AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  S'enregistrerS'enregistrer  
Ouvrir CB

Lorsque le passé et le futur se rencontrent...


    Un peu de glace, gente dame... ? [PV : Kal d'amour ♥ ]

    Partagez
    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2222
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Les larmes sincères sont dévastatrices...
    Matt était en pleine réflexion suite à ce qu'avait dit la demoiselle. La nuit comptait-elle dans la période où le soleil était dans sa phase de pas-zénith ? Tout en marchant, il ne prêta même pas attention au dôme qui s'était ouvert à son approche. Mais il était très sérieux le Matt ! Vous ne vous imaginez même pas à quel point cette question est existentielle ! Mais quand il remarqua qu'il était sous le dôme transparent, visible seulement par les reflets, il leva sa tête vers ce dernier en s'émerveillant sur le coucher de soleil ( les dernières lueurs du crépuscule, en fait, vu que le soleil venait tout juste de disparaître ). Inutile de préciser qu'il avait été tellement sérieux jusque là qu'il ne s'était même pas rendu compte qu'il s'était cassé la binette un nombre incalculable de fois. Il se retourna et fit un grand signe des deux bras pour saluer la demoiselle.

    - Demoiselle Ykaem, tu viens ? Les glaces sont là-bas !, cria-t-il, comme pour l'inciter à venir plus près.

    Il se dandinait en remuant son popotin, les citadins le regardaient bizarrement tandis que d'autres, le reconnaissant, s'exclamaient ( en murmurant ) « C'est le Lieutenant Reeds ! Il paraît que c'est le plus psychopathe de l'Armée... Très sanguinaire à la clef... ». Le Bleuté se retourna lorsqu'il entendit ça et arqua son sourcil à de nombreuses reprises avec un regard dragueur.

    - Ouais. C'est moi., lança-t-il avec la voix du Roi des Chats dans le Royaume des Chats, envoyant un baiser en direction d'une gente dame qui sourit au sourire ravageur de Matt.

    Il fit un pas en avant et embrassa de manière très voulue et consciente un pauvre lampadaire qui n'avait pas demandé à se recevoir 87 kilogrammes de muscles dans le tronc. Il se retourna alors vers Ykaem, de manière assez brusque d'ailleurs et entoura ses épaules.

    - Bon, tu veux aller à quel glacier ? Oh ! Tu veux aller voir le manège de Arrow le Sauveur de Chamallows ? demanda-t-il en prenant les mains de la demoiselle Ykaem entre les siennes

    Il la suppliait du regard, une bouille gamine qui avait quasiment les larmes aux yeux tellement il la priait très fort. Et oui, il était très sérieux !





    Kit 1 de Maxine:
    Kal Lulo
    avatar

    Favorite de la Gazelle
    Arme : Poche de poison dans les vêtements, à souffler sur les ennemis
    Messages : 74
    Date d'inscription : 02/01/2015

    Ykaem retint son souffle alors que le dôme, à peine visible, jouant avec sa vision, l’agaçant comme une démangeaison, s'ouvrait pour la laisser rentrer. Il était indéniablement là quand même, tout était immédiatement différent dedans, comme si elle avait totalement quitté son monde, qui n’était plus qu'un motif de désert lointain scintillant derrière les douces parois. Elle se demanda si elle s’habituerait jamais à cette atmosphère.
    Elle relâcha doucement et régulièrement sa respiration, ralentissant un peu et resserrant autour d'elle sa cape pour isoler son corps de la température un peu plus douce qui régnait à l'intérieur du dôme. Le soleil jetait sur le ciel sombre ses derniers éclats.
    Elle le laissa résolument dans son dos pour observer Matt, qui gardait les yeux fixé sur ce spectacle coloré. Qui réussissait la prouesse de les garder verrouillés sur l'horizon tout en tombant tout les... Ykaem établit une rapide moyenne... Cinq virgule trois pas, avec une régularité confondante, malgré la diversité immense et l'inventivité déconcertante qu'il manifestait pour se retrouver dans des positions sans cesse plus grotesques et plus aléatoires.

