AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  
Ouvrir CB

Lorsque le passé et le futur se rencontrent...


    Efforts de sociabilités [pv Néo]

    Partagez
    Zayn Aresham
    avatar

    Citadin
    Arme : Gantelets métalliques et fusil d'assaut
    Messages : 91
    Date d'inscription : 21/01/2016

    La porte de mon appartement se referma derrière moi, et je poussai un long soupir, comme si je voulais expulser tout l'air de mes poumons. Moi qui n'aimais pas être pris au dépourvu, que les choses ne se passent pas comme je l'avais prévu… J'avais été servi, ce jour-là. Entre une partie du matériel qui ne fonctionnait pas correctement, plusieurs soldats tombés malades la veille… J'avais eu mon compte de problème de dernière minute à régler. Au moins, j'avais réussi à rattraper la situation...

    Teigne vint se frotter à mes jambes en ronronnant alors que j'arrivais dans ma chambre, et un coup d'oeil à la forme du lit m'apprit qu'elle y avait fait sa sieste de la journée. Je me penchai pour la caresser brièvement, sans parvenir à dissiper mon agacement ni la tension de mes muscles. Moi qui appréciais de me reposer en rentrant chez moi… Je doutais que m'écrouler sur mon canapé me permette de penser à autre chose.

    C'est pourquoi je changeai d'idée et allai juste récupérer des habits civils dans mon armoire, prenant ensuite la direction de la salle de bain. J'avais les mains encombrées et je ne regardais plus vraiment mes pieds, faute de pouvoir le faire aisément. Et l'un de mes pieds heurta un obstacle, qui se déroba avec un feulement de protestation.

    "Tei, mais fais attention ! Tu ne vois pas que ce n'est pas le moment ?" râlai-je en rétablissant mon équilibre comme je le pouvais.

    Je la cherchai ensuite du regard, inquiet. Mais elle était remontée sur mon lit d'un air outré, et j'en déduisis que je ne lui avais pas réellement fait mal. Je haussai les épaules pour chasser cet incident de mon esprit et allai me doucher, passant un long moment sous l'eau chaude. J'en ressortis moins tendu, mais toujours agacé, et je me retrouvai à tourner en rond dans mon salon, incapable de me décider sur ce que j'allais faire.

    Si je n'arrivais pas à faire quelque chose de productif chez moi, inutile d'y rester. Sinon, je ne ferais que perdre du temps, et c'était la pire chose à faire. Après avoir nourri Tei, je jetai une veste sur mes épaules et partis pour le centre-ville. Quitte à ne rien faire de particulier, puisque je ne me sentais pas de m'entraîner, autant passer un bon moment.

    J'entrai dans un bar où je me rendais régulièrement, haussant un sourcil en repérant une figure connue, un peu plus loin. Mais une figure connue ne voulait pas dire qu'il s'agissait de quelqu'un que j'appréciais… Néanmoins, je me convainquis d'au moins le saluer. La sociabilité exigeait des corvées de ce genre pour que je ne sois pas quelqu'un de trop désagréable…

    "Bonsoir, déclarai-je une fois arrivé en face de Néo, accompagnant mon salut d'un hochement de tête. Comment allez-vous ?"

    Et dès que je me serais acquitté des politesses d'usage, je prendrais congé pour aller m'installer au bar et avoir ce verre que j'étais venu chercher…

    "Je ne vais pas vous déranger longtemps, j'étais venu me détendre devant un verre."




    Norya Rahal
    avatar

    Favorite de la Gazelle
    Arme : Une paire de Saï
    Messages : 101
    Age : 21
    Date d'inscription : 13/01/2016

    C'est quand la chaleur devient étouffante et que la soif se fait ressentir que Néo décide de s'arrêter de courir. La poussière de sable qui s'envole lors de son arrêt un peu "glissé" le fait éternuer. Il regarde les dunes, admirant l'étendue du désert. Une couleur froide, deux couleurs chaudes. Le bleu azur du ciel, le jaune s’instillant du soleil et l'orange pénétrant du sable rendait la vie à la fois magnifique et éblouissante, aveuglante.
    Essoufflé, il tourne les talons pour retourner à la ville. Buvant un peu d'eau de sa gourde, il retourne chez lui. Sa voisine n'étant pas là, le jeune militaire ne s’attarde pas. Rentré, il ferme la porte doucement. Après un petit étirement, il prend dans son armoire ses habits de "sorties" et se dirige vers la salle de bain. Retirant lentement ses vêtements, Néo chantonne calmement avant de se glisser sous l'eau. Les yeux fermés, la bouche entrouverte, le jeune homme profite de la caresse du liquide sur sa peau drôlement réchauffée. L'eau fraîche lui fait le plus grand bien.

