AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  
Ouvrir CB

Lorsque le passé et le futur se rencontrent...


    A~ Au détour d'une dune, l'ordre rencontre le chaos [Kane & Elikann]

    Partagez
    Elikann Mu'Sajeb
    avatar

    Fils du Serpent
    Arme : Une bourse contenant des éclats de pierres.
    Messages : 92
    Date d'inscription : 02/01/2015

    Elikann était étonné. Il aurait pu l'être après s'être rendu compte qu'il était perdu, ou quand cette silhouette avait commencé à se découper sur l'horizon bleuté. Mais en fait, à chacun de ses instants, il n'était habité que par un léger désappointement, accompagné d'une impatience globalement croissante de retrouver les repères qu'il aurait du croiser deux heures auparavant. C'est cette dernière qui disparut, au profit de la surprise. Non pas que rencontrer un autre humain était particulièrement étrange, dans ce désert, mais c'est une des dernières choses à laquelle il s'attendait. Malgré sa curiosité, son premier reflexe fut de réorienter son chameau, et de partir en arrière avant que l'individu s'aperçoive de sa présence, et tente de briser sa solitaire et joyeuse méditation que lui apportait le voyage. Ladite silhouette se situait cependant droit sur le chemin qu'il supposait devoir emprunter, et repartir en arrière le perdrait sûrement plus que n'importe quoi d'autre.

    Il se stoppa donc, indécis. Il avait peur de cet individu. Enfin, en d'autres temps, il en aurait eu peur. En fait, la principale pensée qui le retenait de s'avançait, était qu'il devait avoir peur de lui, et que l'absence de ce frisson qui l'avait si souvent parcouru n'était absolument pas normale, et qu'il devait s'en méfier, et que cet homme était dangereux, autant que ce désert et l'insouciance.

    Un sourire se forma sur le visage d'Elikann, qui redressa son visage, et reprit son avancée, sans effectuer le moindre changement dans sa trajectoire. Ses propres pensées venaient de l'énerver, et il résolu de les ignorer, laissant libre cours à sa curiosité, qui devenait de plus en plus dévorante à mesure qu'il progressait dans ses pensées.

    Arrivé à quelques cinquante mètres de ce qu'il supposait un homme, qui portait une cape presque semblable à la sienne; il descendit de son chameau, et, à pied, avança jusqu'à ce qu'il jugeait comme étant une portée de voix respectable, et suffisante pour éviter un jet de chakram, ou autre couteau qui pourrait lui trancher la gorge. Il ignorait ses peurs, mais n'était pas totalement convaincu de l'absence potentielle d'agressivité chez cette personne.
    C'étaient également ces pensées qui l'empêchaient de parler. L'air affluait dans ses poumons, mais il n'arrivait à formuler aucune phrase, aucun mot, ou aucune syllabe. Sa bouche s'entrouvrait, mais aucun son ne s'en échappait. Sa crainte bloquait, à présent, presque tout son corps; et celle-ci ne faisait qu'empirer, la terreur que l'homme se retourne s'ajoutant à celle qu'il le tue. Seule une partie de son esprit l'empêchait de s'enfuir en courant. Curiosité, de concert avec  tous les nouveaux sentiments qu'il découvrait, affrontait ses peurs, dans un massacre ayant pour seule issue la souffrance d'Elikann, dont le chaos soudain qui l'habitait tranchait abominablement avec le calme ambiant, aussi bien des grains de sables que de cet homme.

    Elikann se plia en deux, comme frappé au ventre, et laissa échapper une quinte de toux, absolument perdu, et incapable d'imposer encore la moindre forme de contrôle aussi bien sur son esprit que sur son corps, qui commençait à être agité de tremblements.

    L'homme se retourna.
    Kane
    avatar

    Adorateur du Scorpion
    Messages : 228
    Date d'inscription : 17/02/2015


    Besoin de solitude..  


    Ce matin, j’avais besoin d’être seul. Je ne voulais pas être dérangé par les autres membres du clan est encore moins par Ilyria. Je ne lui avais pas encore parlé d’Aloïs et je ne me sentais pas d'affronter son caractère aujourd’hui.