    Au moins, ça diminuait sa vitesse de déplacement, donc Ykaem était sure de ne pas avoir à lui demander de ralentir, ou même pire, de l'attendre. Ils franchirent encore quelques rues, et Ykaem fronça les sourcils en regardant par dessus son épaule. L’intérêt du coucher de soleil devait avoir sérieusement décru, puisque à cette heure la, presque aucune lueur ne devait subsister, mais surtout, une barre d'immeubles faisait obstacle à leurs regards depuis au moins cinq bonnes minutes. Ca n'avait pas l'air de déranger Matt, qui devait être... Fatigué, distrait. Ou avoir le pouvoir à travers la matière. Il se retourna enfin et fit un grand signe bien voyant avec ses bras, jusqu’à ce qu'Ykaem arrive à son niveau, sans savoir si elle devait soupirer ou sourire.  

    - Demoiselle Ykaem, tu viens ? Les glaces sont là-bas ! Il criait bruyamment en pleine rue, à la lisière d'une artère fréquentée. Ykaem serra les dents, ce n'est pas comme si elle adorait que quelqu'un crie des choses sur elle en pleine affluence nocturne. En début d'affluence nocturne. Elle caressa l’idée de remettre sa capuche, mais elle n'en deviendrait que plus visible au cœur des sédentaires. Ceci dit, vu le concert de murmures plus ou moins discret qui s'élevait autour d'eux, il semblait que Matt attirait bien plus l'attention qu'elle. Elle tendit l'oreille. Un chuchotement, malgré son faible volume sonore, avait l'avantage d’être très facile à isoler du brouhaha alentours.

    « C'est le Lieutenant Reeds ! Il paraît que c'est le plus psychopathe de l'Armée... Très sanguinaire à la clef... »

    Ykaem repoussa une mèche de cheveux en détaillant Matt du regard, reconsidérant ce qu'elle savait de lui à la lumière de cette information. Ça rendait un grand nombre de choses plus logiques, si Matt avait à la fois une certaine puissance de feu derrière lui, mais aussi des troubles mentaux.
    Cependant, une part devait forcément être du ressort de la rumeur, amplifié, car l'armée, malgré tout ce qu'on en disait, malgré les débordements évoquées à mi voix et avec épouvantes le soir, au seuil d'une tente, il y avait forcément des règles en places, rien que pour assurer la stabilité de la structure même de l'armée. Elle mordilla l'intérieur de sa joue.
    Elle ne savait pas ou le grade « lieutenant » situait Matt dans la hiérarchie. Les murmures lui apportèrent aussi le nom de famille du militaire. Reeds. Elle n'avait pas eu le temps de le saisir avant. Elle mémorisa soigneusement ces éléments.

    Matt consentirait sûrement à lui expliquait en quoi consistait sa place dans l'armée, ce n'était pas une information caché ou délicate, mais elle ne s'y était jamais intéressé, et pendre ses informations aussi prés de la source que possible était toujours une bonne chose.

    Ceci dit, ces nouveaux éléments n'apportait pas tellement d'explication sur l'age apparent du lieutenant.

    Ni sur l’étrange serpent.

    Interrompant ses réflexions alors que les chuchotements décroissaient, Matt répondait avec une voix étrangement malsaine à une jeune fille qui lui sourit. Il fit un geste étrange que la nomade n’identifia pas immédiatement. Provocation ? Ca n'aurait pas tellement de sens... Le sourire doux et éclatant qu'il recevait en retour lui donna sa réponse. Ce geste étrange était un semblant de baiser. Elle avait déjà vu un... Smiley faire ça. Fossé culturel. Ou peut être juste qu'elle devrait envisager de sortir de sa tanière pour voir si son peuple l'avait assimilé aussi. Il n'avait pas l'air très fort, cependant, parce que la femme reprit son chemin rapidement.

    Matt fit lui aussi un mouvement vers l'avant -il lui emboîtait le pas ?- mais fut rudement coupé dans son élan par un réverbère qui émit un son mat. Ykaem refréna une grimace de compassion, à a fois pour le pauvre objet qui semblait presque trembler, et pour Matt qui l'avait percuté avec une force tranquille. Mais tout apitoiement disparu bien vite, quand Matt se retourna comme si de rien n'était -cette résistance était inhumaine- et enferma ses épaules avec un bras. Ykaem se raidit et se figea, hésitant à se dégager, la main accrochée à sa poche de poudre mortelle.