    Après sa douche, une fine odeur boisée parfume sa peau et il sourit. Il inspire profondément et se rhabille. À l'aide de son peigne, il démaille ses cheveux humides, toujours avec un petit air musical, enjoué. Il enfile sa veste et ressort. Bonnie n'est toujours pas. Dommage. Il l'aurait bien invité boire un verre. Du coup, avec un sourire, il prit la direction d'un bar, celui qu'il apprécie le plus. Il s'assoit au bar, commande un grand verre de jus d'orange. Pas d’alcool non. Néo ne boit plus depuis qu'il n'a goûté aux effets d'une drogue. L'alcool, certes, moins fort a la capacité à réduire les sens. Alors étant sniper, le jeune homme préfère garder ses sens justes. Il sirote lentement son jus quand il entend une voix qu'il connaît assez bien. C'est Zayn, son lieutenant qui s'approche.

    -Hey ! M'sieur Aresham ! J'vais super bien, la forme ! Et vous ?

    La suite de ses paroles firent légèrement rire Néo qui réplique en souriant :

    -Vous m'dérangez ? Non vous inquiétez pas. Je suis venu pour la même chose.

    Néo sait que son comportement insupporte son chef alors il se retient, mais son côté enfant ressort souvent quand il n'est pas en mission. Il sourit à Zayn, se gratte nerveusement la tête avant de prendre une autre gorgée de sa boisson et ferme les yeux pour prendre une grande inspiration.
    Zayn Aresham
    avatar

    Citadin
    Arme : Gantelets métalliques et fusil d'assaut
    Messages : 91
    Date d'inscription : 21/01/2016

    Rien qu'à la manière qu'eut Néo de répondre à mon salut, je dus contenir un soupir d'agacement. Je ne savais pas si c'était surtout dans ses propos, sa formulation, ou bien son ton, mais il y avait un côté nonchalant, désinvolte… Ce n'était pas réellement un défaut, mais c'était quelque chose qui ne me mettait pas à l'aise, qui me gênait. Je ne savais pas si j'étais censé imiter son attitude, si j'allais paraître stupide si je restais-moi-même…

    Néanmoins… Je pouvais essayer de faire abstraction de la forme, pour me concentrer sur ce qu'il me disait, au fond. Autrement dit, répondre à la question qu'il me renvoyait. Quitte à avoir sacrifié un moment de tranquillité pour ne pas paraître trop impoli ou solitaire… Autant le faire convenablement.

    "Je vais bien, même si la journée m'a agacé. Je suis venu me changer les idées avec un verre," expliquai-je tout de même, brièvement.

    Une fois cela fait, je n'avais plus vraiment de raison de m'attarder : je m'étais rapproché de lui pour le saluer, sans plus. Je n'avais pas la moindre envie de passer la soirée à m'agacer de son comportement… Ce n'était pas le jour pour ça. Ce n'était jamais le jour pour ça, en un sens, mais encore moins actuellement, avec la mauvaise journée que j'avais déjà passée.

    C'est pourquoi je me retins de serrer les poings à sa réponse. Je me doutais qu'il était venu pour boire un verre, nous étions dans un bar. Mais cela m'empêchait de le quitter immédiatement… L'avait-il fait exprès, ou bien avait-il vraiment pensé que je craignais de le déranger en restant à côté de lui mais que j'en avais envie ? Je ne savais pas si je préférais l'imaginer mesquin ou naïf…

    "D'accord," me contentai-je de répliquer, sans étouffer entièrement le côté sec de mon ton.

    Ne voyant pas de raison de partir, je dus m'installer au bar à côté de lui, évitant, sans doute de manière visible, de tourner le regard vers lui. Si j'avais voulu passer la soirée accompagnée, il ne serait certainement pas celui que j'aurais choisi pour cela…

    "Une bière, commandai-je, avant de me résigner à faire un petit effort pour relancer la conversation. Tout s'est bien passé pour vous, aujourd'hui ?"

    Puisque j'étais condamné à être assis à côté de lui, étant donné que je ne voulais pas être trop impoli sans raison valable envers un autre soldat, je pouvais faire quelques efforts pour ne pas être trop antipathique. Quelques. Au moins pendant un temps. S'il ne m'agaçait pas trop…

    "Je ne savais pas que vous veniez ici, je ne vous y avais jamais vu."




