois





    Kit 1 de Maxine:
    Yenene Elkidyr
    avatar

    Nanoqin
    Messages : 1228
    Age : 21
    Date d'inscription : 06/04/2014

    Mais quel perso hyper-trop-mega classe *.*

    Franchement, rien a dire. Si ce n'est que cette fiche est absolument sublime. J'adore le caractère de Sybille, surtout son obsession pour les flammes. C'etait bien trouvé! L'histoire est aussi très bien écrite. J'aime le fait que son histoire n'est rien de compliqué ou d'exceptionnel. C'est terre-à-terre et réaliste mais surtout tellement bien raconté!

    Bref, je suis sous le charme ^^
    Encore une fois bienvenue et j'ai hâte de RP avec cette Sybille !
    Sybille Ordant
    avatar

    Citadine
    Messages : 54
    Date d'inscription : 26/07/2015

    Yooooooo !!!

    He bien heu... je pensais pas vraiment avoir fait un perso si classe que ça, mais je vais me taire et dire que c'était voulu hehe !

    Ca faisait longtemps que j'avais pas fait un personnage qui soit pas très réglo (d'où le choix des mad storm finalement ^^), ça reste encore assez light, mais j'ai hâte de voir ce que ça donne en jeu Cry Happy promis elle fera pas brûler toute la ville !
    Kristen E. Khalessie
    avatar

    Citadin
    Arme : Ce qui lui tombe sous la main...
    Messages : 242
    Date d'inscription : 15/03/2015

    Bienvenu ma très chère !
    Ravi de voir une nouvelle demoiselle douce et innocente sur le forum ^.^

    Par contre, si tu ne tue pas tes victimes... on ne va pas s'entendre hein... ne me file pas plus de boulot après c'est fatiguant de devoir les retrouver et soigner les traumatismes :sulk:





    Petits secrets~~♪:

    Merci mon Matt d'amour pour le kit ~♥️
    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2409
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Alors, avant toute chose. Sybille. Ma belle. Je suis absolument désolé de ce retard de pavé, mais vraiment désolé. Tu as le droit de maudire avec moi mon ordi et ma wifi qui m'ont fait un epic strike ces derniers jours

    BIENVENUUUUUEEEEEEE ! J'ai dû le dire un peu partout, mais faire une critique constructive de cette fiche et de ton perso va être une tâche extrêmement ardue tellement j'ai envie de t'étaler tout mon amour le plus immense sur 6789 lignes. Erhm. Je vais éviter de tomber dans un éloge, mais je pense que tu n'y couperas pas. Laisses-moi commencer par le plus simple ; ton avatar est super classieux, ma belle. Victory

    Bon, vient ensuite le sujet qui fâche généralement et qui explique pourquoi je suis un emmerdeur intersidéral, ce sont les fautes. ALORS ATTENTION. Ne prends surtout pas mal tout ce que je vais dire, loin de moi l'idée de te clasher. Gardes à l'esprit que je ne veux que t'aider ( nan mais... j'suis sérieux êe ) et pas te rabaisser comment veux-tu que j'y arrive avec cette fiche aussi *-*. Même si j'pourrais me montrer chiant à l'extrême, kora. Colonello et Ryohei, sortez de ce corps /bam/ Je vais faire dans l'ordre, ce sera plus simple. Pour une fois, je serais un peu logique /semeurt/ ( oh, et j'ai déjà corrigé ta fiche ;p Quelques fautes ont pu m'échapper, par contre... )

    Premièrement... Tu n'en fais pas tellement, des fautes. À vrai dire, c'est un très bon point pour moi. Par contre, tu as développé le syndrome de ma fiancée ( Kal Lulo ) et d'Ely-chan ( Elikann Mu'Sajeb )... Les accents circonflexes. Bon, libre à toi de ne pas aimer porter de chapeaux... Mais les pauvres lettres, certaines en ont besoin ! D8 Ne les laisses pas crever les pauvres ! Exemple tout bête, dans le premier encadré ( Arme pour être précis ), tu as écrit ça "Extrêmement efficaces, et qui, de surcroit, (...)", mais en fait... C'est de surcroît*. Pareil pour les verbes paraître/apparaître*. Ah, et aussi, pour te montrer l'importance de ce chapeau... Dans le physique, ici "Faites dans un cuir souple que l'usure a du correctement assouplir, (...)", ben... 'du' n'est pas un verbe au participe passé. 'dû*', lui, l'est par contre. Pourquoi ? Juste pour te faire chier, merci merci Victory /bam/