    C’est donc sans rien, pas même un sac que je partis très tôt le matin. Première grossière erreur. Mauvaise habitude qui me vient de Ilyria. Tous nomades savent pertinemment que lorsque ont part dans les dunes, il faut toujours prendre à manger et a boire. Au moins. Mais j'avoue que nous, adorateurs, on a moins de chance de mourir de cette façon que les autres.. Nos traditions, certes dures nous à permis de nous endurcir. Je ne m’en plains pas. J’ai mon compagnon qui ne me laissera jamais, plus fidèle que n’importe quelle personne. Zalty était un scorpion vraiment intéressant pour moi. Il me connaissait, me rappelait à l’ordre quand je perdais le contrôle de moi. C’était un ami hors du commun. Je ne sais pas si les autres considèrent leur animal comme je considère le mien, mais en tous les cas, sa présence m’était précieuse.

    Donc je marchais sans savoir vraiment ou j’aillais. Deuxième grossière erreur. On essaie toujours de voir quelle direction on prenait. Mais bon. Cette erreur ne m'inquiétait pas trop. Je connaissais les lieux. Plus ou moins. J’étais perdu dans mes pensées. Je pensais à cet homme.. Ce pirate qui d’un simple regard m’avait fait perdre tous mes moyens. Aloïs.. C’est étrange, mais maintenant que j’y pense, il me manque un peu. Sa présence, même si au départ me rendais nerveux, me fait quand même du bien. J’étais amoureux. Et ce sentiment me rendait merveilleusement bien..

    Au bout d’un moment, je ressenti une drôle de sensation. Celle d’être observé. Un coup d’œil rapide derrière me fis comprendre qu’en effet, quelqu’un me regardait de loin sur un chameau. J'observais l’ombre sans rien dire avant de me retourner et de faire quelque pas en me stoppant à un moment. Attendant que l’homme vienne. Il mit longtemps à venir. Puis j'endentai le faible son des pieds qui tombe sur le sol. Puis les pas s’avancèrent. Il était assez près pour que je l'entende, mais assez loin pour qu’aucune arme puissent atteindre quelqu'un. Prudent. C’est une bonne chose. Seulement voilà. Il ne parlait pas… Que voulait-il ?

    c’est alors que je me retournais. Il n’allait pas bien. Il toussait. Quand je vis le nomade plié en deux, je m'avançais lentement vers lui et l’observai. Longuement.. Il pouvait agoniser s'il le voulait. Je le regarde encore quand je secouai la tête. Je ne pouvais pas le laisser sans rien faire. Je m’avance vers l’homme au cheveu blond, posant une main ferme mais rassurante sur son épaule. Les frissons qui parcoururent le corps en dessous de ma main me firent froncer les sourcils. Qu’avait cet homme ? Avait-il peur ? La main toujours sur son omoplate, j'attends qu’il se reprenne avant de lui dire, tout bas

    -Comment ça va ? Que c’est-il passé ?


    Je ne fis pas attention à son visage et sa carrure particulière ne supportant pas juger les gens sur leur physique. Je l’observe, ne laissant paraître sur mon visage qu’une simple inquiétude.

    © Fiche par Mafdet Mahes





    Chanson de Kane ^^' c'est lui qui m'a demandé chut Cry Happy:


    Elikann Mu'Sajeb
    avatar

    Fils du Serpent
    Arme : Une bourse contenant des éclats de pierres.
    Messages : 92
    Date d'inscription : 02/01/2015

    Ce n'était pas la première fois que ce genre de crise lui arrivait, si elles méritaient ce nom, mais il n'avais jamais été aussi bouleversé par l'une d'entre elles. Il n'était pas tombé au sol, ou le croyait en tout cas, mais son corps entier était plongé dans une lente paralysie, une léthargie noire et sombre qui occultait ses pensées, et par de là même ses actes. Une conscience, à l'éclat aussi faible que scintillant, lui demandait de réfléchir, de penser, de trouver quoi faire, ou même simplement quoi répondre. Malheureusement, rien ne lui venait; et chacune de ses tentatives de réflexion se soldait par un abandon passif et systématique.