    Norya Rahal
    avatar

    Favorite de la Gazelle
    Arme : Une paire de Saï
    Messages : 101
    Age : 21
    Date d'inscription : 13/01/2016

    Néo joue un instant avec son verre de jus d'orange, faisant tourner le liquide dans le verre, observant sa couleur préférée après le jaune. Néo a toujours aimé les couleurs chaudes. Jaune, orange et rouge. Perdu dans ses pensées, ce qui est assez rare, sans doute la fatigue de la course, Néo porte son verre à ses lèvres et bois lentement.

    La réponse de Zayn le fait froncer les sourcils un instant. Il ouvre la bouche pour lui demander ce qu'il avait agacé avant de ravaler ses mots. L'agacer davantage ne serait vraiment pas une bonne idée. Il était rare pour le blond de passer un moment hors travail avec son chef, et, l'énerver n'était pas dans ses projets. Il était venu ici pour se détendre, pas pour parler avec un de ses soldats enfantins et se prendre la tête avec son humour qui, en plus, ne lui plaît pas.

    Néo sourit face à ses pensées et décide de ne pas aller chercher les noises à Zayn. Lorsqu'il lui demande comme sa journée ses passées, Néo eut un moment de réflexions pour ne pas trop laisser d'humour. Là c'est inutile et il le sait. Ses mots sortirent de façon calme.  

    -Ce fut une belle journée pour moi.

    Toujours autant souriant, le sniper observe à nouveau son verre et bois à nouveau. Le goût de l'orange et délicieux et Néo ferme les yeux pour ne les rouvrir qu'à la réflexion d'Aresham. Néo échappe un petit rire avant de répondre.

    -Je suppose que nous avons nos moments préférés pour venir.. J'aime quand il y a du monde, du bruit des rires. Des gens prêts à écouter mes vannes..
    Zayn Aresham
    avatar

    Citadin
    Arme : Gantelets métalliques et fusil d'assaut
    Messages : 91
    Date d'inscription : 21/01/2016

    Une belle journée pour lui… Je me retins de répliquer d'un ton trop agacé ou mauvais, quand bien même je l'étais. Savoir que d'autres avaient eu une mauvaise journée n'aurait rien changé à la mienne, factuellement. Mais qu'il me dise, avec le sourire, que lui avait passé une belle journée alors que, moi, j'en étais réduit à essayer de trouver le calme dans un verre d'alcool… Je m'en sentais agacé, comme insulté.

    Néanmoins, je me contentai d'un sec hochement de tête, conservant le silence. Je ne voulais pas me prendre un peu plus la tête en m'énervant avec l'un de mes hommes, compétant qui plus est. J'aurais préféré ne pas le croiser, tout simplement, ou ne pas avoir à lui faire la conversation. Je n'adorais pas faire la conversation, de toute manière.

    J'aurais pu me contenter de rester à boire en silence, pour lui indiquer que je ne voulais pas être avec lui. Mais, quitte à avoir une mauvaise journée jusqu'au bout, je pouvais achever de la perdre en m'efforçant d'être un minimum aimable. Et la réponse qui me fut adressé me tira, en dépit de ma résolution, un profond soupir.

    "Pour le bruit, les rires et le fait d'apprécier vos "vannes", comme vous dites, vous devriez vous rapprocher d'autres personnes. Je ne suis pas quelqu'un de rieur, et il est très rare que je sois sensible à des blagues. A part pour refaire le portrait de ceux qui en font à mon égard, bien sûr."

    Oui, j'étais une brute, et je l'assumais complètement. Néo devait, au demeurant, déjà le savoir. C'était même devenu mon surnom, par conséquent, je doutais que quiconque dans l'armée l'ignore… A moins que certains ne pensent que c'était une exagération. Mais là n'était pas la question, et cela m'était, à vrai dire, complètement égal. Tant mieux pour eux s'ils pouvaient vivre sans se retrouver détrompés violemment sur mon compte.

    "Et je suis encore moins bien disposé que d'habitude envers les blagueurs. Je ne comprends pas que l'on perde du temps à plaisanter alors qu'on pourrait avoir bien mieux à faire. Quelque chose d'utile, notamment."

    Mes jugements avaient souvent tendance à manquer de nuances, on me l'avait souvent dit. Mais je n'éprouvais pas de gêne à vivre avec des jugements extrêmes, pas plus qu'à l'idée que certains me le reprochaient.

    "Donc je vous serais reconnaissant de m'épargner votre humour," terminai-je, sans crainte d'être impoli : je n'en avais rien à faire.

