Agartha. Un désert, où cohabitaient nomades et sédentaires. Cependant l'assèchement progressif des oasis développa la cupidité des sédentaires qui se mirent en guerre les uns contre les autres. Les cités tombèrent une à une devant ce fléau jusqu'à ce qu'il ne reste que 1400. Les nomades quant à eux préférèrent éviter ces conflits en priant leur Divinité de leur accorder un sommeil de deux millénaires. Mais quand ils se réveillèrent, ils furent non seulement confrontés à des citadins beaucoup plus avancés technologiquement mais aussi à une hostilité tangible. Hostilité contre ces nomades ressurgit du passé mais aussi hostilité au sein même de la ville de 1400. Puis une nouvelle guerre éclata : la Révolution. Est venu à nouveau le temps du choix : se battre ou partir ? Ainsi naquit l’Exode, un mouvement rassemblant nomades et citoyens souhaitant fuir la guerre en partant par-delà les montagnes vers un territoire glacé où vit un peuple étrange.

Lorsque le passé et le futur se rencontrent...


    [FINISHED] Toujours savant ? (Matt)

    Partagez
    Alexie Mitchell
    avatar

    Citadine
    Messages : 387
    Age : 21
    Date d'inscription : 06/04/2014

    Toujours savant ?

    Humiliation

    Cela fait maintenant une demi-heure que je suis devant le laboratoire. Je me tourne les pires scénarios dans la tête et perd petit à petit ma détermination. Comment pourrais-je faire face à mon patron après trois mois sans nouvelles. Va-t-il me renvoyer ? Se sont-ils approprié mes œuvres ? Se peut-il que je sois responsable de la mort de centaines de personne sans le savoir ?!

    Déprimée, je me cache derrière un buisson, repliée sur moi-même et laisse toute mes inquiétudes prendre le dessus. Si ça se trouve, ils m’ont remplacée depuis longtemps déjà… Comment pourrais-je venir faire ma loi et reprendre le travail comme si de rien n’était ? Une petite tête poilue sort de mon sac et me fixe intensément. Ses yeux me disent clairement que je suis pathétique à me morfondre.

    «  - Je sais ! J’ai connu pire, mais les relations sociales n'ont jamais été mon fort… »

    La petite boule de poils commence à protester et se met à me griffer le dos, comme pour me dire de me lever et de foncer. Désemparée, je me redresse et la cache à nouveau dans mon sac en lui indiquant que les animaux ne sont pas autorisés dans les bureaux.

    Je m’avance donc les jambes toutes tremblantes et me dirige vers le lieu de mon exécution, bien décidée à finir cela au plus vite. Je passe la porte d’entrée et sens tous les regards se poser sur moi. Certains sont surpris, d’autres dégoûtés de me voir encore en vie. Je les ignore et prie pour ne pas m’effondrer devant eux. Je ne leur donnerai pas ce plaisir.

    L’accueil se situe juste en face de moi. Plus qu’une dizaine de pas et j’y serais. La secrétaire me regarde étonnée, puis, me reconnaissant, elle devient hostile. Je lui dis d’une voix tremblante que je désire parler au directeur et la blonde éclate de rire.

    « - Vous étiez peut-être importante avant, mais depuis que vous avez décidé de partir, vous êtes devenue une étrangère pour monsieur le directeur. »

    La garce a prononcé ces mots tellement fort, que tout le hall l’a entendue. Je commence à sentir la chaleur me monter aux joues, et les larmes me venir. J’inspire profondément et expire lentement. « Je ne leur donnerais pas ce plaisir. »

    « -Très bien, alors donnez-moi un rendez-vous. »

    Cerbère se remet à rire. Elle s’apprête à recommencer à m’humilier lors qu’un énorme fracas se fait entendre, interrompant pour mon plus grand plaisir la harpie. L’homme responsable du bruit se situe juste à côté de moi. Je me tourne intriguée par sa présence et le fixe bêtement.
    Code de Frosty Blue
    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2391
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    J'aime pas les discussions mensuelles...
    Matt n'était pas énervé, il est énervé. Comme d'habitude, le Général avait dû littéralement l'obliger à grand renfort de coups de pied dans les fesses d'aller dialoguer avec le directeur en Ingénieurie des Savants pour parler de la fabrication et du stock d'armes du département de l'Armée de l'Air. Le Lieutenant avait évidemment traîné des pieds en se cassant deux fois plus la gueule qu'à l'accoutumée. Quand il était arrivé dans le fameux Laboratoire réservé pour les Ingénieurs de l'Armée, le Bleuté poussa un long soupir. La cheffe de la guilde n'était toujours pas là, à croire qu'elle ne pouvait pas assumer d'aimer Kung-Fu Panda... Pourtant c'est bien, Kung-Fu Panda. Matt avait adoré les deux films, mais il n'avait vu que le premier avec Aloïs au cours d'une de leurs journées de course-poursuite interminables.