    - Bon, tu veux aller à quel glacier ? Oh ! Tu veux aller voir le manège de Arrow le Sauveur de Chamallows ? 

    Heureusement, sans doute, il lâcha ses épaules avant qu'elle se décide à agir, mais à l'instant même ou elle se décrispait suffisamment pour replacer ses mains en dehors de sa cape, pour pouvoir agir avec promptitude sur son environnement, Matt (militaire, probablement dangereux, possiblement sanglant, suffisamment lourd pour faire trembler un lampadaire) les avait cueillies et les gardait serré entre les seines. Il serrait relativement fort -rien de douloureux, suffisamment pour qu'elle sente ses os fins saillir les uns contre les autres et sa peau sèche et souffreteuse tirailler.

    Elle envisagea d'interrompre sa politique stricte de mouvements lents et soigneux pour dégager ses doigts d'un coup sec, grâce à l'effet de surprise. Mais elle pouvait sentir que l’étreinte négligente de Matt résisterait à sa pauvre force, même si elle réussissait à y mettre tout son poids. Il ne lui restait plus que la négociation pour retrouver sa liberté de mouvement. Elle força ses traits bouillonnants de panique à figurer un sourire enthousiaste.

    « Je ne connais pas les glaciers. Je suis nomade, tu sais, ca fait très peu de temps que je connais 1400. Donc ce n'est pas la peine de faire cette tête, je te suis.» Elle accentua ses paroles avec un mouvement vague du menton vers la ou il semblait se diriger, qui pourrait tout aussi bien passer pour un signe d'acquiescement.
    Matt Reeds
    avatar

    Citadin
    Arme : Nodachi
    Messages : 2222
    Age : 20
    Date d'inscription : 10/04/2014

    Sous-estimer un gamin avec les larmes aux yeux est... fatal.
    Matt suppliait demoiselle Ykaem de son regard humide de gamin suppliant ( au cas où l'idée serait mal passée ) et il enleva son bras d'autour les épaules de la Gazelle, prit en revanche ses mains dans les siennes. Il voulait monter sur Arrow le Chamallow avec une glace à la main, d'abord ! IL VOULAIT FAIRE ÇA ! Il est bien beau le Lieutenant sanguinaire et mortel qui larmoie pour supplier quelqu'un d'accepter de faire ce qu'il veut, hein qu'il est beau et qu'il ne casse absolument pas toute crédibilité ? Bien sûr qu'il est beau et que sa crédibilité est gardée voyons, bien sûr que oui... Il sentait la peau sèche de la demoiselle et, son idée et la raison de sa supplication s'envolant brusquement, il remonta les mains de la Gazelle à son visage. La peau était si sèche... Mais mais mais ce n'était pas possible que la peau d'une femme ne soit pas douce ! C'ÉTAIT INCONCEVABLE ! IN-HU-MAIN ! ... Quoique, est-ce qu'un nomade était vraiment humains vu qu'ils avaient des dons de pas-humains... ? Lâchant brusquement les mains de la demoiselle en prenant la position du Penseur de Rodin - revisité pour la version "debout" évidemment -, il se mit à réfléchir pour trouver un endroit où ils pourraient trouver de la crème hydratante.

    Mais tout s'arrêta quand Ykaem lui offrit un sourire enthousiaste, qui fut contagieux car Matt en arbora un aussi. Bondissant brusquement de joie avec une détente de gamin ( d'adulte ) ( une détente d'adulte, un gamin ne bondirait jamais aussi haut que lui, un adulte si ) ( un adulte un minimum entraîné certes, mais un adulte quand même, pas un gamin ), il lui fit un gros câlin de remerciement et de récompense ( ne cherchez pas à comprendre ). Mais attendez... ELLE NE CONNAISSAIT PAS LES GLACIERS ?! L'étonnement de Matt aurait pu lui en faire tomber la mâchoire, mais elle resta miraculeusement en place. Le Bleuté retroussa gaminement ses manches et se mit brusquement en quête d'un bon glacier tout en se dirigeant vers le parc où le manège avec Arrow le Chamallow était. Il trouva une boutique de soins en chemin et y entra en parlant longuement avec le vendeur ; il finit par acheter un ( deux ) ( mais faut pas le dire ) tube de crème hydratante. POUR LUI HEIN ! Il en partagerait un peu ( lui filerait un tube ) ( chut, c'est secret ) avec demoiselle Ykaem, c'est tout. D'ailleurs, il dévissa le bouchon, ôta la sécurité d'aluminium fin, et en mit un peu sur les mains de la Gazelle. Ça devait la brûler un peu vu la sécheresse de ses mains, mais au moins elle aura la peau douce, douce, TOUUUUUUUUUUUUTE DOUUUUUUUUUUUCE.

