Agartha. Un désert, où cohabitaient nomades et sédentaires. Cependant l'assèchement progressif des oasis développa la cupidité des sédentaires qui se mirent en guerre les uns contre les autres. Les cités tombèrent une à une devant ce fléau jusqu'à ce qu'il ne reste que 1400. Les nomades quant à eux préférèrent éviter ces conflits en priant leur Divinité de leur accorder un sommeil de deux millénaires. Mais quand ils se réveillèrent, ils furent non seulement confrontés à des citadins beaucoup plus avancés technologiquement mais aussi à une hostilité tangible. Hostilité contre ces nomades ressurgit du passé mais aussi hostilité au sein même de la ville de 1400. Puis une nouvelle guerre éclata : la Révolution. Est venu à nouveau le temps du choix : se battre ou partir ? Ainsi naquit l’Exode, un mouvement rassemblant nomades et citoyens souhaitant fuir la guerre en partant par-delà les montagnes vers un territoire glacé où vit un peuple étrange.

Lorsque le passé et le futur se rencontrent...


    L'or bleu, ah non c'est l'or rouge

    Partagez
    Hafsa
    avatar

    Adoratrice du Scorpion
    Arme : Une épée et un chakram...
    Messages : 559
    Age : 21
    Date d'inscription : 05/12/2014


    Tu régresses... bis.


    Abruti d'ensoleillé...

    Elle se sentait profondément agacée. Elle avait tout essayé pour rester calme, sereine, apaisée... et ses efforts avaient porté leurs fruits ; tels étaients les sentiments de paix qui l'envahissaient. Cela étant, elle n'arrivait aucunement à réprimer le sentiment d'agacement profond qui s'installait en elle et elle ne voulait pas non plus l'écraser. Un soupir excédé franchit ses lèvres bruyamment au bout de la deuxième phrase que l'encorné du cervelet enchaîna et il ne s'arrêta pas là. Pour quelqu'un qui se disait ne pas aimer parler et préférer écouter, il parlait beaucoup trop aux oreilles de la Lionne Rousse. Pire que parler beaucoup trop, il parlait surtout pour ne rien dire. Cela agaçait le Scorpion Rouge. Son frère d'armes parlait beaucoup trop, également, mais toutes ses paroles, même les plus gamines qui fussent, étaient sensées. Toutes, sans exception, et elle l'avait réalisé bien vite. Là... là, le Scorpion Rouge avait surtout l'impression que l'encorné du cervelet brassait de l'air non seulement vide mais en plus de l'air qui n'avait pas besoin d'être brassé. Quel abruti...

    Il s'excusait de s'être emporté ? Cool pour lui, l'Adoratrice n'en avait strictement rien à faire de ses excuses. Il a été ridicule ? Qui ne l'a pas été dans sa vie ? Hm ? Personne, exact. Totalement inutile de le dire à elle, le tout était qu'il se l'avoue à lui-même. Abruti... Aurait été plus en rapport avec lui-même ? Est-ce qu'il se connaissait, déjà ? Sa phrase démontrait l'inverse alors comment pouvait-il oser le sous-entendre ? Abruti... Il apprend des choses de tant de personnes différentes ? Ben tiens, quelle nouvelle étonnante, nouvelle qui n'avait aucun rapport avec la conversation en cours mais bon, pourquoi pas. S'il voulait diriger le débat ailleurs, il n'avait qu'à le dire comme il l'avait déjà fait auparavant. Avoir des avis si tranchés sont nocifs pour sa position ? Et cette phrase révélait quoi, un avis tranchi au nunchaku peut-être ? Ce n'était pas possible d'être abruti à ce point. La Lionne Rousse se redressa en position assise, bras tendus derrière elle, lorsqu'il mit le sujet de l'humour sur le tapis. Sérieusement ? C'était quoi ça ? Elle émit soudainement un feulement plutôt aigu, agacé, mais surtout incroyablement excédé... tout en restant... assez tranquille.