    Bref, concentrons-nous... Matt entra alors dans le bureau du directeur ( sans frapper ) avec sa tête de gamin qui ne voulait pas y aller et il bâilla de tout son saoûl en fermant la porte derrière lui. Vous savez pourquoi il détestait ces entrevues mensuelles ? Parce que ça finissait toujours de la même façon, le directeur et Matt s'engueulait en haussant le ton ( bien heureusement que la pièce était insonorisée ), engueulades sérieuses ( Matt était un gamin qui engueulait sérieusement quand il n'était pas d'accord ) ponctuées par la maladresse du Bleuté qui l'envoyait régulièrement au tapis. Finalement, cette entrevue se ponctua au bout de deux heures et trente-huit minutes, quand le Lieutenant Reeds ouvrit brusquement la porte du bureau en interrompant sans le savoir une autre conversation.

    - La qualité des armes n'est plus du tout la même depuis qu'Alix Johnson n'est plus là pfeuh ! Au moins elle a raison, la voie de Kung-Fu Panda lui a apporté vachement plus de choses qu'à votre cerveau de raclettes bouillies ! Si ça continue comme ça, le stock d'armes de ce mois-ci va être usé en moins d'une journée et après vous allez m'accuser d'être une brute MAIS JE VOUS SIGNALE QUE POUR DÉFENDRE TOUS LES CITADINS DES PILLEURS ET DES ADORATEURS DU SCORPION, CE NE SONT PAS DES FLEURS-FILETS QU'IL FAUT MAIS DES MITRAILLETTES À FUMIGÈNES AU MOINS ! Vous pouvez m'expliquer pourquoi la Guilde des Ingénieurs de l'Armée est incapable d'en faire depuis qu'Alix n'est plus là pour la diriger, hein ? ON PEUT SAVOIR CE QUE VOUS FAITES DE VOTRE TAF DE DIRECTEUR, HEIN ?! VOUS N'ÊTES QUE DES INCAPABLES TOUS AUTANT QUE VOUS ÊTES !

    Matt claqua la porte derrière lui, violemment, et se cassa littéralement la gueule en bon gamin qu'il était. Il fit coucou de la main à tout le monde avec un sourire radieux sous le regard outré et interloqué de la secrétaire. Notre Gamin leva le regard et croisa les cheveux verts et les lunettes de... non il n'y avait pas de doutes possibles... Il se leva à la vitesse de l'éclair et prit les mains d'Alix dans les siennes.

    - Alix quelle surprise ! Je suis ton plus graaaaaaaaaaaaaaaaaaaand comme ça admirateur !, dit Matt en ponctuant ses dires en faisant d'amples mouvements de bras. Il s'arrêta de bouger et reprit. Alors dites-moi, vous avez réussi à percer le secret de la voie de Kung-Fu Panda ? Vous avez été plus rapide que Pô dites donc !, termina-t-il avec des yeux étincelants d'admiration.

    Alerte Houston.
    Nous avons perdu Matt.
    Le bouton "on" de son cerveau gamin est bloqué.

    Nous avons un grave problème Houston.
    Très grave, même.


    Dernière édition par Matt Reeds le Dim 17 Jan - 21:37, édité 2 fois





    Kit 1 de Maxine:
    Alexie Mitchell
    avatar

    Citadine
    Messages : 387
    Age : 21
    Date d'inscription : 06/04/2014

    Toujours savant ?

    Humiliation x2

    L’homme qui venait d’interrompre la harpie était, comme par hasard, en pleine discussion avec le directeur. Il avait d’ailleurs l’air mécontent. Après avoir violement claqué la porte du bureau, il se dirige vers la sortie et trébuche pour s’étaler de tout son long. Je me mets à rougir en me sentant mal pour lui. Il se met à saluer de manière décontractée toute l’assistance et balaye le hall du regard. Lorsque ses yeux se posent sur les miens, il me reconnaît et se redresse précipitamment pour venir à ma rencontre.