    - Tiens, c'est pour toi ! Il faut juste que tu en tartines tes mains partout partout partouuuuuuuuuuut ! Ça va brûler un peu au début, mais ta peau est trop sèche tu vois donc c'est normal d'abord. Après, ta peau sera bien nourrie et tout et en plus elle sera touuuuuuuuuute douuuuuuuuuuuce ! C'est une des meilleures marques de crème hydratante de 1400 en plus !

    Matt, nouvelle affiche publicitaire ambulante. Avec tout ça, il en avait oublié le glacier et quand il s'en rappela brusquement il se prit le mur. Pas le mur que le trottoir où ils étaient longeait, nananananan, il se prit le mur d'en face, celui de l'autre côté de la rue. Ah bah oui, la maladresse de Matt et son sens de l'orientation sont légendaires.

    - YKA YKA YKAAAAAAAAAAAAAAAAAAAEM ! WHERE ARE YOUUUUUUUUU ?

    Le tout dit avec l'air de Scooby-doo (by-doo) where are you, évidemment. Il était ridicule, me diriez-vous ? À ce stade, vous comprendrez que le Lieutenant Reeds ne connaissait pas le ridicule. Quand il trouva Ykaem il courut vers elle en faisant de grands gestes et en manquant par deux fois de se faire écraser.

    - Demoiselle Ykaem, vous êtes là ! Pourquoi vous avez changé de trottoir, brusquement... ? AH ! Le trottoir était trop sur la diagonale droite de l'avenue, c'est ça ? Vous l'avez donc remarqué ? Vous êtes trop forte !

    Matt se décida à prendre la tête de la marche, dégainant sa montre et faisant apparaître un hologramme bleuté d'ordinateur beaucoup plus sophistiqué que ceux qui se vendaient. Un hologramme tactile, héhé, il a la classe le Lieutenant hein ? Mais oui, il a la classe, bien sûr qu'il a la classe de programmer un GPS juste pour ne pas se perdre. Il est beau le Lieutenant Reeds, hein ? Mais oui, bien sûr que oui, il est beau. Le Bleuté brandit son poing en avant.

    - C'est parti ! En avant, ma brave, allons manger des glaces et dominer Arrow le Chamallow !, dit-il en se retournant brusquement vers elle, lui prenant les mains avec une bouille de gamin tout reconnaissant tout gentil tout mignon tout beau. Merci d'avoir accepté d'ailleurs, demoiselle Ykaem tu es un ange tombé du ciel envoyé par la Gazelle Bru- euh... Blanche. BLANCHE ! Je ne me suis pas trompé, nananananèèèèreeeeuuuuuuuh !

    Et Matt se mit en chemin, chantonnant « demoiselle Ykaem a accepté de faire des tours de manège avec moiiii-eeeuuuuuuh » ou des « demoiselle Ykaem elle a bien voulu manger des glaces avec moiiiii-eeeeeeuuuuuuuuuuh » ou encore des « demoiselle Ykaem elle est super bien gentille qu'avec moi d'abord eeeeeuuuuuuh » tout le long du chemin, scrutant sa montre ( son GPS étant sur le petit écran de la montre maintenant ) pour ne pas se perdre. Lorsqu'il arriva au parc, il laissa Ykaem se familiariser avec l'herbe, les arbres et les fleurs ( toutes synthétisées par des Savants évidemment, un désert n'abritait pas une telle flore ) et s'assit sagement au sol. Il était sage d'abord, il avait bu la boisson du diable ( elle s'appelle comme ça ) au bar du Bazar d'abord. Voilà. Et na.