    - Ça ne répond pas à ma question, Ihsan. Quelle est votre définition du ridicule ? Et si vous ne souhaitez pas répondre, dites-le simplement.

    Elle but une large gorgée d'eau et palpa sa plaie à travers le tissu. Elle fronça les sourcils. Mal. a faisait mal. Anormalement mal. Sans aucune gêne, elle souleva ses couches de tissu pour que son ventre soit à l'air libre, puis elle examina les points de suture qu'elle avait faits. Elle palpa de nouveau la plaie et soupira, plus soulagée. Non, la plaie faisait normalement mal ; elle était seulement située à un endroit du ventre qui faisait abominablement mal. Elle vérifia ses points de suture, en rattrapa un, appliqua un coup de pommade que son frère d'armes lui avait donné avant de remettre ses vêtements en ordre avant de s'asseoir en tailleur. Sa plaie était normale, elle guérissait seulement plus vite que prévu avec le sang que Ihsan lui avait donné. Hm. Quel abruti celui-là.

    - Ihsan. Qui êtes-vous ?

    S'il n'arrivait pas à répondre à la question, elle le tuait. S'il esquivait cette question... elle le frapperait.

    Saleté de morveux, oui. Elle allait lui faire sa fête. ... à moins qu'il ne fût pas si abruti que ça, mais elle en doutait.
    Code de Frosty Blue de Never Utopia
    Akmar Rezki
    avatar

    Favori de la Gazelle
    Messages : 75
    Date d'inscription : 18/10/2017

    L'or bleu, ah non c'est l'or rouge
    Il n'avait pas donné de définition, il ne savait pas quoi répondre en toute honnêteté. Il se sentait un peu crétin d'avoir lancé le sujet. Il soufflait discrètement. Il devait le faire car cette femme était du genre à ne rien lâché. Il la regardait.

    « Pas que je n'ai pas envie. Mais je trouve pas la bonne réponse. C'est comme la normalité. C'est des concepts souvent flou. Même pour moi. Je me suis senti ridicule. C'est tout ce que je peux dire. »

    Akmar était néanmoins assez satisfait que son intervention avait servi la jeune femme. Il regardait ses blessures se refermer. Son sang était toujours utile. Il souriait discrètement.Le jeune homme en voyait des corps dans son boulot, il ne faisait plus grand chose. Il n'avait pas autant d'envie que son maître. Puis la demoiselle lui posait une drôle de question. Il lui avait donné son nom. Alors le sens se sa question était autre. Il se grattait le menton. Il devait pas trop faire d'erreur. Il sentait que ces dernières pouvaient lui coûter la vie. Son cours d’existence était déjà très court.

    « Je suis ce que l'on nomme guérisseur. Mon collègue dit souvent que j'en fais trop. Il a sûrement raison. C'est ça le sens de votre question. »

    Il risquait gros en mettant en abîme le sens de son interrogation. Le guérisseur avait besoin d'y voir un peu plus clair. Si donner son nom en entier n'était pas suffisant. Que fallait-il de plus ? Il regardait son reflet dans l'eau, il semblait si pâle, comme s'il allait disparaître tel du sable au gré du vent. Il n'était pas défaitiste. Loin delà. Il retournait son regard vers cette femme. Curieux de savoir comment elle allait prendre sa réponse. Il ne reculerait pas. Mais ne frapperait pas la femme du feu.

    « Si c'est autre chose que vous souhaitez, il faudra préciser, Atica. Sans être désobligeant à votre encontre. »

    Akmar restait poli. Il préférait garder cette manière de parler. Plus respectueuse des gens et de leurs différences. Il ne pouvait être aussi buté sur l'image de la paix. Il la voulait pour tous, mais pas l'imposer. Ce n'était pas très gazelle ça. Ni lui d'ailleurs.
    Codage par Libella sur Graphiorum

      La date/heure actuelle est Mar 18 Sep - 20:02