Agartha. Un désert, où cohabitaient nomades et sédentaires. Cependant l'assèchement progressif des oasis développa la cupidité des sédentaires qui se mirent en guerre les uns contre les autres. Les cités tombèrent une à une devant ce fléau jusqu'à ce qu'il ne reste que 1400. Les nomades quant à eux préférèrent éviter ces conflits en priant leur Divinité de leur accorder un sommeil de deux millénaires. Mais quand ils se réveillèrent, ils furent non seulement confrontés à des citadins beaucoup plus avancés technologiquement mais aussi à une hostilité tangible. Hostilité contre ces nomades ressurgit du passé mais aussi hostilité au sein même de la ville de 1400. Puis une nouvelle guerre éclata : la Révolution. Est venu à nouveau le temps du choix : se battre ou partir ? Ainsi naquit l’Exode, un mouvement rassemblant nomades et citoyens souhaitant fuir la guerre en partant par-delà les montagnes vers un territoire glacé où vit un peuple étrange.

Lorsque le passé et le futur se rencontrent...


    For the sake of a memory - feat Daz [FINISHED]

    Partagez
    Cathal R. Yvanoff
    avatar

    Citadin
    Arme : Pistolet
    Messages : 159
    Date d'inscription : 21/06/2015

    Cathal Ray Yvanoff
       FicheRPLiens

       In memory of my love I would do anything, even screw my plans
    Damon Zigg
       FicheRPLiens

       Child from the past, and not even mine
    For the sake of a memory
    Presque par réflexe, je porte la main à main poche où se trouve mon paquet de clopes. Comme à chaque fois que je me trouve dans une situation particulièrement stressante, j'ai l'impression que mon esprit est détaché de mon corps, me permettant de voir la situation de manière détachée, froide. J'allume ma cigarette, et inspire profondément.

    Ce qui aurait dut être une opération de routine dans un hangar abandonné de la zone industrielle a vite tourné au désastre. Lorsqu'on a décidé de mener notre interrogatoire, c'était sans compter sur la présence des militaires. Mais enfin, je n'ai pas l'intention de me laisser avoir pour autant.
       
    Karl ramène Isabelle à la maison.

    La fille blonde qui se tenait auparavant silencieusement à mes côtés, lève les yeux vivement vers moi, ouvrant la bouche pour protester. Je l'arrête d'un regard.
       
    Je t'ai emmené pour que tu apprennes à mener un interrogatoire, pas pour que tu sois confronté au militaire. Tu es loin d'être prête pour ça et tu ne ferais qu'être dans nos pattes.

    Elle serre les points de frustration mais hoche la tête. C'est une gamine intelligente. Elle sait que j'ai raison.

    Je surveille le duo alors qu'ils filent par la porte de derrière. Une fois que je suis rassuré qu'il n'y aura plus d'ennuis de ce côté-là, je me tourne vers mes autres subordonnés.

    Quadrillez-moi la zone discrètement. je veux savoir combien ils sont et où ils sont placés. Et assurez-vous que Karl et Isabelle ne rencontrent pas de problèmes en route.

    Les ordres donnés je me dirige vers l'homme ligoté sur une chaise au milieu du hangar.

    Désolé vieux, mais ton utilité s'arrête là.

    Je vois ses yeux se remplirent d'horreur alors que je lève mon pistolet, sa mâchoire s'ouvre mais je ne lui donne pas le temps de dire quoi que ce soit. Le coup de feu retentit lugubrement dans le hangar. Je ne perds pas de temps à contempler mon oeuvre.

    On se tire les gars. Ne laissez rien derrière qui puisse être tracé jusqu'à nous.

    Les prochains sur la liste, ce sont les militaires.
    Code by Frosty Blue de Never Utopia


       



    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 620
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    " - Allez, aujourd'hui on arrête un autre gang les gars ! Vous êtes prêts? On y va dans deux minutes !"

    Le véhicule des militaires se stoppa, et le groupe d'intervention sortit un par un, ils n'étaient que 6 aujourd'hui, le Lieutenant n'ayant pas jugé nécessaire d'envoyer plus d'hommes. Damon sortit en dernier du véhicule, au moment du topo.

    " - Celon nos indicateurs, le chef d'un gang qui monte en puissance se trouve dans un hangar à une centaine de mètres d'ici, il a un bandeau sur un oeil. Ils sont peu nombreux selon les indics aussi. On y va, frappe éclair avec l'effet de surprise, on l'arrête et on rentre tous chez nous pour le repas ! Dans une minute trente on y va !"

    Malgré la confiance apparente du petit groupe, un petit doute s'initiait en eux. Après tout, la taupe aurait peut être pu balancer cette opération aussi. Ils devaient rester sur leur garde, surtout si il y avait le même prototype d'arme à plasma que l'autre jour...
    Un coup de feu retentit soudainement avant la fin du compte à rebours, un des soldats remarqua presque qu'aussitôt une ombre sur un bâtiment, qui disparut tout aussi subtilement.

    " - On est repéré, on se replie !" s'exclama t'il.

    Mais suite au coup de feu, deux soldats étaient déjà parti en direction du hangar, il y avait peut être des personnes à sauver ! Damon et Joshua n'avait pas pu entendre l'ordre de repli...
    Du coin de l'oeil, le blond put voir son compagnon qui le suivait, un petit sourire satisfait se dessina sur son visage, il pouvait vraiment compter sur lui.
    L'orphelin passa rapidement une intersection, et entendit venant de la droite un coup de feu, on venait de leur tendre une embuscade?
    Joshua cria aussitôt :

    " - JE SUIS TOUCHE AU BRAS ! DAMON ON SE REPLIE VITE !"

    Mais le matricule 212 ne se retourna pas, maintenant qu'il regardait de nouveau face à lui, il voyait un grand homme aux cheveux roux se tenir à une dizaine de mètres de lui, il avait un bandeau sur l'oeil. C'était le chef, entouré de quatre hommes. Forcémment
    Le blond serra ses dents, il était partit si rapidement de leur lieu de déploiement que Wilson n'avait pas fini sa transformation en tazzer, il n'allait pas pouvoir compter sur son compagnon robotique cette fois.
    Entendant les bruits de course dans la rue adjacente, il put en déduire que ceux qui avait tiré sur Joshua se rapprochait de sa position. Il n'avait pas beaucoup de temps pour réfléchir, le meilleur moyen qu'il trouva pour ne pas se faire tirer est de se jeter dans une violente mêlée avec le chef et ses gardes, ils n'allaient tout de même pas se tirer dessus, surtout si il y a le chef. Enfin c'est ce que Damon espérait.
    A corps perdu, il sprinta vers le petit groupe, sans surprise les membres du gang s'avancèrent, sans le chef. Il porta un puissant crochet au premier d'entre eux, qui tomba presque aussitôt, mais il était trop désavantagé.
    Il avait beau se battre comme un lion, il ne pouvait pas éviter tout les coups. Après un coup de coude sur le visage d'un de ses adversaires, il se prit venant de l'arrière un coup de pied bien dans le genoux qui l'obligea à le poser à terre. Premier signe de faiblesse.
    Il reçut un deuxième coup dans le dos avant de se redresser, et se retourner malgré la douleur pour attraper ce lâche par la nuque et lui envoyer un coup de genoux puissant dans le nez. Un deuxième à terre.
    Les trois personnes qui avaient tiré sur Joshua était désormais au milieu de l'intersection. La technique de Damon fonctionna, ils n'ouvrirent pas le feu sur lui, mais sur Joshua. Celui-ci dû reculer pour se mettre à l'abri, étant blessé il n'arrivait pas à riposter correctement.
    Merde. Mais regarder cette scène coûta cher à l'orphelin, qui se prit un crochet qui l'envoya contre un mur avec force. Il prit appui dessus pour se retourner et éviter un autre coup à son attention. Il contre attaqua avec un coup de pied à la hanche, enchaîna avec un uppercut . Et de trois à terre.
    Il vit alors le véhicule de transport s'avancer vers Joshua pour l'évacuer, mais il subissait un feu nourri.
    Un chassé dans le même genoux que tout à l'heure ramena le blond à la réalité, il dût le reposer au sol. Deuxième signe de faiblesse, sauf que cette fois ce n'est pas lui qui enchaîna avec un uppercut. Damon se retrouva allongé sur le sol, la tête tourné vers son collègue qui monta dans le véhicule :

    " - DAAAAMOOOON !