    Deuxièmement, tu oublies parfois certains mots. Moi je trouve ça mignon ( un certain Hamdi est très bien placé pour le savoir 8D ), mais dans un RP, certains de tes partenaires peuvent être super méchants, tu vois D8< ( quoique pas ici, mais bon, faut bien que je me justifie là è____é ). Toujours dans le premier encadré ( au niveau de la 'Famille', cette fois ), ici "(...) et ne se cachant pas de lui faire savoir les très rares occasions où ils se croisent.", on comprend parfaitement ce que tu veux dire, mais là, c'est syntaxiquement la syntaxe, la bête noire des français Victory incorrect. Il faudrait écrire "(...) et ne se cachant pas de le* lui faire savoir (...)"

    Troisièmement, tu as quelques prédispositions pour accorder des mots et leur mettre des 'e' quand il ne le faut pas. Bon, à vrai dire, c'est la seule faute que tu as faite plus d'une fois ( avec les chapeaux melons et bottes de cuir ), donc je la relève en prenant la première qui m'est passée sous la dent. Dans le physique, ici 'Au coin d'une rue, masquée par un container plus haute", c'est... plus haut*. Vu que c'est le container qui est plus haut qu'elle, nan ? °A° 'Fin, je crois.. /pan/

    Quatrièmement... Fais vraiment gaffe, tu te perds parfois dans tes tournures de phrases. C'est la seule grosse faute que j'ai remarqué, et je crois comprendre ce qui t'a induit en erreur. Toujours dans le physique, ici "D'après la finesse des membres, des courbes légères qui se devinent dans l'ombre, il serait juste de penser qu'elle appartient à une femme.", il y a un gros problème. De une, le verbe 'appartient' doit être au subjonctif. Généralement, je dis bien généralement ( et tu es dans ce cas ), après "penser que", le verbe qui suit est au subjonctif. Et là, tu as un défaut de nombre. Il y a certes la finesse des membres, mais aussi les courbes légères. Donc, c'est "de penser qu'elles* appartiennent*", même si ça peut te sembler bizarre d'écrire ça, c'est juste. ;p Le nombre de fois où on fait des fautes parce que la version juste nous semble bizarre... -w-

    Cinquièmement... Bon, là je vais râler, parce que c'est une faute que beaucoup font, voire même que la très grande majorité fait. Toujours dans le physique, ici "(...) du genre de celles qu'on utilise pour se protéger d'une lueur intense, voir aveuglante.", c'est bien voire*. Je te passerai les leçons d'étymologie parce que je vais être encore plus chiant que je ne le suis déjà, mais en gros, voir est un verbe, voire lui est un adverbe. En fait, pour faire la différence entre les deux, c'est plutôt simple ; pour voir, assures-toi que tu puisses le remplacer par 'regarder/fixer/etlesautressynonymes'  et à l'inverse, pour voire, assures-toi que tu puisses le remplacer par 'et encore/et même'. C'est le seul conseil que j'ai à donner, j'suis désolé... ToT

    Sinon, je n'ai plus grand chose à dire sur les fautes. Globalement, fais juste attention aux accents et au subjonctif super chiant de l'extrême, ouais et aux accords, mais sinon, tout est parfait. Ah ouais, juste, un truc qui m'a fait tilté °° "Et sans doute du désert, une fois les adorateurs du serpent mis de côté.", dans le caractère. Ce sont les Adorateurs* du Scorpion* ma belle. o/ Mais ne te flagelles pas, on fait nous-mêmes l'erreur parfois. x) Et franchement, je suis ravi. Mais vraiment. Agartha compte de vrais perles et des styles d'écriture très variés. Tu n'échappes pas à cette règle, ton style d'écriture est vraiment splendide, très bien mené, c'est fluide, et malgré toute la violence de ton personnage, cette fluidité semblable à l'eau qui s'écoule calmement d'une rivière, qui 'apaise' le tout. Ou qui 'renforce' la violence, mais d'une telle manière que ça passe. Je vais m'arrêter là, sinon je pars dans un éloge de trente-six kilomètres.