    Dernière édition par Matt Reeds le Mer 19 Oct - 13:08, édité 1 fois





    Kit 1 de Maxine:
    Kal Lulo
    avatar

    Favorite de la Gazelle
    Arme : Poche de poison dans les vêtements, à souffler sur les ennemis
    Messages : 74
    Date d'inscription : 02/01/2015

    Ykaem suivit les pas, pour le moins imprévisible, de Matt, à une distance raisonnable. Il oscillait et s’agitait et sautillait tellement qu’elle n’avait aucune peine à le suivre.
    Il entra en coup de vent dans une boutique. La nomade maintint la porte entrouverte et se glissa à sa suite. L’air était sec, et saturé d’odeur sucrées et artificielles. Elle inspira prudemment, figée, surveillant du coin de l’œil Matt, qui dévastait une pauvre étagère pleines de tubes colorés, jusqu’à en brandir deux vers la caisse, l’air absurdement victorieux. La vendeuse eu un sourire à la foi gêné et charmé par le militaire qui sortit en trombe de la boutique, un peu plus vite.
    Ykaem se laissa entraîner jusqu’à un coin tranquille ou il pila brutalement. Elle cligna des yeux. Il était passé du mouvement le plus chaotique et… Agité à l’immobilité la plus absolue. Avec une grande précision, presque violente, il fit sauter l’opercule protégeant le contenu du tube, et alors que la jeune fille l’observait avec attention, dans l’attente de son prochain mouvement, il plaqua un peu de crème sur ses mains en braillant.

    - Tiens, c'est pour toi ! Il faut juste que tu en tartines tes mains partout partout partouuuuuuuuuuut ! Ça va brûler un peu au début, mais ta peau est trop sèche tu vois donc c'est normal d'abord. Après, ta peau sera bien nourrie et tout et en plus elle sera touuuuuuuuuute douuuuuuuuuuuce ! C'est une des meilleures marques de crème hydratante de 1400 en plus !

    Ykaem saisit vaguement les termes de ‘crème hydratante’ dans son babillage hurlant et dissonant. Elle savait ce que c’était, elle reconnaissait la sensation, le produit était scellé, elle n’avait aucune raison de s’inquiéter, mais elle ne pouvait pas s’empêcher d’avoir peur.
    Et ça faisait mal. Elle enleva le gros de la matière avec un coin de sa cape, et essuya plus soigneusement de reste avec un coin de mouchoir.
    Et ça picotait sa peau. Elle était encore un peu collante. Elle détestait la sensation encore plus que la brûlure. Elle ne put retenir un grommellement, râlant intérieurement sans retenu. La Gazelle avait engendré des jurons intéressants, et...descriptifs !
    Mais, dans le désert, il lui arrivait de nourrir sa peau avec des onguents de sa fabrication, ou plus puissants et gras et désagréable, encore ceux d’un guérisseur spécialisé, pas très loin de chez elle, au camp des Gazelles. C’était toujours un mauvais moment à passer, mais c’était mieux que perdre toute agilité parce que sa peau se craquelait et devenait comme plus petite que ses mains. Elle ne pouvait pas se souvenir de la dernière fois qu’elle avait pris le temps. Il allait falloir qu’elle fasse attention à ça. Aucune négligence ne devait être tolérée.
    Elle releva la tête juste à temps pour voir Matt se prendre un mur, et elle se sentit assez mesquinement vengée pour le coup des mains. Pas découragé, il lui cria quelque chose sur les diagonales depuis l’autre coté de la rue.
    Elle le rejoint au plus vite de l’autre coté, se faufilant dans la circulation.
    Cette incompétence mêlée de malchance et de maladresse, et surtout, absolument étrange, et jamais prévisible était étrangement divertissante. Et… apaisante peut être ? Reposante ?
    Il effectua une manœuvre bien trop longue et compliqué pour ce qui semblait… Retrouver son chemin ? La carte ne portait que des indications commerciales. Mais l’appareil qui l’émettait fit briller les yeux d’Ykaem. Un hologramme tactile ! Ils étaient rares, et cher, et récents. Peut être même pas encore vraiment disponible pour le public ? Et techniquement, ils avaient un niveau de miniaturisation absolument fascinant.
    C’était un des grand avantage du Sommeil, la science était allée tellement loin, que même les savants ayant grandi dans ce monde, n’ayant pas 2000 ans de retard, même en se spécialisant dans un seul domaine, ne pouvait pas tout connaître. L’amas de connaissance était juste trop énorme. Et Ykaem comptait bien au strict minimum se maintenir à niveau.
    Elle n’observa pas de défaut dans les réponses de l’appareil, mais malgré les mouvements larges et saccadés de Matt, qui ralentissait un peu l’appareil, mais afficher et manipuler une carte restait une tache très simple.
    L’application intéressante serait entre autre la simulation d’expérience, et la manipulation de donnés complexes ou nombreuses dans l’espace. Pouvoir interagir avec des pensées !