    - On doit y aller ou on va tous y passer, trop de tireurs , démarre !"

    Le véhicule partit aussi vite qu'il le pouvait. Ouf, Joshua était à l'abri, ce qui arracha un petit sourire au matricule 212, c'était déjà ça... Il regarda de nouveau son agresseur dans les yeux. Il chuchota :

    " - Désolé Maxine..."

    Juste avant qu'une semelle s'abatte sur son visage déjà au sol. Le blond s'évanouit suite au choc trop violent pour qu'il puisse se redresser comme tout à l'heure.



    Cathal R. Yvanoff
    avatar

    Citadin
    Arme : Pistolet
    Messages : 159
    Date d'inscription : 21/06/2015

    Cathal Ray Yvanoff
      FicheRPLiens

      In memory of my love I would do anything, even screw my plans
    Damon Zigg
      FicheRPLiens

      Child from the past, and not even mine
    For the sake of a memory
    Pour le moment l'opération se déroulait comme prévue. Un éclaireur bien placé et quelques coups de feu pour couronner le tout, et les militaires avaient filés la queue entre les jambes. On m'avait signalé que seul deux hommes ont continué à avancer.

    Raison pour laquelle, je marche actuellement à leur rencontre, entouré d'une escouade de sous-fifres comme il se doit. On ne let pas longtemps à les trouver. Au moment même où ils rentrent dans ma ligne de mire, l'un deux se met à crier.
     
    JE SUIS TOUCHE AU BRAS! DAMON ON SE REPLIE VITE!

    Je m'arrête, observant la scène d'un œil désabusé. Celui de deux soldats qui est encore indemne, le dénommé Damon, choisit ce moment pour se retourner et nos regards se croisent.

    Damon. Ce nom me dit quelque chose mais là comme ça, je n'arrive pas à me souvenir. D'autant que je suis sur de ne jamais l'avoir vu auparavant. Je chasse la pensée de mon esprit. J'aurais tout le loisir d'y penser plus tard.

    En ce moment précis, j'ai mieux à faire que de me laisser aller dans mes réflexions. Le gamin blond est en train de faire de sacrés dégâts sur mes tireurs. Je vois un véhicule approcher et fronce les sourcils. Il est grand temps d'en finir.

    En quelques longues enjambées j’atteins le fameux Damon et lui colle un coup de pied dans le genou. Celui qui avait déjà été blessé précédemment. Le coup le fit tomber et j'enchainai rapidement avec un uppercut. Ça lui apprendra à faire le malin avec mes hommes.
     
    DAAAAMOOOON !

    Le copain du gamin est en train de se faire évacuer et apparemment la notion de 'partir en fermant sa gueule' ne lui est pas familière. Il commence à me taper sur le système celui-là. D'ailleurs si quelqu'un dit 'Damon' une fois de plus, je l'étripe.

    Non mais.

    Je regarde le véhicule partir sur les chapeaux de roues, irrité.

    Désolé Maxine...

    Et voila que le gamin s'y met aussi! Je lui colle un coup de pied en pleine de tête, histoire qu'il arrête de m'emmerder et je soulève son corps pour le jet sur mon épaule. Il est plutôt lourd le marmot.  

    On se replie. Qu'une équipe vérifie la position des militaires. Les autres cernent le hangar où on était tout à l'heure.

    Je regarde les hommes concernés filer avant de me tourner vers mes quatre subordonnés.

    Nous on va à la Planque.

    Code by Frosty Blue de Never Utopia


    HRP:
    Bon, la Planque c'est sombre, sous-terrain et tu seras ligoté sur une chaise. Si ça peut t'aider Wink
     



    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 620
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    Clic-clic.
    Une petite lumière jaunâtre vint réveiller Damon. Il avait mal un peu partout comme si il venait de se faire passer à tabac, ses souvenirs lui revinrent quand il sentit une petite goutte chaude coulait le long de son visage. C'était le cas, il venait de se faire passer à tabac en quelque sorte.
    C'est en tentant de gigoter qu'il remarqua qu'il était ligoté à une petite chaise en bois.

    " - Merde.

    - Ta gueule." Lui répondit une voix dans cette petite pièce qui faisait écho.

    Le regard vert du soldat parcouru les alentours pour tenter de localiser la provenance du son mais aussi analyser l'environnement dans lequel il était probablement séquestré.
    La pièce semblait petite, mais sans surprise elle était aussi très sombre, le seul endroit bien illuminé étant la porte à quelques mètres du blond et le blond attaché sur sa chaise.
    Finalement, ses yeux s'habituèrent à la lumière tamisé et il parvint à déceler quelques uns de ses anciens agresseurs. Notamment celui qui venait de l'insulter :

    " - Oh je me souviens de toi ! Tu es celui que j'ai allongé d'un seul coup !"

    Même dans une situation aussi inconfortable, Damon avait un peu de peine à réfléchir correctement pour créer un plan afin de s'échapper, non il était vraiment et uniquement taillé pour l'action, malheureusement provoquer le garde n'était pas sa meilleure chance de rester en vie.
    Sans surprise celui-ci s'avança et lui colla à son tour un crochet en pleine mâchoire, projetant le soldat encore ligoté sur sa chaise contre le sol. Il ne devait pas avoir l'air d'être en position de puissance...

    " - Aïe... Mais tu sais que j'ai du cogner plus fort pour t'étaler quand même?"

    Son tortionnaire, apparemment susceptible à souhait, serra les poings et s'exclama :

    " - MAIS TU VAS LA FERMER OUI?"

    En ajoutant deux coups de pied direct dans l'estomac de celui qui était sans défense, et déjà au sol...
    Seulement, celui qui donnait les coups ne pouvait pas réaliser que pendant qu'il s'efforçait à crier et déchaîner sa rage, le blond avait chuchoté à Wilson de cartographier les lieux du mieux qu'il le pouvait. Ces quelques truands ne semblaient pas connaître l'existence du gantelet, autant en profiter.
    Mais se faire passer à tabac n'est jamais sans conséquence... Damon souffrait, il cracha un peu de sang et laissa doucement sa tête se reposer sur le sol entre deux gémissements. Si, par miracle, il parvenait à se sortir de là, il allait encore avoir le droit à quelques jours de congé forcé, mais il se demandait pour quelle blessure cette fois-ci, et pourquoi c'était toujours lui qui se faisait tabasser aussi, peut être parce qu'il venait de rajouter :

    " - Au moins maintenant je suis sûr, les gamins de l'orphelinat cognait plus fort que toi.

    - Enfoiré !"

    Le criminel leva le bras, pour cette fois porter un coup au visage, mais un autre membre de son gang s'avança et lui retint le bras.

    " - Le chef arrive, ce serait mieux si il pouvait parler. Redresse le."

    L'homme s’exécuta sans oublier de rajouter une ou deux menaces du genre "tu ne paies rien pour attendre", mais le blond n'y prêta pas la moindre attention. Quand on était ligoté sur une chaise en bois, il y avait deux sortes de personnes. Celles qui mettent des heures à se libérer, et celles qui mettent quelques secondes à peine, et, sagement, l'orphelin attendait le bon moment pour leur montrer à quelle catégorie il appartenait et leur rendre la monnaie de leur pièce, mais il fallait attendre que le chef ait le dos tourné.
    L'homme au bandeau passa la porte comme annonçait, Damon, ensanglanté, mais toujours assis le regarda fixement d'un regard défiant et plein de colère. Lui aussi ne payait rien pour attendre.



    Cathal R. Yvanoff
    avatar

    Citadin
    Arme : Pistolet
    Messages : 159
    Date d'inscription : 21/06/2015

    Cathal Ray Yvanoff
     FicheRPLiens

     In memory of my love I would do anything, even screw my plans
    Damon Zigg
     FicheRPLiens

     Child from the past, and not even mine
    For the sake of a memory
    En arrivant à la Planque j'avais laissé le p'tit blondinet aux bons soins de mes subordonnés. Ce qui m'a permis de me diriger vers la salle de contrôle où on avait installé des écrans eux-mêmes reliées à des caméras qui me transmettaient des images de l'extérieur. Ce petit dispositif avait été installé quand on avait aménagé la Planque en vue d'une telle opération. J'ai donc passé un bon moment à observer les soldats qui nous cherchait avec des expressions de hamster devant une roue carrée.