    Comme vous le savez déjà, j’ai horreur d’attirer l’attention, mais mon père et mes cheveux ont décidé qu’il en serait autrement. J’essaye néanmoins d’être le plus discrète possible. Vous comprendrez donc que lorsqu’un jeune homme aux cheveux bleus, aux yeux vairons et ayant tendance à s’attirer tous les regards se dirige vers vous, tout ce que vous désirez c’est un trou pour s’y cacher.

    Malheureusement, dans la vraie vie, il n’en existe pas. Je l’observe donc, désemparée, s’approcher de moi et vire au cramoisi.
    Il prend mes mains et me dit :

    - Alix quelle surprise ! Je suis ton plus graaaaaaaaaaaaaaaaaaaand comme ça admirateur ! Alors dites-moi, vous avez réussi à percer le secret de la voie de Kung-Fu Panda ? Vous avez été plus rapide que Pô dites donc !

    Déjà que je ne me sentais pas bien, mais après ça, je crois que pour une fois je commence à ressentir les effets de la fièvre. Au fur et à mesure que mon cœur s’accélère, mes jambes deviennent de plus en plus cotonneuses, au point qu’il me faut me tenir au comptoir pour ne pas m’écrouler. « Tu as déjà vécu pire, tu peux surmonter cette épreuve. » Je commence à faire des exercices de respiration avant de répondre à l’inconnu en pensant mes mots.

    « - Je suis vraiment désolée, mais je n’ai jamais pratiqué le Kung-Fu Panda, c’est une invention de la Gazette pour s’attirer des lecteurs. Je suis désolée… »

    En larmes, je soulève mes lunettes pour essuyer mes yeux et, pour le réconforter j’ajoute :

    « -Mais ça me fait tout de même plaisir que vous n’ayez aucune aversion pour ce que je suis, Monsieur... »

    .
    Code de Frosty Blue
    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2391
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Alix, it's really you !
    Matt recula précipitamment en voyant Alix reculer et se tenir au comptoir à côté d'elle, en se massacrant la hanche au coin d'une table et en tombant évidemment à la renverse. Les larmes aux yeux, il se frotte la hanche en marmonnant un « ça fait mal eeeeuuuuuuuuuuuh ! » le plus gamin qui soit. Il secoue la tête et sèche ses larmes pour se relever, en entendant des exercices de respiration au même moment. La secrétaire du directeur les regardait tous deux avec un drôle de regard, sans doutes se disait-elle qu'une revenante et le Lieutenant Reeds à côté, ça ne fera pas bon ménage. Mais ces pensées désertent vite notre Bleuté quand il entendit une voix qui s'adressait à lui. Il se retourna alors vers Alix, en hochant la tête à chacune de ses paroles.

    - C'est assez prévisible de leur part de dénigrer dans le dos des autres..., dit-il d'un ton très sérieux avec un visage qui n'avait rien de puéril. Un océan de calme et de patience qui redevint très vite enfantin. Mais, dis... Tu aimes bien Kung-Fu Panda quand même, hein... ?, demanda-t-il d'une toute petite voix.

    En voyant les larmes d'Alix, Matt s'empresse de sortir son mouchoir et d'essuyer lesdites larmes d'un revers de poignet. Il laissa son paquet de mouchoirs à la demoiselle, ayant complètement oublié où il se trouvait et les personnes autour de lui. Il écouta attentivement Alix, comme si ses paroles étaient les paroles sacrées et hocha la tête comme un gamin qui comprenait bien tout ce qu'on lui disait.

    - Ben moi j'suis drôlement content que vous soyez revenue, mademoiselle Alix ! Je suis Matt Reeds, Lieutenant de l'Armée., dit-il en venant la serrer dans ses bras. Enchanté Alix !

    Il se dirigea alors vers le bureau du directeur, un bras autour des épaules de la demoiselle, en lançant des haussements de sourcils stéréotypement dragueurs à la secrétaire pendant qu'il ouvrait la porte dudit bureau. La secrétaire lui lança un regard noir, ce à quoi il répondit en lui faisant coucou de la main avec un sourire de gamin tout content tout joyeux en prime. Il se tourna vers Alix en lui faisant un clin d'oeil de gamin complice une fois qu'ils furent dans la pièce et qu'il avait refermé la porte derrière lui. Le directeur soupira et leva son nez de sa paperasse.