    [Hrp : Vraiment désolé pour le temps de réponse, j'ai eu un gros passage à vide niveau rp >__<]




    Norya Rahal
    avatar

    Favorite de la Gazelle
    Arme : Une paire de Saï
    Messages : 101
    Age : 21
    Date d'inscription : 13/01/2016

    Néo observe son chef, cherchant à savoir ce qu'il a. Après s'être dit qu'il a peut-être rien de bien important. Qu'il est comme cela naturellement. Son commentaire sur sa façon de "refaire le portrait" fis sourire Néo malgré lui.
    Il finit son verre et le pose doucement sur le bar. Il passe ses bras derrière la tête, étale ses jambes, comme s'il se trouvait sur un transat au soleil. Les yeux clos, il inspire profondément à mille lieux d'imaginer que cette position pourrait agacer la brute.

    Le second commentaire de Zayn ne surprend pas vraiment Néo, mais il se relève et s'assoit correctement.

    -Dites, chef, pensez vous réellement que faire en sorte qu'une mission pénible soit considérée comme un calvaire moins chiant grâce à quelques blagues soit une perte de temps ? Vous préférez des hommes dépités et déprimés que des hommes motivés et contents d'aller en mission. Des hommes qui voient une mission dangereuse avec plus d'optimistes ou des hommes qui vont au front comme des âmes en peine ?

    Il laisse une pause assez long avant de reprendre sur un autre sujet.

    Vous êtes peut-être ronchon, vous êtes sans aucun doute une brute. Vous êtes fidèle à vous-même. Je suis un gosse qui passe mon temps libre à dire des conneries plus grosses que moi. Je suis fidèle à moi-même.

    Néo parle avec un sérieux qui ne lui ressemble pas. Il regarde ses mains un instant avant de se lever.

    -Je vous laisse tranquille. Si une urgence quelle qu'elle soit vous parvient, je ne serai pas loin.

    Il commande un nouveau verre de jus d'orange et se dirige vers une table vide, au fond de la pièce, dos au reste du monde, face au mur. Quand sa nouvelle commande arrive, il la sirote les doigts cognant doucement la table au rythme d'une chanson..

    La musique en question avec la quelle j'ai écris:
    Zayn Aresham
    avatar

    Citadin
    Arme : Gantelets métalliques et fusil d'assaut
    Messages : 91
    Date d'inscription : 21/01/2016

    Je fronçai les sourcils face à la tirade que me sortit Néo pour… quoi, me convaincre du bien-fondé de l'humour lors des missions ? C'était l'impression que j'avais eue au début, mais les phrases suivantes… me semblaient sans le moindre rapport avec le point de départ. Selon lui, avec quelques blagues, les militaires étaient motivés, contents et voyaient les choses avec optimisme, alors que sans, ils étaient dépités, déprimés et comme des âmes en peine… ?

    A moins que ce ne soit justement une plaisanterie ? L'humour n'était pas mon fort, je le savais, et il m'était arrivé de ne pas le reconnaître alors que c'était, selon les dires des autres, relativement évident. Mais là, j'avais beau faire, je ne voyais vraiment pas comment prendre cela pour une plaisanterie...

    "Vous excluez l'éventualité que certains soldats puissent ne pas apprécier les blagues faites, et que cela ait donc l'effet inverse, il me semble. Et même ainsi… Vous pensez que les membres de l'armée ont besoin de plaisanteries, sinon ils sont déprimés d'accomplir leur devoir et de protéger 1400 et ses habitants ?"

    Je le fixai avec une relative perplexité à ses affirmations sur nous deux. Qu'il rappelle que j'étais une brute ne me dérangeait pas, je ne m'étais jamais senti insulté de me faire traiter ainsi. Et j'étais, de toute évidence, plutôt de mauvaise humeur. Mais à nouveau… quel rapport ? Je ne le comprenais décidément pas…

    "Tant que vous faites votre travail correctement, ce qui est le cas, et que vous ne m'ennuyez pas avec votre humour, faites ce que vous voulez. Je ne vous ai jamais interdit de plaisanter, je vous ai juste conseillé de le faire avec ce qui l'apprécient."

    Il décida malgré tout de partir, et je haussai les épaules avant de le saluer d'un "Bonsoir". S'il ne voulait pas poursuivre la discussion, qu'il parte dans son coin. Je n'allais pas me mettre à courir après les gens s'ils voulaient me "laisser tranquille", après tout, alors...Qu'il aille boire dans son coin.

    J'avais à peu près terminé mon verre lorsque des éclats de voix, plus loin, attirèrent mon attention. Deux groupes d'ivrognes qui commençaient à échanger des insultes, visiblement… J'eus un soupir lassé et avalai le reste de ma boisson avant de me retourner pour jauger la situation. Avais-je besoin d'intervenir… ?

    Je ne tardai pas à être convaincu que oui, puisque l'un des hommes envoya son poing dans la figure d'un autre, déclenchant, le temps que je me rapproche d'eux, une bagarre générale entre les deux groupes. J'étais mal placé pour reprocher à des gens de faire appel à la violence, mais… Je ne pouvais pas vraiment laisser passer ça.