    Mais aussi amusante qu'était la scène j'ai du la laisser pour aller voir mon invité VIP qui avait enfin daigné se réveiller.

    Je dois dire que je ne suis pas particulièrement heureux de voir dans quel état mes gars l'ont mit pendant que j'avais le dos tourné. Certes je l'avais déjà pas mal amoché moi-même. Mais 70% des dégâts actuels ne viennent pas de moi.

    Je plante un regard noir sur les fautifs qui s'empressent de baisser le regard. Surement qu'ils savent déjà que je vais leur passer un savon quand j'en aurais fini avec blondinet.

    Une fois que j'ai fini de les maudire du regard, je tourne mon oeil valide vers le soldat ligoté.

    Je suis désolé pour le traitement de mes gars. Sois sur que je m'occuperai de leur cas.

    J'examine les bleus en train de se former sur son visage. Ouais, ils l'ont pas loupé. M'enfin il a survécu, c'est le principal. Pour ne pas dire que je m'en tamponne.

    J'allume une clope, l'air décontracté.

    En revanche, tu as pu avoir un petit aperçu de ce qui pourrait t'arriver si tu venais à décider de ne pas coopérer.

    Bien entendu un coup de bluff scandaleux. S'il refuse de coopérer je ne vais pas perdre du temps à le bastonner, je lui mettrais juste une balle dans le crâne.

    J'affiche un sourire froid.

    On va commencer par quelque chose de simple: ton nom.

    Non parce que ça m'intrigue quand même ce Damon. Je suis quasiment sur d'avoir entendu ce nom quelque part mais où?
    Code by Frosty Blue de Never Utopia


     



    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 620
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    En effet, le chef de ce groupe daigna ouvrir la porte et rentrer dans la même pièce que son prisonnier. Alors que Damon le fixait de sa chaise, encore ligoté, il le vit jeter un regard noir envers ses subordonnés. Alors il ne cautionnait pas qu'on frappe un militaire? Étrange pour quelqu'un qui l'avait assommé juste avant d'un coup à la tête.
    Cependant le chef se retourna vers le blond, et déclara :

    "- Je suis désolé pour le traitement de mes gars. Sois sur que je m'occuperai de leur cas."

    Pas la peine, pensa le jeune soldat, il allait s'occuper de leur cas lui même. C'était son petit côté rancunier. Quoi qu'il en était, il ne pouvait pas se permettre d'énoncer cette pensée à voix haute, puisque le chef dans la même pièce que lui pourrait peut être servir d'atout pour s'échapper. Mais pour le moment c'était bien trop risqué, alors Damon se contenta de l'écouter parler encore :

    "En revanche, tu as pu avoir un petit aperçu de ce qui pourrait t'arriver si tu venais à décider de ne pas coopérer."


    Donc il en venait aux menaces? Damon serra les dents et le regarda dans l’œil, il voulait lui montrer qu'il n'avait pas peur de lui.
    De toute façon, il ne voyait pas en quoi il allait pouvoir coopérer, à vrai dire il ne savait rien du tout sur les dossiers top secrets, où les prochaines opérations à venir qui ont dû être totalement changé vu le fiasco de la dernière et la mort présumé d'un membre du groupe d'intervention.

    "On va commencer par quelque chose de simple: ton nom."

    En effet, c'était une question relativement simple, le soldat ne pouvait pas lui enlever ce fait. Mais il hésita, en se redressant pour être droit sur sa chaise de fortune. Il n'était pas un héros pour craindre qu'on s'en prenne à ses proches pour lui faire du mal, mais si il donnait son identité aussi facilement... Peut être qu'ils trouveraient son lien avec Zéphyr? Ou encore pire, avec Maxine? Et qu'ils les menaceraient pour que Damon fasse des choses contre son gré, des choses probablement cruelles et illégales, sauf que le soldat ne se remettrait jamais si on blessait quelqu'un par sa faute, il devait les protéger, il devait surtout éviter d'être dans cette situation. Il répondit alors, comme pour faire semblant de répondre :

    " - Et bien, vous voulez quel nom? Celui de mes parents biologiques? Celui qu'on m'a donné à l'orphelinat ou celui que m'a attribué mon défunt père adoptif? Ah oui, je n'ai plus vraiment de famille."

    Avec de la chance, leur chef serait un brin moins susceptible que ses hommes, ou qu'il cognerait moins fort... De toute façon, la situation était claire dans l'esprit de Damon, il préférait qu'on prenne sa vie plutôt qu'on blesse ses proches, certain ne le comprendrait pas, ils auraient déjà balancer tout ce qu'on leur demandait pour rester en vie, mais ceux là ne risquaient pas leur vie pratiquement tout les jours pour maintenir un idéal de justice au sein de la ville, ceux là n'avait pas la même façon de penser, ils n'étaient que des lâches aux yeux du soldat, et, question d'ego en parti aussi, Damon ferait tout pour ne pas paraître comme un faible ou un lâche aux yeux des autres, même si on lui mettait une arme sur la tempe.



    Cathal R. Yvanoff
    avatar

    Citadin
    Arme : Pistolet
    Messages : 159
    Date d'inscription : 21/06/2015

    Cathal Ray Yvanoff
    FicheRPLiens

    In memory of my love I would do anything, even screw my plans
    Damon Zigg
    FicheRPLiens

    Child from the past, and not even mine
    For the sake of a memory
    Pour être honnête je ne m'attendais pas à ce qu'il réponde. Les gars dans son genre on plus tendance à se la jouer grande victime et garder les mâchoires serrées. Les mecs avaient l'air de se figurer qu'ils étaient assez importants pour qu'on se fasse chier à menacer leurs proches. Des gars modestes en fait.

    Et bien, vous voulez quel nom? Celui de mes parents biologiques? Celui qu'on m'a donné à l'orphelinat ou celui que m'a attribué mon défunt père adoptif? Ah oui, je n'ai plus vraiment de famille.

    Je m'apprêtai à soupirer comme le mec excédé que je suis quand ses paroles me rappellent quelque chose. Cette histoire d'orphelinat là, ça me dit quelque chose. Sans le vouloir, je regarde le blond fixement tentant de trouver ce que c'était ce fameux truc qui me titille depuis que j'ai entendu son prénom. Damon. Orphelinat. Tempest!

    C'était elle qui en parlait tout le temps. Un gamin blond à l'orphelinat qui était toujours pris dans des bastons et qui s'appelait Damon. Elle était toujours en train d'en causer parce que le gamin était son filleul ou un truc du genre. Mes oreilles en avaient saigné tellement j'en avais entendu parler. Ça m'étonnait même que j'ai pas reconnu le prénom plus tôt.

    C'est à ce moment que je réalise que j'ai le regard fixé sur blondinet depuis tout à l'heure. Je suis d'ailleurs en train de recevoir des regards étranges de mes subordonnés. Je me secoue.

    T'as pas l'air d'avoir appris à répondre à des questions donc je vais faire simplissime: est-ce que ton nom c'est Damon Zigg?

    Je me prends à redouter la réponse. Je ne veux pas qu'il dise oui, même si à mon avis c'est du tout cuit. Il y a pas tant de gars blonds qui s'appelle Damon de nos jours. Sauf que s'il dit oui je vais être dans de beaux draps. Qu'est-ce que je vais faire moi? Je peux pas lui mettre une balle dans le citron sachant que c'est le filleul de Tempest. Elle me le pardonnerait jamais. Le fait qu'elle soit morte n'y change rien bande de médisants.

    Ok. Se traiter soi-même de 'bande de médisants' n'est surement pas un bon signe. Il va sérieusement falloir que je me reprenne. Je plante mon regard dans celui du blondinet.

    Alors? C'est ça ton nom ou pas?

