Agartha. Un désert, où cohabitaient nomades et sédentaires. Cependant l'assèchement progressif des oasis développa la cupidité des sédentaires qui se mirent en guerre les uns contre les autres. Les cités tombèrent une à une devant ce fléau jusqu'à ce qu'il ne reste que 1400. Les nomades quant à eux préférèrent éviter ces conflits en priant leur Divinité de leur accorder un sommeil de deux millénaires. Mais quand ils se réveillèrent, ils furent non seulement confrontés à des citadins beaucoup plus avancés technologiquement mais aussi à une hostilité tangible. Hostilité contre ces nomades ressurgit du passé mais aussi hostilité au sein même de la ville de 1400. Puis une nouvelle guerre éclata : la Révolution. Est venu à nouveau le temps du choix : se battre ou partir ? Ainsi naquit l’Exode, un mouvement rassemblant nomades et citoyens souhaitant fuir la guerre en partant par-delà les montagnes vers un territoire glacé où vit un peuple étrange.

Lorsque le passé et le futur se rencontrent...


    Il ne manquait plus que ça

    Partagez
    Akmar Rezki
    avatar

    Favori de la Gazelle
    Messages : 75
    Date d'inscription : 18/10/2017

    Il ne manquait plus que ça
    Je ne sais pas trop pourquoi je traîne comme ça. Je trouverai sûrement de quoi faire. Le soleil tapait doucement sur le tissus de mon chapeau de fortune. Je lâchais un petit soupir. J'étais contraint et forcé à prendre une pause. Je n'ai rien trouvé de mieux que m'affliger une ballade sous le soleil. Se faufiler dans les ombres était quelque chose de normal. Mais éviter trop le soleil n'était pas normal. Surtout pour un nomade comme moi. Je me sens faible chaque seconde de plus sous l'astre du jour. Mais je garde un sourire. Déprimer n'était pas mon genre. Puis grâce à ce que j'avais fait, des vies avaient été sauvés.

    Je fini par m'installer près d'un point d'eau. Ça m'amuse de voir les gens aller et venir. Je me demande si je trouverait une personne qui a besoin de moi. Je salue simplement les gens autour de moi. Je suis relativement connu. Même si à mes yeux je n'ai pas fat grand chose pour mériter cette attention. Je ne m'en plains pas pour autant. Loin delà. Je ne veux pas que cette popularité éloigne certaines personnes, ça serait dommage. Mon regard est attiré par les passants un peu en difficulté. Je me lève et je les aide comme je peux. Un sourire sur mon visage. Je vois que mon aide est utile, certains me regarde comme si j'étais un être venu d'ailleurs. Je ne suis pas vexé.

    Mon rituel d'aide continue, à chaque fois, je repose un peu avant d 'aider d'autres gens. Je commençais à avoir la tête qui tourne. Je cache un peu le soleil avec la man, elle est un peu humide. Je dois avoir transpiré, génial. Je sens déjà que mon retour chez moi sera encore ponctué de cris. Je ne peux pas leur en vouloir. Ils s'inquiète pour moi. Et moi je reste là, à me tenir la tête. Sûr que ça me passera. Super, je crois que j'ai choppé une insolation. Il est bien le guérisseur, j'en riais presque. Bon, je dois m'appuyer sur un mur. Je respire à fond. Mes yeux sont fermé, je sais que je si je les ouvre, je vais tourner telle une roue de chariot. Dans ma tête, mais pour l'équilibre, je repasserai. Heureusement, je sais que ça va passer. Ça passe toujours. Je respire, la poussière chatouille mon nez. Je plissais le nez pour éviter d'éternuer.
    Codage par Libella sur Graphiorum
    Kristen E. Khalessie
    avatar

    Citadin
    Arme : Ce qui lui tombe sous la main...
    Messages : 245
    Date d'inscription : 15/03/2015

    Sérieux, les gens ne pouvait pas se calmer un peu est rester indemne ? Il n’y avait rien de plus fatiguant de courir à droite et à gauche pour aider des abrutis qui n’étaient même pas foutus de rester en sécurité. Bon, il extrapolait un peu mais, ces derniers temps, il était vraiment fatigué. Heureusement que la plupart des autres intervenants faisaient plus ou moins bien leur boulot et que même des bénévoles étaient venu leur filer un coup de main. Comme quelques petites gazelles. D’ailleurs, un de leur idiot faisait particulièrement bien son travail. Trop bien.
    Il soupira, il n’allait pas tenir longtemps sous se rythme s’il continuais ainsi. Soit, il n’était pas là pour faire la nounou.