    "On se calme, immédiatement. Ou je saurai vous ramener à la raison ; je fais partie de l'armée."

    Et si ça ne suffisait pas à les calmer, ou qu'ils se retournaient contre moi, je n'aurais qu'à en assommer deux ou trois...




    Norya Rahal
    avatar

    Favorite de la Gazelle
    Arme : Une paire de Saï
    Messages : 101
    Age : 21
    Date d'inscription : 13/01/2016

    Les pensées du jeune militaire fusent dans tous les sens. Il avait un peu vexé son chef avec cette histoire de l'humour au combat. Il sait qu'il aurait pu davantage approfondir ses paroles. Néo se mord la lèvre gênée. Jamais il n'aurait pu penser être comme cela après une gaffe. En général, cela le faisait rire de gaffer, mais là, pour le coup, Néo s'en voulait et c'est pour cela qu'il était parti à une table dans le fond.
    Son verre à moitié vide, il se cale le dos au mur et ferme les yeux. Un sourire aux lèvres, il profite du calme de sa petite bulle. Limite, il aurait pu s'endormir là. Mais un homme s'assoit en face de lui.

    -Hey ! Arslan ! Cela gaze ?

    Cette voix.. le jeune homme ouvre les yeux al logeant son sourire et se redresse pour se retrouver devant un vieil ami.

    -Mu'Bassim ! cela fait un bail ! Moi tranquille écoute. Et toi quoi de beau dans le désert ?

    -Eh bien, j'ai ouvert mon archerie avec quelques cibles pour que les clients puissent essayer. Je fais des arcs ! Et toi, tu as réalisé ton rêve, il paraît ? tu es militaire ?

    -Oui. Je suis Sniper. Je ne pensais pas te voir ici !

    C'est cool ! Je suis content que tu es enfin fait ce que tu voulais ! C'est une bonne chose. Et les amours ?

    -Les amours ? Néo se met à rire. Je suis célibataire et heureux ! Je ne cherche pas à avoir une femme. Je préfère savoir que, lorsque je pars en mission, personne ne m'attend à la maison, effrayer et à se demander si je vais rentrer.  Et toi ?

    -Je suis Marié. Avec une femme très belle. Luna Amel Ines.. Ah.. Elle a rendu ma vie si belle..

    -Je suis content pour toi, Malik !

    -Rhoo ne m appelle pas comme cela ! Tu sais que je préfère Othmane.

    -Oui, Je..

    à ce moment, Néo, sursaute. Des cris s'élèvent de l'autre côté. Il regarde au moment où un homme se prend un pain.  Il se lève d'un coup, tombant son verre de jus d'orange et jure dans sa barbe. Il voit que Zayn s'est approcher d'eux. Néo arrive avec de longue enjambés retiens l'un des hommes qui n'a pas l'air d'avoir compris l’avertissement de son chef.. Et qui allait sauter sur l'autre.

    -Et si cela ne suffit pas, je suis également de l'armée. Alors, toi tu vas poser vite fait tes fesses sur ta chaise et ne plus y bouger sinon je t'y mets de force.

    Le mec s'avance en souriant d'un air de dire "ta vu t'a gueule ? tu vas ne me faire avalé que tu es de l'armée ?" Et cela fais sourire le jeune militaire qui, avec facilité, bloque l'homme et le fais asseoir.

    -Bien ! Maintenant, tu restes là.

    Néo le lâche et reste devant lui attendant que l'homme se calme. Puis il murmure à ce dernier des mots qui explique qu'il est vraiment énervé de devoir faire la police alors qu'il était avec un ami d'enfance. Puis, le blond se retourne pour vers l'autre qui, malgré les joues rouges de colère, ne bouge pas.
    Zayn Aresham
    avatar

    Citadin
    Arme : Gantelets métalliques et fusil d'assaut
    Messages : 91
    Date d'inscription : 21/01/2016

    Je ne jetai qu'un bref regard à Néo en l'entendant intervenir à son tour. Je n'étais pas, au demeurant, particulièrement surpris qu'il le fasse : c'était le devoir de l'armée toute entière que d'intervenir lorsque quelque chose menaçait la paix de 1400. Certes, ce n'était qu'une bagarre entre deux groupes d'ivrognes, mais le principe restait le même, à mes yeux en tout cas. Et certainement aux siens également, vu qu'il était également intervenu.