    - Quoi encore... ?
    - Alix Jonhson voulait vous voir, m'sieur. Moi je vais dans ce coin, là-bas, pendant que vous discutez et je ne dérangerai pas vos retrouvailles.

    Matt ne vit ni n'entendit la suite, vu qu'il alla effectivement dans un coin de la salle, sortit son ourson en peluche de son sac de militaire ( ils ont bien dit qu'il fallait emporter tout ce qui est nécessaire à la survie, non ? C'est une peluche que Kristen lui avait offerte peu après leur emménagement ensemble, c'était donc une question de survie que de l'avoir avec lui ) et commença à jouer avec en murmurant doucement. Il est bien beau le Lieutenant de l'Armée de l'Air, accroupi contre l'angle d'une salle à jouer et à parler avec sa peluche...





    Kit 1 de Maxine:
    Alexie Mitchell
    avatar

    Citadine
    Messages : 387
    Age : 21
    Date d'inscription : 06/04/2014

    Toujours savant ?

    Hésitation

    Pendant ma crise de panique, mon étrange interlocuteur s’est encore écroulé sous mes yeux. Décidément, il est vraiment maladroit… Il se relève en pestant et m’écoute clarifier le mensonge de la gazette calmement. J’attends sa réponse avec beaucoup d’appréhension, mais celle-ci vient vite m’apaiser :

    - C'est assez prévisible de leur part de dénigrer dans le dos des autres... Mais, dis... Tu aimes bien Kung-Fu Panda quand même, hein... ?

    Le début de sa réplique me calme et me permet de respirer correctement, cependant, lorsqu’il me demande si j’aime Kung-Fu Panda, un nouvel élan de panique m’envahit. Heureusement, le comptoir de la secrétaire me permet de rester debout et de me rendre un peu plus d’assurance. Mon cerveau se met à fonctionner à plein régime, et je tente de remettre de l’ordre dans mes idées. Je dois donc répondre à sa question. Mais que dois-je dire ?! Il ne faut pas que je le déçoive, mais je ne dois pas mentir non plus… Mon cerveau envoi des messages d’alerte à mes glandes lacrymales, et les larmes se remettent à couler sans interruption. Le seul mot que j’arrive à prononcer est un « Euh… »

    Pitoyable, je suis pitoyable. Une manche me sort de ma torpeur et, par la même occasion, sèche mes larmes. Je le regarde me tendre un paquet de mouchoir et lui souris en le remerciant. Il m’écoute gentiment et me rassure en disant :

    -Ben moi j'suis drôlement content que vous soyez revenue, mademoiselle Alix ! Je suis Matt Reeds, Lieutenant de l'Armée. Enchanté Alix !

    Je trouve bizarre qu’une personne me connaisse et m’apprécie, mais sa gentillesse me fait chaud au cœur. Cependant, lorsqu’il m’attrape et se dirige vers le bureau du directeur, je recommence à lâcher prise. Je n’ai rien contre le jeune homme, mais son assurance et sa franchise vont finir par me tuer. Mon cœur bat tellement vite que je me demande pourquoi il ne s’est pas encore arrêter. C’est donc ça la tachycardie… Ce n’est pas du tout agréable.

    Je me fais donc trainer jusqu’au bureau de mon ancien patron et le lieutenant Reeds me laisse seule face à lui. Le directeur me réprimande donc pendant un quart d’heure en appuyant sur mon manque de professionnalisme et mon irresponsabilité. Il finira tout de même par dire qu’il a encore besoin de moi et que si je veux revenir, il me gardera une place dans l’équipe. Par contre, le poste de chef est déjà pourvu par quelqu’un d’autre et je lui réponds que j’ai besoin de réfléchir et sort du bureau exténuée.