    Ainsi, la dizaine de secondes qu'il passa immobilisé lui parurent durer une courte éternité, et, lorsqu'il en émergea enfin, instaura un chaos sourd et lourd à ses oreilles comme à sa tête. Cependant, avoir réussi à se hisser hors de sa torpeur exhaustive ranima les quelques braises de sa motivation. Il doutait encore de s'en être sorti, mais le contact et le regard rassurants du jeune homme l'avaient plus calmé que ce à quoi il s'était attendu. Même si ce n'était pas cela qui mit un terme à son étrange crise de nerfs. Ses réflexions apathiques avaient fini par lui faire prendre conscience de l'improbabilité de sa réaction, de sa futilité, et des intérêts qu'il aurait à la stopper immédiatement.

    Il était à présent à nouveau debout, et s'éloigna d'un court pas du nomade qui se tenait en face de lui. Son champ de vision fit très rapidement le contour de cette personne, englobant tour à tour son visage, ses épaules, puis le reste de son corps, dont la taille continuait à l'intriguer légèrement. Il était jeune, plus jeune que lui, mais une sorte de dureté, et de maturité marquait son visage, même si cela ne paraissait pas dans ses yeux. En fait, ceux-ci, de pairs avec son visage, ne laissaient pas transparaître quoi que ce soit, sinon un étonnement certain.

    Assez rassuré, Elikann tenta d'afficher un sourire sur son visage, et d'insuffler une certaine confiance dans ses mots.

    << En fait... Je vais très bien. Rien ne s'est vraiment pensé, j'ai simplement... Mal pensé, je suppose. Je m'excuse de vous avoir interrompu, d'une quelconque manière, mais je suis en voyage, autant que perdu, et vous êtes la première personne que j'ai croisé depuis. Accepteriez-vous de m'aider? >>

    Il soupira aussi bien intérieurement qu'extérieurement, rassuré.
    Kane
    avatar

    Adorateur du Scorpion
    Messages : 228
    Date d'inscription : 17/02/2015

    HRP:
    c'est un peu cours désolé ^^


    L'aide d'un AdS ?  


    L'homme en face de moi se redressa et fis un pas de recul pour pouvoir m'observer. Dans une mine un peu surprise, je l'observai. Mon côté AdS me dicter de le manipuler. Cela n'avait pas l'air si dur que ça.. Mais la partie "gentille" de mon être fis dégager cette idée. Cet homme avait besoin d'aide. Il avait en effet l'air perdu. Devrai-je lui dire mon identité de suite ? Ou attendre avant de le faire fuir ?

    Je l'écoutai qu'une d'une oreille. J'étais la première personne qu'il voyait et il voulait que je l'aide. Bien. Jusque-là ok. Mais voudrait t-il l'aide d'un adorateur du scorpion ? Cet homme était un nomade, mais il n'avait pas l'air d'un des miens. Son visage n'avait pas la dureté de mon clan. L'homme avait surtout l'air d'être une personne souffrante. Et très peu sûr de lui. Je le regarde toujours. Un ressentiment de pitié surgi de mon esprit que je repoussai sur-le-champ. Avant de devenir désagréable, je me présentai. Espérant que mon origine ne le fasse pas fuir.

    -Je suis Kane. Adorateur du scorpion.

    Pour confirmer mes dires, j'attrapai ma bestiole dorée et lui présentai.

    -Voici Zlaty. Mon compagnon.

    Je venais de le sortir de sa sieste et il me le fit comprendre d'un coup de pince accompagné d'une infime part de son venin. Je grinçai des dents en sentant le poison engourdir ma main et le replaçai sur mon épaule, sous la cape. Ma main retomba mollement et je fus incapable de m'en servir pendant plusieurs minutes. Je lançai un sourire crispé à l'homme et dit doucement :

    -Il n'aime pas quand on le sorte de son sommeil...