    Il se chargeait de l'un des deux hommes les plus proches de moi, et je le laissai gérer de son côté. Même si ce n'était pas un seul homme enlevé aux deux groupes qui changeait quoi que ce soit, dans le fond, c'était tout de même plus agréable de ne pas me sentir trop seul pour les calmer. Quoique… Si j'avais été seul, j'aurais eu moins de scrupules à leur refaire le portrait pour qu'ils arrêtent.


    "Qu'èsss… vous croyez ? Qu'vous faites peur, là, tous les deux ? Ce #@§!£ m'a insulté, on va leur faire r'valer leurs dents, pour la peine."

    Cette réponse m'arracha un profond soupir, surtout lorsque je constatai, en regardant autour de moi, que Néo avait assis le sien - il espérait qu'il reste collé à la    chaise si jamais ça dégénérait ? - et qu'il était de retour à côté de moi. Je m'en doutais, avec le "tous les deux" de l'ivrogne, mais… J'allais devoir faire des efforts pour ne pas frapper immédiatement, en dépit de son ton agressif…

    "Vos raisons, je n'en ai rien à faire. Mais je vous préviens une dernière fois, au premier geste agressif, c'est vous qui vous retrouverez par terre. Que ce soit envers nous ou entre vous."

    L'un d'eux - pas celui qui avait parlé - tenta de me cracher dessus. Vu son niveau d'ébriété, je ne fus pas étonné que son crachat atterrisse à mes pieds, mais l'intention était là. Mon poing s'abattit et, quelques secondes plus tard, l'ivrogne avait basculé en arrière et avait une main posée sur sa joue et les fesses par terre.

    J'avais fait attention à ne pas frapper trop fort non plus, je ne voulais pas les exciter en faisant couler le sang. Nous aurions déjà beaucoup de chances si celui écarté par Néo ne se relevait pas de la chaise où celui-ci l'avait emmené, après tout… Si besoin était, je n'aurais aucun scrupule à les massacrer pour les obliger à se calmer.


    "Arslan, tenez-vous prêt, si l'un d'eux s'échauffe, alertez la police militaire, je me chargerai d'eux le temps qu'elle arrive," ordonnai-je à mon cadet, sans quitter les deux groupes d'ivrognes des yeux.




    Norya Rahal
    avatar

    Favorite de la Gazelle
    Arme : Une paire de Saï
    Messages : 101
    Age : 21
    Date d'inscription : 13/01/2016

    Néo soupire longuement. Ce fichu contretemps l'irrite et devenir brutal serait une bonne option si les hommes préfèrent  la manière forte. Le blond lance un regard sévère à chacun des hommes présents. Le problème avec les ivrognes énervés, c'est qu'on ne sait jamais où, quand et comment cela va bouger de façon qui peut être vraiment catastrophique.

    Quand il avait intégré l'Armée, Néo souhaitait faire partie de ce groupe d'élite protecteur d'Agartha. Protéger la ville et les gens dans le besoin. Qu'ils sont civils ou bien adorateurs du Scorpion, Néo ne faisait pas la différence si une vie était en danger. Et comme aujourd'hui, si le calme de la ville se trouve être dérangé par un petit groupe d'hommes incapables de se tenir, son humour retournait faire la sieste et son sérieux lui prend la place. S'il y a bien quelque chose qui dérange le jeune Arslan, c'est bien ce genre de groupe qui sont incapables de se tenir.

    La phrase, qui fuse alors de la bouche d'un Bourré, lui tire une grimace. Attends là.. tout cela pour des insultes..? Mais que diable faisait dire ou faire l'alcool. De plus.. Avait-il une femme ? Des enfants ? Des mecs aussi idiots avec un peu trop d'ivresse violente pouvait devenir vraiment dangereuse. Et la réponse de Zayn rassure Néo. Il peut frapper si cela dégénère.

    Une nouvelle fois, le blondinet passe son regard sur chaque tête quand un mouvement capté par sa vue lui fait tourner la tête. Un gars venait de cracher. Aux pieds de son chef. La réponse de ce dernier ne se fait pas attendre et un coup part, stupéfiant le cracheur. Néo sait que Zayn a retenu son coup. Mais ce n'est pas le cas du mec assis de force qui s’élance pour profiter de cette scène pour attaque le militaire. Néo gronde, et avant que l'homme saute sur la brute, il l'attrape par le bras, le retourne et le plaque au sol, les mains derrière le dos et reste là. Il le garde plaqué et relève la tête.

    -Sérieusement les mecs. Vous comprenez que la pratique.. " au premier geste agressif, c'est vous qui vous retrouverez par terre. Que ce soit envers nous ou entre vous". Ce n'était pas assez clair ? Et maintenant ? Vous comprenez mieux ? Où est-ce qu'on doit vous faire une nouvelle démonstration ?