    Ah ouais. Aussi. Juste. Merci. Merci d'avoir écrit 'arête du nez' et pas 'arrête du nez'. Je t'ai pardonné toutes tes fautes du coup, avoues que c'est du chantage là... Ouais bon, t'étais pas censée le savoir non plus XD /bam/ et dans le contraire, sors de ma tête, elle n'appartient qu'à moi ma tête de fou cinglé ewe

    Bon, venons-en au personnage en lui-même. Pour calmer mes pulsions de fanboy en puissance ( et nan, j'plaisante jamais là-dessus uwu ), on va procéder par étape. Déjà, le premier encadré. Merci. Encore une fois. Je suis un inconditionnel fan des trucs qui paralysent et du feu. Pourquoi Matt kyatise devant des flammes et en oublie ses missions durant un laps de temps plus ou moins court d'après vous... ? XD Donc déjà, very good point, darling. o/ Ensuite... Enfumer les AdS dans leur trou, j'aime cette expression. 8D Mais méfies-toi d'eux, ils ne sont pas aussi cons qu'ils en ont l'air. ... Enfin, en théorie /bam/ Et juste pour mettre les points sur les 'i', personne ne sait comment accéder à leur planque ( sauf par deux ou trois endroits de sable mouvants qui débouchent dans les Galeries Souterraines, sauf qu'ils connaissent ces endroits eux aussi, donc... 8D ), et c'est pour ça que les AdS resteront évasifs dans leur RPs s'ils rejoignent leur QG ( et qu'un AdS n'étant pas à 100% sûr de ne pas être suivi ne retournera jamais à la 'maison' ). o/ Juste pour éviter des situations gros billesques, même si je doute que ce soit toi qui les commencera. x) Après, enfumer de l'AdS... Nan rien à dire, je suis fan de cette expression. XDD

    Pour le physique... Ouais bon, désolé, je vais étaler mon éloge. Putain je t'aime. Bon, déjà, ton style d'écriture envoie du rêve intersidéral. C'est magnifique. Et avec les mots que tu emploies aussi, l'ambiance que tu arrives à instaurer... I love you, baby. Ah oui, deux trucs qui m'ont fait dire "OUAIIIIIIIS ELLE S'EST RAPPELÉE QU'ON EST DANS LE DÉSERRRRRRT ! *Q*". De une... Les lèvres craquelées. My love, I love you. C'est évident qu'avec la chaleur, t'es amené à dessécher si tu ne t'hydrates pas très souvent. C'est un point que je soulève, pour dire que c'est rare de le voir. T-T ( dans une fiche, parce que dans les RPs, c'est moins rare bizarrement... /bam/ ) Et de deux... Les lunettes. C'est peut-être Kane qui t'a piqué ta première paire de lunettes °A° *lâche Sybichoune sur Kanechoune* /crevard/

    Ah ouais, un dernier truc que j'approuve personnellement. Le cuir souple qui, grâce au temps et à l'usure, prend totalement la forme de ton corps, comme un moule. C'est super agréable. C'est le cas de Matt, aussi, même si je ne l'ai pas dit, et mon cas aussi ( même si j'ai dû jeter mes baskets, elles se sont pris une trop grosse flotte et elles n'y ont pas survécu *chiale toutes les larmes de son corps* ). Erhm. Mais je confirme, c'est super confort. *-*

    Le caractère... Oh my god, dear I love you. I really do. Tu étales sa méchanceté, son sadisme, mais d'un autre côté, tu expliques comment elle en est arrivée là et les contrecoups d'une violence trop importante et... Le must, dear. Le big must. À vrai dire, je ne vais pas dire grand chose sur ton caractère, mais c'est ce que j'ai le plus aimé dans ta fiche. Sybille est vivante, se protège à sa manière, mais elle est putainement vivante. Oh que ça fait plaisir de voir des personnages vivants, comme ça. J'me demande vraiment ce que donnerait une rencontre entre elle et ma superbe rousse célibataire, now. 8D ( et GG pour le bouquin qui est vieux. Vraiment GG. )

    Dans l'histoire, venons-en aux points qui fâchent. De une, je vais te divulguer quelques infos sur les Mad Storms, que tu ne devras en aucun cas divulguer ( dans le cadre HRP, inRP ce sera à toi de voir mais évites juste d'en dire trop °° ), mais ce sera par mp. Héhé. Bah ouais. Et ça t'expliquera ( ou pas XD ) pas mal de points obscurs de ce groupe. /o/