     

    © Fiche par Mafdet Mahes





    Chanson de Kane ^^' c'est lui qui m'a demandé chut Cry Happy:


    Elikann Mu'Sajeb
    avatar

    Fils du Serpent
    Arme : Une bourse contenant des éclats de pierres.
    Messages : 92
    Date d'inscription : 02/01/2015

    Elikann était encore un peu sonné, mais avait suffisamment récupéré pour arriver à réfléchir sans souffrir de maux de tête immédiats. Il sentait une veine pulser à son cou, et entendait son cœur battre, si fort qu'il avait l'impression que tout son corps oscillait au rythme de ces pulsations. C'était les deux seuls symptômes qui ne l'avait pas quitté, mais leur ténacité le perturbait assez. Assez, en tout cas, pour perturber sa perception de ce qui l'entourait, et l'analyse qui en suivait.

    En bref, c'était menaçant. Et il était bien plus troublé que d'ordinaire. L'homme lui avait dit être un Adorateur du Scorpion. Cela ne l'avait pas effrayé.

    Elikann n'en avait jamais rencontré, et encore moins côtoyé. Mais il avait lu, lu et appris, appris et retenu. Cet homme était donc dangereux. Plusieurs zones d'ombres fuirent de sa tête, comme la maturité marqué du visage de son interlocuteur. Et ce fut à peu près le seul effet que lui procura sa révélation : il ne sentait aucun danger.
    Le visage du jeune homme en face de lui n'était pas agressif, même si certains tics, presque infimes, trahissaient qu'il aurait pu le devenir. Il les ignora complètement. Cet homme, qui qu'il prétende être, ne lui paraissait pas dangereux, ne lui faisait pas peur. Il ne remuait rien de la masse sombre de sentiments qu'agitaient ses terreurs enfantines, ses phobies qui hantaient ses cauchemars, les rendant plus horrible qu'ils ne peuvent l'être. Il n'avait pas peur des cauchemars. Mais ceux-ci étaient peuplés d'un amas d'abominations qui, entre toutes, rivalisaient uniquement d'abominable charisme.
    Il se relevait, se préparant à lui faire face avec plus de contenance. Il ne craignait pas cet homme. Celui-ci était menaçant, mais pas impressionnant.

    Celui-ci avait un scorpion dans la main.
    Le Fils du Serpent déglutit.
    Recula.
    L'animal doré attaquait son maître.

    Noir.
    Quelques secondes passèrent. Elikann était plongé à nouveau dans un torrent d'horreur, dont la digue spirituelle venait d'être implosée par cette incarnation phobique.
    Hors de sa tête, il restait immobile. Droit. Le regard perdu, perdu dans quelque chose qui n'était pas visible. Tous les muscles de son corps étaient tendus au possible.
    A l'intérieur, seul régnait un chaos total, hors de la moindre et minime forme de contrôle. Rien ne l'habitait, sinon la peur, sombre et retentissante. Il n'avait plus rien, plus aucune défense. Il ne pouvait que subir la tempête annihilatrice qui, avec un abominable et constant fracas, rependait la destruction.

    Blanc.
    Sous le choc, Elikann ne put que regarder. Le scorpion avait regagné sa place, caché. Peut-être n'avait-il jamais existé. Peut-être n'était-ce qu'une invention de son esprit chaotique, terrorisé par un Adorateur du Scorpion. Il n'en savait rien, et ne supportait pas d'en reparler.
    Son esprit se calma, instantanément, laissant derrière lui une lande dévastée, et vierge. En bref, il revint à la réalité, en un instant.

    L'homme était toujours devant lui, éliminant la possibilité que plusieurs heures se soient déroulées. Il lui lança :

    << Vous avez un scorpion, non? J'ai... Ils me terrifient. >>

    Il voulait parler de sa phobie, mais les quelques syllabes que cela représentait fuirent son esprit avant même qu'il put les envisager.

    Cela faisait deux fois qu'il manquait de s'évanouir. Fatigué, il s'adossa contre le ventre rassurant de son chameau.
    Contenu sponsorisé


    Contenu sponsorisé

    Contenu sponsorisé
    Contenu sponsorisé

      La date/heure actuelle est Ven 18 Aoû - 6:57