    Une fois dans l’accueil, je me dirige vers le lieutenant accroupis dans un coin de la salle. Je me penche vers lui et lui sourit :

    « -Merci pour votre aide lieutenant, mais je ne suis pas sûre de vouloir retravailler avec eux. Embrassée, je commence à m’incliner en guise d’excuse. Je suppose que vous avez déjà utilisé une de mes créations… Vous savez, j’aime vraiment créer des armes, mais je n’aime pas ce qu’on en fait. »
    Code de Frosty Blue
    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2391
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Ma peluche parle, t'as vu ?
    Matt était en pleine conversation avec sa peluche, il était très sérieux ainsi accroupi et ne semblait même pas se rendre compte qu'il n'y avait que lui qui parlait et que sa peluche ne parlait pas vu que c'était une peluche de base. Lorsqu'un Savant lui fit cette remarque, pour implicitement lui demander de la fermer, le Bleuté se releva brusquement en se tournant et en se cassant la gueule au sol. Mais sa peluche n'avait rien elle, téhéhé, qu'est-ce qu'il est fort le Lieutenant ! ... Il est con... Une fois relevé, il expliqua de manière posée que si, sa peluche parlait. Il s'accroupit à nouveau dans son coin, baissa significativement ses murmures ( qui devinrent alors de vrais murmures ) en reprenant sa discussion sérieuse avec sa peluche.

    Lorsqu'il tourna la tête, ce fut pour entendre un bruit de porte s'ouvrir sur la jeune... Verte ?, et se refermer derrière elle. Matt se leva d'un bond et lui fit un « yoooooooouuuuuuuhooooooooouuuuuuuuuu, je suis làààààààààààààààà ! » en agitant sa peluche. Discrétion ? C'est quoi, ça se mange ? Il alla pour avancer mais se cassa la gueule en réussissant à sauver sa peluche de la chute - ce dont il se vanta à haute voix comme le con qu'il était -, suite à quoi il décida de s'asseoir dans son coin comme un gosse puni... avec un sourire très joyeux aux lèvres. Ouais bon... C'est Matt hein... Lorsqu'elle se pencha vers lui, Matt plaça son bras et sa main sur son visage comme le Penseur de Rodin. Très sérieux, il écouta attentivement les paroles d'Alix, en répondant au sourire qu'elle lui fit ( tout de même, il avait des manières très polies et respectueuses le Lieutenant... ).

    - Vous n'aimez pas travailler avec eux... ? Ils sont méchants comme des oignons qui font pleurer, c'est ça ?, lança Matt d'un ton de gamin sincèrement désolé qui cherchait à comprendre le pourquoi du comment, tout en réconfortant Alix en lui caressant gaminement mais affectueusement le dos.

    Mais quand Alix s'inclina... le Bleuté se leva d'un bon pour s'incliner à son tour. Il se redressa quand elle en fit de même, en poursuivant sa prise de paroles - non, il n'avait toujours pas capté qu'il l'avait interrompue en lui parlant -. Matt sourit en entendant qu'elle aimait vraiment créer des armes mais son sourire disparut avec la suite de sa phrase. Il se gratta la tête, à la manière d'un enfant à qui on pose une colle ; comme si vous lui demandiez de choisir entre deux énooooooooooooooormes oursons de chocolat en guimauve avec une peluche et un paquet de sucettes avec une petite peluche en porte-clefs. Après un long moment de silence, il se leva sans retomber et regarda Alix en penchant la tête.

    - Je comprends très bien ce sentiment ! Mais alors, vous devriez essayer d'inventer des armes mais qui sont des jouets ! Comme un fusil lance-flammes où les flammes sont en fait des langues de chat géantes !, s'exclama-t-il en ponctuant ses dires de grands gestes de bras, qui précédèrent une nouvelle chute vers le sol.

    On demanda à Matt de se taire et il s'excusa, tout penaud, et tira Alix par la manche. Il fallait qu'il la console, après tout elle paraissait si sérieuse... et elle avait pleuré ! Il se tritura les méninges et se leva calmement et regarda chacun des pas qu'il fit. Il prit la Savante par la main pour l'emmener dans un recoin où ils ne gêneraient pas, puis il s'assit sur une des chaises mises à disposition - non, Matt ne savait pas qu'il était dans une salle de repos, ce qui l'avait intéressé était qu'il n'y avait personne - en lâchant la main de la demoiselle.

    - Mais alors, tu vas faire quoi... ?





    Kit 1 de Maxine:
    Alexie Mitchell
    avatar

    Citadine
    Messages : 387
    Age : 21
    Date d'inscription : 06/04/2014

    Toujours savant ?