    -Arslan, tenez-vous prêt, si l'un d'eux s'échauffe, alertez la police militaire, je me chargerai d'eux le temps qu'elle arrive.

    Euh.. Oups.. Oui bien sûr, il le fera si les gars ne comprennent toujours pas. Il lui jette un regard entendu.

    -À vos ordres.

    Néo se redresse, et redresse aussi l'homme qu'il a plaqué, et le lâche. Il empeste tellement.. Puis sort le combiné et garde le doigt près, et lance un regard aux hommes. Évidemment, qu'ils aient compris aurait été trop beau et un du groupe qui parlait de faire avaler des dents s'élance et frappe un des gars que Néo a mis au sol.

    C'est en soupirant de désespoir que le jeune sniper appelle. La réponse ne se fait pas tarder et il s'exprime.

    -Ici Néo Arslan de l'Armée de Terre. Je suis avec le lieutenant Aresham dans le bar en plein centre-ville. Nous sommes aux prises avec un groupe d'ivrogne qui se crêpent le chignon.... Mmh... Oui... Très bien... D'accord... ... ... À de suite.

    Je raccroche et observe Zayn.

    -Ils vont arriver d'une minute à l'autre.
    Zayn Aresham
    avatar

    Citadin
    Arme : Gantelets métalliques et fusil d'assaut
    Messages : 91
    Date d'inscription : 21/01/2016

    Je me sentis légèrement frustré lorsque Néo intercepta un homme qui s'avançait vers moi, mais contins rapidement ce sentiment. Au fond de moi, j'en étais conscient, je n'espérais qu'une chose : que la situation dégénère en bagarre, pour que je puisse me défouler. Passer mon agressivité et mon mécontentement de la journée, en somme, en plus d'avoir le plaisir de frapper des gens.

    Mais je tenais trop à ce que mon travail soit bien fait, et je ne comptais pas écouter cette envie. Je n'étais pas là pour me défouler, pas dans la ville, j'étais là pour maintenir l'ordre, et je ferais en sorte qu'il soit maintenu, de gré ou de force. Et si la situation se réglait… Il fallait voir le bon côté des choses, je n'aurais pas à me battre en devant éviter de briser trop d'os…

    J'eus un hochement de tête approbateur lorsque Néo obéit promptement à ma demande. Je pouvais ne pas apprécier certains aspects de son caractère, il restait un soldat efficace, et c'était tout ce que j'exigeais des gens qui étaient sous mes ordres. Et des membres de l'armée, de manière générale.

    Un des ivrognes n'en tint pas compte et décocha un coup de pied à un autre à terre. Sans me préoccuper de l'appel que lança Néo, je m'approchai de l'autre et lui décochai un coup de poing, l'envoyant rejoindre sa victime au sol.

    "Bon, si vous ne comprenez que ça, je n'ai qu'à m'assurer que vous soyez tous par terre quand la police arrivera. Merci, Arslan, ajoutai-je à l'adresse de mon cadet, tournant brièvement le regard vers lui. Tant mieux s'ils sont proches d'ici, ils arriveront avant que je n'envoie cette bande d'imbéciles à l'hôpital."

    J'eus encore à distribuer quelques coups pour que lesdits imbéciles se tiennent tranquilles jusqu'à l'arrivée de la police militaire, puis me reculai avec un vague soupir lorsque celle-ci entra enfin dans le bar. J'échangeai un salut militaire avec le responsable de la troupe d'intervention.

    "Merci d'être venus aussi vite. Je vous laisse gérer la situation, n'hésitez pas à nous appeler, Arslan ou moi, si vous avez besoin de notre témoignage."

    Je m'écartai ensuite de lui pour me rapprocher de Néo.

    "Et merci pour votre aide, Arslan. Ca aurait été bien plus long et pénible de m'en occuper sans vous. Vous ne vous êtes pas pris de coup, j'espère ?"




    Norya Rahal
    avatar

    Favorite de la Gazelle
    Arme : Une paire de Saï
    Messages : 101
    Age : 21
    Date d'inscription : 13/01/2016

    Alors qu'il passait l'appel à la police, Néo n'avait pas fait attention que son chef avait envoyé un autre gars au tapis. C'est en revenant dire à Zayn que les policiers arriveraient d'une minute à l'autre, que son regard capte le corps assommé au sol, près de son ennemi de buvette. Néo soupire. Vraiment, dans ce genre de situation, même pour l'humour n'a pas sa place. Il observe les autres encore debout, le regard sévère avec un grain de pitié.