    Code by Frosty Blue de Never Utopia





    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 620
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    Contrairement à ce qu'il attendait, le jeune soldat ne reçut aucun coup supplémentaires, alors qu'il avait déjà fermé à moitié les yeux en prévision d'une grosse droite. Interpellé par cette non agression, il regarda son tortionnaire qui le fixait. Cette situation aurait dû être inquiétante si le blondinet ne capta pas les regards interloqués de ses homme de mains, l'abscence de violence était elle anormale?
    Finalement le chef posa de nouveau une question :

    T'as pas l'air d'avoir appris à répondre à des questions donc je vais faire simplissime: est-ce que ton nom c'est Damon Zigg?

    Le Damon en question ne put retenir une expression de surprise qui vint se ficher sur son visage juvénile. Comment... Comment pouvait il savoir?
    Rapidement le blond vint se mordre la lèvre inférieur pour que cette expression quitte son visage le plus vite possible, il ne devait pas se montrer encore plus faible qu'il en avait déjà l'air. Il devait surtout essayer d'en découvrir plus sur les intentions de ce criminel avant de tenter de se libérer de cette vielle chaise. Cependant ce n'est pas lui qui parla en premier :

    Alors? C'est ça ton nom ou pas?

    Il ne pouvait pas nier l'évidence, il ne pouvait pas tenter de se faire passer pour un autre, il n'était pas assez malin pour devenir convaincant, mais c'est après un soupir et résigné qu'il déclara :

    " - Oui. Et toi t'es qui pour savoir ça? Et qu'est ce que tu me veux surtout?"

    Oui c'est vrai, si ce roux borgne connaissait son identité, il devait aussi connaître son rang, sa place etc... Il devrait savoir qu'il n'a aucune information croustillantes à donner, qu'il n'a aucune valeur en terme d'échange, et puis ça existe encore les échanges d'otages?
    Le blond tentait désespérément de savoir pourquoi il était encore là attaché à cette chaise de bois au milieu de cette salle qui semblait perdu au milieu de nul part, il tentait d'envisager toutes les possibilités mais rien de cohérent lui venait, hormis que ça ne signifiait rien de bon. Finalement, il devait s'échapper, et plus vite que prévu.
    Comme pour lui répondre, un petit bip de son poignet lui annonça que c'était peut être le moment. Le soldat qui l'avait passé à tabac venait même de se rapprocher en entendant le petit bruit de l'IA, alors finalement le matricule 212 décréta que c'était le moment de prouver qu'il pouvait se séparer de cette chaise vielle chaise en bois en quelques secondes à peine.
    Il prit toute l'impulsion qu'il put, et sauta avec cette chaise pour l'emmener avec force, aidé par la gravité, contre le sol, et par chance, la chaise se brisa. Damon était enfin libre de ses accoudoirs.
    Mais il c'était surestimé, son corps fragilisé lui criait que c'était de trop, surtout qu'il venait de s'emparer d'un des pieds et envoyer un sacré coup en plein visage de son premier assaillant qui tomba une nouvelle fois au sol facilement, tout en se relevant. Mais il n'eut pas le temps de reprendre son souffle avec que le deuxième, qui jusque là silencieux, se jeta dans la mêlée. Son corps dû encaisser un nouveau direct dans les côtes qui lui coupa la respiration, mais par instinct sa gauche partit pour écraser la tempe de son adversaire. Les deux assaillants se retrouvèrent au sol, et le blondinet les rejoignit. A quatre pattes, il avait du mal à retrouver son souffle et encaisser ce dernier choc, et le chef était toujours là. Merde, merde, merde, merde. Il était en position de faiblesse, pendant les quelques secondes qui allait arriver, il était totalement à la merci de son bourreau, alors c'est comme ça qu'allait finir Damon? Il enrageait de l'intérieur, il bouillonnait même de ne pas être plus maître de son propre destin.



    Cathal R. Yvanoff
    avatar

    Citadin
    Arme : Pistolet
    Messages : 159
    Date d'inscription : 21/06/2015

    Cathal Ray Yvanoff
    FicheRPLiens

    In memory of my love I would do anything, even screw my plans
    Damon Zigg
    FicheRPLiens

    Child from the past, and not even mine
    For the sake of a memory
    Je vois avec horreur une expression de surprise sur son visage. J'en lâche presque ma cigarette, deux mots tournant dans ma tête: 'et merde'. Oui parce que à ce point je pense qu'on peut dire que mes maigres espoirs que ce ne soit pas le même blond se sont évanouis dans la nature. Ce qu'il me confirme dans la minute. Ce p'tit con.

    Oui. Et toi t'es qui pour savoir ça? Et qu'est ce que tu me veux surtout?

    Je le regarde. Je me sens un peu l'incarnation du dégout profond en ce moment. La pensée me vient vaguement que je dois tirer une de ces tronches. Mais là comme ça je suis trop blasé pour m'en soucier. C'est à peine si le petit 'bip' me fait réagir. En tout cas blondinet, lui, ça le fait réagir.

    Je le regarde pété la pauvre chaise, qui vraiment n'a rien demandé à personne (paix à ton âme, chaise!). Il est vraiment chiant ce gosse. Pourquoi moi, Tempest? Est-ce que c'est un test de force de caractère? Je la vois bien assise au Paradis à bouffer du popcorn en se demandant si je vais réussir à pas buter cette saleté de blond. Le pire c'est qu'elle en serait capable.

    Je finis pas lâcher un profond soupir, en voyant le blondinet incapable de continuer sa tentative de...de quoi en fait? Les mystères du cerveau blond.

    T'as pas bientôt fini oui?

    Je fais ensuite signe à mes hommes de dégager.

    Barrez-vous vous. Et dites à Red de se ramener.

    Redmond Mitchell. Un de mes meilleurs subordonnés. Un connard de première et pour une raison ou pour une autre mon meilleur pote. J'ai la vie dure, j'vous le dit.

    Je garde mon regard fixé sur le gamin alors que mes gars s'empresse de quitter la pièce, l'un deux sortant son portable, probablement pour appeler Redmond. Bon reste à savoir ce que je vais faire de lui. Ce qui est en parti la raison pour laquelle j'ai fait appeler Red.

    Tain, pourquoi est-ce que c'est toi qu'on a capturé? Fait chier.

    Mes lamentations ne vont surement pas tomber dans l'oreille d'un sourd mais à ce stade j'en ai plus rien à battre.
    Code by Frosty Blue de Never Utopia





    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 620
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    - T'as pas bientôt fini oui?

    Ces mots résonnèrent dans la tête du blondinet. Il était otage, et à bout de force, jeune aussi, mais ce roux le traitait réellement comme un gamin. Mais qu'est ce qu'il veut bon sang?
    Il tourna la tête en direction de cet homme, ce chef, l'esprit toujours aussi agité par cette colère, cette envie de pouvoir faire plus et de se tirer de ce trou à rat. Mais la phrase suivante l'interloqua une nouvelle fois :

    - Barrez-vous vous. Et dites à Red de se ramener.


    On part sans le rattacher? Il était si pitoyable que ça? Il semblait si faible pour ne pas représenter une menace?
    Comme pour lui répondre, un gout amer apparut dans sa bouche, et machinalement l'orphelin cracha quelques petites gouttes de sang sur le sol qui était déjà loin d'être propre.
    Juste après, il récupéra un peu son souffle et parvint à s'adosser contre le mur, un léger filet écarlate glissant le long de sa peau pâle.

    - Tain, pourquoi est-ce que c'est toi qu'on a capturé? Fait chier
    .

    Sans réfléchir, Damon répondit :

    - Ouais je sais, on m'a souvent dit que j'étais un sale môme bagarreur, pas de chance hein?

    Puis il réalisa la portée de cette phrase. Il n'y avait pas le moindre rapport avec le fait qu'il essayait vainement de refaire le portrait de ses gardiens depuis tout à l'heure vu qu'il était misérable désormais. Au final il avait juste brisé une chaise en bois. Quel baroud d'honneur.
    Son cerveau cogita un petit peu plus, mais rien ne lui vint, enfin rien de logique. Il n'avait d'autres choix que de poser des questions pour avoir les réponses qu'il attendait.

    - Tu sais qui je suis. Tu dois aussi savoir que j'ai pas grand intérêt. T'es qui? Et surtout qu'est ce que tu attends de moi? Si tu veux que je t'aide tu peux toujours courir...