    Réflexion

    Le lieutenant était en train de jouer avec une peluche quand je l’ai interrompu. Décidément, il est un peu étrange cet homme. Cependant, étant moi-même bizarre, je n’ai fait aucune remarque sur lui et son ours. Il m’a sagement écouté en imitant le penseur tandis que je déballais mon opinion sur les armes. En général, je garde mes avis pour moi, je suis donc surprise de moi-même de m’être ainsi confié à un inconnu. Peut-être est-ce son côté maladroit qui me met en confiance ?
    Sa réponse me confirme l’étrangeté du personnage :

    -Vous n'aimez pas travailler avec eux... ? Ils sont méchants comme des oignons qui font pleurer, c'est ça ?

    Sur ces mots, il commence à me tapoter le dos en guise de réconfort. Ce contact physique fait rougir mes joues et mon cœur se met à battre dans mes oreilles. La panique, comme une vielle ennemie, refait surface et m’envahi. L’embarras, son allié me fait balbutier tandis que je tente de lui répondre sérieusement.

    - C’est vrai qu’ils sont un peu rudes, mais ça ne m’a jamais empêché de travailler. Disons plutôt que je ne veux plus voir personne mourir…

    Soulagée d’avoir pu répondre correctement, je me détends un peu en inspirant profondément. Je ne suis pas à l’aise avec les gens. Les seules personnes avec qui je ne panique pas sont Aloïs, enfin lui c’est surtout parce qu’il m’énerve, et mes anciens collègues, seulement quand je suis en mode boulot.

    Apparemment, le jeune homme est sérieusement en train de réfléchir à mon problème. Il me plait assez, il est gentil et arrive à se mettre à la place des autres. Peut-être pourrions-nous devenir amis ? Je n’ai pas beaucoup d’amis donc je ne sais pas comment on demande une telle chose…

    Matt interrompt mes pensées en se levant brusquement et en déclarant :

    - Je comprends très bien ce sentiment ! Mais alors, vous devriez essayer d'inventer des armes mais qui sont des jouets ! Comme un fusil lance-flammes où les flammes sont en fait des langues de chat géantes !

    Choquée par la réponse du Lieutenant, je reste à le regarder, la bouche ouverte, pendant une bonne minute. Pendant ce laps de temps, le lieutenant m’a conduite vers un coin de la salle où l’on pouvait y trouver des chaises. Je m’assieds et me réveille enfin. Vite ! Il me faut lui répondre ! Mais que puis-je répondre à ça ? Je fis marcher mon cerveau à plein régime pour tenter de trouver une réponse construite sans être vexante. Pendant ce temps Matt m’a demandé sérieusement ce que j’envisageais de faire. Une fois la réponse dénichée, je baisse la tête en rougissant et murmure :

    - Le soucis avec les jouets est que même une personne sans connaissances approfondies sur le sujet peut en créer. Par exemple, mon ami d’enfance n’arrête pas de détraquer mes armes pour en faire des jouets. Je ne pense donc pas que ça serait un véritable défi pour moi, mais je ne sais vraiment pas quoi faire…

    Ce moment d’angoisse passé, je relève la tête et réalise où on est. Je rougis et dis à mon compagnon :

    - Euh… Pourquoi ne pas aller prendre un café pour en parler ?
    .
    Code de Frosty Blue
    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2391
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Ma peluche parle, t'as vu ?
    Tout fier et tout content d'avoir pu détendre Alix, Matt se creusa les méninges pour trouver quelque chose à dire qui lui ferait plaisir. Elle en marre de voir les gens mourir, c'est ça ? Ben alors... Réfléchissant à toute vitesse tout en lissant gaminement la barbichette qu'il n'avait pas, il se mit à penser aux chamallows et à l'expression « donner sa langue au chat ». Il se releva d'un coup en exposant l'idée du siècle à Alix, peut-être avait-il parlé un peu trop fortement ( mais en même temps, un Matt qui ne fait pas beaucoup de bruit n'existe pas ) ( ça se saura depuis le temps... ) ( en fait non, c'est impossible ). On l'incendia pour avoir trop de bruit et, tout penaud tout désolé, Matt s'excusa de sa bourde et emmena la Kung-Fu Pandatrice, erhm pardon, la Savante dans une salle où il y avait personne.