    Écrasant sa clope contre un mur et notant ainsi la fin de sa pose, il réajusta ses large lunettes de soleil noir avant de repartir au boulot.Encore une fois, il n’avait absolument pas l’air d’un médecin et on l’aurait vraiment prit pour quelqu’un de pas net s’il ne portait pas sa longue blouse blanche. Même s’il portait toujours sa blouse blanche, même quand il n’était pas en service puisqu’il oubliait de la retirer les trois-quart du temps.
    Ah, ces citadins…

    Quelques temps plus tard à s’agiter, c’est un inutile qui vint le voir, lui pointant du doigts la petite gazelle qui semblait sur le point de passer l’arme à gauche. Géniale, il ne manquerait plus que ça. Et après, ce serait à qui de gérait la paperasse et l’incident diplomatique qui allait suivre ? A lui. Non merci.
    Demandant gentiment au civil inutile d’aller voir ailleurs s’il y était d’un mouvement de main, il se dirigea donc vers le petit bleuté. Il était vraiment blanc comme un linge et semblait avoir pris un sérieux coup de chaud. Sérieux…  

    Ne prenant même pas la peine de le prévenir, il le saisit par le bras avant de le hisser sur son épaule, comme un sac à patate. Vraiment, ce gosse était d’une légèreté effrayante. Puis il mis sa main dans la poche de sa blouse, en sortant une sucette à la framboise.

    Tu veux une sucette ?

    Ok, il passait pour un psychopathe qui kidnappait les enfants… bon, il s’en foutait.

    Je ne sais pas si tu es au courant mais, dans ce genre de situation, on prends du repos au frais

    Avisant rapidement un petit établissement, il ouvrit la porte avec le pieds avant de déposer sa charge sur une chaise et de s’affaler dans celle d’en face, appelant la serveuse qui s’occupait de l’établissement d’un geste de la main.

    Si tu veux un truc à boire et à manger, c’est le moment.


    Ils avaient perdus assez de monde comme ça ces derniers temps alors, ce n’était pas le moment de laisser les gamins se tuer à la tâche.





    Petits secrets~~♪:

    Merci mon Matt d'amour pour le kit ~♥️
    Akmar Rezki
    avatar

    Favori de la Gazelle
    Messages : 75
    Date d'inscription : 18/10/2017

    Il ne manquait plus que ça
    Mais qu'est qui se passe là ? Je viens de me faire porter par un inconnu. Bon, je ne suis pas toujours là pour les gens que j'aide et parfois je fais des erreurs. Mais cette fois, c'est mon tour de me faire enlever. Je ne sais pas trop ce qui se passe, mais je ne crie pas. Je sais que ce genre de choses sert à rien au final. Il m'a soulevé comme si j'étais léger comme une plume. Je le regarde étonné, il me propose une sucette ? Sur le coup, je ne réponds pas. Mais après quelques instants, il me pose. Je suis soulagé.

    « Oui, je veux bien. »

    Je remarque par après qu'on est dans un bâtiment qui distribue à boire et à manger. J'étais sur une chaise.

    « Je veux bien de l'eau... »

    Le guérisseur sortait un peu d'argent. Malgré ses dons réguliers, il en avait un peu.

    « Pour à manger, je ne sais pas trop. Quelque chose de pas trop lourd me conviendra parfaitement. De préférence sucré. Je crois que j'en ai besoin... »

    Je savais que si je me levais de mon siège, la pièce se mettrait à tourner comme si je dansais en faisant des ronds. Donc j'évitais tant que possible. Me tenant assez correctement devant cette table alors que ma tête avait envie de s'étaler sur le bois de la table. De laisser ce qui lui arrivait passer. Comme j'avais l'habitude quand ça n'allait pas. Mon corps me disait de se reposer, souvent, je faisais tout le contraire de prendre une pause. Finalement, il y avait toujours une chose qui me forçait à obéir aux signaux pas toujours agréable que mon organisme envoyait. Je le regarde, je me demande pourquoi il m'avait enlevé. Je ne faisais rien de mal.

    « Pourquoi ? »

    C'était la seule question dans l'immédiat. Ce simple mot cachait à lui des dizaines de questions. Mais je me sentais pas assez fort pour toutes les poser. Je laissais cet homme étrange comprendre la suite de mes pensées. Je remets ce qui couvrait ma tête correctement. Je n'avais pas remarqué qu'il s'était un peu détaché, montrant un peu plus de mes cheveux bleu clair. Je devais faire attention à ça, plus qu'un autre. Le soleil me hantant de son souffle trop chaud. Il reviendrait me faire peur dès que je sortirai.
    Codage par Libella sur Graphiorum
    Kristen E. Khalessie
    avatar

    Citadin
    Arme : Ce qui lui tombe sous la main...
    Messages : 245
    Date d'inscription : 15/03/2015

    Il posa une sucette à la fraise devant la gazelle avant de s’affaler sur sa chaise, lui signalant qu’il ferait mieux de manger et de boire quelque chose. S’appuyant contre le dossier de sa chaise, il balança sa tête en arrière avant de fermer les yeux, profitant de la fraîcheur tout en attendant la réponse du bleuté.
    Mais sérieux,encore des cheveux bleu… ‘fais chier. Il aurait du se douter qu’il aurait des soucis avec cette gazelle dès qu’il avait vu la couleur de ses cheveux.