    Allez, encore une fois il essayait de faire le malin, de provoquer, alors qu'il n'était pas en position de force, et sûrement pas le plus malin des deux personnes présentes dans cette pièce si peu éclairée.
    Pourtant il devait trouver une solution, au moins pour Maxine. D'ailleurs il devrait peut être évité de dire qu'il c'est une nouvelle fois fait lyncher, enfin si il s'en sort...
    Son regard émeraude vint se planter dans celui du borgne, sa détermination de se sortir de ce piège était toujours flambante malgré son état. Puis il était pas seul, il avait Wilson, plus d'une fois il lui a sauvé la vie, il pouvait très bien recommencé.
    Mais un détail qui lui avait échappé revint au galop.

    - Et c'est qui ce red? Un bourreau? Même si il me fait craquer j'ai rien à livrer tu sais...


    Jouer la carte de l'inutilité? Sans doute la plus mauvaise idée qu'il n'ait jamais eu. C'est seulement après qu'il se souvint de ce qu'on faisait aux otages inutiles, et on ne les libérait pas. Doucement dans son dos, il serra son poing, prêt à encore payer de sa personne s'il le fallait. Décidément, il se sera battu aujourd'hui.



    Cathal R. Yvanoff
    avatar

    Citadin
    Arme : Pistolet
    Messages : 159
    Date d'inscription : 21/06/2015

    Cathal Ray Yvanoff
    FicheRPLiens

    In memory of my love I would do anything, even screw my plans
    Damon Zigg
    FicheRPLiens

    Child from the past, and not even mine
    For the sake of a memory

    Ouais je sais, on m'a souvent dit que j'étais un sale môme bagarreur, pas de chance hein?

    Reste calme Cathal. Dis-toi que tu ferais mieux de t'habituer vu que tu as une ado à la maison maintenant. Bientôt cet emmerdement sera ton quotidien.

    Je suis pas croyant mais p'tain he serais prêt à prier n'importe qui pour qu'Isabelle ne devienne pas comme ça. Je sais pas comment Tempest à pu s'enticher du gosse, il est insupportable.

    Tu sais qui je suis. Tu dois aussi savoir que j'ai pas grand intérêt. T'es qui? Et surtout qu'est ce que tu attends de moi? Si tu veux que je t'aide tu peux toujours courir...

    Je ferme mon oeil valide en poussant un long, très long soupir. J'en ai tellement ma claque de toutes ces conneries.

    Ouais j'avais remarquer t'avais pas un très grand intérêt. Malheureusement pour moi, ma situation m'empêche de te foutre une balle dans le crâne.

    Et vlan pour ce regard de l'homme désespéré qui n'a encore fait que la moitié de sa journée. Une fois que j'ai fini avec ça, je m'enterre dans ma chambre et je n'en ressort plus pendant une semaine! A moi le calme et la tranquillité!

    Enfin, j'aimerais bien. Malheureusement, les gangsters n'ont pas de congés payés.

    Et c'est qui ce red? Un bourreau? Même si il me fait craquer j'ai rien à livrer tu sais...

    Ouais, ouais, cause toujours gamin. Nan mais sérieusement? Il se figure que je claque mon fric à employer un bourreau? Il croit qu'on est au moyen-âge ou quoi? En ces temps modernes quand on veut torturer quelqu'un on le fait soi-même, comme des gens civilisés.

    Je m'apprête à lui intimer de se la fermer d'un ton acerbe, parce que très franchement j’atteins les limites du peu de patience qu'il me reste, mais je suis interrompu par l'arrivée de Redmond.

    J'entends dire que t'as b'soin de mon professionnalisme...?

    Le ton légèrement ironique accompagne un homme grand aux cheveux sombres plaqués vers l'arrière. Comme d'habitude il porte un pantalon avec veston assorti ce qui lui donne un faux air d'homme honnête. Ou de séducteur incorrigible, ça dépend comment on le voit. Le second est beaucoup plus proche de la réalité aujourd'hui.

    Je jette un oeil sceptique au rouge vif de ses vêtements, avant de décider de ne pas relever son choix vestimentaire du jour. Je sais comment ça finit d'habitude et je n'ai vraiment pas envie de m'engager sur cette voie en ce moment précis.

    Ouais, ouais.

    Mon bougonnement semble l'alerter qu'il y a un problème parce qu'il lève un sourcil interrogateur vers moi avant de tourner ses yeux sombres vers le blondinet.

    C'est qui le jeune vandale?

    Il me demande en regardant la chaise brisée d'un air amusé.

    Le filleul de Tempest.

    J'y vais pas par quatre chemins. Je n'en ai pas besoin avec Red. Il m'a suivi de mes débuts honnêtes jusqu'à ce nid de criminels. C'est le seul qui savait pour Tempest et je peut dire sans aucune hésitation qu'il m'a vu dans tous mes moments les plus pitoyables. J'me dis que s'il a survécu tout ça il peut bien souffrir avec moi c'te fois-ci aussi.

    Sa réaction, si elle n'est pas aussi extrême que la mienne, ne me déçoit pas.

    Merde.

    Je hoche la tête plein d'approbation et légèrement rasséréné par le fait que je ne suis désormais plus tout seul à voir cette situation pour ce qu'elle est: une emmerde monumentale.
    Code by Frosty Blue de Never Utopia





    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 620
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    Le roux émit un long soupir suite aux petites déclarations du blondinet. Rien de surprenant étant donné les provocations enfantines du soldat qui ne savait décidément pas le moins du monde comment se sortir de ce mauvais pas.
    Sa blessure à la hanche le relança une nouvelle fois, mais ce fut ces dires qui calmèrent son ardeur :

    "Ouais j'avais remarquer t'avais pas un très grand intérêt. Malheureusement pour moi, ma situation m'empêche de te foutre une balle dans le crâne."

    Une exécution sommaire, voilà ce qu'on attendait d'un otage inutile, Damon le savait mais quelque chose dans cette phrase le laisser perplexe, le chef de ce gang était pourtant en pleine possession de ses moyens face à un homme au sol, blessé et désarmé, qu'est ce qui l'empêchait d'assouvir sa pulsion en sortant son arme pour percer le crâne du blondinet dans un son ravageur?
    Toujours collé contre son mur il s'interrogea entre deux gémissement de douleurs, cependant un troisième homme entra dans la pièce coupant court à tout ce qui pouvait germer.
    D'abord surpris de l'attitude et de la tenue du gangster, le blondinet haussa un sourcil timidement avant que cette homme n'ajoute :

    J'entends dire que t'as b'soin de mon professionnalisme...?

    Un professionnel? Alors le blondinet ne c'était pas trompé. Quel dommage, pour une fois qu'il aurait particulièrement apprécié avoir tort...
    Cependant, son regard croisa celui du nouveau venu, et celui-ci semblait curieux et interrogateur, si sa tâche était de faire souffrir les gens il n'agirait pas de la sorte pourtant non?

    C'est qui le jeune vandale?

    Alors que les deux hommes allait s'expliquer, le militaire prit appui sur le mur humide derrière lui pour tenter de se relever. Sa jambe trembla mais tint bon tandis qu'il se redressait pour se rendre moins misérable. Il termina juste de se retourner lorsqu'il entendit une phrase qui le laissa bouche bée :

    Le filleul de Tempest.

    Le matricule 212 resta quelques secondes silencieux, le temps que le soi disant Red réagisse à cette nouvelle.
    Ces criminels connaissaient Tempest? Comment était ce possible? Mais surtout en quoi la relation avec elle était importante en ces circonstances?
    Soudainement il repensa à sa rencontre avec la lionne du désert. Il n'y avait pas eu de combats à cause d'une promesse qu'elle avait faite, était ce le même cas ici? Non. Quelque chose clochait. Dans son attitude, ses dires et surtout suite à l'escarmouche qui avait amené le jeune blondinet dans cette situation, tout montraient qu'il n'avait aucun problème à tuer, et surtout les membres de l'armée. Damon ne saisissait pas.
    Comme si cette révélation avait l'effet d'adrénaline sur le corps meurtri du soldat, il oublia la douleur et avança d'un pas décidé, peut être n'était il pas assez en forme pour soustraire ce qu'il voulait de force, mais il devait comprendre, comment la femme qui l'avait observé pendant sa jeunesse pouvait être celle qui l'avait qui le maintenait en vie alors qu'elle est morte dans un accident de voiture?