    - C'est parti ! En avant, ma brave, allons manger des glaces et dominer Arrow le Chamallow ! Il lui saisit brusquement la main avec une moue qualifiable à la rigueur d’enfantine, plus justement extrêmement comique. Ykaem recépera en douceur ses doigts, sans réussir a vouloir se montrer seche. Merci d'avoir accepté d'ailleurs, demoiselle Ykaem tu es un ange tombé du ciel envoyé par la Gazelle Bru- euh... Blanche. BLANCHE ! Je ne me suis pas trompé, nananananèèèèreeeeuuuuuuuh !

    Ykaem aurait bien signalé que le concept d’ange, de Gazelle, et des chutes de corps inopinée provenant du très haut était hautement et totalement ridicule, encore plus que cette religion et son cortège de tradition stupides, mais Matt faisait la conversion pour deux. Ce qui n’était pas si mal, car si elle n’avait pas besoin de préciser que pour elle, la Gazelle était transparente, à cent pourcent. comme quelque chose d’inexistant, elle avait en revanche besoin de réguler sa respiration, et l’apport de connaissances que la ville et la foule lui amenait.
    Car Matt avait vraisemblablement trouvé son chemin – ou une carte – et il marchait un peu plus vite. Pas suffisamment pour que ce soit gênant ou humiliant, mais il était tard, elle se fatiguait plus vite. Autour d’elle, le chant moyennement juste du militaire avait pris un ton ridiculement fier et traînant, presque narquois mais avec une sorte de niaiserie chantonnante.
    En peu de temps, ils étaient arrivés à leur destination. Et Kal eu le souffle coupé.
    Elle se redressa, écarquilla les yeux, et aspira une large goulée d’air.
    Elle savait bien sur, elle connaissait les plantes synthétisées, créée par les savants, s’enracinant dans les sols humides de 1400 mais ici, elle était littéralement entouré par des arbres. Et la brise courrait, souple sur le sol stable et dur, rempli de matière organique, ébouriffant les herbes.
    Elle ramassa quelques brins d’herbe. Ils plièrent entre ses doigts avant de casser, et ils étaient vivant, plus gorgé de sève que toutes les plantes survivant vaillamment derrière un rocher.
    Tout était vert. Il n’y avait pas une seule nuance d’ocre en vue. Le soleil, la lumière était délicate sans être clouante. L’air… L’air était pur. Frais. Doux. Apaisant. Irréel. Sûrement aussi synthétique que celui qui remplissait la boutique de cosmétiques d’une saveur sucrée. Cet air là, il avait la saveur de la vie, et l’odeur des plantes qui s’enracinent et qui croissent, gorgées d’eau.
    Cet endroit était un paradis offert par la science.
    Et elle n’y appartiendrait jamais. La réalisation était amère. Mais son peuple avait des choses à offrir aussi, et elle allait faire de son mieux, et découvrir comment tout cela deviendrait utilisable, compréhensible. Les facultés des Nomades. C’était la touche qui manquait pour devenir parfait. Elle se demanda si elle ne devrait pas voir si elles n’étaient pas déjà là ! Il faudrait qu’elle obtienne des autorisations pour ça… Faire des tests sur des échantillons de populations suffisamment large… Son esprit fourmillait agréablement.
    Elle sourit, s’élança, et rattrapa Matt qui était allé gesticuler un peu plus loin.
    « Donc... » Elle reproduisit fidélisent les mots inconnus. « Aro le chamalo ? »
    Contenu sponsorisé


    Contenu sponsorisé

    Contenu sponsorisé
    Contenu sponsorisé

      La date/heure actuelle est Sam 19 Aoû - 3:47