    Il lui fit un signe de la main, lui signifiant ainsi qu’il pouvait commander ce qu’il voulait, il s’en foutait du moment qu’il ne lui claquait pas entre les pattes. Puis il se redressa sur sa chaise, observant le bleuté d’un air dubitatif tout en remontant ses lunettes de soleil sur sa tête, laissant apparaître son regard vairon. Il soupira.

    Garde ton argent, c’est l’hôpital qui paie pour ça. Donc fais-toi plaisir.

    Dans la mesure où l’aide des bénévoles leur faisait un bien fou et leur sauvait la mise, ils pouvaient au moins faire cela. Et tant que ce n’était pas de sa poche, tout allait pour le mieux.

    Pourquoi ?

    Il haussa un sourcil, regardant le gosse comme s’il était abrutis. Mais c’était peut-être ça… et le soleil avait du vraiment taper trop fort sur sa pauvre petite tête. Pauvre gosse, paix à son âme… ou presque, il avait encore besoin qu’il leur file un coup de main.

    Ça ferait trop de paperasse si tu y passer en plus d’un possible incident diplomatique avec les gazelle.

    Et comme il était un des médecins haut gradé et qu’il était dans les parages immédiats de la gazelle, la paperasse lui tomberait sur le coin de la gueule et il haïssait la paperasse. En plus du fait qu’il avait besoin de prendre une pause lui même. En somme, que de raisons positive d’éviter que le gosse y passe. Que du bonheur, ou presque s’il n’y avait pas eut tout ces crétins de blesser -et plus si affinités- dehors sous le soleil.
    Et d’ailleurs, depuis quand le soleil cognait aussi fort à 1400 ? Il allait gueuler sur Matt en rentrant, c’était forcément de sa faute. Il bascula de nouveau en arrière en fermant les yeux, se faisant un récapitulatif mentale de tout ce qui restait à faire et du matériel qui allait bientôt leur manquer. Il grogna faiblement, combien y avait-il de chance pour que les autres médecins aient fait attention a leur stock dans la situation actuelle ? Au vue de comment ils courraient partout débordé, sûrement aucune.

    Il soupira, encore une chose qui allait être sa poire.





    Petits secrets~~♪:

    Merci mon Matt d'amour pour le kit ~♥️
    Akmar Rezki
    avatar

    Favori de la Gazelle
    Messages : 75
    Date d'inscription : 18/10/2017

    Il ne manquait plus que ça
    Akmar était souvent surpris qu'on le soulève si facilement. Il n'avait rien contre le contact. Ça pouvait rendre le sourire à certains patients. Sauf que c'était lui le malade actuellement. Il soufflait un peu, ce n'était par lassitude, loin de là. Il préférait qu'on ne s'occupe pas trop de lui. Bie qu'au fond de lui, il appréciait le geste e cet homme. Il regardait ce dernier. Il lui proposait un sucette. Il soulevait un sourcil. Hésitant un peu. Puis haussait les épales.

    « Pourquoi pas une sucette. »

    Il ne voyait pas le mal à accepter le cadeau de quelqu'un. Les dangers qui pourrait découler de son acceptation ne lui avait pas traversé l'esprit. Il pouffait doucement en l'écoutant, on lui criait dessus. Ce n'était pas vraiment une première. Le guérriseur riait jaune. Il regardait où il était posé, un bar. Rien de d'extraordinaire. Comme si le nomade était quelqu'un de complexe de toute façon. C'est dans un ton un peu sec que son porteur lui disait qu'il pouvait boire et manger.

    « Monsieur, je ne voudrai pas vous gêner, mais à boire serait idéal et un petit pain me suffira si je dois vraiment manger. Je mange assez peu et ça me conviens. »

    Comme pour contre-dire les mots de Akmar, l'estomac de ce dernier se mettait à grogner avec force le faisant rougir jusqu'à la racine de ses cheveux bleu. Il détournait un peu le regard pour cacher cette chaleur soudaine dans son visage. Le jeune homme respirait à fond. Sentant la chaleur le quitter un peu.

    « Au moins, je dois vous remercier. Déjà de me donner un peu de quoi me restaurer. Même si j'ai un peu cherché ce qui m'est arrivé. J'étais fatigué, pardon. »

    Il ne pouvait pas lui dire qu'il ne recommencerait pas. Il serait bien vite repéré par cet homme s'il le ferrait et les cris seraient moins tendres. Car pour Akmar les mots inquiets de cet étrange personne le rassurait. Il posait sa main sur la table. Plus fraîche que ce mur sur lequel il s'était appuyé. À l'intérieur l'air était moins pesant. Chaud, mais plus supportable pour un sensible comme lui.

    « Pourquoi me sauver ? »

    Il n'était sûrement pas le seul qui était faible. Avec la guerre, il y avait tout un tas de victime. Akmar n'aimait pas vraiment cette bataille. Mas bon. Il ne pouvait pas rien faire contre. Ce n'était pas son genre.
    Codage par Libella sur Graphiorum
    Contenu sponsorisé


    Contenu sponsorisé

    Contenu sponsorisé
    Contenu sponsorisé

      La date/heure actuelle est Dim 22 Juil - 23:59