    Comment connaissez vous Tempest?

    Son ton n'était pas autoritaire, mais beaucoup plus sûr qu'avant, il était fini le temps de la provocation irréfléchi que faisait le jeune homme, il était aussi décidé qu'au moment où il avait fait sa promesse à cet enfant, celle de retrouver le coupable de ce meurtre infâme, celui de sa mère, et de lui faire payer par tout les moyens possibles.
    Le souvenir de cette promesse effaçé par le stress de la situation jusqu'ici continua de le revigorer, il se tenait désormais droit et fier. Wilson en taser attendait néanmoins la moindre occasion d'être utilisé. Le matricule 212 n'avait pas laissé tombé, et avant de partir il aurait les réponses qu'il souhaite, et principalement le lien entre l'ancienne lieutenant et l'homme qui le retenait après l'avoir assommé.






    Cathal R. Yvanoff
    avatar

    Citadin
    Arme : Pistolet
    Messages : 159
    Date d'inscription : 21/06/2015

    Cathal Ray Yvanoff
    FicheRPLiens

    In memory of my love I would do anything, even screw my plans
    Damon Zigg
    FicheRPLiens

    Child from the past, and not even mine
    For the sake of a memory
    Le silence de Red en dit plus long sur ce qui lui passe par la tête que tout ce qu'il aurait pu dire. Faut dire aussi ce gars est une vraie pipelette, et dans le mauvais sens du terme. Il se la ferme jamais. Toujours en train de causer et surtout toujours en train de faire des blagues à deux balles et de provoquer ses interlocuteurs. En d'autres mots, il sait comment faire chier les gens et il n'a pas peur d'aller trop loin. Au point que ça fait presque un choc de ne pas l'entendre.

    Presque. Pour le moment je suis plus occupé à déprimer qu'à me demander comment je ressent ce soudain silence de la part de mon pire pote.

    Quelles sont les chances, hein?

    Il finit par dire avec un sourire en coin qui n'atteint pas son regard. Bien au contraire. Ses yeux sont inquiets alors qu'ils se posent sur moi et je n'ai aucun mal à deviner ce à quoi il pense. C'est-à-dire à la conversation qu'on a eut lui et moi il y a seulement quelques nuits. Je pouvais pas dormir alors je me suis levé. Je savais que ça ne servait à rien de rester au lit de toute façon. Faut dire aussi j'ai l'habitude: depuis la mort de Tempest, le sommeil m'évite comme la peste. Red m'a vu ce soir-là en revenant de sa ronde de nuit et on a causé un peu. Il est pas con, il sait ce qui m'empêche de dormir alors naturellement...

    Et voila qu'on se retrouve quelques jours plus tard avec le gamin de Tempest sur les bras. C'est un peu comme une blague de mauvais goût sauf que personne rigole. Surtout pas moi.

    Comment connaissez vous Tempest?

    Tiens en parlant du loup...

    Le gamin s'est réveillé apparemment. Super.

    Je grince des dents mais je m'oblige à ne pas faire de commentaires trop désobligeant. C'est pas que j'ai l'intention d'être meilleur pote avec lui mais d'une façon ou d'une autre on est lié, contre notre gré certes, mais liés quand même. Et même si je n'ai aucune affection particulière pour ce foutu gosse, par respect pour Tempest je me sens obligé d'avoir au moins un semblant de décence à l'égard du blondinet.

    Enfin ça c'est en théorie. En pratique c'est plus compliqué que ça. Déjà, je sais pas si j'ai envie d'expliquer au gamin ma relation avec sa marraine. Lui dire toute l'étendue de mes sentiments pour l'ancienne Lieutenant reviendrait à lui révéler ma plus grande faiblesse mais en même temps je rechigne à insulter notre relation en disant juste que 'je couchais avec elle', par exemple. Tempest et moi, c'était pas parfait mais c'était beaucoup plus que ça et je vais pas insulter ce qu'on avait, point barre.

    On jouait au Poker avec elle quand on était en tôle.

    Les ricanements de Red me font sourire malgré moi. Compte sur ce connard pour faire de mauvaises blagues dans les moments sérieux.

    Le sourire s'efface aussi vit qu'il est apparu. C'est pas tout ça mais l'humour douteux de Redmond n'est pas exactement une solution à mes problèmes...Je souffle avec mécontentement et me résigne à parler.

    Tempest est mon ex.

    Voila comme ça c'est neutre. Ça ne met pas en danger la réputation de Tempest parce qu'il est impossible pour le gamin de savoir si on a rompu avant que je ne commence ma vie de criminel ou après. Ou pas du tout d'ailleurs. Même si Tempest est technique mon 'ex', dans ma tête j'ai encore du mal à la voir autrement que comme ma petite amie. Mais enfin ça, il a pas besoin de le savoir.
    Code by Frosty Blue de Never Utopia





    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 620
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    " On jouait au Poker avec elle quand on était en tôle. "

    Les ricanements qui suivirent n'amusèrent pas le moins du monde le blondinet. A vrai dire il était actuellement séquestré dans cette pièce aussi petite que sombre et avait des choses bien plus sérieuses en tête.
    En effet, il ne voulu même pas réagir à cette blague et ignora tout simplement le nouveau venu, il restait fixé dans les yeux de celui qui l'avait assommé auparavant en attendant une vraie réponse, son seul et unique geste fut d'essuyer une nouvelle fois le filet écarlate qui dégoulinait le long de sa peau pâle du revers de la main. Il était toujours en tenue de combat, mais il ne pouvait pas donner de nouveaux ordres à Wilson sans brûler l'une de ses dernières chance de fuite, parce que l'instinct du soldat lui disait simplement que Tempest, cette femme bienveillante de son passé ne faisait que le maintenir en vie.
    Mais malgré tout son sérieux, l'orphelin ne c'était pas préparé à une réponse aussi cinglante :

    "Tempest est mon ex."


    Choqué, Damon écarquilla légèrement ses yeux émeraudes sans parvenir à cacher ses émotions. D'un côté cette révélation semblait logique et expliquait clairement toute cette situation et son ambiguïté, mais de l'autre il ne pouvait croire à cette histoire, il ne pouvait tout simplement envisager ce mensonge comme possible. Il se demanda même si ce n'était pas tout simplement une plaisanterie comme avait fait le prédécesseur de ce chef de gang, mais son air était trop sérieux, le matricule 212 n'avait d'autres choix que de le croire sur parole.
    D'ailleurs, c'est son sens du devoir et de la loyauté qui prit le dessus, et dans toute son impulsivité reconnu le jeune homme répliqua :

    " - Et c'est comme ça que vous honorer sa mémoire? En tombant dans la criminalité?"

    Ses poings s'étaient serrés, il n'était pas en position de force, mais cette nouvelle révélation l'avait chamboulé. Tempest, qui l'avait probablement aidé beaucoup plus que ce qu'il imaginait ou même n'avait envisagé étaient une personne formidable dans ses lointains souvenirs, et jusque là elle n'avait pas eu d'incidence sur sa vie, mais les en ce moment les choses prenaient une toute autre tournure.
    Le soldat était prêt à se battre, comme souvent, pour sauver l'image d'une personne auquel il tient, même si il n'avait pas eu de lien particulier avec l'ancien Lieutenant, il savait qu'il lui devait beaucoup, moins qu'au professeur Zigg évidemment à qui il doit tout et qu'il ne pourra plus jamais remercier, mais il ne pouvait rester stoïque devant la déchirure de l'image idéale qu'il avait de sa lointaine marraine décédée.
    Il n'attendit pas la réponse du roux face à lui pour faire un nouveau pas, comme pour tenter de reprendre un peu d'assurance dans face à ses tortionnaires et lança ce qu'il avait sur le coeur :

    " - Contrairement à vous deux j'essaye de faire comme elle en rendant la vie dans cette cité meilleure. Si elle était si importante à vos yeux, pourquoi s’être lancé dans cette voie hein? A part du fric, vous y gagnez quoi?"