    Alors quand il la vit baisser la tête à nouveau, le rouge au joues, Matt pencha son visage pour voir ses yeux. Elle avait pleuré tout à l'heure et elle avait fait le même geste ! Comprenez-le le pauvre petit, il ne voulait pas la faire pleurer voyons ! Il recula et se gratta la tête, s'apprêta à poser une autre question mais la Savante lui répondit. Attentif, il l'écoute très attentivement en hochant la tête comme le gamin qu'il était. Oh. OOOOOH ! Elle voulait donc relever un défi que quelqu'un lui avait posé ? Mais il fallait le dire plus tôt ! Afin de s'en assurer, Matt posa une question, qui eut très rapidement sa réponse. Prendre un café pour en parler, ça... ça voulait dire qu'il avait bel et bien raison.

    - D'accord ! On y va !

    Il commença à courir mais il se prit une chaise et se cassa la gueule en faisant tomber ladite chaise... MAIS IL ÉTAIT TOMBÉ SUR LE SOL ! Il était trop fort. Matt se gratta brusquement le sommet du crâne en repensant à ce qu'avait dit Alix. Bah ouais... Quelqu'un lui avait fait un défi... OH ! Mais c'est bien sûr !

    - Alors, alors, peut-être que tu devrais créer des bonbons qui sont en fait des armes ! Mais pas des armes dangereuses, des armes qui ne font qu'endormir tu vois ? Comme ça pas de mort, la tension redescend et on peut en discuter posément quand tout le monde se réveille ! Elle est géniale mon idée, hein, hein, avoues qu'elle est géniale hein ?, dit-il, sa question étant accompagné de l'haussement de sourcil dragueur.

    Il se releva pour faire un pas et se recasser la gueule dans un « Aliiiiiiiiiiiiiiiiix, le sol il est méchant avec moiiiiiiiiiiiii. » prononcé d'une voix boudeuse, désespérée et larmoyante. Par pur esprit de contradiction, il s'assit sur le sol et croisa ses bras sur son torse. Non mais vraiment, c'était lui le Lieutenant, c'est lui qui commandait ; donc même le sol devait lui obéir. C'pas juste qu'il tombe, il avait mal lui... Il se souvint soudainement de la proposition d'Alix et se leva d'un bond en se retournant vers et en prenant ses mains dans les siennes.

    - Tu voulais aller prendre un café en ville, ou bien il y a une machine à café dans le coin ?, demanda-t-il de sa voix de gamin avec une bouille joyeuse et des étoiles dans les yeux.





    Kit 1 de Maxine:
    Alexie Mitchell
    avatar

    Citadine
    Messages : 387
    Age : 21
    Date d'inscription : 06/04/2014

    Toujours savant ?

    sortir

    Matt accepte ma proposition avec entrain. Il se lève et court hors du coin repos. Malheureusement, sa maladresse revient et le lieutenant s’étale en faisant tomber une chaise au passage. Je baisse la tête et rougis, intimidée par les regards posés sur nous. Déjà que je ne suis pas appréciée ici, s’il se met à attirer leur attention, les savants vont en profiter pour me disséquer du regard. Aussitôt dit, aussitôt fait. Les murmures fusent et me font devenir écarlate. Le lieutenant a l’air d’aller bien c’est l’essentiel. Le reste il ne faut pas y faire attention. Apparemment éclairé par un coup de génie, Matt me propose une idée d’orientation :

    - Alors, alors, peut-être que tu devrais créer des bonbons qui sont en fait des armes ! Mais pas des armes dangereuses, des armes qui ne font qu'endormir tu vois ? Comme ça pas de mort, la tension redescend et on peut en discuter posément quand tout le monde se réveille ! Elle est géniale mon idée, hein, hein, avoues qu'elle est géniale hein ?

    Il est vrai que son idée n’est pas mauvaise. Pas l’idée des bonbons, mes celle des armes chimiques. L’industrie de l’armement chimique connait un véritable essor, mais ce n’est pas ma spécialité. Je vais donc avoir du mal à me remettre à niveau. Je pourrais sinon entièrement me consacrer aux robots. Peut-être commercialiser mes robots chiens, on mes robots ménagers. Absorbée dans mais pensées, je n’ai pas vu le lieutenant tomber par terre, ce n’est que lorsque j’ai entendu : « Aliiiiiiiiiiiiiiiiix, le sol il est méchant avec moiiiiiiiiiiiii. » que je l’ai vu assis par terre en train de bouder.