    Ensuite, pour le collège militaire... Ce n'est pas possible. Clairement pas. Ou même un collège qui s'en rapprocherait. À 1400, tu as une Académie ( regroupant toutes les classes jusqu'à les diplômes d'université ), qui ressemble plus à un quartier qu'une Académie, mais bref le sujet n'est pas là. Il n'y a pas de collège militaire, et la section qui y prépare ne vise que la théorie et n'est pas aussi dure que l'enseignement prodigué par l'Armée ( et encore, tout dépend dans quel département et quelle division tu es ). Mais pour apprendre les notions de combat à la militaire attention, il faut faire parti de l'Armée, du moins en tant qu'apprenti. Donc, ce que je peux te proposer ; elle a été envoyée dans la section militaire du collège de l'Académie, elle foutait le carnage et n'écoutait personne et était collée quasiment h24. Les profs en ont parlé à l'Armée, et un chef d'unité s'est dévoué pour la prendre sous son aile et lui apprendre quelques notions militaires de combat et la discipline ( infaillible et assez chiante ) de l'Armée.

    Je suis chiant, je sais, mais là... Et je t'ai proposé qu'un schéma, le père de Sybille peut très bien connaître un chef d'unité qui lui apprendrait les bases militaires. Dans tous les cas, si tu es une apprentie de l'Armée, tu vis avec ton 'maître' ( qui a pu la ramener de force dans son enseignement, cela va de soi ). Bref, je suis désolé de te faire modifier ta fiche pour un détail aussi infime, mais j'espère que tu comprendras. T-T Cela n'handicapera en rien la suite de l'histoire, c'est juste le 'collège militaire' qui m'a fait tiqué. -w- Je suis un chieur au service de personne, pour ne pas vous servir... Victory /crève/

    Bon sinon, je n'ai rien de plus à dire sur l'histoire. C'est parfait pour moi. L'histoire est très bien amenée, et à part étaler un éloge de trente-six milliard de kilomètres... ce qu'on va éviter vu la longueur de mon message ( ûwu )... je vais m'arrêter là.

    Encore désolé d'avoir autant tardé et chipoté sur des détails infimes. Tu peux me joindre par mp et mieux, me passer ton skype si et seulement si tu en as envie, attention ; c'est le moyen le plus sûr de me contacter. Et encore... Mais je peux répondre, sur skype, c'est déjà ça. x) Bref. Franchement. C'est un personnage magnifique, tu as style d'écriture magnifique, je suis un admin magnifique comblé.

    Voilà. Je t'aime. C'est définitif. -w-





    Kit 1 de Maxine:
    Sybille Ordant
    avatar

    Citadine
    Messages : 54
    Date d'inscription : 26/07/2015

    Raaaa bazar, ça m'apprendra à me relire TT (pourtant je passe un temps considérable à corriger des textes, mais comme d'hab, dès que c'est sur les miens je vois plus rien...)

    (hehe pour me venger attraper je vais te refiler la liste de celles que j'ai repéré sur le forum *sifflote* que c'est pas beau d'être mesquine ^^ !!!)


    Hu du coup tu as mis que tu as corrigé la fiche ? J'ai pas besoin de le faire oO ? (enfin je vais relire quand même parce que je m'en voudrais de faire faire tout le boulot aux autres).

    Et j'essaierai de me relire mieux que ça in rp ! (bon par contre, je promet pas de réussir tout bien les accents, chapeaux et parois graves et aigus, c'est juste que ça me gonfle de les faire - je me rate les chapeaux à chaque fois - et que j'ai pris la super méga mauvaise habitude de les zapper TT).
    Je suis déçue pour les -e. Ma bête noire habituellement c'est les participes des verbes en -i... faut croire qu'en voulant arranger ça j'ai foiré ailleurs ^^. Ha et je l'ai peut-être pas fait là, mais parfois je mets une majuscule en moins ou en trop...

    'Au coin d'une rue, masquée par un container plus haute >> vouip c'est bien haut. C'est qu'au début il y avait une poubelle, mais la poubelle c'était moins gros et moins classe qu'un container -sans compter l'odeur - et du coup...

    Par contre ici :

    "D'après la finesse des membres, des courbes légères qui se devinent dans l'ombre, il serait juste de penser qu'elle appartient à une femme.",

    J'ai peut-être fait une tournure m****dissimale, en fait je ne faisais pas référence à ses courbes mais à la silhouette de la phrase d'avant...


    Elles sont chouettes hein les bottes ? et en plus elles sentent rien. Sinon plus sérieusement, je peux changer pour la petite mention de l'enfumage des ads dans leur trou. En fait j'ai voulu leur faire une petite référence parce que je parle beaucoup de la ville et tout et tout, mais pas trop des nomades, et je voulais noter que je les avaient pas zappé. Du coup, je peux trouver un autre truc (mais sinon naaaaa jamais du gros bourrin de la mort, et si je manque à ma parole vous pouvez lâcher les chiens et me laisser cramer au soleil !)