    Son ton était ferme, emporté par ses émotions, mais loin d'être menaçant. En plus de son impuissance pour s'extirper de ce mauvais pas, cette nouvelle révélation ne faisait que jouer un peu plus avec les nerfs à peine plus solide que le corps du soldat.
    Mais une courte vibration le fit redescendre tout aussi rapidement qu'il était monté d'un cran. Wilson venait d'annoncer discrètement qu'il avait fini de cartographier les lieux, le blondinet n'avait plus qu'à espérer que son IA soit en train de contacter Joshua ou n'importe quel corps de l'armée, quoi qu'il en était il devait impérativement gagner du temps.
    Mais la chose n'allait pas être si simple, étant donné que ses récentes prises de paroles risque probablement de lui donner un aller direct sur le sol froid.



    Cathal R. Yvanoff
    avatar

    Citadin
    Arme : Pistolet
    Messages : 159
    Date d'inscription : 21/06/2015

    Cathal Ray Yvanoff
    FicheRPLiens

    In memory of my love I would do anything, even screw my plans
    Damon Zigg
    FicheRPLiens

    Child from the past, and not even mine
    For the sake of a memory
    Et c'est comme ça que vous honorer sa mémoire? En tombant dans la criminalité?

    C'est un équilibre tellement parfait entre le prévisible et inattendue que j'éclate de rire. Pas genre, c'est tellement drôle que je m'esclaffe en m'en tapant la cuisse, c'est plus un rire sec du mec tellement pris au dépourvu qu'il peut pas empêcher un rire de s'échapper.

    Contrairement à vous deux j'essaye de faire comme elle en rendant la vie dans cette cité meilleure. Si elle était si importante à vos yeux, pourquoi s’être lancé dans cette voie hein? A part du fric, vous y gagnez quoi?

    Cette fois je suis pas le seul à me poiler. Red s'y est mis aussi. En même temps, il est drôle le gosse. Il croit quoi, qu'on vit au pays des arc-en-ciels avec nos amies les licornes? Sans déconner, à l'attendre on dirait que l'armée est faite de saints en croisade contre le Mal.

    Je me penche vers lui avec un sourire borderline sadique.

    Gamin, j'étais déjà noyé dans le crime quand j'ai rencontré Tempest. Et entre nous, je tue autant de gens chaque jour que le soldat moyen, donc me joue pas la carte de l'innocence armée, ok?

    Je me redresse et décide de m'allumer une autre clope. Tout ce stress c'est le manque de nicotine j'vous dit.

    Et tant qu'on en est à mettre les points sur les i...Tu me connais pas, j'te connais pas. Pour ce qui est des jugements sur mes sentiments ou sur ma vie tu peux te les garder. On va pas se mentir, j'en ai rien à foutre de ta misérable petite vie. La seule chose qui te maintient en vie c'est qu'effectivement je tenais à Tempest. Et pis, si c'est l'argent que je voulais je serais devenu chirurgien pas malfrat.

    Je ponctue mes paroles par un regard dur.

    C'est un peu facile de se la ramener avec son honneur et sa morale quand on sait rien des gens. Garde ça en tête la prochaine fois que t'ouvrira ton clapet.

    Je prends une autre bouffée de tabac et après un instant l'expire placidement. Quand je pense qu'il m'arrive de me plaindre de nos plus jeunes. Je me rends compte aujourd'hui qu'on peut vraiment faire pire...
    Code by Frosty Blue de Never Utopia





    Damon Zigg
    avatar

    Citadin
    Arme : Famas perfectionné et gantelet W.I.L.S.O.N
    Messages : 620
    Age : 23
    Date d'inscription : 29/06/2014

    A sa grande surprise, mais au plus grand soulagement de ses muscles d'ores et déjà prêt à se contracter en cas de choc imminent, la réaction des deux malfrats ne fut pas aussi violente que le blond l'avait imaginé. Effectivement, ils éclatèrent simplement de rire à sa remarque, comme si il était un amuseur de foire, comme si ses dires étaient... Stupides?
    L'ego de Damon fit un bond monumentale, il pensait ce qu'il venait de dire, il y croyait. Cette réaction inattendue l'énerva mais il fit tout pour rester on ne peut plus calme et ne pas dégager la moindre animosité, bien que sa mâchoire c'était crispé maladroitement.
    Finalement, le soi disant ex de Tempest se pencha pour répondre, une expression malsaine accroché au visage.

    Gamin, j'étais déjà noyé dans le crime quand j'ai rencontré Tempest. Et entre nous, je tue autant de gens chaque jour que le soldat moyen, donc me joue pas la carte de l'innocence armée, ok?

    Le matricule 212 ne releva pas extérieurement la remarque. Intérieurement il se demanda comment Tempest aurait pu succombé à un malfrat aussi... dangereux? Il ne trouvait pas le mot adapté pour le qualifier. Il le sentait violent, mais pas particulièrement sadique, quoi qu'il en était, cet homme était son ennemi de toute manière, et encore plus celui d'un lieutenant. Comment leur histoire avait pu se produire? Dans le fond était il un homme de bien?
    Le corps douloureux du soldat répondit. Non, il n'a aucune trace de bonté en lui, il met en danger les citoyens, il enfreint les lois avec joie, jusqu'à séquestrer un policier sans le moindre scrupule, policier qu'il aurait déjà tué selon ses dires.
    Et puis c'est quoi cette tirade? Damon n'avait jamais prétendu être innocent, ni que l'armée l'était. Mais une différence subsistait entre l'armée et ces criminels. Elle agit pour la protection et le bien être de 1400, là où ce roux borgne crée de véritables dangers dans un seul but unique et égoïste. Et puis quelle excuse ! J'étais méchant avant, pourquoi je changerais? Le regard émeraude de l'orphelin s'emplit petit à petit de colère.

    Et tant qu'on en est à mettre les points sur les i...Tu me connais pas, j'te connais pas. Pour ce qui est des jugements sur mes sentiments ou sur ma vie tu peux te les garder. On va pas se mentir, j'en ai rien à foutre de ta misérable petite vie. La seule chose qui te maintient en vie c'est qu'effectivement je tenais à Tempest. Et pis, si c'est l'argent que je voulais je serais devenu chirurgien pas malfrat. C'est un peu facile de se la ramener avec son honneur et sa morale quand on sait rien des gens. Garde ça en tête la prochaine fois que t'ouvrira ton clapet.

    Damon supporta le regard sévère de son interlocuteur, et le renvoya même. Néanmoins, même si il le savait déjà, maintenant il était écrit noir sur blanc que c'était Tempest qui protégeait le soldait. Elle était la barrière entre cette terre, et l'autre monde. Monde que le jeune homme n'était pas prêt de rejoindre.
    Mais s'emportant lamentablement en mettant sa vie en péril dans cette situation, le soldat fit un pas pour se retrouver à quelques centimètres à peine du visage de son kidnappeur, comme si ils étaient seulement tout les deux dans cette pièce, il s'adressa à lui avec une impulsivité qui ferait mieux de lui faire défaut :

    " - Tu fais ça pour quoi alors? Le plaisir? Continuer l’œuvre familial? Une autre excuse bidon? Mais à vrai dire je m'en moque totalement, presque autant que tu te fous de moi je ne te juge pas sur qui tu es mais sur ce que tu fais, et je pense qu'on sait très bien tout les deux qu'il y a rien d'honorables dans tes activités ! Tu penses que je suis simplement naïf? Stupide? Mon père adoptif est mort à cause de gars dans ton genre, alors oui je vais me la ramener avec ma morale pour que des mecs sans aucun sens de l'honneur soit hors d'état de nuire, qu'importe leur histoire et ce qui les motive à faire du mal !"

    Le blond appuya sa phrase en tapant deux fois avec son index sur le torse de son agresseur. Pour qui se prenait il à le prendre de haut, à se croire tout permis et au dessus de tout.
    Wilson vibra de nouveau, le soldat était persuadé que ça annonçait la venue de l'équipe de secours, la venue de Josh et de tout un armada de policier probablement.
    Cependant une petite question trottinait dans l'esprit du jeune homme : est ce que Tempest le protégerait de la violence de cet homme si il était aussi peu réfléchi que le matricule 212? Dans tout les cas, quitte à dévoiler son plan, le policier termina pour s'assurer une mince protection supplémentaire :

    " - Et un peu à l'image de ce mec avec toi ici, il y a d'autres gars qui pensent comme moi, qui savent exactement où je suis et qui sont en train de venir ici pour me chercher et..."