    Un sourire se dessine au coin de mes lèvres. Je commence à l’apprécier de plus en plus. Il est peut-être maladroit, mais il a bon fond et ne me traite pas comme une machine. Le lieutenant de lève d’un bond et me lance :

    - Tu voulais aller prendre un café en ville, ou bien il y a une machine à café dans le coin ?

    Timidement je luis répond que je pensais plutôt à un café en ville. En effet, je commence à sentir le suricate s’agiter dans mon sac. Il me fait comprendre qu’il n’en peut plus et veut sortir. Je prends donc mon courage à deux mains, et tire le lieutenant vers la sortie.

    Une fois dehors, j’ouvre mon sac et laisse la bête enragée sortir et me couvrir de griffures. Je tourne ma tête vers le lieutenant et lui dis avec un sourire gêné :

    -Je suis désolée, mais il avait vraiment besoin de sortir.

    Code de Frosty Blue
    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2391
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Oh, un suricate !
    Matt avait fait son bond en avant pour prendre les mains d'Alix dans les siennes, tout content qu'il était de s'être souvenu de la question de la Savante, tout joyeux aussi à l'idée d'aller prendre un verre de lait. C'est très bon le lait entier d'abord ! Et non il n'avait pas passé l'âge d'en boire, c'est quoi ces manières il est Lieutenant il fait tout ce qu'il veut. Et na ! Il vérifia auprès de son amie qu'elle parlait bien d'un café en-dehors des laboratoires, parce que le lait ici ne devait pas être très bon ( trop chimique ) ( ah bah oui, les laboratoires font que des trucs chimiques ou physiques ). Il vit Alix s'approcher de lui avec des étoiles dans les yeux et... hein ? Comment ça elle le tirait quelque part ? Mais il n'y avait que Kristen qui le faisait !

    Une suite de paroles inintelligibles sortit de ses lèvres tandis qu'il bégayait comme un gamin tout rouge, si ce n'est que lui était rouge homard cuisiné à la sauce tomate pimentée ( rouge le piment ), et il trébucha en se cassant la gueule la tête la première au sol dès le premier pas esquissé. Tout paniqué, il la suivit en regardant bien autour de lui. Si jamais son Kristounet d'amour le voyait, il risquait la peinture rose... Il ferma brusquement les yeux, n'osant même pas imaginer la simple possibilité de pouvoir revivre un tel... traumatisme. Mais vu que c'était Kristen... Et qu'il était à l'hôpital et que le Général n'était pas là... Matt transit de peur ouvrit les yeux et tourna la tête de gauche à droite en se prenant un recoin de la porte. Le Général n'était pas là, en effet. Il marchait toujours derrière Alix, mais quand elle s'arrêta le Bleuté se cassa la gueule juste à côté d'elle. À peine il rouvrit les yeux qu'il fit un bond en arrière.

    - AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! ... Oh un suricate ! Il est si mignon..., lança Matt d'un ton de gamin émerveillé et admirateur devant le suricate griffant avec amour la Savante afin de lui dire bonjour.

    Ce suricate avait tant d'attention pour sa maîtresse ! Il finit tout de même par arrêter et Matt s'approcha en gamin tout timide tout impressionné. Il tendit la main vers le petit bonhomme, qui se fit bien évidemment griffer. Les yeux du Bleuté ressemblaient à la voie lactée tant il était émerveillé.

    - Coucou toi... Tu as faim, non ? ALLEZ VIENS, ON VA ALLER DANS UN CAFÉ POUR TE NOURRIR !, lança Matt en brandissant ses bras en l'air.

    Il se leva tellement vite qu'il en tomba à la renverse, non sans rire aux éclats. À son tour, il prit la main d'Alix et l'amena dans un des trams suspendus pour aller dans le Centre-Ville. Il descendit avec elle, tapotant affectueusement la tête du suricate en se dirigeant vers un bar quelconque.





    Kit 1 de Maxine:
    Contenu sponsorisé


    Contenu sponsorisé

    Contenu sponsorisé
    Contenu sponsorisé

      La date/heure actuelle est Mer 22 Nov - 12:14