    Pour la plupart, ils sont plus vieux que le jeune militaire et, pour ce dernier devoir faire la garde comme pour des enfants ne se trouve pas être l'activité préférée et surtout la plus apte à l’amusement. En fait, Néo
    est assez blasé de devoir faire ça. Mais, dans un lieu public, il ne supporte pas voir de bagarre. En plus, il est là pour le bien commun. Réglé une affaire comme celle-là et aussi importante que n'importe quelle mission de l'armée.

    Quand ils arrivent, Néo les salue de la même façon que Zayn. Puis, se reculant pour leur laisser la place, il observe ses idiots qui ont osé le déranger pendant sa retrouvaille avec son ami d'enfance. Le fils du serpent a profité de ce remue-ménage pour lui filer entre les doigts. Il avait beaucoup de raison de le chercher... Il savait que Malik était plus qu'un vendeur d'arc... Mais son ami est discret. Et bordel... Il voulait lui soutirer des informations sans qu'il se doute de quoi que soit... Mais en été t-il capable ? De vendre son ami à ses collègues ?

    La question de son chef le surprend et Néo sursaute violemment. Bon sang... Il est encore parti dans des réflexions qui lui valent une mauvaise note auprès de Zayn... Être perdu dans ses pensées, même si la "mission" ne nous concernait plus, n'était pas professionnel.

    -Ne me remerciez pas. C'est juste mon travail au même titre que le vôtre... rester assis pendant une scène dérangeante comme celle-ci ne fait pas partit de mon fonctionnement. Mission ou imprévu... Qu'est-ce qui différencie une bagarre d'ivrognes d'une bagarre d'un autre niveau.. ? Rien. Je n'ai pas pris de coup. Je suis juste frustré de devoir remettre des idiots en place alors que je retrouvais un... Ami d'enfance...

    La voix du blond n'avait pas le timbre comique de d'habitude. En vérité, la froideur de sa réponse se rapproche plus de son parfait contraire. Mais il est vrai que, avoir laissé filé son ami et sa cible personnelle ne l'aide pas vraiment à être amusant.

    Son cerveau réagis alors étrangement. Comme un signal d'alerte. Il avait prononcer "ami d'enfance" avec hésitation. Est ce que son chef avait relever cette information ? Néo se savait incapable de mentir si Zayn lui posait directement qui était son ami..
    Zayn Aresham
    avatar

    Citadin
    Arme : Gantelets métalliques et fusil d'assaut
    Messages : 91
    Date d'inscription : 21/01/2016

    J'eus un hochement de tête approbateur à la réponse que me fit Néo. C'était plus ou moins le genre de mentalité que j'aimais voir chez les soldats. Qu'ils n'en aient pas que faire de ce qui avait lieu dans l'enceinte de 1400 sous prétexte qu'ils faisaient partie de l'Armée de l'Air ou de Terre et qu'ils s'occupaient du désert. J'en avais déjà eu quelques uns de ce genre-là sous mes ordres… Je leur avais rapidement fait passer l'envie d'être aussi stupides.

    Mais là n'était pas la question, et, au demeurant, cela ne m'étonnait pas particulièrement de sa part. Je n'appréciais pas, personnellement, son goût pour l'humour, mais cela ne m'empêchait pas de reconnaître qu'il effectuait son travail avec sérieux et efficacité. Et je n'en demandais pas plus à un soldat, le privé ne me concernait pas.

    "Je suis désolé que cela vous ait interrompu. Si vous souhaitez retourner lui parler, faites, je pense que notre présence n'est plus nécessaire. La police militaire a la situation en main."

    Je n'avais pas été sans remarquer son hésitation à qualifier la personne avec laquelle il discutait d'ami d'enfance. Mais cela non plus ne me regardait pas. Qu'il soit de mauvaise humeur, vu son ton froid, parce qu'il s'était disputé avec un ami, ou quoi que ce soit d'autre dans le genre… Je n'en avais rien à faire, sa vie privée ne me regardait pas.

    Je tournai les yeux vers nos collègues, pour m'assurer que les ivrognes ne leur causaient pas de difficultés. Ils devaient savoir y faire, et je ne remettais pas leurs compétences en question, mais… J'étais bien placé pour savoir que, parfois, tout ne se passait pas comme l'on s'y attendrait…

    Mais en l'occurrence, tout semblait bien se passer, ce qui me rassura. Et me convainquit que je pouvais tourner la page de cet incident et penser à autre chose, également. Ce qui était parfait, je n'avais pas pour vocation de materner des ivrognes.

    "Pour ma part, je vais retourner à ma boisson, la situation semble bel et bien réglée."




    Contenu sponsorisé


    Contenu sponsorisé

    Contenu sponsorisé
    Contenu sponsorisé

      La date/heure actuelle est Mar 22 Aoû - 18:40