    Damon ne termina pas sa phrase, son regard restait dur et sévère, mais la réalité venait de le rattraper à son tour. Il c'était à préparer à envoyer une onde électrique dans le grand roux face à lui, mais Tempest était leur lien, dans les deux sens. Et cet homme ne l'avait pas abattu grâce à elle, pour cette fois il ne pouvait pas en retour lui faire du mal malgré toute la haine qu'il éprouvait à son égard, pour cette femme qui dans le passé l'a aidé, il ne pouvait pas le blesser, l'arrêter et l'envoyer là où mérite d'être ce sanguinaire sans la moindre sommation, sans le prévenir.
    Ses poings étaient tout crispés à cette idée, tout son corps lui disait de balançait son gantelet contre cet homme, qu'il ressente la décharge électrique parcourir tout ses muscles et se retrouve paralyser dans la douleur alors que les renforts arriveraient probablement dans quelques minutes .

    " - Putain. Je peux pas..."

    Il marqua une brève pause :

    " - Alors je te conseille de te casser d'ici rapidement, ou de me laisser partir si tu veux éviter une autre fusillade meurtrière. Mais la prochaine fois Tempest ou pas, je ferais ce que j'ai à faire, et je suppose que ce sera pareil pour toi. Tu es prévenu."

    La tension était palpable dans cette petite pièce étroite désormais. Damon était passé de position de faiblesse à celle de mettre des ultimatums et émettre des menaces, non pas parce qu'il était malin ou beau parleur, tout simplement parce qu'il était impulsif. Mais cette impulsion ne lui donnait pas le pouvoir d'agir de la sorte pour autant, il était toujours à la merci de ces hommes. Seulement l'abattre maintenant leur coûterait probablement la chance de s'en sortir indemne, la police militaire se rapprochant rapidement.



    Cathal R. Yvanoff
    avatar

    Citadin
    Arme : Pistolet
    Messages : 159
    Date d'inscription : 21/06/2015

    Cathal Ray Yvanoff
    FicheRPLiens

    In memory of my love I would do anything, even screw my plans
    Damon Zigg
    FicheRPLiens

    Child from the past, and not even mine
    For the sake of a memory
    Vu qu'il est un peu con et pas très futé le gamin, plutôt que de se la fermer et de faire profil bas, se lève et vient se coller pile en face de moi. Oh joie.

    Tu fais ça pour quoi alors? Le plaisir? Continuer l’œuvre familial? Une autre excuse bidon? Mais à vrai dire je m'en moque totalement, presque autant que tu te fous de moi je ne te juge pas sur qui tu es mais sur ce que tu fais, et je pense qu'on sait très bien tout les deux qu'il y a rien d'honorables dans tes activités ! Tu penses que je suis simplement naïf? Stupide? Mon père adoptif est mort à cause de gars dans ton genre, alors oui je vais me la ramener avec ma morale pour que des mecs sans aucun sens de l'honneur soit hors d'état de nuire, qu'importe leur histoire et ce qui les motive à faire du mal !

    Plus ça va et plus je me dis que ce gosse a vraiment de la chance d'être tombé sur moi. Au train où il va, il se serait déjà fait tuer depuis un sacré bout de temps avec un autre.

    Et un peu à l'image de ce mec avec toi ici, il y a d'autres gars qui pensent comme moi, qui savent exactement où je suis et qui sont en train de venir ici pour me chercher et...

    Je peux pas m'empêcher de rire en repensant aux hamsters devant leur roue carrée. Ouais, 'exactement où il est'. Surement. Enfin, ceci dit, c'est vrai qu'il doive avoir une idée d'où on est maintenant. S'il sont pas trop cons. Ce qui est pas complètement impossible non plus.

    Ce qui me fait moins rigoler et qui me pousse à faire un signe discret à Red pour qu'il se mette sur ses gardes, c'est de voir les poings crispés du gosse et un gantelet qqui pourrait poser problème dans un futur très proche.

    Putain. Je peux pas...

    Je hausse un sourcil au changement de ton soudain. Quoi? Me dites pas qu'il est train de s'attacher à moi? Manquerait plus que ça!

    Je laisse le silence flotter en attendant qu'il reprenne, avec toujours ce sourcil arqué.

    Alors je te conseille de te casser d'ici rapidement, ou de me laisser partir si tu veux éviter une autre fusillade meurtrière. Mais la prochaine fois Tempest ou pas, je ferais ce que j'ai à faire, et je suppose que ce sera pareil pour toi. Tu es prévenu.

    Je le fixe d'un regard indescriptible. Mon irritation s'est évaporé d'un seul coup, laissant place à un grand vide et à beaucoup d'incrédulité. J'avoue que je ne m'attendais pas à ce qu'il baisse les armes. Il m'est presque sympathique ce gosse soudainement. Lui et moi on est peut-être pas si différent finalement. Avec toutes nos convictions et nos valeurs, il reste comme même des choses auxquelles on peut pas toucher.

    Je sens le coin de mes lèvres se tourner légèrement vers le haut.

    T'as pas l'air malin donc je suppose que t'as pas encore capté mais vu que je peux pas te tuer j'vais bien être obligé de te laisser partir, Gamin. J'sais pas à qui t'as eut affaire dans le passé mais moi je garde pas des soldats de compagnie. Tu pourras te vanter d'être le premier à repartir de chez moi vivant.

    Je met un peu de distance entre lui et moi en faisant quelque pas vers l'arrière. Puis je le regarde un long moment. Je ne sais pas vraiment ce que je cherche mais il me semble important de le faire maintenant. Après ça, je ne le reverrai plus. Et si je le revois...

    Je place ma cigarette entre mes lèvres et inspire longuement, gardant la fumée dans mes poumons quelques instants avant de la relâcher.

    Autant que possible je préfèrerais ne pas avoir à te tuer, mais j'ai des gens à protéger.

    Je lui dis, le visage d'Isabelle s'imposant dans mes pensées durant un bref instant.

    Si un jour tu touches à ce que je protège, même Tempest ne pourra pas te protéger. Alors fais gaffe à toi, Gamin. Et oublie pas tes idéaux de bon petit soldat.

    Red m'informe en un soupir que l'Armée est dangereusement proche. Selon les estimations des gardes ils seront à l'intérieur dans quelques minutes. C'est largement suffisant pour qu'on se fasse la malle. Je donne l'ordre à Red de lancer l'évacuation des lieux avant de me tourner une dernière fois le marmot de Tempest.

    J'sais que j'viens te dire de pas oublier tes idéaux, mais à mon avis il vaudrait mieux que tu t'y attaches pas trop. Un de ces quatre, quand t'auras grandi un peu et que t'y verras plus clair, tu seras p'têt déçu par les gens pour qui tu te salis les mains.

    Je le scrute encore un instant avant de me diriger vers la sortie, suivi de Redmond, lançant par-dessus mon épaule un genre d'adieu personnel:

    Tes potes arrivent. Reste ici et attends-les sagement. Avec chance on se reverra pas.

    Je ponctue ces paroles d'un léger signe de la main sans pour autant me tourner pour le regarder. Puis, je sors de la pièce, Redmond m'emboitant le pas et fermant la porte derrière lui.

    T'es sur qu'on peut le laisser partir?

    Il me demande, comme si j'avais l'habitude de faire les choses sans réfléchir. Enfin c'est son boulot de me poser ce genre de questions, donc je laisser couler.

    Ouais.

    Je lui dis.

    Il m'envoie un sourire en , l'air de dire 'tu lui a fait une fleur parce que c'est le gamin de Tempest, hein?', et malgré le fait que les pensées que je devine sont complètement fausse et insultante je me prend un sourire.

    La ferme.

    J'lui balance mais je n'arrête pas de sourire alors qu'on sors du bâtiment et qu'on monte dans la voiture noire qui nous attends, prête à décoller.
    Code by Frosty Blue de Never Utopia





    Contenu sponsorisé


    Contenu sponsorisé

    Contenu sponsorisé
    Contenu sponsorisé

      La date/heure actuelle est Mar 21 Nov - 18:18