    Haa j'attends les infos avec impatience alors, ça éclairera sans doute des petits trucs. Et pas de soucis pour le collège, en fait je me suis un peu doutée que le collège militaire ça ne marchait pas, d'où le "sorte de collège", mais on ne peut pas être parfait ^^. Ta petite solution est très bien du coup ! Je vais m'occuper de ça Cry Happy



    J'ai plus qu'à relire et reprendre alors, je suis contente de voir que le perso plaise, ça faisait un bail que j'en avait pas fait de comme ça.


    Et merci Kristen au fait Cry Happy

    Ne t'inquiète pas, une fois les interrogatoires finis... bon il faut quand même relâcher deux trois personnes quand même (enfin je connais pas encore les Mad storm très bien, il y a peut-être des règle spéciales à prendre en compte, un vivant pour deux morts, ou le contraire quoi !)
    Maxine Frayer
    avatar

    Citadine
    Arme : Deux Katanas
    Messages : 167
    Date d'inscription : 30/06/2014

    Bienvenue demoiselle, j'ai un coup de coeur pour le choix de ton avatar ♥





    Sybille Ordant
    avatar

    Citadine
    Messages : 54
    Date d'inscription : 26/07/2015

    Merci ♥️

    moi j'adore ta galerie, elle est juste trop wouaaaaa ! Si j'avais vu avant je t'aurais demandé un coup de main plutôt que de galérer une nuit à trouver un truc TT


    Un pitit mot pour monsieur le correcteur en chef Very Happy

    Son poids bascule d'un pied à l'autre, chaussés de hautes bottes noires dans lequel son pantalon a trouvé refuge.

    Déjà, je ne crois pas avoir fait faux, mais j'ai eu quand même une grosse interrogation sur le "chaussés" : vu que je dis un pied sur l'autre, au début j'avais mis "chaussé" au singulier, mais vu qu'il y a deux pieds... c'est bien pluriel non ?
    Et maintenant j'ai aussi un gros doute sur "lequel". Ca serait pas plutôt "lesquelles" si c'est dans les bottes qu'on glisse le futal ?
    Maxine Frayer
    avatar

    Citadine
    Arme : Deux Katanas
    Messages : 167
    Date d'inscription : 30/06/2014

    je serais ravi de t'aider pour une prochaine fois si tu le souhaite :3 bon courage pour ta validation!





    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2409
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Moui, je me suis douté que la faute était due à ça, mais tu as changé de phrase, donc ça ne marche plus, tant pis pour toi ♥ bouh que je suis méchant

    Et pour les fautes... Balances-les moi toutes en privé, doit y en avoir pas mal, oui. XD

    Ah nan, ne changes pas. XD C'est très probable que ça arrive, les AdS ont un panel impensable de planques ( naturelles) qui n'ont qu'un but ; attendre d'arrêter d'être poursuivi ( lire: attendre de pouvoir tuer les poursuivants ) avant de rentrer au bercail. D'ailleurs, j'y pense ; le Scorpion Rouge devrait être connu des Mad Storm. Parce qu'elle en dépece pas mal, la petite, et qu'elle ne les laisse pas s'approcher pour autant ( au prix de grosses blessures parfois ), donc...

    Je n'ai plus rien à dire, cette fiche est parfaite, my love ♥
    Et pour les Mad Storm, je te dirais de lire le RP Matt/Damon, t'as des infos dedans ;p





    Kit 1 de Maxine:
    Le Créateur
    avatar

    Messages : 146
    Date d'inscription : 04/04/2014


    Bienvenue !
    ✥ Ici Zeph. J'ai pas trop compris ce que faisais Matt mais bon, il a l'air d'avoir donné le feu vert, donc je te valide! Tu l'as mérité de toute façon Wink

    ✥ Tu peux dès à présent, remplir entièrement ton profil si ce n'est pas déjà fait, recenser ton personnage ici, ton familier, ton arme, et créer une fiche de RP ( ou de Topic ), et une fiche de liens.

    ✥ Je te souhaite encore une fois la bienvenue parmi nous et j'espère que tu te plairas sur Agartha !
    Contenu sponsorisé


    Contenu sponsorisé

    Contenu sponsorisé
    Contenu sponsorisé

      La date/heure actuelle est Mar 12 Déc - 5:43